This is not the most recent version of the article. View current version (4 OCT 2013)

Intervention Review

Dance therapy for schizophrenia

  1. Jun Xia1,*,
  2. Tessa Jane Grant2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 21 JAN 2009

Assessed as up-to-date: 2 JUL 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD006868.pub2


How to Cite

Xia J, Grant TJ. Dance therapy for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 1. Art. No.: CD006868. DOI: 10.1002/14651858.CD006868.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

  2. 2

    University of Leeds, School of Geography, Leeds, UK

*Jun Xia, Cochrane Schizophrenia Group, The University of Nottingham, Institute of Mental Health, Sir Colin Campbell Building,, University of Nottingham Innovation Park, Triumph Road,, Nottingham, NG7 2TU, UK. Jun.Xia@nottingham.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 21 JAN 2009

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (04 OCT 2013)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Dance therapy or dance movement therapy (DMT) is defined as 'the psychotherapeutic use of movement as a process which furthers the emotional, social, cognitive, and physical integration of the individual'. It may be of value for people with developmental, medical, social, physical or psychological impairments. Dance therapy can be practiced in mental health rehabilitation units, nursing homes, day care centres and incorporated into disease prevention and health promotion programs.

Objectives

To evaluate the effects of dance therapy for people with schizophrenia or schizophrenia-like illnesses compared with standard care and other interventions.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (July 2007), inspected references of all identified studies (included and excluded), and contacted first authors for additional data.

We updated this search on 10th July 2012 and added the results to the awaiting classification section of the review

Selection criteria

We included all randomised controlled trials (RCTs) comparing dance therapy and related approaches with standard care or other psychosocial interventions for people with schizophrenia.

Data collection and analysis

We reliably selected, quality assessed and extracted data. We excluded data where more than 30% of participants were lost to follow-up. For continuous outcomes we calculated a weighted mean difference; for binary outcomes we calculated a fixed-effect risk ratio (RR) and their 95% confidence intervals (CI).

Main results

We included one single blind study (total n=45) of reasonable quality. It compared dance therapy plus routine care with routine care alone. Most people tolerated the treatment package but about 40% were lost in each group by four months (RR 0.68 CI 0.31 to 1.51). PANSS average endpoint total scores were similar in each group (WMD -0.50 CI -11.8 to 10.8) as were the positive subscores (WMD 2.50 CI -0.67 to 5.67). At the end of treatment significantly more people in the dance therapy group had a greater than 20% reduction in PANSS negative symptom score (RR 0.62 CI 0.39 to 0.97), and overall average negative endpoint scores were lower (WMD -4.40 CI -8.15 to 0.65). There was no difference in satisfaction score (average CAT score, WMD 0.40 CI -0.78 to 1.58) and quality of life data were also equivocal (average MANSA score, WMD 0.00 CI -0.48 to 0.48). 

Authors' conclusions

There is no evidence to support - or refute - the use of dance therapy in this group of people. This therapy remains unproven and those with schizophrenia, their carers, trialists and funders of research may wish to encourage future work to increase high quality evidence in this area.

[Note: the citation in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.]

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Dance therapy for schizophrenia

Schizophrenia can be a long-term disabling illness. The most common treatments for people with this condition are medication (antipsychotics) and talking therapies, especially cognitive behavioural therapy and family therapy. These treatments work well for people with 'positive' symptoms (hearing voices and other alterations of the senses) and delusions (distortions in the way the world is seen). However people experiencing 'negative' symptoms (such as flattening of mood, poverty of speech, lack of drive, loss of feeling, social withdrawal and decreased spontaneous movement) do not respond as well. 

Dance therapy (also called dance movement therapy) uses dance and movement to explore a person’s emotions in a non-verbal way. The therapist will help the individual to interpret their movement as a link to personal feelings. This review aims to assess how successful this therapy is as a treatment for schizophrenia, when compared to standard care or other interventions. Six studies were identified but five were excluded because there were no reliable data, because they were for a therapy other than dance or because they were not properly randomised. The included study compared 10 weeks of group dance therapy plus standard care, to group supportive counselling plus standard care for the same length of time. It was a community-based project involving 45 people and both groups were followed up after four months. 

Of the outcomes measured (mental state, satisfaction with care, leaving the study early, quality of life and adverse effects) the majority showed no difference between the two groups. However, when negative symptoms were specifically measured after 10 weeks of treatment, there was a significant improvement in the mental state of the dance therapy group. At the four month follow-up more than 30% of the participants had been lost from both groups, making it impossible to draw any valid conclusions from the outcomes measured. 

Overall, because of the relatively small number of people, the data from this trial were inconclusive. However a larger randomised trial measuring outcomes such as relapse, admission to hospital, quality of life, leaving the study early, cost of care and satisfaction with treatment would help clarify whether dance therapy is an effective treatment for schizophrenia; especially for negative symptoms that don't respond so well to medication and talking therapies.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Danse-thérapie pour le traitement de la schizophrénie

Contexte

La danse-thérapie ou thérapie par la danse et le mouvement (TDM) se définit comme : l'utilisation psychothérapeutique du mouvement en tant que processus renforçant l'intégration émotionnelle, sociale, cognitive et physique de l'individu. Elle peut être utile pour les personnes présentant des dysfonctionnements développementaux, médicaux, sociaux, physiques ou psychologiques. La danse-thérapie peut être pratiquée dans des unités de rééducation de santé mentale, dans des maisons de repos, dans des centres de jour et être intégrée à des programmes de prévention de la maladie et de promotion de la santé.

Objectifs

Évaluer les effets de la danse-thérapie auprès de personnes atteintes de schizophrénie ou de maladies similaires à la schizophrénie avec des soins standards et d'autres interventions.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre d'essais du groupe Cochrane de Schizophrénie (juillet 2007), examiné les références de toutes les études identifiées (incluses et exclues) et contacté les auteurs principaux pour obtenir des données supplémentaires.

Nous avons mis à jour cette recherche le 10 juillet 2012 et ajouté les résultats à la section en attente de classification de la revue.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la danse-thérapie et des approches apparentées avec les soins standards ou d'autres interventions psychosociales chez les personnes souffrant de schizophrénie ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Les données ont été soigneusement sélectionnées, évaluées en termes de qualité et extraites. Les données pour lesquelles plus de 30 % des participants avaient été perdus au suivi ont été exclues. Pour les résultats continus, une différence moyenne pondérée a été calculée ; pour les résultats binaires, un risque relatif (RR) à effets fixes a été calculé avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats Principaux

Une étude en simple aveugle (total n=45) d'une qualité raisonnable a été inclue. Elle comparait la danse-thérapie plus les soins habituels et les soins habituels seuls. La plupart des participants ont toléré l'ensemble du traitement, mais dans les deux groupes environ 40 % des patients ont abandonné l'étude après quatre mois (RR 0,68 IC entre 0,31 et 1,51). Les scores totaux du critère de jugement moyen PANSS étaient similaires dans les deux groupes (DMP -0,50 IC entre -11,8 et 10,8), tout comme les sous-scores positifs (DMP 2,50 IC entre -0,67 et 5,67). À la fin du traitement, un nombre de personnes significativement plus élevé dans le groupe de la danse-thérapie présentait une réduction de plus de 20 % du score des symptômes négatifs PANSS (RR 0,62 IC entre 0,39 et 0,97) et les scores du critère de jugement négatif moyen global étaient plus faibles (DMP -4,40 IC entre -8,15 et 0,65). Aucune différence n'a été observée au niveau du score de satisfaction (score CAT moyen, DMP 0,40 IC entre -0,78 et 1,58) et les données de qualité de vie étaient également équivoques (score MANSA moyen, DMP 0,00 IC entre -0,48 et 0,48).

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas de preuve permettant de soutenir (ou réfuter) l'utilisation de la danse-thérapie au sein de ce groupe de personnes. L'efficacité de ce traitement n'a pas été prouvée et les personnes souffrant de schizophrénie, leurs soignants, les auteurs d'essais et les bailleurs de fonds de la recherche devraient encourager des travaux visant à multiplier les preuves de bonne qualité dans ce domaine.

[REMARQUE : la citation dans la section en attente de classification de cette revue est susceptible de modifier les conclusions de la revue une fois qu'elle aura été évaluée.]

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Danse-thérapie pour le traitement de la schizophrénie

Danse-thérapie pour le traitement de la schizophrénie

La schizophrénie peut être une maladie incapacitante de longue durée. Les personnes qui en souffrent sont en général traitées par des thérapies médicamenteuses (antipsychotiques) et des thérapies fondées sur la parole, et notamment la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie familiale. Ces traitements sont efficaces pour les personnes présentant des symptômes dits positifs (entendre des voix et d'autres altérations des sens) et des délires (distorsions de la perception du monde). Cependant, les personnes présentant des symptômes dits négatifs (tels qu'apathie, pauvreté du langage, perte d'énergie, émoussement affectif, retrait social et diminution du mouvement spontané) n'y répondent pas aussi bien.

La danse-thérapie (que l'on appelle également thérapie par la danse et le mouvement) utilise la danse et le mouvement pour explorer les émotions d'une personne de manière non-verbale. Le thérapeute aide l'individu à interpréter ses mouvements en faisant le lien vers des sentiments personnels. Cette revue vise à évaluer l'efficacité de la danse-thérapie pour traiter la schizophrénie par rapport aux soins standards ou à d'autres interventions. Six études ont été identifiées, mais cinq d'entre elles ont été exclues car les données qu'elles contenaient n'étaient pas fiables, car elles portaient sur un traitement autre que la danse-thérapie ou parce qu'elles n'étaient pas correctement randomisées. L'étude incluse comparait 10 semaines de danse-thérapie en groupe plus les soins standards et des entretiens de soutien en groupe plus les soins standard pendant la même durée. Il s'agissait d'un projet en milieu ordinaire impliquant 45 personnes et les deux groupes furent suivis quatre mois plus tard.

La plupart des résultats mesurés (état mental, satisfaction par rapport aux soins, abandon précoce de l'étude, qualité de vie et effets secondaires) n'ont mis en évidence aucune différence entre les deux groupes. Cependant, lorsque les symptômes négatifs étaient spécifiquement mesurés après 10 semaines de traitement, une amélioration significative de l'état mental était observée dans le groupe de danse-thérapie. Lors du suivi à quatre mois, plus de 30 % des participants avaient abandonné le traitement dans les deux groupes, ce qui ne permet de tirer aucune conclusion valable à partir des résultats mesurés.

Globalement, en raison du nombre relativement réduit de personnes, les données de cet essai n'étaient pas concluantes.Cependant un essai randomisé plus large mesurant des résultats comme la rechute, l'hospitalisation, la qualité de vie, l'abandon précoce de l'étude, le coût des soins et la satisfaction par rapport au traitement aiderait à déterminer si la danse-thérapie est un traitement efficace pour la schizophrénie ; en particulier pour les symptômes négatifs qui ne répondent pas aussi bien aux traitements médicamenteux et par la parole.

(Le résumé simplifié a été préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, R.-U. www.rethink.org).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux