Antiviral therapy for recurrent liver graft infection with hepatitis C virus

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Antiviral therapy to treat recurrent hepatitis C infection after liver transplantation is controversial due to unresolved balance between benefits and harms.

Objectives

To compare the therapeutic benefits and harms of different antiviral regimens in patients with hepatitis C re-infected grafts after liver transplantation.

Search methods

We searched The Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, and Science Citation Index Expanded until March 2009.

Selection criteria

Only randomised clinical trials (irrespective of language, blinding, or publication status) comparing various antiviral therapies (alone or in combination) in the treatment of hepatitis C virus recurrence in liver transplantation were considered for the review.

Data collection and analysis

Two authors collected the data independently. We calculated the risk ratio (RR) or mean difference (MD) with 95% confidence intervals (CI) using the fixed-effect and the random-effects models based on available case-analysis. In the presence of only trial for a dichotomous outcome, we performed the Fisher's exact test.

Main results

A total of 425 liver transplant recipients with proven hepatitis C recurrence were randomised in twelve trials to various interventions and controls. The mean proportion of genotype I was 79.9% in the nine trials that reported the genotype. All the trials were of high risk of bias. One to two trials were included under each comparison including single drug or multidrug regimens of interferon, ribavirin, and amantadine. There was no significant difference in the mortality, graft rejection, or in re-transplantation between intervention and control in any of the comparisons that reported these outcomes. None of the trials reported liver decompensation or quality of life. Life-threatening adverse effects were not reported in either group in any of the comparisons. Up to 87.5% of patients required reduction in dose and up to 42.9% of patients required cessation of treatment in the various comparisons because of adverse effects or because of patient's choice to stop treatment.

Authors' conclusions

Considering the lack of clinical benefit and the frequent adverse effects, there is currently no evidence to recommend antiviral treatment for recurrent liver graft infection with HCV. Further randomised clinical trials with adequate trial methodology and adequate duration of follow-up are necessary.

摘要

背景

抗病毒治療復發性肝移植感染C型肝炎病毒

人們對於肝移植之後使用抗病毒治療復發性C型肝炎感染存有爭議。

目標

比較各種抗病毒療治治療肝移植後移植器官重新感染C型肝炎的病人的療效和副作用。

搜尋策略

我們搜尋截至2009年3月的Cochrane HepatoBiliary Group Controlled Trials Register、Cochrane Library的Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) 、MEDLINE、EMBASE和cience Citation Index Expanded。

選擇標準

只考慮比較各種抗病毒療法治療肝移植後再次感染C型肝炎病毒的隨機臨床試驗(不受語言,盲法或發表狀況的限制)

資料收集與分析

兩位作者單獨收集資料。根據已獲取的個案分析,利用固定效果模式和隨機效果模式,我們計算相對風險度(relative risk,RR)或加權平均差(WMD), 及其95% CI 。

主要結論

共有12個試驗證明隨機挑選的425例肝移植受體會再次感染C型肝炎病毒分成各種治療組和控制組。 在有記錄基因型的11個試驗中,基因第一型平均值是79.9%。 每次比較只包括只有1或2個試驗。 所有試驗具有較高的偏差風險。 治療組和控制組在任何比較中記錄的死亡率,移植器官排斥或再次肝移植的結果方面沒有差異。沒有試驗記錄肝臟失代償或生活品質。每次比較時,沒有任何一組記錄有威脅生命的不良反應。在各種比較中,由於不良反應或由於病人的選擇中斷治療的原因,87.5% 的病人要求減少劑量, 42.9% 的病人要求停止治療。

作者結論

考慮到缺少臨床療效和頻繁發生不良反應的原因,目前沒有證據建議抗病毒治療移植肝臟再次感染HCV。 需要採用適當的試驗方法和時間充足的追蹤進一步完成隨機臨床試驗。

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

沒有證據支持抗病毒治療肝臟移植後再次感染C型肝炎病毒的病人:人們對於肝移植之後使用抗病毒治療復發性C型肝炎感染存有爭議。本次系統性綜述了各種抗病毒療法治療肝移植後移植器官重新感染C型肝炎的病人的療效和副作用等隨機臨床試驗。共有12個試驗證明隨機挑選的425例肝移植受體會再次感染C型肝炎病毒分成各種治療組和控制組 (包括interferon、 ribavirin及amantadine的單一用藥或多種用藥方案)。 7個試驗記錄了屬於基因第一型病人的比例 (這是一種基因型,比其他基因型更難治療)。7個試驗中,3/4以上的病人屬於基因第一型。每次比較只包括只有1或2個試驗。 所有試驗具有較高的偏差風險(由於方法學品質不佳導致系統誤差風險高) 。治療組和控制組在任何比較中記錄的死亡率,移植器官排斥或再次肝移植的結果方面沒有差異。沒有試驗記錄肝臟失代償或生活品質。每次比較時,沒有任何一組記錄有威脅生命的不良反應。在各種比較中,由於不良反應或由於病人的選擇中斷治療的原因,87.5% 的病人要求減少劑量,需要深入實施高品質的隨機臨床試驗來評估各種治療方法對長期存活率的益處,特別是合併pegylated interferon和ribavirin療法,使用或不使用顆粒細胞落刺激因子和合成紅血球生成素,兩者均能有效解決治療引起的不良反應,且不會降低藥物劑量。

Résumé

Traitement antiviral pour l'infection récurrente du foie greffé par le virus l'hépatite C

Contexte

Le traitement antiviral de l'hépatite C récurrente après transplantation du foie est controversé en raison du rapport incertain entre bénéfices et préjudices.

Objectifs

Comparer les bénéfices thérapeutiques et les préjudices de différents régimes antiviraux chez les patients après transplantation du foie dont le greffon est réinfecté par l'hépatite C.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le Registre des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE et Science Citation Expanded , jusqu'à mars 2009.

Critères de sélection

N'ont été pris en considération pour la revue que des essais cliniques randomisés (quels que soient la langue utilisée, la mise en aveugle et le statut de publication) ayant comparé différentes thérapies antivirales (seules ou en combinaison) dans le traitement de la récurrence du virus de l'hépatite C après transplantation hépatique.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont recueilli les données de façon indépendante. Nous avons calculé le risque relatif (RR) ou la différence moyenne (DM) avec intervalles de confiance (IC) à 95 %, à l'aide des modèles à effet fixe et à effets aléatoires, sur la base d'une analyse des cas disponibles. Dans le cas d'un critère de résultat dichotomique reposant sur un seul essai, nous avons réalisé un test exact de Fisher.

Résultats Principaux

Au total, 425 patients greffés du foie et présentant une récidive confirmée d'hépatite C ont été randomisés dans 12 essais comportant des interventions et des contrôles divers. La proportion moyenne du génotype I était de 79,9 % dans les neuf essais rapportant le génotype. Tous les essais présentaient un risque de biais élevé. Un à deux essais ont été inclus pour chaque comparaison, notamment pour les traitements en monothérapie ou en association avec l''interféron, la ribavirine et l'amantadine. Il n'y avait pas de différences significatives dans la mortalité, le rejet de greffe ou la re-transplantation entre les groupes d'intervention et de contrôle des comparaisons ayant rendu compte de ces critères de résultat. Aucun des essais ne rendait compte de la décompensation hépatique ni de la qualité de vie. Aucune des comparaisons n'a fait état d'effets indésirables mettant en cause le pronostic vital. Dans les différentes comparaisons, il a fallu réduire la dose chez jusqu'à 87,5% des patients et arrêter le traitement chez jusqu'à 42,9% des patients en raison d'effets indésirables ou parce que le patient avait choisi d'arrêter le traitement.

Conclusions des auteurs

Compte tenu du manque de bénéfice clinique et de la fréquence des effets indésirables, on ne dispose actuellement d'aucune base factuelle permettant de recommander un traitement antiviral pour l'infection récurrente du foie greffé par le VHC. De nouveaux essais cliniques randomisés, de méthodologie et de durée de suivi appropriées, sont nécessaires.

Plain language summary

No evidence to support use of antiviral drugs in patients with recurrent hepatitis C infection after liver transplantation

Antiviral therapy to treat recurrent hepatitis C infection after liver transplantation is controversial due to unresolved balance between benefits and harms. This systematic review of randomised clinical trials was performed to compare the benefits and harms of different antiviral therapies in patients with hepatitis C re-infected grafts after liver transplantation. A total of 425 liver transplant recipients with proven hepatitis C recurrence were randomised in 12 trials to various interventions and controls (including single drug regimen or multidrug regimen of interferon, ribavirin, and amantadine). Nine trials reported the proportion of patients belonging to genotype I (a subtype, which is more difficult to treat than other subtypes). More than three-quarters of the patients belonged to genotype I in these nine trials. Only one or two trials were included under each comparison. All the trials were of high risk of bias (risk of systematic error due to inadequate methodological quality) and high risk of play of chance (risk of random error due to few patients randomised). There were no significant differences in the mortality, graft rejection, or in re-transplantation between intervention and control in any of the comparisons that reported these outcomes. None of the trials reported liver decompensation or quality of life. Life threatening adverse effects were not reported in either group in any of the comparisons. Up to 87.5% of patients required reduction in dose and up to 42.9% of patients required cessation of treatment in the various comparisons because of adverse effects or because of patient's choice to stop treatment. Further randomised clinical trials at low risk of systematic errors or random errors are necessary to assess the long-term survival benefits for various treatment options, particularly combination pegylated interferon and ribavirin therapy with or without the use of granulocyte colony-stimulating-factor and synthetic erythropoietin, which may be helpful in treating the adverse effects of the therapies without reducing the dosage.

Résumé simplifié

Traitement antiviral pour l'infection récurrente du foie greffé par le virus l'hépatite C

Aucune donnée n'étaye l'utilisation de médicaments antiviraux chez les patients atteints d'une récidive d'hépatite C après transplantation du foie

Le traitement antiviral de l'hépatite C récidivante après transplantation du foie est controversé en raison du rapport incertain entre bénéfices et préjudices. Cette revue systématique d'essais cliniques randomisés a été effectuée afin de comparer les bénéfices et les préjudices de différents traitements antiviraux chez les patients dont le greffon de foie transplanté est réinfecté par l'hépatite C. Un total de 425 patients greffés du foie présentant une récidive confirmée d'hépatite C ont été randomisés dans 12 essais comportant des interventions et des contrôles divers (notamment des monothérapies ou traitements combinés avec l'interféron, la ribavirine et l'amantadine). Neuf essais rendaient compte de la proportion de patients appartenant au génotype I (un sous-type particulièrement difficile à traiter). Dans ces neuf essais, plus de trois quarts des patients appartenaient au génotype I. Seuls un ou deux essais ont été inclus pour chaque comparaison. Tous les essais présentaient un risque élevé de biais (risque d'erreur systématique dû à une qualité méthodologique insuffisante) et un risque élevé d'effet de hasard (risque d'erreur aléatoire dû au petit nombre de patients randomisés). Il n'y avait pas de différences significatives dans la mortalité, le rejet de greffe ou la re-transplantation entre les groupes d'intervention et de contrôle des comparaisons ayant rendu compte de ces critères de résultat. Aucun des essais n'a rendu compte de la décompensation hépatique ni de la qualité de vie. Aucune des comparaisons n'a fait état d'effets indésirables mettant en cause le pronostic vital. Dans les différentes comparaisons, il a fallu réduire la dose chez jusqu'à 87,5% des patients et arrêter le traitement chez jusqu'à 42,9% des patients en raison d'effets indésirables ou parce que le patient avait choisi d'arrêter le traitement. De nouveaux essais cliniques randomisés présentant un faible risque d'erreurs systématiques et d'erreurs aléatoires seront nécessaires pour évaluer les avantages de survie à long terme des différentes options de traitement, en particulier la combinaison d'interféron pégylé et de ribavirine avec ou sans utilisation de facteur stimulant les colonies de granulocytes et d'érythropoïétine de synthèse, ce qui peut être utile pour traiter les effets indésirables des traitements sans avoir à réduire la dose.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 2nd May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.