This is not the most recent version of the article. View current version (31 JAN 2014)

Intervention Review

Progestational agents for treating threatened or established preterm labour

  1. Lin-Lin Su1,*,
  2. Miny Samuel2,
  3. Yap-Seng Chong1

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 20 JAN 2010

Assessed as up-to-date: 30 DEC 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD006770.pub2


How to Cite

Su LL, Samuel M, Chong YS. Progestational agents for treating threatened or established preterm labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No.: CD006770. DOI: 10.1002/14651858.CD006770.pub2.

Author Information

  1. 1

    National University of Singapore, Department of Obstetrics and Gynaecology, Yong Loo Lin School of Medicine, Singapore, Singapore

  2. 2

    Research Triangle Institute-Health Solutions, Manchester, UK

*Lin-Lin Su, Department of Obstetrics and Gynaecology, Yong Loo Lin School of Medicine, National University of Singapore, National University Hospital, 5 Lower Kent Ridge Wing, Singapore, 119074, Singapore. obgsll@nus.edu.sg.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 20 JAN 2010

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (31 JAN 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Prematurity is a leading cause of perinatal morbidity and mortality in many countries. Studies of various tocolytic agents have shown mixed results with little effect in improving pregnancy duration and insufficient data to confirm a definite beneficial effect on neonatal morbidity or mortality. Progesterone is known to have an inhibitory effect on uterine contractility and is thought to play a key role in the maintenance of pregnancy until term. Some investigators looked at the use of progestational agents for the treatment of threatened or established preterm labour. We surveyed the literature for studies on this subject with a view to performing a meta-analysis in order to assess the efficacy of progestational agents in the treatment of threatened or established preterm labour.

Objectives

To determine if the use of progestational agents is effective as a form of treatment or co-treatment for women with threatened or established preterm labour with intact membranes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (March 2009), CENTRAL (The Cochrane Library 2009, Issue 1), MEDLINE (1966 to January 2009) and EMBASE (1974 to January 2009). We checked references of articles and communicated with authors and pharmaceutical industry.

Selection criteria

Randomised controlled trials which compared progestational agents, given either alone or in combination with other tocolytics, with a control group receiving another tocolytic, placebo or no treatment, for the treatment of preterm labour.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data and assessed trial quality.

Main results

There are some data suggesting that the use of progestational agent resulted in a reduction of preterm deliveries at less than 37 weeks of gestation. The use of progestational agent may also attenuate the shortening of cervical length and reduce the frequency of uterine contractions. However, the analysis was limited by the small number of available studies. This review included four studies. However, the number of participants in each included study ranged from 35 to 60 which limits the power of the meta-analysis.

Authors' conclusions

Currently, there is insufficient evidence to advocate progestational agents as a tocolytic agents for women presenting with preterm labour.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Use of progesterone to treat preterm labour

Premature birth is associated with various medical problems for the newborn including death. The parents can experience emotional turmoil and the economic costs are high for the health systems. Various medications have been used to delay the onset of labour and prevent premature deliveries but with limited success. Some of the drugs have side-effects. Progesterone is a hormone which is known to suppress uterine activity and keep the uterus quiescent until term. Medications which mimic this hormone (progestational agents) were first tried in the late 1950s but interest waned. Recently, new trials studying the use of progestational agents both for prevention as well as treatment of preterm labour have been published. This review of the literature found four trials. We included data from a total of 192 women with threatened or established preterm labour with intact membranes. Two trials compared the use of progestational agents versus placebo in patients concurrently treated with another drug to reduce uterine contractions (tocolytic agent). The other two trials compared the use of progestational agents versus placebo alone. Limited evidence suggests that use of a progesterone, as a co-treatment, may reduce preterm deliveries at less than 37 weeks' gestation. Further larger studies are needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Agents progestationnels pour le traitement du risque supposé ou établi d'accouchement prématuré

Contexte

La prématurité est la principale cause de morbidité et de mortalité périnatale dans de nombreux pays. Les études sur différents agents tocolytiques ont donné des résultats hétérogènes avec un effet limité sur le prolongement de la durée de la grossesse et des données insuffisantes pour confirmer un effet bénéfique avéré sur la morbidité ou la mortalité néonatale. La progestérone est connue pour son effet inhibiteur sur la contractilité utérine et pourrait être incluse dans la prise en charge de la grossesse jusqu'à l'accouchement. Certains investigateurs ont étudié l'utilisation d'agents progestationnels pour le traitement du risque d'accouchement prématuré ou d'un début de travail prématuré. Notre analyse documentaire a porté sur les études sur ce sujet afin d'effectuer une méta-analyse permettant d'évaluer l'efficacité des agents progestationnels dans le traitement du risque d'accouchement prématuré ou de début de travail prématuré.

Objectifs

Déterminer si l'utilisation d'agents progestationnels est un traitement ou un traitement associé efficace pour les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré ou un début de travail prématuré dont les membranes sont intactes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (mars 2009), ainsi que dans CENTRAL (The Cochrane Library 2009, numéro 1), MEDLINE (de 1966 jusqu'en janvier 2009) et EMBASE (de 1974 jusqu'en janvier 2009). Nous avons consulté les bibliographies des articles et contacté les auteurs, ainsi que des professionnels du secteur pharmaceutique.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés comparant les agents progestationnels, administrés seuls ou en association avec d'autres tocolytiques, à un groupe témoin recevant un autre tocolytique, un placebo ou aucun traitement, pour le traitement de l'accouchement prématuré.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et évalué la qualité méthodologique des essais.

Résultats Principaux

Certaines données semblent indiquer que l'utilisation d'agents progestationnels permettrait de réduire les accouchements prématurés à moins de 37 semaines de gestation. L'utilisation d'agents progestationnels permettrait également de limiter le rapetissement de la longueur cervicale et de réduire la fréquence des contractions utérines. En revanche, les analyses disponibles sont limitées par le petit nombre d'études. Cette analyse documentaire a porté sur quatre études. En revanche, le nombre de participants à chaque étude était compris entre 35 et 60, ce qui limite la puissance de la méta-analyse.

Conclusions des auteurs

Actuellement, les preuves sont insuffisantes pour conseiller l'utilisation d'agents progestationnels comme agents tocolytiques pour les femmes présentant un travail prématuré.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Agents progestationnels pour le traitement du risque supposé ou établi d'accouchement prématuré

Utilisation de progestérone pour le traitement de l'accouchement prématuré

L'accouchement prématuré est associé à différents problèmes médicaux pour le nouveau-né, y compris son décès. Les parents peuvent souffrir d'un bouleversement affectif ; les coûts économiques sont élevés pour les systèmes de santé. Différents médicaments ont été utilisés pour retarder le début du travail et prévenir l'accouchement prématuré, sans grand succès. Certains de ces médicaments ont des effets secondaires. La progestérone est une hormone connue pour inhiber l'activité utérine et maintenir l'utérus au repos jusqu'à l'accouchement. Les médicaments qui imitent cette hormone (agents progestationnels) ont été utilisés au début des années 1950, mais l'intérêt à leur endroit s'est émoussé. De nouveaux essais sur l'utilisation des agents progestationnels pour la prévention et le traitement de l'accouchement prématuré ont récemment été publiés. Cette analyse documentaire a identifié quatre essais. Les données concernent 192 femmes présentant un risque d'accouchement prématuré ou un début de travail prématuré dont les membranes étaient intactes. Deux essais ont comparé l'utilisation d'agents progestationnels et d'un placebo chez des patientes simultanément traitées avec un autre médicament destiné à réduire les contractions utérines (agent tocolytique). Les deux autres essais ont comparé l'utilisation d'agents progestationnels à un placebo uniquement. Des résultats limités suggèrent que l'utilisation d'une progestérone, comme traitement associé, pourrait réduire les accouchements prématurés à moins de 37 semaines de gestation. Des études supplémentaires de plus grande envergure sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

以黃體激素類藥物治療具威脅性或是已發生的早發性宮縮

在許多國家當中,早產是周產期死亡及罹病的主因。關於宮縮抑制劑 (tocolytic agents) 的研究相當混亂,只有少許改善懷孕期間的效益,並且沒有足夠的數據可以確認對於新生兒死亡率及罹病率的效益。黃體素 (Progesterone) 有抑制子宮收縮的作用,被認為可用來維持妊娠直到期滿。有一些研究人員探討使用黃體激素類藥物,治療有威脅性或是已發生的早發性宮縮。我們審查關於此一主題的文獻,以期進行統合分析,評估採用黃體激素類藥物治療具有威脅性或是已發生早發性宮縮的效益。

目標

確認在胎膜完整的情況下,使用黃體激素類藥物是一種治療或合併治療具威脅性或是已發生的早發性宮縮的方式。

搜尋策略

搜尋Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (2009年3月) , CENTRAL (The Cochrane Library 2009年Issue 1), MEDLINE (1966年2009年1月) 及 EMBASE (1974年到2009年1月) 。檢查了文章的參考文獻,並且與作者以及藥廠連繫。

選擇標準

比較單獨使用黃體激素類藥物或合併其他宮縮抑制劑,並且有對照組 (其他種類宮縮抑制劑、安慰劑) 治療早發性宮縮的隨機對照試驗。

資料收集與分析

兩個回顧作者獨立的摘錄數據並且評估試驗品質。

主要結論

有些資料顯示使用黃體激素類藥物可以減少小於37周妊娠早產。使用黃體激素類藥物會減弱子宮頸縮短的長度,並且減少宮縮頻率。然而,分析受到究數量限制。這個文獻回顧收納了4個研究,每個研究的參與者從35 – 60位不等,限制了進一步進行統合分析的檢力。

作者結論

目前並沒有足夠的證據支持使用黃體激素類藥物作為宮縮抑制劑協助婦女預防早發性宮縮。

翻譯人

本摘要由沈文歆翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院 (National Health Research Institutes, Taiwan) 統籌。

總結

使用黃體激素治療早發性宮縮:早產會造成新生兒包括死亡等…許多醫療上的問題。父母將會遭到情緒上衝擊,而對於醫療體系來說也會付出極高的經濟成本。許多的藥物被用來延緩生產的進行及預防早產,不過效果有限。而有些藥物具有副作用。黃體激素是賀爾蒙的一種,可抑制子宮活動並且保持子宮靜止。仿造此類賀爾蒙的藥物 (黃體激素類藥物) 於1950年代晚期首次被使用,但是效益薄弱。目前,研究使用黃體激素類藥物來預防、治療早發性陣痛的新試驗已經發表。這篇文獻回顧發現了4個試驗。我們收納了共計來自192名婦女的資料 (胎膜完整,但具有威脅性或是已發生早發性陣痛) 。2個試驗在目前已經使用其他藥物減少宮縮的婦女身上,進行黃體激素類藥物與安慰劑之比較。另外2個試驗則僅比較黃體激素類藥物與安慰劑。有限的證據支持使用黃體激素作為合併治療,減少小於37周的早產。未來需要更進一步大型的研究。