Comparison of antiepileptic drugs, no treatment, or placebo for children with benign epilepsy with centro temporal spikes

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Benign Epilepsy with Centro Temporal Spikes (BECTS) is a common epilepsy syndrome with onset in childhood which almost always remits by adolescence. It is characterised by focal seizures associated with motor signs and somatosensory symptoms, at times progressing to become generalised. The characteristic interictal EEG shows normal background activity with centrotemporal spikes which are more prominent in sleep. The prognosis is good though subtle cognitive impairment has been implicated. Antiepileptic drug (AED) treatment is used if seizures are frequent or occurring in the daytime.

Objectives

To evaluate whether or not treatment with AEDs changes the short- or long-term outcome of children with BECTS or both.

Search methods

We searched the following databases: the Cochrane Epilepsy Group Specialized Register (30 April 2013), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library 2013, Issue 4: (April 2013)), MEDLINE (Ovid, 1946 to 30 April 2013), SCOPUS (30 April 2013), ClinicalTrials.gov (30 April 2013) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform ICTRP (30 April 2013). We also handsearched the reference lists of articles that were considered for inclusion in the review.

Selection criteria

All randomised controlled trials (RCTs) that compared the use of different AEDs, or compared the use of AEDs with no treatment, or placebo in children with BECTS.

Data collection and analysis

Data were independently extracted by all four of the review authors and discrepancies were resolved by discussion. Analysis included assessment of risk of bias, quality of evidence of individual studies, heterogeneity, and statistical analysis of the effects on seizure remission and cognition.

Main results

There were six eligible studies but only four had sufficient data at the time of this review. The four RCTs included in this review reported on a total of 262 participants. One study, a placebo-controlled trial with a low risk of bias, found that individuals on sulthiame were significantly more likely to remain in seizure remission during the three and six months from commencement of treatment than those on placebo (3 months: RR 2.26, 95% CI 1.48 to 3.44; 6 months: RR 2.63, 95% CI 1.43 to 4.86, 66 participants, moderate quality evidence). The other three trials, all open-labelled studies, had a high risk of bias and did not show any significant differences in terms of seizure remission between AEDs. One compared levetiracetam with oxcarbazepine (3 months: RR 1.13, 95% CI of 0.93 - 1.36; 12 months: RR of 1.29 with 95% CI of 0.89 - 1.86, 39 participants, low to very low quality evidence), one clobazam with carbamazepine (4-40 weeks: RR of 1.04, 95% CI of 0.67 - 1.62; last 9 months: RR of 1.06 with 95% CI of 0.84, 1.34, 45 participants, low quality evidence), and one carbamazepine with topiramate (28 weeks: RR 1.02 with 95% CI of 0.8 - 1.3, 112 participants, low quality evidence).

Other outcome measures assessed included time to first seizure after randomisation which was only obtained in the sulthiame versus placebo study as a hazard ratio of 7.8 (95% CI 2.66 - 22.87). There were no significant differences between the proportion of participants who had adverse events, apart from a higher incidence of rash in the carbamazepine group (14.8%) when compared with topiramate (1.7%), or the proportion who withdrew from treatment due to adverse events, when this was reported. Two trials (carbamazepine versus topiramate, and clobazam versus carbamazepine) evaluated the effects on cognition. The studies were of low to very low quality evidence showing no clear difference in cognition at the end of the study periods between the AEDs compared. A meta-analysis was not performed as the RCTs evaluated different therapies.

Authors' conclusions

There is evidence from one trial reviewed that sulthiame is effective for seizure remission in the short term in children with BECTS although the precision of the effect estimate is uncertain due to its small sample size. There were no significant differences in the proportion of adverse events between treatment groups studied, including those resulting in withdrawal of treatment. There is insufficient evidence about the medium to longer term effects on seizure control, the optimum antiepileptic drug treatment and the effects of AED treatment on cognition. There is a need for more good quality randomised controlled trials to address these questions to aid the management of children with BECTS.

Résumé scientifique

Comparaison des médicaments antiépileptiques, de l'abstention ou d'un placebo chez les enfants présentant une épilepsie bénigne à pointes centrotemporales

Contexte

L'épilepsie bénigne à pointes centrotemporales (EBPCT) est un syndrome épileptique fréquent qui débute dans l'enfance et disparaît presque toujours à l'adolescence. Elle est caractérisée par des attaques focales associées à des signes moteurs et des symptômes somatosensoriels, qui progressent parfois jusqu'à se généraliser. Entre les crises, EEG fait apparaître une activité de fond normale, avec des pointes centrotemporales qui sont plus marquées au cours du sommeil. Le pronostic est bon, bien qu'il soit question de déficits cognitifs subtils. Un traitement médicamenteux antiépileptique (AE) est mis en place si les crises sont fréquentes ou surviennent pendant la journée.

Objectifs

Évaluer si un traitement médicamenteux antiépileptique change les résultats à court ou long terme (ou les deux) pour les enfants présentant une EBPCT.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes : registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (30 avril 2013), registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 4 (avril 2013)), MEDLINE (Ovid, de 1946 au 30 avril 2013), SCOPUS (30 avril 2013), ClinicalTrials.gov (30 avril 2013) et le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS (30 avril 2013). Nous avons également effectué une recherche manuelle dans les bibliographies d'articles que nous envisagions d'inclure dans la revue.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'utilisation de différents antiépileptiques ou comparant l'utilisation des AE avec l'absence de traitement ou avec un placebo chez des enfants présentant une EBPCT.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites indépendamment par les quatre auteurs de la revue et les divergences ont été résolues par la discussion. L'analyse incluait une évaluation du risque de biais, de la qualité des preuves des différentes études, de l'hétérogénéité, et une analyse statistique des effets sur la rémission des crises et les performances cognitives.

Résultats principaux

Six études ont été retenues, mais quatre seulement contenaient suffisamment de données à la date de la revue. Les quatre ECR inclus dans la revue portaient sur un total de 262 participants. Dans une étude (essai contrôlé par placebo, à faible risque de biais), les sujets prenant du sulthiame avaient une probabilité significativement supérieure de rester en rémission pendant trois à six mois après le début du traitement que ceux prenant un placebo (3 mois : RR 2,26, IC à 95 % de 1,48 à 3,44 ; 6 mois : RR 2,63, IC à 95 % de 1,43 à 4,86, 66 participants, preuves de qualité modérée). Les trois autres études, toutes ouvertes, avaient un risque élevé de biais et ne faisaient pas apparaître de différence significative entre les AE en termes de rémission des crises. L'une de ces études comparait le levetiracetam à l'oxcarbazépine (3 mois : RR 1,13, IC à 95 % de 0,93 à 1,36 ; 12 mois : RR 1,29, IC à 95 % de 0,89 à 1,86, 39 participants, preuves de faible à très faible qualité), une autre le clobazam à la carbamazépine (4-40 semaines : RR 1,04, IC à 95 % de 0,67 à 1,62 ; 9 derniers mois : RR 1,06, IC à 95 % de 0,84 à 1,34, 45 participants, preuves de faible qualité) et la dernière la carbamazépine au topiramate (28 semaines : RR 1,02, IC à 95 % de 0,8 à 1,3, 112 participants, preuves de faible qualité).

Les autres mesures des résultats évaluées comprenaient le délai avant la première crise après la randomisation, qui n'a été relevé que dans l'étude comparant sulthiame et placebo, avec un rapport du risque instantané (hazard ratio) de 7,8 (IC à 95 % de 2,66 à 22,87). Il n'y a pas eu de différences significatives dans la proportion de participants manifestant des effets indésirables, hormis une incidence plus élevée de l'urticaire dans le groupe sous carbamazépine (14,8 %) par rapport au topiramate (1,7 %), ni dans la proportion de sujets ayant été retirés du traitement en raison d'événements indésirables, lorsque celle-ci était rapportée. Deux essais (carbamazépine/topiramate, et clobazam/carbamazépine) évaluaient les effets sur la cognition. Les preuves, de faible à très faible qualité, ne montrent pas une différence claire de performances cognitives entre les AE comparés à la fin de l'étude. Nous n'avons pas effectué de méta-analyse car les ECR évaluaient des modalités de traitement différentes.

Conclusions des auteurs

Un essai dans la revue suggère que le sulthiame est efficace pour la rémission des crises à court terme chez les enfants présentant une EBPCT, bien que la précision de l'estimation de l'effet manque de sûreté en raison de la petite taille de l'échantillon. Il n'y a pas de différences significatives dans la proportion d'événements indésirables entre les groupes de traitement étudiés, y compris ceux ayant conduit à l'arrêt du traitement. Les preuves concernant les effets sur le contrôle des crises à moyen et long terme, le traitement médicamenteux optimal et les effets du traitement antiépileptique sur les performances cognitives sont insuffisantes. D'autres essais contrôlés randomisés de bonne qualité sont nécessaires pour répondre à ces questions et aider à prendre en charge les enfants présentant une EBPCT.

Notes de traduction

Traduction réalisée par le Centre Cochrane Français

Plain language summary

Antiepileptic drugs versus no treatment or placebo for children with benign epilepsy with centro temporal spikes

Benign epilepsy with centro temporal spikes is one of the most common childhood seizure disorders . Treatment for this disorder has been controversial as almost all individuals achieve seizure freedom by adolescence. However, this seizure disorder may not be as benign as the name suggests as children may have specific cognitive impairment. Treatment is started if seizures are felt to be frequent and intrusive.

There were few studies found (searches conducted on 30th April 2013) with few antiepileptic drugs compared. One of the four studies included showed evidence that the antiepileptic drug, sulthiame, may have a positive effect in reducing seizure frequency in BECTS in the short term. There were no significant differences in the number of patients with adverse events apart from a higher risk of rash when carbamazepine was compared to topiramate. The number of patients who discontinued treatment as a result of adverse events was also not significant in the studies reviewed. There is insufficient evidence about whether or not treating with antiepileptic drugs has any effect on seizure freedom in the longer term or on a child’s cognition. The optimum treatment has yet to be identified. More research is needed to look into the effectiveness of treatment versus no treatment on seizure control and intellect, and compare the existing treatments.

Résumé simplifié

Comparaison des antiépileptiques et de l'abstention ou d'un placebo chez les enfants présentant une épilepsie bénigne à pointes centrotemporales

L'épilepsie bénigne à pointes centrotemporales (EBPCT) est l'un des troubles épileptiques les plus fréquents dans l'enfance. Son traitement est controversé car la plupart des sujets cessent d'avoir des crises à l'adolescence. Ce trouble épileptique n'est cependant pas toujours aussi bénin que son nom le suggère car les enfants peuvent présenter des déficits cognitifs spécifiques. Un traitement est mis en place si les crises sont perçues comme fréquentes et intrusives.

Nous avons trouvé peu d'études (dans notre recherche du 30 avril 2013) comparant un petit nombre de médicaments antiépileptiques. Une étude (sur les quatre incluses) présentait des preuves que le sulthiame (un antiépileptique) pourrait avoir un effet positif de réduction à court terme de la fréquence des crises dans l'EBPCT. Aucune différence significative n'a été relevée en termes de nombre de patients présentant des effets indésirables, hormis un risque plus élevé d'urticaire avec la carbamazépine qu'avec le topiramate. Les nombre de patients ayant abandonné le traitement à la suite d'événements indésirables n'était pas non plus significatif dans les études examinées. Il n'existe pas de preuves suffisantes pour déterminer si le traitement par les antiépileptiques a ou non un effet sur l'absence de crises à long terme ou sur les performances cognitives des enfants. Le traitement optimal n'a pas encore été trouvé. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l'efficacité du traitement par rapport à l'abstention pour le contrôle des crises et les performances intellectuelles et pour comparer les traitements existants.

Notes de traduction

Traduction réalisée par le Centre Cochrane Français

Laički sažetak

Usporedba antiepileptičnih lijekova, nikakvog liječenja ili primjene placeba u djece koja boluju od dobroćudne epilepsije s centro-temporalnim moždanim šiljcima

Dobroćudna epilepsija s centrotemporalnim šiljcima (BECTS) je jedan od najčešćih poremećaja s epileptičnim napadajima u djece. Liječenje tih poremećaja izaziva polemike, jer napadaji prestaju u skoro sve djece do vremena kad ona dosegnu pubertetsko doba. Međutim, taj poremećaj možda i nije tako dobroćudan kako njegovo ime sugerira, budući da djeca mogu imati specifične teškoće spoznajnih funkcija. Liječenje se započinje kada se primijeti da su napadaji učestaliji i težeg oblika.

Provedeno je nekoliko istraživanja (analizirana je literatura objavljena do 30. travnja 2013. godine) koja su uspoređivala učinak nekoliko antiepileptičnih lijekova. Jedna od četiri studije koje su bile uključene u ovaj Cochrane sustavni pregled pokazala je da, kratkoročno gledajući, antiepileptični lijek sultiam može smanjiti učestalost napadaja prilikom dobroćudne epilepsije s BECTS-om. Pri usporedbi karbamazepina i topiramata nije uočena značajna razlika u broju pacijenata koji su razvili komplikacije, osim većeg rizika za razvoj osipa. Broj pacijenata koji su prekinuli liječenje zbog posljedičnih komplikacija također se pokazao neznačajnim. Nema dovoljno dokaza o tome imaju li ili nemaju antiepileptični lijekovi ikakav dugoročan učinak u sprječavanju napadaja ili djelovanje na spoznajne funkcije djeteta. Optimalno liječenje tek se treba utvrditi. Potrebno je provesti još istraživanja da bi se ustanovili učinci liječenja nasuprot izostanku liječenja na kontrolu napadaja i intelektualne funkcije; potrebno je usporediti učinke postojećih terapija.

Bilješke prijevoda

Cochrane Hrvatska
Prevela: Matea Vodanović
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr