This is not the most recent version of the article. View current version (10 DEC 2014)

Intervention Review

Different durations of corticosteroid therapy for exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease

  1. Julia AE Walters1,*,
  2. Wendy Wang2,
  3. Carla Morley2,
  4. Amir Soltani2,
  5. Richard Wood-Baker1

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 5 OCT 2011

Assessed as up-to-date: 27 APR 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD006897.pub2

How to Cite

Walters JAE, Wang W, Morley C, Soltani A, Wood-Baker R. Different durations of corticosteroid therapy for exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 10. Art. No.: CD006897. DOI: 10.1002/14651858.CD006897.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Tasmania, Menzies Research Institute Tasmania, Hobart, Tasmania, Australia

  2. 2

    University of Tasmania, Hobart, Tasmania, Australia

*Julia AE Walters, Menzies Research Institute Tasmania, University of Tasmania, MS1, 17 Liverpool Street, PO Box 23, Hobart, Tasmania, 7001, Australia.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 5 OCT 2011


This is not the most recent version of the article. View current version (10 DEC 2014)



  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié


Current guidelines recommend that acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease (COPD) be treated with systemic corticosteroids (SCs) for seven to 14 days. Intermittent SC use is cumulatively associated with adverse effects such as osteoporosis, hyperglycaemia and muscle weakness. Shorter treatment could therefore reduce the risk of adverse effects.


To compare the efficacy of short-duration (seven days or fewer) and longer-duration (more than seven days) SC treatment of acute COPD exacerbations in adults.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group Register of Trials (to April 2011) Cochrane Central Register of Controlled Trials (to April 2011), MEDLINE (from 1950 to October 2010), EMBASE (from 1980 to October 2010) and the reference lists of articles.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing different durations of SC (seven days or fewer or more than seven days). Other interventions, e.g. bronchodilators and antibiotics, were standardised; studies in other lung diseases were excluded, unless data on participants with COPD were available.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data that were pooled them using Review Manager 5. We sought missing data from authors of studies published as abstracts only.

Main results

We identified seven studies including 288 participants; two studies were fully published and five were published as abstracts. We obtained data for two studies published as abstracts from authors; these two abstracts and the two full papers contributed to meta-analysis. No study specified COPD diagnostic criteria and only one specified exacerbation criteria. Short course treatment varied between three and seven days and longer duration 10 to 15 days, at equivalent daily doses of corticosteroids; five studies used oral prednisolone (dose 30 mg, four studies, one tapered dose) and two studies used intravenous corticosteroid treatment. Mean ages of participants ranged from 64 to 73 years. We assessed the risk of allocation and blinding bias as low for these studies. Primary outcomes: risk of treatment failure did not differ significantly by treatment duration, but the confidence interval (CI) was too wide to conclude equivalence (Peto odds ratio (OR) 0.82; 95% CI 0.24 to 2.79) (three studies, n = 146). Forced expiratory volume in 1 second (FEV1) did not differ significantly when measured up to seven days (mean difference (MD) -0.07 L; 95% CI -0.19 to 0.05) or after seven days (MD -0.02 L; 95% CI -0.10 to 0.06) in four studies (n = 187). The likelihood of an adverse event (four studies, n = 192) did not differ significantly by treatment duration, but again the CI was wide (OR 0.58, 95% CI 0.14 to 2.40).

Authors' conclusions

We based assessment of the efficacy of short (seven days or less) compared to longer duration (more than seven days) systemic corticosteroid therapy for acute exacerbations of COPD in this review on four of the seven included studies for which data were available. Two studies were fully published and two were published as conference abstracts but trialists were able to supply data requested for the review.

The finding in this review that there is no significant increase in treatment failure with shorter systemic corticosteroid treatment for seven days or less for acute exacerbations of COPD, does not give conclusive evidence to recommend change in clinical practice due to a wide confidence interval around the estimate of effect. The four studies which contributed to the meta-analysis were of relatively low quality and five of the seven studies were not published as full articles.  Thus there are insufficient data to allow firm conclusions concerning the optimal duration of corticosteroid therapy of acute exacerbations of COPD to be drawn.


Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Are shorter courses of oral steroids as effective as longer courses for the treatment of exacerbations of COPD?

Chronic obstructive pulmonary disease (COPD), also known as emphysema or chronic bronchitis, is a chronic disease affecting the lungs, most often as a result of smoking. People with COPD may have episodes of deterioration that involve a worsening of their symptoms, known as acute exacerbations, which may require admission to hospital. Symptoms of an exacerbation of COPD include increased breathlessness, increased sputum or phlegm production, and increased sputum volume. These exacerbations are mostly caused by infections that result in inflammation of the airways.

Treatment of these exacerbations with corticosteroids, such as prednisolone, prednisone or cortisone, has become standard. A previous review has shown that the use of corticosteroids is beneficial and improves symptoms and lung function, shortens hospital stays and reduces the need to seek extra medical attention. Side effects of corticosteroid use can include raised blood glucose, decreased bone density, increased risk of fractures and muscle weakness. Prior to the current review there was no consensus on the duration of corticosteroid treatment. This review analysed the results from studies that compared participants with acute exacerbations who received corticosteroids for seven days or fewer with participants who received corticosteroids for more than seven days.

Seven studies were included in the analysis and in total there were 288 participants. The main findings of this review were that there were no significant differences in treatment failure (when extra medical attention is required) or lung function in people who received corticosteroids for seven days or fewer compared with those who received treatment for more than seven days. There is not enough information available to be sure whether shorter courses of corticosteroids are just as good as longer courses.

Adverse effects of the use of corticosteroids were reported in four of the studies (involving 102 patients) and overall there was no significant difference in the likelihood of a side effect between the shorter or longer treatment courses.

The analysis was limited by the fact that data for three studies that were published only as abstracts were unavailable. Further studies would be beneficial to add to this review; however, recruitment to such studies could be difficult as many patients with acute exacerbations will have received systemic corticosteroids prior to recruitment.



  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Different durations of corticosteroid therapy for exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease


Les directives actuelles recommandent que les exacerbations aiguës de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) soient traitées avec des corticostéroïdes systémiques (CS) pendant 7 à 14 jours. L'utilisation intermittente de CS est cumulativement associée à des effets indésirables tels que l'ostéoporose, l'hyperglycémie et la faiblesse musculaire. Un traitement plus court pourrait donc réduire le risque d'effets indésirables.


Comparer l'efficacité des traitements aux CS de courte durée (sept jours ou moins) et de plus longue durée (plus de sept jours) en cas d'exacerbation aiguë de la BPCO chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires (jusqu'à avril 2011), dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (jusqu'à avril 2011), dans MEDLINE (de 1950 à octobre 2010) et EMBASE (de 1980 à octobre 2010) ainsi que dans les listes bibliographiques d'articles.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant différentes durées de CS (sept jours ou moins, ou plus de sept jours). D'autres interventions, comme les bronchodilatateurs et les antibiotiques, ont été standardisées ; les études portant sur d'autres maladies pulmonaires ont été exclues, sauf si des données sur des participants atteints de BPCO étaient disponibles.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données qui ont ensuite été regroupées à l'aide de ReviewManager 5. Nous avons recherché des données manquantes chez les auteurs d'études publiées uniquement sous forme de résumés.

Résultats Principaux

Nous avons identifié sept études incluant au total 288 participants ; deux études avaient été intégralement publiées, et cinq avaient été publiées sous forme de résumés. Nous avons obtenu des auteurs les données de deux études publiées sous forme de résumés ; ces deux résumés et les deux articles complets ont participé à la méta-analyse. Aucune étude ne précisait les critères de diagnostic de la BPCO et une seule spécifiait les critères d'exacerbation. Le traitement de courte durée variait entre trois et sept jours et celui de plus longue durée entre 10 et 15 jours, à doses quotidiennes équivalentes de corticoïdes; cinq études avaient utilisé de la prednisolone par voie orale (dose 30 mg, quatre études, une dose conique) et deux études avaient utilisé une corticothérapie par voie intraveineuse. L'âge moyen des participants variait de 64 à 73 ans. Nous avons évalué comme bas le risque de biais dans l'allocation et le masquage pour ces études. Résultats principaux : le risque d'échec du traitement ne différait pas significativement selon la durée du traitement, mais l'intervalle de confiance (IC) était trop large pour conclure à une équivalence (risque relatif approché (OR) 0,82, IC 95% 0,24 à 2,79) (trois études, n = 146). Le volume expiratoire maximal en 1 seconde (FEV1) ne différait pas significativement lorsque mesuré jusqu'à sept jours (différence moyenne (DM) -0,07 L, IC 95% -0,19 à 0,05) ou après sept jours (MD -0,02 L, IC 95% -0,10 à 0,06) (quatre études, n = 187). La probabilité d'un événement indésirable (quatre études, n = 192) ne différait pas significativement selon la durée du traitement, mais là encore l'IC était large (OR 0,58, IC 95% 0,14 à 2,40).

Conclusions des auteurs

Dans cette revue, nous avons basé l'évaluation de l'efficacité de la corticothérapie systémique de courte durée (sept jours ou moins) pour les exacerbations aiguës de la BPCO, par rapport à la thérapie plus longue (plus de sept jours), sur quatre des sept études incluses pour lesquelles des données étaient disponibles. Deux études avaient été intégralement publiées et deux avaient été publiées sous forme de résumés de conférences, mais des listes d'essais ont été en mesure de fournir les données exigées pour la revue. La conclusion de cette revue qu'il n'y a aucune augmentation significative d'échec du traitement avec des corticothérapies systémiques plus courtes, sept jours ou moins, pour les exacerbations aiguës de la BPCO, ne fournit pas de preuve suffisamment concluante pour recommander un changement de la pratique clinique, en raison d'un large intervalle de confiance autour de l'estimation de l'effet. Les quatre études qui ont contribué à la méta-analyse étaient de qualité relativement faible et cinq des sept études n'ont pas été publiées sous forme d'articles complets.

Il n'y a donc pas suffisamment de données pour permettre de tirer des conclusions solides quant à la durée optimale de la corticothérapie des exacerbations aiguës de la BPCO.


Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Different durations of corticosteroid therapy for exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease

Les posologies plus courtes de stéroïdes oraux sont-elles aussi efficaces que les posologies plus longues pour le traitement des exacerbations de la BPCO ?

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), aussi connue comme l'emphysème ou la bronchite chronique, est une maladie chronique qui affecte les poumons, le plus souvent suite au tabagisme. Les personnes atteintes de BPCO peuvent subir des épisodes de détérioration impliquant une aggravation de leurs symptômes connue sous le nom d'exacerbations aiguës, qui peuvent nécessiter une hospitalisation. Les symptômes d'une exacerbation de la BPCO sont l'essoufflement accru, l'augmentation de la production de crachats ou de glaires et un plus grand volume d'expectorations. Ces exacerbations sont principalement causées par des infections qui conduisent à l'inflammation des voies respiratoires.

Le traitement de ces exacerbations avec des corticostéroïdes, tels que la prednisolone, la prednisone ou la cortisone, est devenu une norme. Une revue précédente a montré que l'utilisation de corticostéroïdes est bénéfique et améliore les symptômes et la fonction pulmonaire, raccourcit les séjours hospitaliers et réduit le besoin de soins médicaux supplémentaires. Parmi les effets secondaires des corticoïdes on compte l'élévation de la glycémie, la diminution de la densité osseuse, l'augmentation du risque de fractures et la faiblesse musculaire. Avant la présente revue il n'y avait pas de consensus sur la durée de la corticothérapie. Cette revue a analysé les résultats d'études comparant des participants atteints d'exacerbations aiguës et ayant reçu des corticostéroïdes pendant sept jours ou moins, avec des participants ayant reçu des corticostéroïdes pendant plus de sept jours.

Sept études étaient incluses dans l'analyse et il y avait au total 288 participants. Les principales conclusions de cette étude ont été qu'il n'y avait aucune différence significative au niveau de l'échec du traitement (quand des soins médicaux supplémentaires sont requis) ou de la fonction pulmonaire chez les personnes ayant reçu des corticoïdes pendant sept jours ou moins, par rapport à celles ayant reçu ce même traitement pendant plus de sept jours. Il n'y a pas assez d'information disponible pour pouvoir être sûr que des posologies plus courtes de corticoïdes sont aussi efficaces que les posologies plus longues.

Des effets indésirables dus à l'utilisation de corticoïdes ont été signalés dans quatre des études (portant sur 102 patients) et au total il n'y avait pas de différence significative dans la probabilité d'effet secondaire entre posologies plus courtes et plus longues.

L'analyse était limitée par le fait que les données de trois études qui n'ont été publiées que sous forme de résumés n'étaient pas disponibles. Des études supplémentaires seraient utiles pour compléter cette revue ; toutefois, le recrutement pour de telles études pourrait être difficile car beaucoup de patients souffrant d'exacerbations aiguës auront déjà reçu des corticostéroïdes systémiques avant le recrutement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français