Intervention Review

Locomotor training for walking after spinal cord injury

  1. Jan Mehrholz1,*,
  2. Joachim Kugler2,
  3. Marcus Pohl3

Editorial Group: Cochrane Injuries Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 15 NOV 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD006676.pub3


How to Cite

Mehrholz J, Kugler J, Pohl M. Locomotor training for walking after spinal cord injury. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD006676. DOI: 10.1002/14651858.CD006676.pub3.

Author Information

  1. 1

    Private European Medical Academy of the Klinik Bavaria Kreischa, Head, Insitute of Science, Kreischa, Germany

  2. 2

    Dresden Medical School, University of Dresden, Department of Public Health, Dresden, Germany

  3. 3

    Klinik Bavaria Kreischa, Department of Neurology and Multi-disciplinary Rehabilitation, Kreischa, Germany

*Jan Mehrholz, Head, Insitute of Science, Private European Medical Academy of the Klinik Bavaria Kreischa, Kreischa, Germany. jan.mehrholz@klinik-bavaria.de.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

A traumatic spinal cord injury (SCI) is a lesion of neural elements of the spinal cord that can result in any degree of sensory and motor deficit, autonomic or bowel dysfunction. Improvement of locomotor function is one of the primary goals for people with SCI. Locomotor training for walking is therefore used in rehabilitation after SCI and might help to improve a person's ability to walk. However, a systematic review of the evidence is required to assess the effects and acceptability of locomotor training after SCI.

Objectives

To assess the effects of locomotor training on improvement in walking for people with traumatic SCI.

Search methods

We searched the Cochrane Injuries Group's Specialised Register (searched November 2011); the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, Issue 4); MEDLINE (Ovid) (1966 to November 2011); EMBASE (Ovid) (1980 to November 2011); CINAHL (1982 to November 2011); AMED (Allied and Complementary Medicine Database) (1985 to November 2011); SPORTDiscus (1949 to November 2011); PEDro (the Physiotherapy Evidence database) (searched November 2011); COMPENDEX (engineering databases) (1972 to November 2011); and INSPEC (1969 to November 2011). We also searched the online trials databases Current Controlled Trials (www.controlled-trials.com/isrctn) and Clinical Trials (www.clinicaltrials.gov). We handsearched relevant conference proceedings, checked reference lists of relevant published papers and contacted study authors in an effort to identify published, unpublished and ongoing trials.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) involving people with SCI that compared locomotor training to a control of any other exercise or no treatment.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials for inclusion, assessed trial quality and extracted data. The primary outcomes were the speed of walking and walking capacity at final follow-up.

Main results

Five RCTs involving 309 people are included in this review. Overall, the results were inconclusive. There was no statistically significant superior effect of any locomotor training approach on walking function after SCI compared with any other kind of physical rehabilitation. The use of bodyweight supported treadmill training as locomotor training for people after SCI did not significantly increase walking velocity (0.03 m/sec with a 95% confidence interval (CI) -0.05 to 0.11; P = 0.52; I2 = 22%) nor did it increase walking capacity (-1.3 metres (95% CI -41 to 40); P = 0.95; I2 = 62%). However, in one study involving 74 people the group receiving robotic-assisted locomotor training had reduced walking capacity compared with people receiving any other intervention, a finding which needs further investigation. In all five studies there were no differences in adverse events or drop-outs between study groups.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence from RCTs to conclude that any one locomotor training strategy improves walking function more than another for people with SCI. The effects especially of robotic-assisted locomotor training are not clear, therefore research in the form of large RCTs, particularly for robotic training, is needed. Specific questions about which type of locomotor training might be most effective in improving walking function for people with SCI need to be explored.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Providing locomotor training to people with spinal cord injury to improve walking ability

A traumatic spinal cord injury (SCI) is a lesion of neural elements of the spinal cord that can result in any degree of sensory and motor deficit, autonomic or bowel dysfunction. Locomotor training for walking is used in rehabilitation after spinal cord injury (SCI) and might help to improve a person's ability to walk. However, many strategies exist to improve this function, such as treadmill training with and without bodyweight support, robotic-assisted gait training and electrical stimulation.

Five randomised controlled trials were identified involving 309 people with spinal cord injury. None of the locomotor interventions had a beneficial or harmful effect on the people taking part. In all five studies there were no differences in adverse events or drop-outs between study groups. There is not enough evidence to conclude which locomotor training strategy is most effective in improving walking ability in people with spinal cord injury, or that locomotor training benefits a person's ability to walk over other kinds of rehabilitation.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Entraînement locomoteur à la marche après lésion de la moelle épinière

Contexte

Une lésion de la moelle épinière (LME) traumatique est une atteinte à des éléments nerveux de la moelle épinière pouvant entraîner un degré quelconque de déficit sensoriel et moteur, de dysautonomie ou de dysfonctionnement de l'intestin. L'amélioration de la fonction locomotrice est l'un des principaux objectifs pour les personnes souffrant de LME. L'entraînement locomoteur pour la marche est utilisé en rééducation après lésion médullaire et pourrait contribuer à améliorer la capacité de la personne à marcher. Toutefois, une revue systématique des données est nécessaire pour évaluer les effets et l'acceptabilité de l'entraînement locomoteur après lésion médullaire.

Objectifs

Évaluer les effets de l'entraînement locomoteur sur l'amélioration de la marche chez les personnes souffrant de lésions médullaires traumatiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (en novembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 4), MEDLINE (Ovid) (de 1966 à novembre 2011), EMBASE (Ovid) (de 1980 à novembre 2011), CINAHL (de 1982 à novembre 2011), AMED (Allied and Complementary Medicine Database) (de 1985 à novembre 2011), SPORTDiscus (de 1949 à novembre 2011), PEDro (the Physiotherapy Evidence database) (recherche menée en novembre 2011), COMPENDEX (bases de données d'ingénierie) (de 1972 à novembre 2011) et INSPEC (de 1969 à novembre 2011). Nous avons également consulté les bases de données d'essais en ligne Current Controlled Trials (www.controlled-trials.com/isrctn) et Clinical Trials (www.clinicaltrials.gov). Nous avons recherché manuellement dans des actes de conférence adéquats, vérifié les références bibliographiques d'articles publiés pertinents et contacté des auteurs d'études dans le but d'identifier des essais publiés, non publiés ou en cours.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant des personnes atteintes de lésion médullaire et ayant comparé l'entraînement locomoteur à un contrôle constitué par un autre exercice ou l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure, évalué leur qualité et extrait les données de façon indépendante. Les principaux critères de jugement étaient la vitesse de marche et la capacité de marche en fin de suivi.

Résultats Principaux

Cinq ECR totalisant 309 femmes sont inclus dans cette revue. Au total, les résultats n'étaient pas concluants. Il n'y avait pas d'effet supérieur statistiquement significatif d'un quelconque entraînement locomoteur sur la fonction de marche après lésion médullaire, en comparaison avec tout autre type de rééducation physique. L'utilisation de l'entraînement sur tapis roulant avec support du poids corporel comme entraînement locomoteur pour les personnes après lésion médullaire n'avait pas augmenté significativement la vitesse de marche (0,03 m/s avec intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,05 à 0,11 ; P = 0,52; I2 = 22 %) ni la capacité de marche (-1,3 mètres (IC à 95% -41 à 40) ; P = 0,95 ; I2 = 62 %). Cependant, dans une étude portant sur 74 personnes, le groupe ayant reçu un entraînement locomoteur assisté par robot avait eu une capacité de marche réduite par rapport aux personnes ayant bénéficié de toute autre intervention ; ce résultat nécessite des investigations supplémentaires. Dans aucune des cinq études il n'y avait eu de différence entre les groupes au niveau des événements indésirables ou des sorties d'étude.

Conclusions des auteurs

Les résultats des ECR ne permettent pas de conclure qu'une stratégie d'entraînement locomoteur spécifique améliore mieux qu'une autre la fonction de marche pour les personnes atteintes de lésion médullaire. Les effets, en particulier de l'entraînement locomoteur assisté par robot, ne sont pas clairs et l'on a donc besoin de recherches prenant la forme de vastes ECR, tout particulièrement concernant l'entraînement robotisé. Des questions précises sur le type d'entraînement locomoteur pouvant être le plus efficace pour améliorer la fonction de la marche chez les personnes atteintes de lésion médullaire devront être étudiées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Entraînement locomoteur à la marche après lésion de la moelle épinière

Offrir un entraînement locomoteur aux personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière afin d'améliorer leur capacité à marcher

Une lésion de la moelle épinière (LME) traumatique est une atteinte à des éléments nerveux de la moelle épinière pouvant entraîner un degré quelconque de déficit sensoriel et moteur, de dysautonomie ou de dysfonctionnement de l'intestin. L'entraînement locomoteur pour la marche est utilisé en rééducation après une lésion de la moelle épinière (LME) et pourrait contribuer à améliorer la capacité de la personne à marcher. Toutefois, de nombreuses stratégies existent pour améliorer cette fonction, comme l'entraînement sur tapis roulant avec et sans support de poids corporel, l'entraînement à la marche assisté par robot et la stimulation électrique.

Cinq essais contrôlés randomisés ont été identifiés portant sur 309 personnes souffrant de lésions de la moelle épinière. Aucune des interventions locomotrices n'avait eu d'effet bénéfique ou néfaste sur les participants. Dans aucune des cinq études il n'y avait eu de différence entre les groupes au niveau des événements indésirables ou des sorties d'étude. Il n'y a pas suffisamment de données pour déterminer quelle stratégie d'entrainement locomoteur est plus efficace à améliorer la capacité de marche chez les personnes souffrant d'une lésion de la moelle épinière, ou pour conclure que l'entrainement locomoteur est meilleur pour la capacité de marche de la personne que d'autres formes de rééducation.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�