Intervention Review

Aripiprazole versus typical antipsychotic drugs for schizophrenia

  1. Jayanti Bhattacharjee1,*,
  2. Hany G El-Sayeh2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 16 JUL 2008

Assessed as up-to-date: 21 APR 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD006617.pub3


How to Cite

Bhattacharjee J, El-Sayeh HG. Aripiprazole versus typical antipsychotic drugs for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 3. Art. No.: CD006617. DOI: 10.1002/14651858.CD006617.pub3.

Author Information

  1. 1

    National Institute of Behavioural Sciences, Psychiatry, Kolkata, West Bengal, India

  2. 2

    Tees, Esk & Wear Valleys NHS Foundation Trust, Harrogate District Hospital, Harrogate, North Yorkshire, UK

*Jayanti Bhattacharjee, Psychiatry, National Institute of Behavioural Sciences, P-7, C.I.T. Road, Ist Floor,, Moulali, Kolkata, West Bengal, 700050, India. jayantibhattacharjee@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 JUL 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Aripiprazole is a relatively new antipsychotic drug, said to be the prototype of a new third generation of antipsychotics; the so-called dopamine-serotonin system stabilisers. In this review we examine how the efficacy and tolerability of aripiprazole differs from that of typical antipsychotics.

Objectives

To evaluate the effects of aripiprazole compared with other typical antipsychotics for people with schizophrenia and schizophrenia-like psychoses.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (November 2007) which is based on regular searches of BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO. We inspected references of all identified studies for further trials. We contacted relevant pharmaceutical companies, drug approval agencies and authors of trials for additional information.

Selection criteria

We included all randomised trials comparing aripiprazole with typical antipsychotics in people with schizophrenia or schizophrenia-like psychosis.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For dichotomous data we calculated relative risks (RR) and their 95% confidence intervals (CI) on an intention-to-treat basis, based on a random effects model. We calculated numbers needed to treat/harm (NNT/NNH) where appropriate. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD) again based on a random effects model. We have contacted representatives of Bristol Myers Squibb pharmaceuticals (UK) for additional data.

Main results

We included nine randomised trials involving 3122 people comparing aripiprazole with typical antipsychotic drugs. None of the studies reported on relapse - our primary outcome of interest. Attrition from studies was high and data reporting poor. Participants given aripiprazole were comparable to those receiving typical drugs in improving global state and mental state. Aripiprazole provided a significant advantage over typical antipsychotics in terms of fewer occurrences of extra-pyramidal symptom (n=968, 3 RCT, RR 0.46 CI 0.3 to 0.9, NNT 13 CI 17 to 10), and particularly akathisia (n=897, 3 RCT, RR 0.39 CI 0.3 to 0.6, NNT 11 CI 14 to 9). Fewer participants given aripiprazole developed hyperprolactinaemia (n=300, 1 RCT, RR 0.07 CI 0.03 to 0.2, NNT 2 CI 3 to 1). Aripiprazole presented a lesser risk of sinus tachycardia (n=289, 1 RCT, RR 0.09 CI 0.01 to 0.8, NNT 22 CI 63 to 13) and blurred vision (n=308, 1 RCT, RR 0.19 CI 0.1 to 0.7, NNT 14 CI 25 to 10); but enhanced risk of occurrence of dizziness (n=957, 3 RCT, RR 1.88 CI 1.1 to 3.2, NNH 20 CI 33 to 14) and nausea (n=957, 3 RCT, RR 3.03 CI 1.5 to 6.1, NNH 17 CI 25 to 13). Attrition rates were high in both groups, although significantly more participants in the aripiprazole group completed the study in the long term (n=1294, 1 RCT, RR 0.81 CI 0.8 to 0.9 NNT 8 CI 5 to 14).

Authors' conclusions

Aripiprazole differs little from typical antipsychotic drugs with respect to efficacy, however it presents significant advantages in terms of tolerability. Clearly reported pragmatic short, medium and long term randomised controlled trials are required to replicate and validate these findings and determine the position of aripiprazole in everyday clinical practice.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Aripiprazole versus typical antipsychotic drugs for schizophrenia

Schizophrenia is a severe mental illness which mostly affects people in early adulthood. The symptoms of schizophrenia are perceptions without cause (hallucinations), fixed false beliefs (delusions) and/or apathy, slowing and less movement or thought. People with this condition are usually treated with antipsychotic medication but there are a significant number of people receiving this treatment who don’t respond, or develop uncomfortable adverse effects. Aripiprazole is a new medication which acts differently in the brain to other antipsychotics and may benefit people who have been resistant to treatment so far. This review compares aripiprazole to the older ‘typical’ antipsychotics.

The data for nine clinical trials containing a total of 3622 patients were analysed. In the trials of less than 12 weeks that reported improvement of general well-being and mental state, there was no statistically significant difference between typical antipsychotics and aripiprazole. However, when looking at adverse effects, people on aripiprazole were less likely to suffer from movement side effects, blurred vision, high levels of the hormone prolactin or increased heart rate. These people were also less likely to withdraw their consent to being in the study in short (less than 12 weeks) and longer (more than 12 weeks) trials. Conversely, people on typical antipsychotics were significantly less likely to feel dizzy or nauseous. These trials were all quite different from each other - they had varying settings, enrolled different groups of people, were for varying lengths of times (from 24 hours to 52 weeks) and compared aripiprazole to different first generation antipsychotics. This made it difficult to compare outcomes from trial to trial. In addition, a lot of the data were not able to be used because measurements were not given in full. This medication looks promising but there needs to be more trials, particularly longer-term well-planned trials.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org).

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Aripiprazole versus antipsychotiques typiques dans le traitement de la schizophrénie

Contexte

L'aripiprazole est un médicament antipsychotique relativement nouveau, considéré comme le prototype d'une troisième génération d'antipsychotiques ; les stabilisateurs du système dopamine-sérotonine. Dans cette revue, nous avons examiné l'efficacité et la tolérabilité de l'aripiprazole par rapport aux antipsychotiques typiques.

Objectifs

Évaluer les effets de l'aripiprazole par rapport à d'autres antipsychotiques typiques chez les patients souffrant de schizophrénie et de psychoses schizophréniformes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (novembre 2007), qui se base sur des recherches régulières issues de BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO. Les références bibliographiques de toutes les études identifiées ont été inspectées afin d’identifier d’autres essais. Nous avons contacté les sociétés pharmaceutiques concernées, les agences d'approbation des médicaments et les auteurs des essais afin d’obtenir davantage d'informations.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés comparant de l'aripiprazole à des antipsychotiques typiques chez les patients souffrant de schizophrénie ou de psychoses schizophréniformes.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites indépendamment. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % sur une base d'intention de traiter, à partir d’un modèle à effets aléatoires. Le nombre de sujets à traiter (NST)/nombre nécessaire pour nuire (NNN) ont été calculés lorsque cela était approprié. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP), de nouveau sur la base d’un modèle à effets aléatoires. Nous avons contacté les représentants de Bristol Myers Squibb pharmaceuticals (UK) pour obtenir des données supplémentaires.

Résultats principaux

Nous avons inclus neuf essais randomisés comprenant 3 122 patients et comparant de l'aripiprazole à des antipsychotiques typiques. Aucune des études ne rapportait de données concernant la rechute - notre critère de jugement principal. Le taux attrition était élevé et les données étaient mal documentées. Les participants sous aripiprazole présentaient des résultats comparables à ceux des patients recevant des médicaments typiques en termes d'amélioration de l'état global et de l'état mental. L'aripiprazole présentait un avantage significatif par rapport aux antipsychotiques typiques en termes de réduction de l’incidence des symptômes extrapyramidaux (n = 968, 3 ECR, RR de 0,46, IC entre 0,3 et 0,9, NST de 13, IC entre 17 et 10) et en particulier de l'akathisie (n = 897, 3 ECR, RR de 0,39, IC entre 0,3 et 0,6, NST de 11, IC entre 14 et 9). Moins de participants sous aripiprazole développaient une hyperprolactinémie (n = 300, 1 ECR, RR de 0,07, IC entre 0,03 et 0,2, NST de 2, IC entre 3 et 1). L'aripiprazole était associé à un risque inférieur de tachycardie sinusale (n = 289, 1 ECR, RR de 0,09, IC entre 0,01 et 0,8, NST de 22, IC entre 63 et 13) et de vision trouble (n = 308, 1 ECR, RR de 0,19, IC entre 0,1 et 0,7, NST de 14, IC entre 25 et 10) ; mais à un risque accru d’étourdissements (n = 957, 3 ECR, RR de 1,88, IC entre 1,1 et 3,2, NNN de 20, IC entre 33 et 14) et de nausées (n = 957, 3 ECR, RR de 3,03, IC entre 1,5 et 6,1, NNN de 17, IC entre 25 et 13). Les taux d'attrition étaient élevés dans les deux groupes, mais un nombre de participants significativement plus élevé du groupe de l’aripiprazole avaient été jusqu’au bout de l'étude à long terme (n = 1 294, 1 ECR, RR de 0,81, IC entre 0,8 et 0,9, NST de 8, IC entre 5 et 14).

Conclusions des auteurs

L'aripiprazole diffère peu des antipsychotiques typiques en termes d’efficacité, mais il présente des avantages significatifs en termes de tolérabilité. Des essais contrôlés randomisés pragmatiques et clairement documentés à court, moyen et long termes sont nécessaires afin de répliquer et de valider ces résultats, et de déterminer la place de l'aripiprazole dans la pratique clinique quotidienne.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Aripiprazole versus antipsychotiques typiques dans le traitement de la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale grave qui affecte principalement les jeunes adultes. Les symptômes de la schizophrénie sont des perceptions sans cause (hallucinations), des fausses croyances persistantes (idées délirantes) et/ou une apathie, un ralentissement ou un amoindrissement des mouvements ou de la pensée. Les personnes souffrant de cette maladie sont habituellement traités avec des antipsychotiques, mais un grand nombre de patients ne répondent pas à ces traitements ou développent des effets indésirables inconfortables. L'aripiprazole est un nouveau médicament qui agit différemment des autres antipsychotiques dans le cerveau et qui pourrait aider les patients qui avaient résisté au traitement jusqu'alors. Cette revue compare l'aripiprazole à d'autres antipsychotiques dits typiques, plus anciens.

Les données de neuf essais cliniques comprenant un total de 3 622 patients ont été analysées. Dans les essais de moins de 12 semaines qui rapportaient une amélioration du bien-être général et de l'état mental, il n'existait pas de différence statistiquement significative entre les antipsychotiques typiques et l'aripiprazole. Néanmoins, concernant les effets indésirables, les patients sous aripiprazole étaient moins susceptibles de présenter des effets secondaires moteurs, une vision trouble, des niveaux élevés de l’hormone prolactine ou une augmentation du rythme cardiaque. Ces patients étaient moins susceptibles de retirer leur consentement à participer aux études dans les essais courts (moins de 12 semaines) et plus longs (plus de 12 semaines). À l’inverse, les patients sous antipsychotiques typiques étaient moins susceptibles de ressentir des étourdissements ou des nausées. Ces essais étaient tous très différents les uns des autres - ils portaient sur des environnements différents, recrutaient des groupes de patients différents, présentaient des durées différentes (entre 24 heures et 52 semaines) et comparaient l'aripiprazole à différents antipsychotiques de première génération. Il était donc difficile de comparer les résultats des différents essais. De plus, de nombreuses données n'étaient pas disponibles car les mesures n’étaient pas fournies dans leur intégralité. Ce médicament semble prometteur mais il est nécessaire de conduire davantage d'essais, en particulier des essais bien planifiés et à long terme.

(Résumé simplifié préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, UK www.rethink.org).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux