Intervention Review

You have free access to this content

Monoclonal antibody for reducing the risk of respiratory syncytial virus infection in children

  1. Tea Andabaka1,*,
  2. Jason W Nickerson2,
  3. Maria Ximena Rojas-Reyes3,
  4. Juan David Rueda4,
  5. Vesna Bacic Vrca5,
  6. Bruno Barsic6

Editorial Group: Cochrane Acute Respiratory Infections Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 8 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD006602.pub4


How to Cite

Andabaka T, Nickerson JW, Rojas-Reyes MX, Rueda JD, Bacic Vrca V, Barsic B. Monoclonal antibody for reducing the risk of respiratory syncytial virus infection in children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD006602. DOI: 10.1002/14651858.CD006602.pub4.

Author Information

  1. 1

    Ewopharma Ltd, Zagreb, Croatia

  2. 2

    Institute of Population Health, Ottawa, Ontario, Canada

  3. 3

    Pontificia Universidad Javeriana, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Faculty of Medicine, Bogota, DC, Colombia

  4. 4

    Pontificia Universidad Javeriana, Departamento de Cirugía, Bogota, Cundinamarca, Colombia

  5. 5

    University Hospital Dubrava, Department of Hospital Pharmacy, Zagreb, Croatia

  6. 6

    University of Zagreb, School of Medicine, Hospital for Infectious Diseases, Department of Intensive Care, Zagreb, Croatia

*Tea Andabaka, Ewopharma Ltd, Zadarska 80 / 2, Zagreb, 10000, Croatia. Tea.Andabaka@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Respiratory syncytial virus (RSV) is one of the most important viral pathogens causing acute respiratory infections, resulting in about 3.4 million hospitalisations annually in children under five. Palivizumab is the only product approved for prevention of serious RSV disease, as motavizumab is no longer being developed for this condition. The efficacy and safety of palivizumab has been evaluated in randomized controlled trials (RCTs) and a large number of economic evaluations (EEs) have tested its cost-effectiveness.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of palivizumab prophylaxis in reducing the risk of complications (hospitalization due to RSV infection) in high-risk infants and children. To assess the cost-effectiveness (or cost-utility) of palivizumab prophylaxis in infants and children in different risk groups.

Search methods

We searched CENTRAL (2012, Issue 7), MEDLINE (1996 to July week 4, 2012), EMBASE (1996 to August 2012), CINAHL (1996 to August 2012) and LILACS (1996 to August 2012) for RCTs. We searched the NHS Economic Evaluations Database (NHS EED 2012, Issue 4), Health Economics Evaluations Database (HEED, 9 August 2012), Paediatric Economic Database Evaluations (PEDE, 1980 to 2009), MEDLINE (1996 to July week 4, 2012) and EMBASE (1996 to August 2012) for EEs.

Selection criteria

We included RCTs comparing palivizumab prophylaxis with a placebo or another type of prophylaxis in preventing serious lower respiratory tract disease caused by RSV in paediatric patients at high risk. We included cost-effectiveness analyses and cost-utility analyses comparing palivizumab prophylaxis with no prophylaxis.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed risk of bias for the included studies and extracted data for both the RCTs and EEs. We calculated risk ratios (RRs) and their associated 95% confidence intervals (CIs) for dichotomous outcomes and for adverse events (AEs). For continuous outcomes, we provided a narrative summary of results due to missing data on standard deviations. We performed fixed-effect meta-analyses for the estimation of pooled effects whenever there was no indication of heterogeneity between included RCTs.

We summarised the results reported in included EEs, such as incremental costs, incremental effectiveness, and incremental cost-effectiveness and/or cost-utility ratios (ICERs), and we calculated ICER present values in 2011 Euros for all studies.

Main results

Of the seven available RCTs, three compared palivizumab with a placebo in a total of 2831 patients, and four compared palivizumab with motavizumab in a total of 8265 patients. All RCTs were sponsored by the drug manufacturing company. The overall quality of RCTs was good, but most of the outcomes assessed relied on data from only two studies. Palivizumab prophylaxis was associated with a statistically significant reduction in RSV hospitalisations (RR 0.49, 95% CI 0.37 to 0.64) and a statistically non-significant reduction in all-cause mortality (RR 0.69, 95% CI 0.42 to 1.15) when compared to placebo. When compared to motavizumab, palivizumab recipients showed a non-significant increase in the risk of RSV hospitalisations (RR 1.36, 95% CI 0.97 to 1.90) and a non-significant risk reduction in all-cause mortality (RR 0.74, 95% CI 0.38 to 1.43). In both cases, the proportion of children with any AE or any AE related to the study drug was similar between the two groups.

We included 34 studies that reported cost-effectiveness and/or cost-utility data for palivizumab prophylaxis in high-risk children with different underlying medical conditions. The overall quality of EEs was good, but the variations in modelling approaches were considerable across the studies, leading to large differences in the results. The cost-effectiveness of palivizumab prophylaxis depends on the consumption of resources taken into account by the study authors, and on the cost-effectiveness threshold set by the healthcare sector in each country.

Authors' conclusions

There is evidence that palivizumab prophylaxis is effective in reducing the frequency of hospitalisations due to RSV infection, i.e. in reducing the incidence of serious lower respiratory tract RSV disease in children with chronic lung disease, congenital heart disease, or those born preterm.

Results from economic evaluations of palivizumab prophylaxis are inconsistent across studies, ranging from highly cost-effective to not cost-effective, implying that economic findings must be interpreted with caution. The availability of low-cost palivizumab would reduce its inequitable distribution, so that RSV prophylaxis would be available to the poorest countries where children are at greatest risk.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Palivizumab for reducing the risk of severe RSV infection in children

Respiratory syncytial virus (RSV) infection is a major cause of acute respiratory infections in children. RSV infection can lead to morbidity and mortality in children, resulting in hospitalization, admission to an intensive care unit, the need for intensive medical therapies and death.

Most infected children suffer little consequence. However, children who have other serious health problems are known to be at higher risk of complications from RSV infection. This review examined the use of a passive immunisation - palivizumab - to prevent and modify the severity of RSV infection in these children and to determine if it is cost-effective.

The results from this review are based on data from seven studies (all sponsored by the drug manufacturing company) involving 11,096 participants reporting on efficacy and safety of palivizumab, and 34 studies reporting on its cost-effectiveness.

Our findings suggest a favorable effect of preventive use of palivizumab in children who are at higher risk of acquiring severe RSV infection, when compared to placebo. Children treated with palivizumab were less often hospitalised, spent fewer days in the hospital, were admitted to an intensive care unit less often, and had fewer days of oxygen therapy than children who received a placebo.

Considering the underlying health problems in this population of infants and children, high rates of adverse events are quite expected. Our findings showed that children treated with palivizumab experienced adverse events similarly as often as children treated with placebo.

Palivizumab was shown to be effective in reducing the hospitalisations, but whether it is also cost-effective is not easy to determine. This review found large differences in cost-effectiveness results across the studies. Due to the high costs of the drug, in many countries palivizumab prophylaxis might not be available as a standard treatment.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Anticorps monoclonal pour réduire le risque d'infection par le virus respiratoire syncytial chez l'enfant

Contexte

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est l'un des pathogènes viraux les plus importants responsables des infections respiratoires aiguës chez l'enfant. Il entraîne environ 3,4 millions d'hospitalisations par an des enfants de moins de cinq ans. Le palivizumab est un anticorps monoclonal anti-VRS, administré par voie intramusculaire à une dose de 15 mg/kg une fois tous les 30 jours. L'efficacité et l'innocuité du palivizumab ont été évaluées dans des essais contrôlés randomisés (ECR) multicentriques, et un grand nombre d'évaluations économiques (EE) ont testé sa rentabilité.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la prophylaxie par palivizumab pour réduire le risque de complications (hospitalisation due à une infection VRS) chez les nourrissons et les enfants à haut risque. Évaluer la rentabilité (ou le rapport coût/utilité) de la prophylaxie par palivizumab chez les nourrissons et les enfants dans les différents groupes à risque.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL 2012, numéro 7, MEDLINE (de 1996 à la 4ème semaine de juillet 2012), EMBASE (de 1996 à août 2012), CINAHL (de 1996 à août 2012) et LILACS (de 1996 à août 2012) pour trouver des essais randomisés. Nous avons effectué des recherches dans la base d'évaluation économique du NHS (NHS EED 2012, numéro 4), la base d'évaluation de l'économie de la santé (HEED, 9 août 2012) et la base d'évaluation économique en pédiatrie (PEDE, de 1980 à 2009), MEDLINE (de 1996 à la 4ème semaine de juillet 2012) et EMBASE (de 1996 à août 2012) pour les évaluations économiques.

Critères de sélection

Nous avons inclus les ECR ayant comparé la prophylaxie par palivizumab à un placebo ou à un autre type de prophylaxie dans la prévention des maladies des voies respiratoires inférieures graves causées par le VRS chez des patients pédiatriques à haut risque. Nous avons inclus les analyses de rentabilité et les analyses de coût/utilité ayant comparé la prophylaxie par palivizumab à l'absence de prophylaxie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué le risque de biais des études incluses et extrait des données à la fois pour les ECR et les EE. Nous avons calculé les rapports de risque (RR) et leurs intervalles de confiance à 95 % associés pour les critères dichotomiques et pour les événements indésirables (EI). Nous avons rédigé un résumé narratif des résultats pour les critères continus, en raison de données manquantes sur les écarts-types. Nous avons effectué les méta-analyses au moyen d'un modèle à effets fixes pour l'estimation des effets regroupés chaque fois qu'il n'y avait pas d'indication d'hétérogénéité entre les ECR inclus. Nous avons résumé les résultats rapportés dans les EE incluses, tels que le coût incrémental, l'efficacité incrémentale, et le rapport coût-efficacité incrémental et/ou le rapport coût/utilité incrémental (ratio coût-efficacité incrémental (RCEI)), puis nous avons calculé les valeurs RCEI actuelles en Euros pour l'année 2011 pour toutes les études.

Résultats Principaux

Parmi les sept ECR disponibles, trois ont comparé le palivizumab à un placebo chez un total de 2 831 patients, et quatre ont comparé le palivizumab au motavizumab chez un total de 8 265 patients. Tous les ECR ont été commandités par le laboratoire pharmaceutique produisant le médicament. La qualité méthodologique des ECR était globalement bonne, mais pour la plupart des résultats évalués les données issues de deux études seulement ont contribué à l'analyse. La prophylaxie par palivizumab a été associée à une réduction statistiquement significative des hospitalisations VRS (RR 0,49, IC à 95 % 0,37 à 0,64) et à une baisse statistiquement non significative de la mortalité toutes causes confondues (RR 0,69; IC à 95% 0,42 à 1,15 ) comparée à un placebo. Par rapport au motavizumab, les patients traités par palivizumab ont présenté une augmentation non significative du risque d'hospitalisations VRS (RR 1,36, IC à 95 % 0,97 à 1,90) et une baisse statistiquement non significative de la mortalité toutes causes confondues (RR 0,74; IC à 95% 0,38 à 1,43 ). Dans les deux cas, la proportion des enfants présentant un EI quelconque ou un EI lié au médicament de l'étude était similaire entre les deux groupes.

Nous avons inclus 34 études ayant rapporté des données sur le rapport coût-efficacité et/ou le rapport coût/utilité pour la prophylaxie par palivizumab chez des enfants à haut risque atteints de différentes affections médicales sous-jacentes. La qualité globale des EE était bonne, mais les variations dans les approches de modélisation étaient considérables entre les études, entraînant d'importantes différences dans les résultat. Le rapport coût-efficacité de la prophylaxie par palivizumab dépend de la consommation des ressources prise en compte par les auteurs de l'étude ; et du seuil du rapport coût-efficacité défini par le secteur de la santé dans chaque pays.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves indiquant que la prophylaxie par palivizumab est efficace pour réduire la fréquence des hospitalisations dues à une infection VRS, c'est-à-dire pour réduire l'incidence des maladies des voies respiratoires inférieures graves causées par le VRS chez des enfants atteints de maladies pulmonaires chroniques, de cardiopathies congénitales ou chez des nouveau-nés prématurés.

Les résultats des évaluations économiques de la prophylaxie par palivizumab sont contradictoires entre les études, allant de coût, ce qui implique que les résultats économiques doivent être interprétés avec prudence. Les valeurs RCEI variaient considérablement selon les études, allant de très rentables à pas rentables. La disponibilité du palivizumab à faible coût devrait diminuer sa répartition géographique inéquitable, pour que la prophylaxie VRS soit disponible dans les pays les plus pauvres où les enfants sont les plus exposés à ce risque.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Anticorps monoclonal pour réduire le risque d'infection par le virus respiratoire syncytial chez l'enfant

Le palivizumab pour réduire le risque d'infection VRS grave chez l'enfant

L'infection par le virus respiratoire syncytial (VRS) est une cause majeure d'infections respiratoires aiguës chez l'enfant. L'infection VRS peut provoquer une morbidité et une mortalité chez l'enfant, entraînant l'hospitalisation, l'admission en unité de soins intensifs, la nécessité de traitements médicaux intensifs et le décès.

La plupart des enfants infectés ont très peu de conséquences. Toutefois, on sait que les enfants souffrant d'autres problèmes de santé graves présentent un risque plus élevé de complications dues à une infection VRS. Cette revue a examiné l'utilisation d'une immunisation passive - le palivizumab - pour prévenir et modifier la gravité de l'infection VRS chez ces enfants et pour déterminer si elle est rentable.

Les résultats de cette revue sont basés sur des données issues de sept études (toutes commanditées par le laboratoire pharmaceutique produisant le médicament) totalisant 11 096 participants, rendant compte de l'efficacité et de l'innocuité du palivizumab, et de 34 études rendant compte de sa rentabilité.

Nos résultats suggèrent un effet favorable de l'utilisation préventive du palivizumab chez les enfants qui présentent un risque plus élevé de contracter une infection VRS grave, comparé à un placebo. Les enfants traités par palivizumab ont été hospitalisés moins souvent, ont passé moins de jours à l'hôpital, ont été admis en unité de soins intensifs moins souvent, et ont pris une oxygénothérapie pendant moins de jours que les enfants ayant reçu un placebo.

Compte tenu des problèmes de santé sous-jacents dans cette population de nourrissons et d'enfants, les taux élevés d'événements indésirables sont tout à fait attendus. Nos résultats ont montré que les enfants traités par palivizumab ont subi des événements indésirables tout aussi souvent que les enfants traités par placebo.

Le palivizumab s'avère être efficace pour réduire le nombre des hospitalisations, mais il n'est pas facile de déterminer s'il est également rentable. Cette revue a mis en évidence d'importantes différences dans les résultats de rentabilité entre les études. En raison des coûts élevés du médicament, il est possible que la prophylaxie par palivizumab ne soit pas disponible en tant que traitement standard dans de nombreux pays.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.