Intervention Review

You have free access to this content

Early amniotomy and early oxytocin for prevention of, or therapy for, delay in first stage spontaneous labour compared with routine care

  1. Shuqin Wei1,
  2. Bi Lan Wo1,
  3. Hui-Ping Qi2,
  4. Hairong Xu1,
  5. Zhong-Cheng Luo1,
  6. Chantal Roy3,
  7. William D Fraser1,*

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 7 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 8 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD006794.pub4


How to Cite

Wei S, Wo BL, Qi HP, Xu H, Luo ZC, Roy C, Fraser WD. Early amniotomy and early oxytocin for prevention of, or therapy for, delay in first stage spontaneous labour compared with routine care. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD006794. DOI: 10.1002/14651858.CD006794.pub4.

Author Information

  1. 1

    Université de Montréal, Département d'Obstétrique-Gynécologie, Montréal, Province of Quebec, Canada

  2. 2

    First Affiliated Hospital, Harbin Medical University, Department of Obstetrics and Gynecology, Harbin, China

  3. 3

    CHU Ste-Justine, Unité de recherche clinique appliquée, Montreal, Quebec, Canada

*William D Fraser, Département d'Obstétrique-Gynécologie, Université de Montréal, Hôpital Sainte-Justine, Bureau 4986, 3175 Chemin de la côte Sainte-Catherine, Montréal, Province of Quebec, H3T 1C5, Canada. william.fraser@umontreal.ca.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 7 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Caesarean section rates are over 20% in many developed countries. The main diagnosis contributing to the high rate in nulliparae is dystocia or prolonged labour. The present review assesses the effects of a policy of early amniotomy with early oxytocin administration for the prevention of, or the therapy for, delay in labour progress.

Objectives

To estimate the effects of early augmentation with amniotomy and oxytocin for prevention of, or therapy for, delay in labour progress on the caesarean birth rate and on indicators of maternal and neonatal morbidity.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 May 2013), MEDLINE (1966 to 4 July 2013), Embase (1980 to 4 July 2013), CINAHL (1982 to 4 July 2013), MIDIRS (1985 to 4 July 2013) and contacted authors for data from unpublished trials.

Selection criteria

Randomized and quasi-randomized controlled trials that compared oxytocin and amniotomy with expectant management.

Data collection and analysis

Three review authors extracted data independently. We stratified the analyses into 'Prevention Trials' and 'Therapy Trials' according to the status of the woman at the time of randomization. Participants in the 'Prevention Trials' were unselected women, without slow progress in labour, who were randomized to a policy of early augmentation or to routine care. In 'Treatment Trials' women were eligible if they had an established delay in labour progress.

Main results

For the 2013 update, we identified and excluded one new clinical trial. This updated review includes 14 trials, randomizing a total of 8033 women. The unstratified analysis found early intervention with amniotomy and oxytocin to be associated with a modest reduction in the risk of caesarean section; however, the confidence interval (CI) included the null effect (risk ratio (RR) 0.89; 95% CI 0.79 to 1.01; 14 trials; 8033 women). In prevention trials, early augmentation was associated with a modest reduction in the number of caesarean births (RR 0.87; 95% CI 0.77 to 0.99; 11 trials; 7753). A policy of early amniotomy and early oxytocin was associated with a shortened duration of labour (average mean difference (MD) - 1.28 hours; 95% CI -1.97 to -0.59; eight trials; 4816 women). Sensitivity analyses excluding four trials with a full package of active management did not substantially affect the point estimate for risk of caesarean section (RR 0.87; 95% CI 0.73 to 1.05; 10 trials; 5165 women). We found no other significant effects for the other indicators of maternal or neonatal morbidity.

Authors' conclusions

In prevention trials, early intervention with amniotomy and oxytocin appears to be associated with a modest reduction in the rate of caesarean section over standard care.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Early amniotomy and early oxytocin for delay in first stage spontaneous labour compared with routine care

Caesarean section rates have increased substantially since the early 1970s; many women having their first babies are older and this may contribute to ineffective or difficult labour, most often because of inadequate uterine action (dystocia). The Active Management of Labour is a clinical protocol that includes early intervention with amniotomy and oxytocin to increase the frequency and intensity of uterine contractions (augmentation) when the progress of labour is delayed. Continued ineffective labour (‘cervical arrest’) can result in the decision to undertake a caesarean section. Early intervention also has risks that include uterine hyperstimulation and fetal heart rate abnormalities.

This review includes 14 trials, randomizing a total of 8033 women, and showed that a policy of early routine augmentation for mild delays in labour progress resulted in a modest reduction of the caesarean section rate compared with expectant management. The reduction in caesarean sections was most evident in the 11 trials looking at prevention of abnormal progression, rather than therapy (three trials). In these women, the time from admission to giving birth was also reduced (mean difference 1.3 hours).

The trials did not provide sufficient evidence on indicators of maternal or neonatal health, including women’s satisfaction and views on the experience. Documentation of other aspects of care, such as continuous professional support, mobility and positions during labour, was limited as was the degree of contrast between groups. Women in the control group also received oxytocin but often later than in the intervention group. The severity of delay which was sufficient to justify interventions remains to be defined. 

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Amniotomie précoce et administration précoce d'ocytocine par rapport aux soins de routine en prévention ou dans le traitement de l'allongement du premier stade du travail spontané

Contexte

Dans de nombreux pays développés le taux de césariennes dépasse les 20 %. Chez les femmes nullipares, ce taux élevé s'explique en partie par la survenue d'une dystocie ou d'un travail prolongé. La présente revue évalue les effets d'une politique d'amniotomie précoce associée à l'administration précoce d'ocytocine en prévention ou dans le traitement de l'allongement du travail.

Objectifs

Évaluer les effets de l'accélération précoce par amniotomie et ocytocine pratiquée en prévention ou pour le traitement de l'allongement du travail, sur le taux de césariennes et les indicateurs de morbidité maternelle et néonatale.

Stratégie de recherche documentaire

Notre recherche a porté sur le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mai 2013), MEDLINE (de 1966 au 4 juillet 2013), EMBASE (de 1980 au 4 juillet 2013), CINAHL (de 1982 au 4 juillet 2013) et MIDIRS (de 1985 au 4 juillet 2013). Nous avons également contacté des auteurs pour obtenir les données d'essais non publiés.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant l'ocytocine et l'amniotomie à l'attitude d'expectative.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de la revue ont extrait des données de façon indépendante. Nous avons stratifié les analyses en « essais sur la prévention » et « essais sur le traitement », en fonction de l'état de la femme au moment de la randomisation. Les participantes aux « essais de prévention » étaient des femmes non sélectionnées, dont la progression du travail n'était pas lente, qui avaient été randomisées dans le groupe d'accélération précoce ou dans le groupe des soins de routine. Dans les « essais sur le traitement », les femmes étaient éligibles dès lors qu'elles présentaient une progression lente avérée du travail.

Résultats Principaux

Pour cette mise à jour de 2013, nous avons identifié et exclu un nouvel essai. Cette revue actualisée inclut 14 essais portant sur un total de 8 033 femmes. L'analyse non stratifiée a montré que l'intervention précoce par amniotomie et ocytocine était associée à une modeste réduction du risque de césarienne, l'intervalle de confiance (IC) incluant toutefois l'effet nul (risque relatif (RR) 0,89 ; IC à 95 % 0,79 à 1,01 ; 14 essais ; 8 033 femmes). Dans les essais sur la prévention, l'accélération précoce était associée à une modeste réduction du nombre de césariennes (RR 0,87 ; IC à 95 % 0,77 à 0,99 ; 11 essais ; 7 753). La politique d'amniotomie précoce et d'administration précoce d'ocytocine était associée à une réduction de la durée de travail (différence moyenne (DM) - 1,28 heures ; IC à 95 % -1,97 à -0,59 ; huit essais ; 4 816 femmes). Les analyses de sensibilité, qui excluaient les quatre essais sur le programme complet de prise en charge active, n'ont pas affecté sensiblement l'estimation ponctuelle du risque de césarienne (RR 0,87 ; IC à 95 % 0,73 à 1,05 ; 10 essais; 5 165 femmes). Nous n'avons relevé aucun autre effet significatif pour les autres indicateurs de morbidité maternelle et néonatale.

Conclusions des auteurs

Dans les essais sur la prévention, l'intervention précoce par amniotomie et ocytocine semble être associée à une réduction modeste du taux de césarienne par rapport aux soins habituels.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Amniotomie précoce et administration précoce d'ocytocine par rapport aux soins de routine en prévention ou dans le traitement de l'allongement du premier stade du travail spontané

Amniotomie précoce et administration précoce d'ocytocine par rapport aux soins de routine pour l'allongement du premier stade du travail spontané

Les taux de césarienne ont considérablement augmenté depuis le début des années 1970 ; de nombreuses femmes ont leur premier enfant à un âge plus avancé, ce qui pourrait contribuer à rendre le travail moins efficace ou plus difficile, le plus souvent en raison d'une action utérine insuffisante (dystocie). La prise en charge active du travail est un protocole clinique qui inclut l'intervention précoce par amniotomie et ocytocine pour accroitre la fréquence et l'intensité des contractions utérines (accélération) lorsque le travail ne progresse pas suffisamment. La poursuite du travail inefficace peut conduire à la décision de procéder à une césarienne. L'intervention précoce comporte aussi des risques, notamment l'hyperstimulation utérine et les anomalies du rythme cardiaque fœtal.

Cette revue qui inclut 14 essais ayant randomisé un total de 8 033 femmes, a montré qu'une politique routinière d'accélération précoce en cas de léger allongement du travail avait pour résultat une modeste réduction du taux de césariennes par rapport à l'attitude d'expectative (c.-à-d. non-interventionniste). La réduction des césariennes était plus évidente dans les 11 essais portant sur la prévention de la progression anormale que dans les trois essais de traitement. Chez ces femmes, le temps entre l'admission et l'accouchement avait également été réduit (différence moyenne de 1,3 heure).

Les essais n'avaient pas fourni de données suffisantes sur les indicateurs de santé maternelle et néonatale, notamment la satisfaction et le vécu des femmes. La documentation des autres aspects des soins, tels que le soutien professionnel constant, la mobilité et les positions pendant le travail, était limitée, comme l'était le degré de contraste entre les groupes. Les femmes du groupe de contrôle avaient également reçu de l'ocytocine, mais souvent plus tard que dans le groupe d'intervention. L'ampleur du retard qui était jugé suffisant pour justifier des interventions reste à définir.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 30th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français