Intervention Review

You have free access to this content

Interventions for erythropoietin-resistant anaemia in dialysis patients

  1. Sunil V Badve1,*,
  2. Elaine M Beller2,
  3. Alan Cass3,
  4. Daniel P Francis4,
  5. Carmel Hawley1,
  6. Iain C Macdougall5,
  7. Vlado Perkovic3,
  8. David W Johnson1

Editorial Group: Cochrane Renal Group

Published Online: 26 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 4 APR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD006861.pub3


How to Cite

Badve SV, Beller EM, Cass A, Francis DP, Hawley C, Macdougall IC, Perkovic V, Johnson DW. Interventions for erythropoietin-resistant anaemia in dialysis patients. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD006861. DOI: 10.1002/14651858.CD006861.pub3.

Author Information

  1. 1

    Princess Alexandra Hospital, Department of Nephrology, Woolloongabba, QLD, Australia

  2. 2

    Bond University, Faculty of Health Sciences and Medicine, Gold Coast, QLD, Australia

  3. 3

    The George Institute for Global Health, Renal and Metabolic Division, Camperdown, NSW, Australia

  4. 4

    Queensland Health, Central Regional Services, Division of the CHO, Stafford DC, QLD, Australia

  5. 5

    King's College Hospital, Renal Unit, London, UK

*Sunil V Badve, Department of Nephrology, Princess Alexandra Hospital, Woolloongabba, QLD, 4102, Australia. sunil_badve@health.qld.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 26 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

People living with end-stage kidney disease (ESKD) often develop anaemia. Erythropoiesis-simulating agents (ESAs) are often given to people living with ESKD to maintain haemoglobin at a level to minimise need for transfusion. However, about 5% to 10% of patients with ESKD exhibit resistance to ESAs, and observational studies have shown that patients requiring high doses of ESA are at increased risk of mortality.

Objectives

This review aimed to study the effects of interventions for the treatment of ESA-resistant anaemia in people with ESKD.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE and EMBASE for randomised controlled trials (RCT) that involved participants with ESKD on dialysis or who were pre-dialysis patients with chronic kidney disease (stage 5). Date of last search: April 2013.

Selection criteria

ESA resistance was defined as failure to achieve or maintain haemoglobin/haematocrit levels within the desired target range despite appropriate ESA doses (erythropoietin ≥ 450 U/kg/wk intravenously or ≥ 300 U/kg/wk subcutaneously; darbepoetin ≥ 1.5 µg/kg/wk) in people who were not nutritionally deficient, or who had haematological or bleeding disorders. Extended inclusion criteria for ESA hyporesponsive state were: erythropoietin dose ≥ 300 U/kg/wk and ≥ 150 U/kg/wk for intravenous administration; or ≥ 200 U/kg/wk and ≥ 100 U/kg/wk for subcutaneous administration; or darbepoetin dose ≥ 1.0 µg/kg/wk).

Data collection and analysis

Two authors independently assessed study quality and extracted data. Statistical analyses were performed using a random effects model and results expressed as risk ratio (RR) or mean difference (MD) with 95% confidence intervals (CI).

Main results

Titles and abstracts of 521 records were screened, of which we reviewed 99 from the full text. Only two studies matched our inclusion criteria. One study compared intravenous vitamin C versus no study medication for six months in 42 ESKD patients on haemodialysis who required intravenous erythropoietin (dose ≥ 450 U/kg/wk). The other included study compared high-flux dialyser versus low-flux dialyser for six months in 48 haemodialysis patients who required subcutaneous erythropoietin (dose ≥ 200 U/kg/wk). Because interventions differed, data could not be combined for quantitative meta-analysis.

Authors' conclusions

There was inadequate evidence identified to inform recommendation of any intervention to ameliorate ESA hyporesponsiveness. Adequately powered RCTs are required to establish the safety and efficacy of interventions to improve responsiveness to ESA therapy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for anaemia in dialysis patients who are resistant to erythropoietin

Many people with chronic kidney disease (CKD) who are on dialysis develop anaemia (too few or poor quality red blood cells). Drugs in the erythropoiesis-stimulating family increase the production of red blood cells to resolve anaemia. Although ESAs have been highly beneficial for many, about 10% of people get either low or no benefit from treatment. Inability to control and stabilise anaemia can lead to poor rates of survival and increased risk of stroke so it is important to find effective treatment to manage anaemia in people who do not respond adequately to ESA therapy.

We searched the literature to find evidence about how best to treat people who do not benefit from ESA treatment. We found two studies: one that assessed intravenous vitamin C and another that looked at high-flux dialyser fluids as possible therapies. These studies were small (total of 90 participants) and were selective: they included haemodialysis, but not peritoneal dialysis, patients. This meant that the results of these studies could not be applied to all people with CKD on dialysis who were receiving ESA therapy. The lack of evidence meant that we could not determine or recommend an alternate treatment for people who do not respond to ESA.

More powerful and rigorous studies are needed to systematically assess all therapies that are aimed to treat people who do not respond to ESA therapy. Until such evidence is available, no therapy can be confidently recommended for this problem.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour le traitement de l'anémie résistante à l'érythropoïétine chez les patients dialysés

Contexte

Les personnes atteintes de néphropathie terminale (NPT) développent souvent une anémie. Les agents stimulants l'érythropoïèse (ASE) sont souvent prescrits aux personnes atteintes de néphropathie terminale (NPT) pour maintenir l'hémoglobine à une concentration permettant de réduire au minimum le besoin de transfusion. Toutefois, environ 5 % à 10 % des patients atteints de néphropathie terminale (NPT) possèdent une résistance aux ASE, et des études observationnelles ont démontré que les patients nécessitant de fortes doses d'ASE sont exposés à un risque accru de mortalité.

Objectifs

Cette revue visait à étudier les effets des interventions pour le traitement de l'anémie résistante aux agents stimulants l'érythropoïèse (ASE) chez les personnes atteintes de néphropathie terminale (NPT).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE pour trouver des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant impliqué des participants atteints de néphropathie terminale (NPT) sous dialyse ou qui étaient des patients en pré-dialyse atteints d'insuffisance rénale chronique (stade 5). Date de la dernière recherche : avril 2013.

Critères de sélection

La résistance aux ASE a été définie comme étant un échec à générer ou maintenir les concentrations d'hémoglobine/hématocrite à l'intérieur de la plage cible désirée malgré l'administration de doses d'ASE appropriées (érythropoïétine ≥ 450 U/kg/semaine par voie intraveineuse ou ≥ 300 U/kg/semaine par voie sous-cutanée ; darbépoétine ≥ 1,5 µg/kg/semaine) chez les personnes qui ne présentaient pas de carence nutritionnelle, ou qui avaient des troubles hématologiques ou hémorragiques. Les critères d'inclusion élargis de l'état d'hyposensibilité aux ASE étaient les suivants : dose d'érythropoïétine ≥ 300 U/kg/semaine et ≥ 150 U/kg/semaine pour l'administration intraveineuse ; ou ≥ 200 U/kg/semaine et ≥ 100 U/kg/semaine pour l'administration sous-cutanée ; ou dose de darbépoétine ≥ 1,0 µg/kg/semaine).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué la qualité méthodologique des études et extrait des données de manière indépendante. Des analyses statistiques ont été effectuées en utilisant un modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous la forme de risques relatifs (RR) ou de différence moyenne (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats Principaux

Les titres et les résumés de 521 registres ont été passés au crible et nous en avons examiné 99 avec le texte intégral. Deux études seulement répondaient à nos critères d'inclusion. Une étude a comparé la vitamine C intraveineuse à l'absence de médicament de l'étude pendant six mois chez 42 patients atteints de néphropathie terminale (NPT) sous hémodialyse qui nécessitaient l'administration d'érythropoïétine intraveineuse (dose ≥ 450 U/kg/semaine). L'autre étude incluse a comparé un dialyseur à haute perméabilité à un dialyseur à faible perméabilité pendant six mois chez 48 patients sous hémodialyse qui nécessitaient l'administration d'érythropoïétine sous-cutanée (dose ≥ 200 U/kg/semaine). Comme les interventions différaient, il n'a pas été possible de combiner les données pour réaliser une méta-analyse quantitative.

Conclusions des auteurs

Les preuves identifiées étaient inappropriées pour éclairer les recommandations d'une intervention visant à améliorer l'hyposensibilité aux agents stimulants l'érythropoïèse (ASE). Des ECR dotés d'une puissance suffisante sont nécessaires pour établir l'innocuité et l'efficacité des interventions visant à améliorer la réponse au traitement par des agents stimulants l'érythropoïèse (ASE).

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour le traitement de l'anémie résistante à l'érythropoïétine chez les patients dialysés

Interventions pour le traitement de l'anémie chez les patients dialysés qui sont résistants à l'érythropoïétine

Un grand nombre de personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique (IRC) qui sont sous dialyse développent une anémie (diminution de la concentration d'hémoglobine ou mauvaise qualité des globules rouges). Les médicaments appartenant à la famille des agents stimulants l'érythropoïèse augmentent la production de globules rouges pour traiter l'anémie. Bien que les agents stimulants l'érythropoïèse (ASE) aient été très bénéfiques pour de nombreux patients, environ 10 % des personnes n'obtiennent qu'un faible effet bénéfique ou aucun bénéfice du traitement. L'incapacité à contrôler et stabiliser l'anémie peut induire de faibles taux de survie et un risque accru d'AVC, il est donc important de trouver un traitement efficace pour soigner l'anémie chez les personnes qui ne répondent pas correctement au traitement par ASE.

Nous avons effectué une recherche dans la littérature pour trouver des preuves sur la meilleure option de traitement des personnes qui n'ont pas obtenu d'effet bénéfique du traitement par ASE. Nous avons trouvé deux études : une a évalué la vitamine C intraveineuse et une autre a examiné les liquides de dialyse à haute perméabilité comme traitements possibles. Ces études étaient petites (total de 90 participants) et sélectives : elles ont inclus les patients sous hémodialyse, mais pas ceux sous dialyse péritonéale. Cela signifiait que les résultats de ces études ne pouvaient pas s'appliquer à tous les patients atteints d’insuffisance rénale chronique (IRC) sous dialyse qui ont reçu un traitement par des agents stimulants l'érythropoïèse (ASE). Le manque de preuves signifiait que nous ne pouvions pas déterminer ou recommander un autre traitement possible pour les personnes qui ne répondent pas aux ASE.

Des études plus puissantes et rigoureuses sont nécessaires pour évaluer systématiquement tous les traitements qui visent à soigner les personnes qui ne répondent pas aux ASE. Tant que de telles preuves n'auront pas été fournies, aucun traitement ne peut être solidement recommandé pour ce problème.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th October, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.