Get access

Risperidone versus placebo for schizophrenia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Risperidone is the first new generation antipsychotic drug made available in the market in its generic form.

Objectives

To examine the clinical effects of oral risperidone for people with schizophrenia and schizophrenia-like psychoses in comparison with placebo.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (February 2008), references of all included studies, and contacted industry and authors of included studies for relevant studies and data.

Selection criteria

Randomised clinical trials comparing oral risperidone with placebo treatments for people with schizophrenia and/or schizophrenia-like psychoses.

Data collection and analysis

Two reviewers independently inspected citations and/or abstracts, ordered papers, re-inspected and assessed the quality of results and extracted data. For dichotomous data, we calculated the relative risk (RR), the 95% confidence interval (CI) and, where appropriate, the number needed to treat (NNT), on an intention-to-treat basis. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD).

Main results

One study (n=599) compared risperidone against placebo but the attrition rate was 60% over a period of six weeks rendering most of the efficacy and global improvement data unusable. The attrition rate was higher for placebo compared with risperidone (n=1363, 10 RCTs, RR 0.70 CI 0.57 to 0.86, NNT 13 CI 9 to 29) and less participants left the trial in the risperidone arm due to lack of efficacy (n=888, 5 RCTs, RR 0.38 CI 0.20 to 0.73, NNT 7 CI 5 to 15). Risperidone was no better than placebo on the CGI global score (n=397, 3 RCTs, RR 0.80 CI 0.55 to 1.15) but significantly more number of participants in risperidone arm had more than 20% reduction in their BPRS/PANSS score (n=856, 7 RCTs, RR 0.43 CI 0.32 to 0.58, NNT 7 CI 6 to 10). Data became considerably more homogeneous (and positive) when the one study independent of industry funding was removed (I2 75% to 55%). Despite poor reporting, it is clear that around 24% of all participants receiving either risperidone or placebo developed some form of extrapyramidal effects (n=723, 5 RCTs, RR 1.40 CI 0.93 to 2.10). Three people on risperidone had prolonged QTc (n=198, 1 RCT, RR 7.5 CI 0.4 to 144), more on risperidone gained weight (n=303, 2 RCTs, RR 5.14 CI 1.79 to 14.73, NNH 10 CI 3 to 51) and had a raised prolactin (n=323, 2 RCTs, RR 12.54 CI 5.11 to 30.79, NNH 3 CI 2 to 5). Fewer in the risperidone arm needed an additional psychotropic during the trial period (n=186, 1 RCT, RR 0.62 CI 0.45 to 0.85, NNT 10 CI 7 to 28).

Authors' conclusions

Risperidone appears to have a marginal benefit in terms of clinical improvement compared with placebo in the first few weeks of treatment but data are limited, poorly reported and probably biased in favour of risperidone. The margin of improvement chosen by the researchers as their outcome may not be clinically meaningful. Even after so much use of this drug, we feel that further independent trials can be justified.

摘要

背景

比較Risperidone和安慰劑對精神分裂症的療效

Risperidone是第一代以學名藥上市的抗精神疾病藥物.

目標

檢驗口服Risperidone和安慰劑對精神分裂症患者和類精神分裂症的臨床療效

搜尋策略

搜尋Cochrane Schizophrenia Group's Register (February 2008),以及納入試驗的參考文獻,同時也連絡業界和納入試驗的作者以進一步獲取相關研究和資料

選擇標準

比較口服Risperidone和安慰劑對精神分裂症患者和/或類精神分裂症的隨機臨床試驗

資料收集與分析

兩位檢閱者獨立檢閱引用文獻和/或摘要,將論文排序,重新檢閱和評估其品質和擷取資料. 對於二元資料,使用intentiontotreat 原則來計算RR,95%CI以及NNT(情況適合的話),對於 連續變項資料,則是去計算weighted mean differences(WMD).

主要結論

有一個研究(樣本數599)比較Risperidone和安慰劑,但六週耗損率為60%,故大部分療效和整體進步的資料無法使用. 安慰劑組耗損率較高(10個隨機臨床試驗,樣本數1363, RR 0.70 CI 0.57 to 0.86, NNT 13 CI 9 to 29), risperidone 治療 組較少受試者因缺乏療效退出(樣本數888,5 個隨機臨床試驗, RR 0.38 CI 0.20 to 0.73, NNT 7 CI 5 to 15). Risperidone 組CGI總 體得分較高(樣本數397, 3個隨機臨床試驗, RR 0.80 CI 0.55 to 1.15)但有顯著較多受試者BPRS/PANSS分數減少超過20%(樣本數856, 7個隨機臨床試驗, RR 0.43 CI 0.32 to 0.58, NNT 7 CI 6 to 10). 移除一個沒有業界贊助的試驗後,資料同質性變得較高且正向(I2 75% to 55%). 雖然沒寫清楚,但約24%受試者出現一些錐體外徑副作用(樣本數723, 5 個隨機臨床試驗, RR 1.40 CI 0.93 to 2.10). 三個使用risperidone的病患QTc延長(樣本數198, 1個隨機臨床試驗, RR 7.5 CI 0.4 to 144),較多使用risperidone的病患體重上升 (樣本數303, 2個隨機臨床試驗, RR 5.14 CI 1.79 to 14.73, NNH 10 CI 3 to 51) 且泌乳激素上升(樣本數323, 2個隨機臨床試驗, RR 12.54 CI 5.11 to 30.79, NNH 3 CI 2 to 5). 較少使用risperidone的病患於試驗期間需要額外精神病藥物(樣本數186, 1個隨機臨床試驗, RR 0.62 CI 0.45 to 0.85, NNT 10 CI 7 to 28).

作者結論

在治療前幾週, Risperidone與安慰劑相比,似乎在臨床症狀改進上有些微效益. 但資料有限,撰寫不清楚或可能因偏誤而傾向Risperidone效果較好. 研究者選定的效果臨界值可能在臨床上並無顯著意義。所以即便這個葯已被大量使用,我們仍需要更多獨立的研究來驗証它的效果.

翻譯人

本摘要由成功大學附設醫院尹子真翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

比較Risperidone和安慰劑對精神分裂症的療效:精神分裂症是嚴重慢性和會復發的精神疾病,全球終身盛行率約1%,特徵為正性症狀如幻覺和幻聽,負性症狀如情緒麻痺和退縮. 三分之一的患者在一次發作後會復原且不再復發. 另外30%病人會持續發病。半數病人持續發病但中間會有相當長一段時間沒有正性症狀. 此疾病對個人,家庭和社會影響相當大。抗精神病藥物分為典型和非典型,第一代或典型抗精神病藥物如chlorpromazine和haloperidol為多年主流,可有效減少正性症狀. 至於負性症狀則較缺乏療效。除此之外,使用藥物產生的副作用會減低服藥的順從度並因而增加復發率. Risperidone是非典型/新一代藥物. 我們系統回顧比較口服Risperidone和安慰劑對精神分裂症患者和/或類精神分裂症的療效,找到10個研究. 並支持Risperidone對精神分裂患者的症狀有些微進步並且會使用較久的時間;然而, risperidone比安慰劑有較多運動相關的副作用,以及泌乳激素的增加. 至於這些些微的進步很難等同於臨床療效。泌乳激素增加會引起性方面的副作用,不過沒有在試驗中被報告;我們也擔心試驗有相當程度因偏誤而傾向risperidone效果較好,所以還需要更好的試驗來增進我們對此結果的信心.

Résumé scientifique

Rispéridone versus placebo pour traiter la schizophrénie

Contexte

La rispéridone est le premier antipsychotique de nouvelle génération disponible sur le marché sous forme générique.

Objectifs

Étudier les effets cliniques de la rispéridone orale chez les personnes souffrant de schizophrénie et de psychoses similaires à la schizophrénie par rapport à un placebo.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre du groupe Cochrane de Schizophrénie (février 2008), les références bibliographiques de toutes les études incluses et contacté l'industrie et les auteurs des études incluses pour obtenir des études et des données s'y rapportant.

Critères de sélection

Essais cliniques randomisés comparant un traitement de la rispéridone orale et un traitement placebo pour les personnes souffrant de schizophrénie et/ou de psychoses similaires à la schizophrénie.

Recueil et analyse des données

Deux évaluateurs ont examiné indépendamment les références bibliographiques et/ou résumés, les études obtenues, ré-examiné et évalué la qualité des résultats et extrait les données. Pour les données dichotomiques, le risque relatif (RR), l'intervalle de confiance (IC) à 95 % et, lorsque cela était approprié, le nombre de sujets à traiter (NST) ont été calculés, selon une approche de l'intention de traiter. Pour les données continues, les différences moyennes pondérées (DMP) ont été calculées.

Résultats principaux

Une étude (n=599) comparait la rispéridone et un placebo mais le taux d'attrition était de 60 % sur une période de six semaines, ce qui rendait la plupart des données d'efficacité et d'amélioration globale inutilisables. Le taux d'attrition était plus important pour le placebo que pour la rispéridone (n=1363, 10 ECR, RR 0,70 IC entre 0,57 et 0,86, NST 13 IC entre 9 et 29) et moins de participants ont abandonné l'essai en raison du manque d'efficacité dans le bras de la rispéridone (n=888, 5 ECR, RR 0,38 IC entre 0,20 et 0,73, NST 7 IC entre 5 et 15). La rispéridone n'était pas supérieure au placebo pour le score CGI global (n=397, 3 ECR, RR 0,80 IC entre 0,55 et 1,15) mais un nombre significativement plus élevé de participants dans le bras de la rispéridone présentaient une réduction de plus de 20 % de leur score BPRS/PANSS (n=856, 7 ECR, RR 0,43 IC entre 0,32 et 0,58, NST 7 IC entre 6 et 10). Les données devenaient considérablement plus homogènes (et positives) lorsque la seule étude indépendante d'un financement par l'industrie était éliminée (I2 75 % à 55 %). Malgré une consignation des données de faible qualité, il est évident que près de 24 % de tous les participants recevant de la rispéridone ou un placebo ont développé une forme d'effet extrapyramidal (n=723, 5 ECR, RR 1,40 IC entre 0,93 et 2,10). Trois personnes sous rispéridone ont eu un QTc allongé (n=198, 1 ECR, RR 7,5 IC entre 0,4 et 144), plus de participants sous rispéridone ont pris du poids (n=303, 2 ECR, RR 5,14 IC entre 1,79 et 14,73, NNN 10 IC entre 3 et 51) et ont eu une augmentation de la prolactine (n=323, 2 ECR, RR 12,54 IC entre 5,11 et 30,79, NNN 3 IC entre 2 et 5). Moins de personnes dans le bras de la rispéridone ont eu besoin d'un psychotrope supplémentaire pendant la durée de l'essai (n=186, 1 ECR, RR 0,62 IC entre 0,45 et 0,85, NST 10 IC entre 7 et 28).

Conclusions des auteurs

La rispéridone semble présenter un avantage marginal en termes d'amélioration clinique par rapport au placebo dans les premières semaines de traitement, mais les données sont limitées, mal rapportées et probablement biaisées en faveur de la rispéridone. Le critère de marge d'amélioration choisi par les investigateurs n'est peut-être pas cliniquement pertinent. Malgré le fait que ce médicament soit largement utilisé, nous estimons que d'autres essais indépendants seraient justifiés.

Plain language summary

Risperidone versus placebo for schizophrenia.

Schizophrenia is a serious, chronic and relapsing mental illness with a worldwide lifetime prevalence of about 1%. It is characterised by positive symptoms such as hallucinations and delusions, and negative symptoms such as emotional numbness and withdrawal. One third of those who have experienced an episode of schizophrenia recover and the illness does not recur. Another 30% experience an unremitting illness. Half of these people have a recurrent illness but with long episodes of considerable recovery from the positive symptoms. The overall cost of the illness to the individuals, their families and the community is considerable.

Antipsychotic medications are classified into typical and atypical drugs. First generation or typical antipsychotics such as chlorpromazine and haloperidol have been the mainstay of treatment for decades, and have been effective in reducing the positive symptoms of schizophrenia. Negative symptoms, however, have been fairly resistant to treatment. In addition, drug treatments are associated with adverse effects which can often compromise compliance with medication and therefore increase the incidence of relapse.

Risperidone is one among the atypical or new generation of drugs. We systematically reviewed the effects of risperidone in comparison to placebo for people with schizophrenia and schizophrenia-like disorders. We were able to include ten studies in our systematic review.

This review supports the notion that risperidone is more effective than placebo for people with schizophrenia in terms of marginal improvements in symptoms, and in terms of adhering to the medication for longer. It is, however, associated with movement adverse effects, increased prolactin level, and the outcome of marginal improvement is difficult to interpret as being clinically relevant. We know that increased prolactin can cause sexual side effects which has not been reported in the included trials. There is also the worry that these studies are, at the very least, moderately prone to bias favouring risperidone. Better conduct and reporting of trials could greatly have increased our confidence in the results.

Résumé simplifié

Rispéridone versus placebo pour traiter la schizophrénie.

La schizophrénie est une maladie mentale grave, récurrente et chronique avec une prévalence pendant toute la vie d'environ 1 % dans le monde entier. Elle se caractérise par des symptômes positifs, comme des hallucinations et des délires et des symptômes négatifs comme l'émoussement émotionnel et le repli. Un tiers des personnes ayant vécu un épisode de schizophrénie guérissent et ne rechutent pas. 30 % souffrent de la maladie de manière permanente. La moitié de ces personnes ont une maladie récurrente, mais avec de longs épisodes de rémission considérable en ce qui concerne les symptômes positifs. Le coût global de la maladie pour les individus, leur famille et la communauté est considérable.

Les médicaments antipsychotiques sont classés en deux groupes : typiques et atypiques. Les antipsychotiques de première génération, ou typiques, comme la chlorpromazine et le halopéridol, sont le traitement principal depuis des décennies et réduisent efficacement les symptômes positifs de la schizophrénie. Les symptômes négatifs sont en revanche relativement résistants au traitement. De plus, les médicaments sont associés à des effets indésirables qui compromettent souvent l'observance du traitement et augmentent donc d'incidence de rechute.

La rispéridone fait partie des médicaments atypiques ou de nouvelle génération. Une revue systématique a été réalisée sur les effets de la rispéridone par rapport à un placebo pour les personnes atteintes de schizophrénie et de troubles similaires à la schizophrénie. Dix études ont pu être incluses dans cette revue systématique.

Cette revue soutient l'idée que la rispéridone est plus efficace que le placebo pour les personnes souffrant de schizophrénie en termes d'améliorations marginales des symptômes et d'observance du traitement pendant plus longtemps. La rispéridone est cependant associé des mouvements indésirables et à une augmentation du niveau de prolactine. De plus, le critère d'amélioration marginale est difficile à interpréter comme étant cliniquement pertinent. Il est connu qu'une augmentation de la prolactine peut entraîner des effets secondaires sexuels, ce qui n'a pas été rapporté dans les essais inclus. Il convient également de souligner que ces études sont, pour le moins, modérément propices à un biais favorable à la rispéridone. Si les essais avaient été mieux réalisés et consignés, ils auraient pu grandement améliorer notre confiance dans les résultats.

Notes de traduction

Aucune

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary