Intervention Review

Olanzapine versus other atypical antipsychotics for schizophrenia

  1. Katja Komossa1,*,
  2. Christine Rummel-Kluge2,
  3. Heike Hunger3,
  4. Franziska Schmid3,
  5. Sandra Schwarz3,
  6. Lorna Duggan4,
  7. Werner Kissling3,
  8. Stefan Leucht3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 17 MAR 2010

Assessed as up-to-date: 21 MAY 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD006654.pub2

How to Cite

Komossa K, Rummel-Kluge C, Hunger H, Schmid F, Schwarz S, Duggan L, Kissling W, Leucht S. Olanzapine versus other atypical antipsychotics for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 3. Art. No.: CD006654. DOI: 10.1002/14651858.CD006654.pub2.

Author Information

  1. 1

    Technische Universität München, Klinikum rechts der Isar, Klinik und Poliklinik für Psychosomatische und Medizin und Psychotherapie, München, Germany

  2. 2

    Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie der Universität Leipzig, 04103 Leipzig, Germany

  3. 3

    Technische Universität München Klinikum rechts der Isar, Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie, München, Germany

  4. 4

    Kneeswork House Hosptial, Herts, UK

*Katja Komossa, Klinik und Poliklinik für Psychosomatische und Medizin und Psychotherapie, Technische Universität München, Klinikum rechts der Isar, Moehlstrasse 26, München, 81675, Germany. k.komossa@lrz.tu-muenchen.de.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 17 MAR 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

In many countries of the industrialised world second generation ("atypical") antipsychotics have become the first line drug treatment for people with schizophrenia. The question as to whether, and if so how much, the effects of the various second generation antipsychotics differ is a matter of debate. In this review we examined how the efficacy and tolerability of olanzapine differs from that of other second generation antipsychotics.

Objectives

To evaluate the effects of olanzapine compared to other atypical antipsychotics for people with schizophrenia and schizophrenia-like psychosis.

Search methods

1. Electronic searching
We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (April 2007) which is based on regular searches of BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO.

2. Reference searching
We inspected the reference of all identified studies for more trials.

3. Personal contact
We contacted the first author of each included study for missing information.

4. Drug companies
We contacted the manufacturers of all atypical antipsychotics included for additional data.

Selection criteria

We included all randomised trials that used at least single-blind (rater-blind) design, comparing oral olanzapine with oral forms of amisulpride, aripiprazole, clozapine, quetiapine, risperidone, sertindole, ziprasidone or zotepine in people with schizophrenia or schizophrenia-like psychosis.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For dichotomous data we calculated relative risks (RR) and their 95% confidence intervals (CI) on an intention-to-treat basis based on a random effects model. We calculated numbers needed to treat/harm (NNT/NNH) where appropriate. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD) again based on a random effects model.

Main results

The review currently includes 50 studies and 9476 participants which provided data for six comparisons (olanzapine compared to amisulpride, aripiprazole, clozapine, quetiapine, risperidone or ziprasidone). The overall attrition from the included studies was considerable (49.2%) leaving the interpretation of results problematic.

Olanzapine improved the general mental state (PANSS total score) more than aripiprazole (2 RCTs, n=794, WMD -4.96 CI -8.06 to -1.85), quetiapine (10 RCTs, n=1449, WMD -3.66 CI -5.39 to -1.93), risperidone (15 RCTs, n=2390, WMD -1.94 CI -3.31 to -0.58) and ziprasidone (4 RCTs, n=1291, WMD -8.32 CI -10.99 to -5.64), but not more than amisulpride or clozapine. This somewhat better efficacy was confirmed by fewer participants in the olanzapine groups leaving the studies early due to inefficacy of treatment compared to quetiapine (8 RCTs, n=1563, RR 0.56 CI 0.44 to 0.70, NNT 11 CI 6 to 50), risperidone (14 RCTs, n=2744, RR 0.78 CI 0.62 to 0.98, NNT 50 CI 17 to 100) and ziprasidone (5 RCTs, n=1937, RR 0.64 CI 0.51 to 0.79, NNT 17, CI 11 to 33).

Fewer participants in the olanzapine group than in the quetiapine (2 RCTs, n=876, RR 0.56 CI 0.41 to 0.77, NNT 11 CI 7 to 25) and ziprasidone (2 RCTs, n=766, RR 0.65 CI 0.45 to 0.93, NNT 17 CI 9 to 100) treatment groups, but not in the clozapine group (1 RCT, n=980, RR 1.28 CI 1.02 to 1.61, NNH not estimable), had to be re-hospitalised in the trials.

Except for clozapine, all comparators induced less weight gain than olanzapine (olanzapine compared to amisulpride: 3 RCTs, n=671, WMD 2.11kg CI 1.29kg to 2.94kg; aripiprazole: 1 RCT, n=90, WMD 5.60kg CI 2.15kg to 9.05kg; quetiapine: 7 RCTs, n=1173, WMD 2.68kg CI 1.10kg to 4.26kg; risperidone: 13 RCTs, n=2116, WMD 2.61kg CI 1.48kg to 3.74kg; ziprasidone: 5 RCTs, n=1659, WMD 3.82kg CI 2.96kg to 4.69kg). Associated problems such as glucose and cholesterol increase were usually also more frequent in the olanzapine group.

Other differences in adverse effects were less well documented. Nevertheless, olanzapine may be associated with slightly more extrapyramidal side effects than quetiapine (use of antiparkinson medication (6 RCTs, n=1090, RR 2.05 CI 1.26 to 3.32, NNH 25 CI 14 to 100), but less than risperidone (use of antiparkinson medication 13 RCTs, n=2599, RR 0.78 CI 0.65 to 0.95, NNH 17 CI 9 to 100) and ziprasidone (use of antiparkinson medication 4 RCTs, n=1732, RR 0.70 CI 0.50 to 0.97, NNH not estimable). It may also increase prolactin somewhat more than aripiprazole, clozapine and quetiapine, but clearly less so than risperidone (6 RCTs, n=1291, WMD -22.84 CI -27.98 to -17.69).

Authors' conclusions

Olanzapine may be a somewhat more efficacious drug than some other second generation antipsychotic drugs. This small superiority in efficacy needs to be weighed against a larger weight gain and associated metabolic problems than most other second generation antipsychotic drugs, except clozapine. These conclusions are tentative due to the large number of people leaving the studies early which possibly limits the validity of the findings. Further large, well-designed trials are necessary to establish the relative effects of different second generation antipsychotic drugs.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Olanzapine versus other atypical antipsychotics for schizophrenia

This review examined the effects of olanzapine compared to other second generation antipsychotic drugs for schizophrenia. We identified 50 relevant studies with 9476 participants, comparing olanzapine with amisulpride, aripiprazole, clozapine, quetiapine, risperidone and ziprasidone. Comparisons of olanzapine with the second generation antipsychotic drugs sertindole or zotepine are currently not available. Olanzapine was somewhat more efficacious than aripiprazole, quetiapine, risperidone and ziprasidone, whereas there was no efficacy difference compared to amisulpride and clozapine. The main disadvantage of olanzapine was its higher weight gain and associated metabolic problems compared to all other second generation antipsychotic drugs, except for clozapine.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Olanzapine versus autres antipsychotiques atypiques dans le traitement de la schizophrénie

Contexte

Dans de nombreux pays industrialisés, les antipsychotiques de deuxième génération (atypiques) sont devenus le traitement de première intention chez les patients souffrant de schizophrénie. La question de savoir si les effets des différents antipsychotiques de deuxième génération diffèrent, et à quel point, est sujette à débat. Dans cette revue, nous avons examiné l'efficacité et la tolérabilité de l'olanzapine par rapport à d’autres antipsychotiques de deuxième génération.

Objectifs

Évaluer les effets de l'olanzapine par rapport à d’autres antipsychotiques atypiques chez les patients atteints de schizophrénie et de psychoses schizophréniformes.

Stratégie de recherche documentaire

1. Recherche électronique
Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (avril 2007), basé sur des recherches régulières dans BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO.

2. Recherche de références bibliographiques
Les références de toutes les études pertinentes ont été inspectées afin d’identifier d’autres d'essais.

3. Contact personnel
L’auteur principal de chaque étude a été contacté afin d’obtenir des informations manquantes.

4. Compagnies pharmaceutiques
Les fabricants de tous les antipsychotiques atypiques inclus ont été contactés afin d’obtenir des données supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés au moins en simple aveugle (assignation en aveugle de l’évaluateur) qui comparaient l'olanzapine orale aux formes orales d'amisulpride, d'aripiprazole, de clozapine, de quétiapine, de rispéridone, de sertindole, de ziprasidone ou de zotépine chez les patients atteints de schizophrénie ou de psychoses schizophréniformes.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de façon indépendante. Pour les données dichotomiques, les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés sur une base d'intention de traiter à partir d’un modèle à effets aléatoires. Le nombre de sujets à traiter/nombre nécessaire pour nuire (NST/NNN) ont été calculés le cas échéant. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP), de nouveau sur la base d’un modèle à effets aléatoires.

Résultats Principaux

La revue inclut actuellement 50 études comprenant 9 476 participants qui ont fourni des données pour 6 comparaisons (olanzapine par rapport à amisulpride, aripiprazole, clozapine, quétiapine, rispéridone ou ziprasidone). L'attrition générale des études incluses était considérable (49,2 %), ce qui rendait problématique l'interprétation des résultats.

L'olanzapine améliorait l'état mental général (score ESPN total) davantage que l'aripiprazole (2 ECR, n = 794, DMP de -4,96, IC entre -8,06 et -1,85), la quétiapine (10 ECR, n = 1 449, DMP de -3,66, IC entre -5,39 et -1,93), la rispéridone (15 ECR, n = 2 390, DMP de -1,94, IC entre -3,31 et -0,58) et la ziprasidone (4 ECR, n = 1 291, DMP de -8,32, IC entre -10,99 et -5,64), mais pas plus que l'amisulpride ou la clozapine. Cette efficacité légèrement supérieure était confirmée par un nombre inférieur d’arrêts prématurés pour cause d’inefficacité dans les groupes sous olanzapine par rapport à la quétiapine (8 ECR, n = 1 563, RR de 0,56, IC entre 0,44 et 0,70, NST de 11, IC entre 6 et 50), à la rispéridone (14 ECR, n = 2 744, RR de 0,78, IC entre 0,62 et 0,98, NST de 50, IC entre 17 et 100) et à la ziprasidone (5 ECR, n = 1 937, RR de 0,64, IC entre 0,51 et 0,79, NST de 17, IC entre 11 et 33).

Moins de participants du groupe de l’olanzapine, par rapport à la quétiapine (2 ECR, n = 876, RR de 0,56, IC entre 0,41 et 0,77, NST de 11, IC entre 7 et 25) et à la ziprasidone (2 ECR, n = 766, RR de 0,65, IC entre 0,45 et 0,93, NST de 17, IC entre 9 et 100) mais pas par rapport à la clozapine (1 ECR, n = 980, RR de 1,28, IC entre 1,02 et 1,61, NNN non estimable) ont dû être réhospitalisés pendant les essais.

À l’exception de la clozapine, tous les comparateurs induisaient moins de prise de poids que l'olanzapine (olanzapine versus amisulpride : 3 ECR, n = 671, DMP de 2,11 kg, IC entre 1,29 kg et 2,94 kg ; aripiprazole : 1 ECR, n = 90, DMP de 5,60 kg, IC entre 2,15 kg et 9,05 kg ; quétiapine : 7 ECR, n = 1 173, DMP de 2,68 kg, IC entre 1,10 kg et 4,26 kg ; rispéridone : 13 ECR, n = 2 116, DMP de 2,61 kg, IC entre 1,48 kg et 3,74 kg ; ziprasidone : 5 ECR, n = 1 659, DMP de 3,82 kg, IC entre 2,96 kg et 4,69 kg). Les problèmes associés, comme l'augmentation de la glycémie et du cholestérol, étaient généralement plus fréquents dans le groupe de l’olanzapine.

Les autres différences en termes d’effets indésirables étaient moins bien documentées. Néanmoins, l'olanzapine pourrait être associée à légèrement plus d'effets secondaires extrapyramidaux que la quétiapine (recours à des médicaments antiparkinsoniens (6 ECR, n = 1 090, RR de 2,05, IC entre 1,26 et 3,32, NNN de 25, IC entre 14 et 100), mais moins que la rispéridone (recours à des médicaments antiparkinsoniens, 13 ECR, n = 2 599, RR de 0,78, IC entre 0,65 et 0,95, NNN de 17, IC entre 9 et 100) et la ziprasidone (recours à des médicaments antiparkinsoniens, 4 ECR, n = 1 732, RR de 0,70, IC entre 0,50 et 0,97, NNN non estimable). Elle pourrait également entraîner une augmentation légèrement supérieure de la prolactine par rapport à l'aripiprazole, la clozapine et la quétiapine, mais nettement moins qu’avec la rispéridone (6 ECR, n = 1 291, DMP de -22,84, IC entre -27,98 et -17,69).

Conclusions des auteurs

L'olanzapine pourrait être légèrement plus efficace que d’autres antipsychotiques de deuxième génération. Cette petite supériorité en termes d'efficacité doit être mise en rapport avec une prise de poids et des problèmes métaboliques associés plus importants qu’avec la plupart des autres antipsychotiques de deuxième génération, à l'exclusion de la clozapine. Ces conclusions sont provisoires en raison du grand nombre de patients qui abandonnaient les études prématurément, ce qui pourrait limiter la validité des résultats. D’autres essais à grande échelle bien planifiés sont nécessaires afin d’établir les effets relatifs des différents antipsychotiques de deuxième génération.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Olanzapine versus autres antipsychotiques atypiques dans le traitement de la schizophrénie

Olanzapine versus autres antipsychotiques atypiques dans le traitement de la schizophrénie

Cette revue a examiné les effets de l'olanzapine par rapport à d’autres antipsychotiques de deuxième génération dans la schizophrénie. 50 études pertinentes incluant 9 476 participants ont été identifiées, comparant l'olanzapine à l'amisulpride, l'aripiprazole, la clozapine, la quétiapine, la rispéridone et la ziprasidone. Les comparaisons entre l'olanzapine et les antipsychotiques de deuxième génération sertindole ou zotépine ne sont pas actuellement disponibles. L'olanzapine était légèrement plus efficace que l'aripiprazole, la quétiapine, la rispéridone et la ziprasidone, mais il n'y avait pas de différence d’efficacité par rapport à l'amisulpride et la clozapine. Le principal inconvénient de l'olanzapine était une prise de poids plus importante et des problèmes métaboliques associés par rapport à tous les autres antipsychotiques de deuxième génération, sauf la clozapine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd May, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux