Intervention Review

Continuation and maintenance treatments for depression in older people

  1. Philip Wilkinson1,2,*,
  2. Zehanah Izmeth3

Editorial Group: Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 22 JUN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD006727.pub2


How to Cite

Wilkinson P, Izmeth Z. Continuation and maintenance treatments for depression in older people. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD006727. DOI: 10.1002/14651858.CD006727.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Oxford, Department of Psychiatry, Headington, UK

  2. 2

    Fulbrook Centre, Churchill Hospital, Oxford Health NHS Foundation Trust, Oxford, UK

  3. 3

    Torbay Hospital, Devon Partnership Trust, Torquay, Devon, UK

*Philip Wilkinson, philip.wilkinson@psych.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Depressive illness in older people causes significant suffering and health service utilisation. Relapse and recurrence rates are high.

Objectives

To examine the efficacy of antidepressants and psychological therapies in preventing the relapse and recurrence of depression in older people.

Search methods

Search of the Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Review Group's specialized register (the CCDANCTR) up to 22 June 2012. The CCDANCTR includes relevant randomised controlled trials from the following bibliographic databases: The Cochrane Library (all years), EMBASE, (1974 to date) MEDLINE (1950 to date) and PsycINFO (1967 to date). We handsearched relevant journals, contacted experts in the field and examined reference lists, conference proceedings and bibliographies.

Selection criteria

Both review authors independently selected studies. We included randomised controlled trials (RCTs) involving people aged 60 and over successfully treated for an episode of depression and randomised to receive continuation and maintenance treatment with antidepressants, psychological therapies, or combination.

Data collection and analysis

Data were extracted independently by the two authors.The primary outcome was relapse/recurrence rate of depression (reaching a cut-off on any depression rating scale) at six-monthly intervals. Secondary outcomes included global impression of change, social functioning, and deaths. Meta-analysis was performed using risk ratio for dichotomous outcomes and mean differences (MD) for continuous outcomes, with 95% confidence intervals.

Main results

Seven studies met the inclusion criteria (803 participants). Six compared antidepressant medication with placebo; two involved psychological therapies. There was marked heterogeneity between the studies.

Comparing antidepressants with placebo, at six months follow-up there was no significant difference. At 12 months follow-up there was a statistically significant difference favouring antidepressants in reducing recurrence compared with placebo (three RCTs, N = 247, RR = 0.67, 95% CI 0.55 to 0.82; NNTB = five). At 24 months there was no significant difference for antidepressants overall, however, for the subgroup of tricyclic antidepressants there was significant benefit (three RCTs, N = 169, RR = 0.70, 95% CI 0.50 to 0.99; NNTB = five). At 36 months there was no significant difference for antidepressants overall. There was no difference in treatment acceptability or death rates between antidepressant and placebo.

There was no significant difference between psychological treatment and antidepressant in recurrence rates at 12, 24, and 36 months (one RCT, N = 53) or between combination and antidepressant alone.

Overall, the included studies were at low risk of bias.

Authors' conclusions

The long-term benefits of continuing antidepressant medication in the prevention of recurrence of depression in older people are not clear and no firm treatment recommendations can be made on the basis of this review. Continuing antidepressant medication for 12 months appears to be helpful but this is based on only three small studies with relatively few participants using differing classes of antidepressants in clinically heterogeneous populations. Comparisons at other time points did not reach statistical significance. Data on psychological therapies and combined treatments are too limited to draw any conclusions.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Long term treatment for depression in older people

Depression is a common problem amongst older people. It gives rise to considerable suffering and disability and, even after successful treatment, it frequently recurs. The range of causes of depression in older people is more diverse than in younger adults which means that treatments that are effective in younger people may not be effective in older adults. Therefore, it is important to study the effects of treatments specifically in older adults.

This systematic review evaluated the efficacy and acceptability of antidepressant drugs, psychological therapies (talking treatments) and combinations of these treatments in preventing the recurrence of depression in people aged 60 and over who had recovered from depression while taking antidepressant medication.

Remaining on antidepressant drugs for one year appears to reduce the risk of depression returning from 61% to 42% but the benefits at other time intervals could not be determined. Antidepressant treatment appeared to be as well tolerated as placebo treatment. The benefits of psychological therapies were not clear, due to the small number of research studies.

This review cannot be used to make firm recommendations on the optimal long-term treatment of depression in older people due to the limited number and small size of research studies involved. Further research trials are required to clarify any benefits

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitements de continuation et d'entretien pour la dépression chez les personnes âgées

Contexte

La maladie dépressive chez les personnes âgées entraine une souffrance importante et une utilisation significative de services de santé. Les taux de rechute et de récidive sont élevés.

Objectifs

Examiner l'efficacité des antidépresseurs et des thérapies psychologiques dans la prévention de la rechute et de la récidive de la dépression chez les personnes âgées.

Stratégie de recherche documentaire

Recherche dans le registre des essais du Groupe thématique Cochrane sur la dépression, l’anxiété et la névrose (le CCDANCTR) jusqu'au 22 juin 2012. Le CCDANCTR comprend des essais contrôlés randomisés pertinents provenant des bases de données bibliographiques suivantes : The Cochrane Library (toutes les années), EMBASE (de 1974 à aujourd'hui), MEDLINE (de 1950 à aujourd'hui) et PsycINFO (de 1967 à aujourd'hui). Nous avons recherché manuellement dans des revues pertinentes, contacté des experts dans le domaine et passé au crible des références bibliographiques et des actes et bibliographies de conférences.

Critères de sélection

Les deux auteurs de la revue ont sélectionné les études de façon indépendante. Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant des personnes âgées de 60 ans et plus traitées avec succès pour un épisode de dépression et randomisées pour recevoir un traitement de continuation et d'entretien avec des antidépresseurs, des thérapies psychologiques ou une combinaison.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites indépendamment par les deux auteurs. Le principal critère de jugement était le taux de rechute/récidive de la dépression (atteignant un seuil sur une quelconque échelle de dépression) à intervalles de six mois. Les critères de jugement secondaires étaient notamment l'impression globale de changement, le fonctionnement social et les décès. La méta-analyse a été réalisée au moyen du risque relatif pour les données dichotomiques et de la différence moyenne pour les données continues, avec intervalles de confiance à 95 %.

Résultats Principaux

Sept études remplissaient les critères d'inclusion (803 participants). Six avaient comparé un antidépresseur à un placebo ; deux portaient sur des thérapies psychologiques. Il y avait une hétérogénéité marquée entre les études.

La comparaison d'antidépresseurs à un placebo ne montrait pas de différence significative à six mois de suivi. Après 12 mois de suivi il y avait une différence statistiquement significative en faveur des antidépresseurs par rapport au placebo dans la réduction de la récidive (trois ECR ; N = 247 ; RR = 0,67 ; IC à 95% 0,55 à 0,82 ; NST = cinq). À 24 mois il n'y avait pas de différence significative globale pour les antidépresseurs, mais il y avait cependant un bénéfice significatif pour le sous-groupe des antidépresseurs tricycliques (trois ECR ; N = 169 ; RR = 0,70 ; IC à 95% 0,50 à 0,99 ; NST = cinq). À 36 mois, il n'y avait globalement pas de différence significative pour les antidépresseurs. Il n'y avait pas de différence dans l'acceptabilité du traitement ou le taux de mortalité entre les antidépresseurs et le placebo.

Il n'y avait pas de différence significative entre traitement psychologique et antidépresseur concernant les taux de récidive à 12, 24 et 36 mois (un ECR, N = 53) ni entre la combinaison et l'antidépresseur seul.

Dans l'ensemble, les études incluses présentaient de faibles risques de biais.

Conclusions des auteurs

Les bénéfices à long terme de la poursuite du traitement par antidépresseurs dans la prévention des récidives de la dépression chez les personnes âgées ne sont pas clairs et aucune recommandation solide de traitement ne peut être formulée sur la base de cette revue. La prise continue d'antidépresseurs pendant 12 mois semble être utile, mais ceci n'est basé que sur trois petites études avec relativement peu de participants et utilisant des classes différentes d'antidépresseurs dans des populations cliniquement hétérogènes. Les comparaisons pour d'autres durées de suivi n'atteignaient pas le seuil de significativité statistique. Les données sur les thérapies psychologiques et les traitements combinés sont trop limitées pour permettre d'en tirer des conclusions.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitements de continuation et d'entretien pour la dépression chez les personnes âgées

Traitement à long terme de la dépression chez les personnes âgées

La dépression est un problème courant chez les personnes âgées. Elle donne lieu à des souffrances et à une invalidité considérables et, même après un traitement réussi, elle ressurgit fréquemment. La gamme des causes de dépression chez les personnes âgées est plus diversifiée que chez les adultes plus jeunes, ce qui signifie que les traitements qui sont efficaces chez ces derniers peuvent ne pas l'être chez les personnes âgées. Il est par conséquent important d'étudier spécifiquement les effets des traitements chez les personnes âgées.

Cette revue systématique a évalué l'efficacité et l'acceptabilité des antidépresseurs, des thérapies psychologiques (traitements par la parole) et de combinaisons de ces traitements pour la prévention de la récurrence de la dépression chez les personnes âgées de 60 ans et plus s'étant remis d'une dépression et prenant des antidépresseurs.

Rester sous antidépresseurs pendant un an semble réduire le risque de récurrence de la dépression de 61 % à 42 %, mais il n'a pas été possible de déterminer les bénéfices sur d'autres intervalles de temps. Le traitement antidépresseur semble être aussi bien toléré que le traitement placebo. Les bénéfices des thérapies psychologiques n'étaient pas clairs, en raison du petit nombre d'études menées.

Cette revue ne permet pas de faire des recommandations fermes sur le traitement optimal à long terme de la dépression chez les personnes âgées, en raison du nombre limité et de la taille modeste des recherches impliquées. De nouvelles recherches sont nécessaires pour mettre en lumière d'éventuels bénéfices.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�