Get access

High initial concentration versus low initial concentration sevoflurane for inhalational induction of anaesthesia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Sevoflurane induction for general anaesthesia has been reported to be safe, reliable and well accepted by patients. Sevoflurane induction uses either low or high initial concentrations. The low initial concentration technique involves initially administering a low concentration then gradually increasing the dose until the patient is anaesthetized. The high initial concentration technique involves administering high concentrations from the beginning, continuing until the patient is anaesthetized.

Objectives

We aimed to compare the induction times and complications between high and low initial concentration sevoflurane induction in patients who received inhalational induction for general anaesthesia. We defined 'high' as greater and 'low' as less than a 4% initial concentration.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, Issue 9); MEDLINE (1950 to September 2011); EMBASE (1980 to September 2011); LILACS (1982 to September 2011) and ISI Web of Science (1946 to September 2011). We also searched the reference lists of relevant articles, conference proceedings; and contacted the authors of included trials.

Selection criteria

We sought all published and unpublished, randomized controlled trials comparing high versus low initial sevoflurane concentration inhalational induction. Our primary outcomes were two measures of anaesthesia (time to loss of the eyelash reflex (LOER) and time until a weighted object held in the patient's hand was dropped), time to successful insertion of a laryngeal mask airway (LMA), and time to endotracheal intubation. Other outcomes were complications of the technique.

Data collection and analysis

We used the standardized methods for conducting a systematic review as described by the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Two authors independently extracted details of trial methodology and outcome data from reports of all trials considered eligible for inclusion. All analyses were made on an intention-to-treat basis, where possible. The overall treatment effects were estimated by using a fixed-effect model when there was no substantial heterogeneity, whereas the random-effects model was applied in the presence of considerable heterogeneity.

Main results

We used data from 10 studies with 729 participants in the review, though most analyses were based on data from fewer participants. There was substantial heterogeneity in the trials. Thus, our results should be read with caution. It was not possible to combine the trials for the primary outcome (LOER) but individual trials found faster induction times (typically 24 to 82 seconds faster) with high initial concentration sevoflurane. Apnoea appeared to be more common in the high initial concentration sevoflurane group (two trials,160 participants). There was no evidence of a difference in the incidence of cough, laryngospasm, breath holding, bradycardia, salivation and hypotension between the two groups, with the overall incidence of complications being low.

Authors' conclusions

A high initial concentration sevoflurane technique probably offers more rapid induction of anaesthesia and a similar rate of complications except for apnoea, which may be more common with a high initial concentration. However, this conclusion is not definitive.

Résumé scientifique

Concentration initiale élevée de sévoflurane versus concentration initiale faible pour l'induction de l'anesthésie par inhalation

Contexte

Il a été rapporté que l'induction au sévoflurane de l'anesthésie générale était sûre, fiable et bien acceptée par les patients. L'induction au sévoflurane utilise une concentration initiale faible ou élevée. La technique de faible concentration initiale implique de commencer par administrer une faible concentration puis d'augmenter progressivement la dose jusqu'à ce que le patient soit anesthésié. La technique de concentration initiale élevée implique d'administrer dès le début des concentrations élevées et de poursuivre jusqu'à ce que le patient soit anesthésié.

Objectifs

Nous avions pour objectif de comparer les temps d'induction et les complications des inductions au sévoflurane réalisées avec des concentrations initiales élevée ou faible chez les patients recevant une induction par inhalation pour anesthésie générale. Une concentration initiale « élevée » ou « faible » était définie comme respectivement supérieure ou inférieure à 4 %.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 9), MEDLINE (de 1950 à septembre 2011), EMBASE (de 1980 à septembre 2011), LILACS (de 1982 à septembre 2011) et ISI Web of Science (de 1946 à septembre 2011). Nous avons également passé au crible les références bibliographiques d'articles et d'actes de conférence pertinents, et contacté les auteurs d'essais inclus.

Critères de sélection

Nous avons cherché tous les essais contrôlés randomisés, publiés et non publiés, comparant les inductions par inhalation à concentration initiale de sévoflurane élevée et faible. Nos principaux critères de jugement étaient deux mesures de l'anesthésie (le temps jusqu'à la perte du réflexe ciliaire (LOER) et le temps jusqu'à ce qu'un objet lourd tenu dans la main du patient tombe), le temps jusqu'à insertion réussie d'un masque laryngé, et le temps jusqu'à intubation endotrachéale. Les autres critères de jugement étaient les complications de la technique.

Recueil et analyse des données

Nous avons effectué une revue systématique en employant les méthodes standardisées décrites dans le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Deux auteurs ont extrait indépendamment des rapports de tous les essais jugés éligibles à l'inclusion, les détails méthodologiques et les données de résultat des essais. Toutes les analyses ont été réalisées, autant que possible, en intention de traiter. Les effets globaux du traitement ont été estimés à l'aide d'un modèle à effets fixes quand il n'y avait pas d'hétérogénéité substantielle, tandis que le modèle à effets aléatoires a été appliqué en cas d'importante hétérogénéité.

Résultats principaux

Dans la revue, nous avons utilisé des données provenant de 10 études totalisant 729 participants, bien que la plupart des analyses fussent basées sur les données d'un plus petit nombre de participants. Il y avait une importante hétérogénéité dans les essais. C'est pourquoi nos résultats doivent être lus avec prudence. Il n'a pas été possible de combiner les essais pour le principal critère de jugement (LOER) mais différents essais avaient observé des temps d'induction plus courts (de 24 à 82 secondes généralement) avec une concentration initiale élevée de sévoflurane. L'apnée semblait être plus fréquente dans le groupe à concentration initiale élevée de sévoflurane (deux essais, 160 participants). Il n'y avait pas de preuves de différences entre les deux groupes dans l'incidence de la toux, du laryngospasme, du blocage de la respiration, de la bradycardie, de la salivation et de l'hypotension, sachant que l'incidence globale des complications était faible.

Conclusions des auteurs

La technique de concentration initiale élevée de sévoflurane permet probablement une induction plus rapide de l'anesthésie et un taux de complications similaire, sauf pour l'apnée qui pourrait être plus fréquente avec une concentration initiale élevée. Cette conclusion n'est toutefois pas définitive.

Plain language summary

High initial concentration versus low initial concentration sevoflurane for inhalational induction of anaesthesia

General anaesthesia can be induced in patients by breathing sevoflurane (a sweet-smelling inhaled anaesthetic drug) along with oxygen through a mask. This technique has been reported to be safe, reliable and well accepted by patients. Sevoflurane induction of anaesthesia uses either a low or high initial concentration of sevoflurane. The low initial concentration technique involves initially administering a low concentration of sevoflurane (less than 4%) then gradually increasing the concentration until the patient is anaesthetized. The high initial concentration technique involves administering high concentrations of sevoflurane (greater than 4%) from the beginning, and continuing until the patient is anaesthetized. We included 10 studies (729 patients) in our review. The studies were so different they could not always be combined and the results cannot be stated with certainty. However, a high initial concentration technique probably offers a shorter induction time with a similar rate of complications except for apnoea, which may be more common with a high initial concentration.

Résumé simplifié

Concentration initiale élevée de sévoflurane versus concentration initiale faible pour l'induction de l'anesthésie par inhalation

L'anesthésie générale peut être induite chez les patients en leur faisant respirer avec un masque du sévoflurane (un anesthésique inhalé à l'odeur agréable) mélangé à de l'oxygène. Il a été rapporté que cette technique était sûre, fiable et bien acceptée par les patients. L'induction d'anesthésie au sévoflurane peut utiliser une concentration initiale faible ou élevée de sévoflurane. La technique de faible concentration initiale implique de commencer par administrer une faible concentration de sévoflurane (inférieure à 4 %) puis d'augmenter progressivement celle-ci jusqu'à ce que le patient soit anesthésié. La technique de concentration initiale élevée implique d'administrer dès le début de fortes concentrations de sévoflurane (supérieures à 4 %) et de poursuivre jusqu'à ce que le patient soit anesthésié. Nous avons inclus 10 études (soit 729 patients) dans la revue. Les études étaient si différentes qu'elles n'ont pas toujours pu être combinées et que les résultats ne peuvent pas être énoncés avec certitude. La technique de concentration initiale élevée permet toutefois probablement une induction plus rapide avec un taux de complications similaire, sauf pour l'apnée qui pourrait être plus fréquente avec une concentration initiale élevée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 30th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article