Intervention Review

Anticonvulsants for cocaine dependence

  1. Silvia Minozzi1,*,
  2. Laura Amato1,
  3. Marina Davoli1,
  4. Michael F Farrell2,
  5. Anelise ARL Lima Reisser3,
  6. Pier Paolo Pani4,
  7. Mauricio Silva de Lima5,
  8. Bernardo GO Soares6,
  9. Simona Vecchi1

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 23 APR 2008

Assessed as up-to-date: 6 FEB 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD006754.pub2


How to Cite

Minozzi S, Amato L, Davoli M, Farrell MF, Lima Reisser AARL, Pani PP, Silva de Lima M, Soares BGO, Vecchi S. Anticonvulsants for cocaine dependence. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 2. Art. No.: CD006754. DOI: 10.1002/14651858.CD006754.pub2.

Author Information

  1. 1

    ASL RM/E, Department of Epidemiology, Rome, Italy

  2. 2

    University of New South Wales, National Drug and Alcohol Research Centre, Sydney, NSW, Australia

  3. 3

    Universidade Federal de Pelotas, Centro de Medicina Baseada em Evidências, Pelotas, RS, Brazil

  4. 4

    Health District 8 (ASL 8) Cagliari, Social-Health Division, Cagliari, Sardinia, Italy

  5. 5

    Eli Lilly & Co, Medical, Basingstoke, Hampshire, UK

  6. 6

    Universidade Federal de São Paulo, Brazilian Cochrane Centre, São Paulo, SP, Brazil

*Silvia Minozzi, Department of Epidemiology, ASL RM/E, Via di Santa Costanza, 53, Rome, 00198, Italy. minozzi.silvia@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 APR 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Cocaine dependence is a major public health problem that is characterized by recidivism and a host of medical and psychosocial complications. Although effective pharmacotherapy is available for alcohol and heroin dependence none exists currently for cocaine dependence despite two decades of clinical trials primarily involving antidepressant, anti convulsivant and dopaminergic medications. There has been extensive consideration of optimal pharmacological approaches to the treatment of cocaine dependence with consideration of both dopamine antagonists and agonists. Anticonvulsants have been candidates for the treatment of addiction based on the hypothesis that seizure kindling-like mechanisms contribute to addiction.

Objectives

To evaluate the efficacy and the acceptability of anticonvulsants for cocaine dependence

Search methods

We searched the Cochrane Drugs and Alcohol Groups specialised register (issue 4, 2007), MEDLINE (1966 - march 2007), EMBASE (1988 - march 2007), CINAHL (1982- to march 2007)

Selection criteria

All randomised controlled trials and controlled clinical trials which focus on the use of anticonvulsants medication for cocaine dependence

Data collection and analysis

Two authors independently evaluated the papers, extracted data, rated methodological quality

Main results

Fifteen studies (1066 participants) met the inclusion criteria for this review: the anticonvulsants drugs studied were carbamazepine, gabapentin, lamotrigine, phenytoin, tiagabine, topiramate, valproate. No significant differences were found for any of the efficacy measures comparing any anticonvulsants with placebo. Placebo was found to be superior to gabapentin in diminishing the number of dropouts, two studies, 81 participants, Relative Risk (RR) 3.56 (95% CI 1.07 to 11.82) and superior to phenythoin for side effects, two studies, 56 participants RR 2.12 (95% CI 1.08 to 4.17). All the other single comparisons are not statistically significant.

Authors' conclusions

Although caution is needed when assessing results from a limited number of small clinical trials at present there is no current evidence supporting the clinical use of anticonvulsants medications in the treatment of cocaine dependence. Aiming to answer the urgent demand of clinicians, patients, families, and the community as a whole for an adequate treatment for cocaine dependence, we need to improve the primary research in the field of addictions in order to make the best possible use out of a single study and to investigate the efficacy of other pharmacological agent.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Anticonvulsants for cocaine dependence.

Cocaine is an illicit drug used as a powder for intranasal or intravenous use or smoked as crack. Short and long-term use of this drug spreads infectious diseases (for example AIDS, hepatitis and tuberculosis), crime, violence and prenatal drug exposure. Cocaine dependence has medical and psychosocial complications and is a major public health problem. No proven pharmacological treatment exists for cocaine dependence. Antidepressant, anticonvulsants and dopaminergic medications have all been trialled. The present review looked at the efficacy and safety of anticonvulsant drugs for treating cocaine dependence, as a class and individually. The review authors identified 17 randomised controlled trials involving 1194 participants, 80% male, with a mean age of 36 years. The mean duration of the trials was 11 weeks (range 1 to 24 weeks). All the trials were conducted in USA, 16 as outpatients. Very limited evidence can be drawn from the included trials. No significant differences were found between a placebo and any anticonvulsant in reducing the number of dropouts from treatment, use of cocaine, craving, and severity of dependence, depression or anxiety. Placebo was superior to gabapentin in reducing the number of dropouts from treatment (two studies) and use of cocaine. Gabapentin (one study, 95 participants) and phenytoin (two studies, 56 participants) had a greater number of side effects than the placebo. Although the methodological quality of the included studies was good, the sample sizes were small. Most anticonvulsants were used in single studies. Health effects of various substances of abuse seem to be strongly dependent on social context and the location of the studies could affect the treatment effect. Different rating systems were used and symptoms were not categorised as mild, moderate or severe to allow comparison of results between studies.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Anticonvulsivants contre la dépendance à la cocaïne

Contexte

La dépendance à la cocaïne est un problème de santé publique majeur caractérisé par le récidivisme et une multitude de complications médicales et psychosociales. Bien qu'une pharmacothérapie efficace soit disponible pour la dépendance à l'alcool et à l'héroïne, aucune n'existe actuellement pour la dépendance à la cocaïne, malgré deux décennies d'essais cliniques portant principalement sur les antidépresseurs, les anticonvulsivants et les dopaminergiques. Une réflexion approfondie a été menée sur les approches pharmacologiques optimales du traitement de la dépendance à la cocaïne, aussi bien à base d'antagonistes que d'agonistes de la dopamine. En se basant sur l'hypothèse selon laquelle les mécanismes qui favorisent les crises contribuent à l'addiction, on a envisagé d'utiliser les anticonvulsivants pour le traitement de l'addiction.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'acceptabilité des anticonvulsivants contre la dépendance à la cocaïne

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les drogues et l’alcool (numéro 4 2007), dans MEDLINE (1966 - mars 2007), EMBASE (1988 - mars 2007), CINAHL (1982 - mars 2007)

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés et les essais cliniques contrôlés axés sur l'utilisation des anticonvulsivants contre la dépendance à la cocaïne

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué les articles, extrait les données et noté la qualité méthodologique de façon indépendante.

Résultats Principaux

Quinze études (1 066 participants) répondaient aux critères d'inclusion de cette revue : les anticonvulsivants étudiés étaient la carbamazépine, la gabapentine, la lamotrigine, la phénytoïne, la tiagabine, le topiramate et le valproate. Aucune différence significative n'a été notée pour les mesures de l'efficacité comparant les différents anticonvulsivants à un placebo. Le placebo s'est avéré plus efficace que la gabapentine pour réduire le nombre de sorties d'étude, deux études, 81 participants, risque relatif (RR) 3,56 (IC à 95 % 1,07 à 11,82) et il donnait de meilleurs résultats que la phénytoïne en matière d'effets secondaires, deux études, 56 participants, RR 2,12 (IC à 95 % 1,08 à 4,17). Aucune des autres comparaisons individuelles n'est statistiquement significative.

Conclusions des auteurs

Bien qu'il convienne de faire preuve de prudence lorsque l'on évalue les résultats d'un nombre limité de petits essais cliniques, actuellement il n'existe aucune donnée permettant d'étayer l'utilisation clinique des anticonvulsivants dans le traitement de la dépendance à la cocaïne. Afin de répondre à la demande pressante des cliniciens, des patients, des familles et de la communauté dans son ensemble, qui souhaitent un traitement adapté à la dépendance à la cocaïne, nous devons améliorer la recherche primaire dans le domaine des addictions afin d'utiliser au mieux une étude isolée et d'étudier l'efficacité des autres agents pharmacologiques.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Anticonvulsivants contre la dépendance à la cocaïne

Anticonvulsivants contre la dépendance à la cocaïne.

La cocaïne est une drogue illicite qui se présente sous la forme d'une poudre à consommer par voie intranasale ou intraveineuse ou qui se fume sous forme de crack. La consommation à court et à long terme de cette drogue favorise la propagation de maladies infectieuses (par exemple Sida, hépatite et tuberculose), le développement de la criminalité et de la violence, et l'exposition néonatale aux médicaments. La dépendance à la cocaïne entraîne des complications médicales et psychosociales et constitue un problème de santé publique majeur. Aucun traitement pharmacologique éprouvé n'existe pour la dépendance à la cocaïne. Les antidépresseurs, les anticonvulsivants et les dopaminergiques ont tous été soumis à des essais. La présente revue a examiné l'efficacité et l'innocuité des anticonvulsivants dans le traitement de la dépendance à la cocaïne, par classe et individuellement. Les auteurs de la revue ont identifié 17 essais contrôlés randomisés portant sur 1 194 participants, représentés à 80 % par des hommes, dont l'âge moyen était de 36 ans. La durée moyenne des essais était de 11 semaines (entre 1 et 24 semaines). Tous les essais ont été réalisés aux États-Unis, 16 portant sur des patients non hospitalisés. Les données concluantes pouvant être extraites des essais sont très limitées. Aucune différence significative n’a été observée entre un placebo et un quelconque anticonvulsivant au niveau de la réduction du nombre de sorties d’étude liées au traitement, de la consommation de cocaïne, des envies impérieuses d'en consommer, et de la sévérité de la dépendance, de la dépression ou de l'anxiété. Le placebo donnait de meilleurs résultats que la gabapentine dans la réduction du nombre de sorties d’étude liées au traitement (deux études) et la consommation de cocaïne. La gabapentine (une étude, 95 participants) et la phénytoïne (deux études, 56 participants) entraînaient un plus grand nombre d'effets secondaires que le placebo. Bien que la qualité méthodologique des études incluses soit bonne, la taille des échantillons était petite. La plupart des anticonvulsivants n'étaient utilisés que dans des études isolées. Les effets sur la santé des diverses substances donnant lieu à des abus semblent fortement dépendants du contexte social, et la région où sont menées les études pourrait affecter l'effet des différents traitements. Différents systèmes d'évaluation ont été utilisés et les symptômes n'ont pas été classés comme étant légers, modérés ou sévères afin de permettre une comparaison des résultats entre les études.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

抗癲癇藥物用於治療古柯鹼依賴(cocaine dependence)

古柯鹼依賴是一項重要的公共衛生問題,其特性為累犯且有許多的醫學及心理社會後遺症。雖然酒精及海洛因成癮已有有效的治療藥物,但對於古柯鹼依賴的治療,儘管過去二十幾年的臨床試驗主要探討抗憂鬱劑,抗癲癇藥物及多巴胺藥物的效果,仍然沒有有效的藥物。目前廣泛的認為同時使用多巴胺拮抗劑及致效劑兩者來治療古柯鹼依賴是最適當的藥物選擇。抗癲癇藥物被認為可治療成癮者是依據癲癇的類興奮(kindlinglike)機轉有助於成癮的假說。

目標

評估抗癲癇藥物用於古柯鹼依賴的效益及可接受性。

搜尋策略

我們檢索the Cochrane Drugs and Alcohol Groups specialised register (2007年,第4期),MEDLINE (1966至2007年3月),EMBASE (1988至2007年3月),CINAHL (1982至2007年3月)。

選擇標準

所有探討抗癲癇藥物治療古柯鹼依賴之隨機對照試驗(randomised controlled trials)及對照臨床試驗(controlled clinical trials)。

資料收集與分析

兩名作者分別評估文章,摘錄資料,評價方法學的品質。

主要結論

15篇研究(1066名研究對象)符合這篇回顧的納入條件:所研究的抗癲癇藥物包括carbamazepine,gabapentin, lamotrigine,phenytoin,tiagabine,topiramate,valproate。無論是何種療效的測量,任何的抗癲癇藥物與安慰劑並無顯著差異。兩篇共包含81名研究對象的研究發現,在減少退出人數方面,安慰劑優於gabapentin,其相對危險(Relative Risk (RR))為3.56(95% CI為1.07至11.82),而另兩篇共56名研究對象的研究發現在副作用方面,安慰劑也優於phenythoin,其相對危險為2.12(95% CI 1.08至4.17)。所有其他的單一比較皆無統計顯著性。

作者結論

雖然目前結果來自於數量有限之小型臨床試驗時須謹慎的評估,但確實沒有證據支持臨床上使用抗癲癇藥物來治療古柯鹼依賴。為了回覆醫師,病患,家庭及社區整體迫切的要知道適當治療古柯鹼依賴的藥物,我們需要改善成癮這個領域的原始研究以得到答案而非僅是利用單一研究結果,且須研究其他藥物的效果。

翻譯人

本摘要由高雄榮民總醫院金沁琳翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

古柯鹼是一種違法的藥物,常以粉末於鼻內給予,靜脈注射使用或吸食使用。短期或長期使用這種藥物會散佈傳染疾病(如愛滋病,肝炎及結核病),犯罪,暴力及產前藥物暴露。古柯鹼依賴有藥物及心理社會上的併發症而,且是一項重要的公共衛生問題。目前沒有已證實有效的藥物可用於治療古柯鹼依賴。所有的抗憂鬱劑,抗癲癇藥物及多巴胺藥物皆已被研究過。本篇回顧著重於抗癲癇藥物(整類藥物或單一藥物)對於治療古柯鹼依賴之效果及安全性。作者篩選了17篇隨機對照試驗,共包含1194名研究對象,80%男性,平均年齡36歲。試驗平均期間為11週(範圍從1至24週)。所有的試驗都在美國進行,16篇為門診病患。從納入的試驗中僅能得到很有限的證據。安慰劑與任何的抗癲癇藥物對於減少退出治療人數,使用古柯鹼,成癮,及依賴嚴重度,憂鬱或焦慮方面並沒有顯著差異。由兩篇研究結果顯示在減少退出治療人數及使用古柯鹼上,安慰劑效果優於gabapentin。相較於安慰劑,gabapentin(一篇研究,95名研究對象)及phenytoin(兩篇研究,56名研究對象)有較多的副作用。雖然納入的試驗其研究方法品質良好,但樣本數小且大多數的抗癲癇藥物僅在單一研究中探討。各種物質濫用的健康影響似乎與社會背景有強烈的相關性,且治療效果也可能受研究地區不同而有影響。不同研究的結果比較允許採用不同的分級系統且症狀未分類為輕度,中度或嚴重。