Intervention Review

Simple urethral dilatation, endoscopic urethrotomy, and urethroplasty for urethral stricture disease in adult men

  1. Susan SW Wong1,
  2. Omar M Aboumarzouk2,*,
  3. Radhakrishna Narahari3,
  4. Anna O'Riordan4,
  5. Robert Pickard5

Editorial Group: Cochrane Incontinence Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 21 JUN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD006934.pub3


How to Cite

Wong SSW, Aboumarzouk OM, Narahari R, O'Riordan A, Pickard R. Simple urethral dilatation, endoscopic urethrotomy, and urethroplasty for urethral stricture disease in adult men. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD006934. DOI: 10.1002/14651858.CD006934.pub3.

Author Information

  1. 1

    Freeman Hospital, Department of Urology, Newcastle-upon-Tyne, UK

  2. 2

    Wales Deanery, Department of Urology, Cardiff, Wales, UK

  3. 3

    Wansbeck General Hospital, Department of Urology, Ashington, NE63 9JJ, UK

  4. 4

    Freeman Hospital, Department of Urology, Newcastle Upon Tyne, UK

  5. 5

    Newcastle University, Institute of Cellular Medicine, Newcastle upon Tyne, Tyne and Wear, UK

*Omar M Aboumarzouk, Department of Urology, Wales Deanery, 40 Hollybush Road, Cyncoed, Cardiff, Wales, CF23 6TA, UK. aboumarzouk@gmail.com. drbigo31262@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 12 DEC 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Strictures of the urethra are the most common cause of obstructed micturition in younger men and frequently recur after initial treatment. Standard treatment comprises internal widening of the strictured area by simple dilatation or by telescope-guided internal cutting (optical urethrotomy), but these interventions are associated with a high failure rate requiring repeated treatment. The alternative option of open urethroplasty whereby the urethral lumen is permanently widened by removal or grafting of the strictured segment is less likely to fail but requires greater expertise. Findings of Improved choice of graft material and shortened hospital stay suggest that urethroplasty may be under utilised. The extent and quality of evidence guiding treatment choice for this condition are uncertain.  

Objectives

To determine which is the best surgical treatment for male urethral stricture disease taking into account relative efficacy, adverse event rates and cost-effectiveness.  

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Register (searched 21 June 2012), CENTRAL (2012, Issue 6), MEDLINE (January 1946 to week 2 June 2012), EMBASE (January 1980 to week 25 2012), OpenSIGLE (searched 26 June 2012), clinical trials registries and reference lists of relevant articles.

Selection criteria

We included publications reporting data from randomised or quasi-randomised controlled trials comparing the effectiveness of dilatation, urethrotomy and urethroplasty in the treatment of adult men with urethral stricture disease.

Data collection and analysis

Two authors evaluated trials for appropriateness for inclusion and methodological quality. Data extraction was performed using predetermined criteria. Analyses were carried out using the Cochrane Review Manager software (RevMan 5).

Main results

Two randomised trials were identified. One trial compared the outcomes of surgical urethral dilatation and optical urethrotomy in 210 adult men with urethral stricture disease. No significant difference was found in the proportion of men being stricture free at three years or in the median time to recurrence. The second trial compared the outcomes of urethrotomy and urethroplasty in 50 men with traumatic stricture of the posterior urethra following pelvic fracture injury. In the first six months, men were more likely to require further surgery in the urethrotomy group than in the primary urethroplasty group (RR 3.39, 95% CI 1.62 to 7.07). After two years, 16 of 25 (64%) men initially treated by urethrotomy required continued self-dilatation or further surgery for stricture recurrence compared to 6 of 25 (24%) men treated by primary urethroplasty. There were insufficient data to perform meta-analysis or to reliably determine effect size.

Authors' conclusions

There were insufficient data to determine which intervention is best for urethral stricture disease in terms of balancing efficacy, adverse effects and costs. Well designed, adequately powered multi-centre trials are needed to answer relevant clinical questions regarding treatment of men with urethral strictures.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Blind stretching or telescopic cutting versus open surgery for urethral narrowing in men

Narrowing of the urine pipe (urethral stricture) is a common cause of problems in passing water for younger men. Standard treatment consists of widening the strictured segment using instruments passed down the urethra (called urethral dilatation or urethrotomy). Alternatively, a urethroplasty operation can be performed whereby the narrowed area is removed or replaced by graft material. The uncertainty as to which option is best prompted this review of the current evidence. We found very little good quality evidence and were unable to achieve all our objectives for this review. The results of a single study suggest that dilatation and urethrotomy offer equivalent outcomes, but they are associated with a high rate of recurrence of the stricture requiring repeated procedures over a relatively short period of time. Preliminary data reported in abstract form suggested that urethroplasty was more effective than urethrotomy for the specific circumstance of urethral trauma following fracture of the pelvic bones. We found no data concerning well-being or the quality of life amongst men treated for urethral stricture disease. The main conclusion of the review is that the current lack of quality evidence means that further trials are needed to establish which intervention is most effective and most cost-effective for treatment of urethral stricture disease in men. 

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Dilatation urétrale simple, urétrotomie endoscopique et urétroplastie dans la sténose urétrale chez l'homme adulte

Contexte

Les sténoses urétrales sont la cause la plus courante d'obstruction de la miction chez les hommes jeunes et réapparaissent fréquemment après un traitement initial. Le traitement standard consiste en un élargissement interne de la zone sténosée par une simple dilatation ou par une incision interne à l'aide d'un télescope (urétrotomie optique), mais ces interventions sont associées à un taux d'échec élevé, exigeant la répétition du traitement. L'option alternative à une urétroplastie ouverte, consistant en un élargissement permanent de la lumière urétrale par une ablation ou une greffe du segment sténosé, a moins de chances d'échouer, mais exige des compétences encore plus spécialisées. Les résultats concernant un meilleur choix de greffe et un raccourcissement de la durée d'hospitalisation suggèrent une possible sous-utilisation de l'urétroplastie. L'étendue et la qualité des preuves orientant le choix de traitement de cette affection sont indéterminées.  

Objectifs

Déterminer le meilleur traitement chirurgical de la sténose urétrale chez l'homme en prenant en compte son efficacité relative, les taux d'événements indésirables et le rapport coût-efficacité.  

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'incontinence (recherches du 21 juin 2012), CENTRAL (2012, numéro 6), MEDLINE (de janvier 1946 à la semaine 2 de juin 2012), EMBASE (de janvier 1980 à la semaine 25 de 2012), OpenSIGLE (recherches du 26 juin 2012), les registres d'essais cliniques et les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection

Nous avons inclus des publications contenant des données issues d'essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés comparant l'efficacité de la dilatation, de l'urétrotomie et de l'urétroplastie dans le traitement d'hommes adultes souffrant d'une sténose urétrale.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué l'adéquation des essais en vue de leur inclusion, ainsi que leur qualité méthodologique. Des données ont été extraites à l'aide de critères prédéterminés. Nous les avons analysées à l'aide du logiciel Cochrane Review Manager (RevMan 5).

Résultats Principaux

Deux essais randomisés ont été identifiés. Un essai comparait les résultats de la dilatation urétrale chirurgicale et de l'urétrotomie optique chez 210 hommes adultes souffrant d'une sténose urétrale. Aucune différence significative n'a été identifiée dans la proportion d'hommes non sténosés à trois ans ou au cours du délai moyen avant une rechute. Le deuxième essai comparait les résultats de l'urétrotomie et de l'urétroplastie chez 50 hommes souffrant d'une sténose traumatique de l'urètre postérieur suite à une fracture du bassin. Au cours des six premiers mois, les hommes appartenant au groupe de l'urétrotomie avaient plus de chances de subir une reprise chirurgicale par rapport au groupe de l'urétroplastie primaire (RR 3,39, IC à 95 % 1,62 à 7,07). Après deux ans, 16 hommes sur 25 (64 %) traités initialement par urétrotomie exigeaient une auto-dilatation continue ou une reprise chirurgicale en raison d'une récidive de la sténose par rapport à 6 hommes sur 25 (24 %) traités par urétroplastie primaire. Il y avait des données insuffisantes pour réaliser une méta-analyse ou pour déterminer de façon fiable l'ampleur des effets.

Conclusions des auteurs

Les données étaient insuffisantes pour déterminer la meilleure intervention permettant d'équilibrer efficacité, effets indésirables et coûts pour le traitement d'une sténose urétrale. Des essais correctement conçus et d'une puissance statistique adéquate sont nécessaire pour répondre aux questions cliniques pertinentes concernant le traitement des hommes souffrant de sténoses urétrales.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Dilatation urétrale simple, urétrotomie endoscopique et urétroplastie dans la sténose urétrale chez l'homme adulte

Dilatation à l'aveugle ou incision par télescope versus chirurgie ouverte dans le rétrécissement urétral chez l'homme

Le rétrécissement urétral (sténose urétrale) est généralement à l'origine de problèmes de miction chez les hommes jeunes. Le traitement standard consiste à élargir le segment sténosé à l'aide d'instruments introduits dans l'urètre (« dilatation urétrale » ou « urétrotomie »). Sinon, une urétroplastie peut être réalisée et permettre ainsi l'ablation de la zone rétrécie ou son remplacement par une greffe. L'incertitude concernant la meilleure option à adopter est à l'origine de la revue des preuves actuellement disponibles. Nous avons trouvé très peu de preuves de bonne qualité et nous n'avons pas réussi à atteindre tous les objectifs définis pour cette revue. Les résultats issus d'une étude unique suggèrent que la dilatation et l'urétrotomie offrent des résultats équivalents, mais qu'ils sont associés à un taux élevé de récidive de la sténose, exigeant alors une répétition des procédures sur une période relativement courte. Les données préliminaires disponibles sous a forme d'un résumé suggéraient que l'urétroplastie était plus efficace que l'urétrotomie dans le cas spécifique d'un traumatisme urétral suite à une fracture des os du bassin. Nous n'avons trouvé aucune donnée concernant le bien-être ou la qualité de vie chez les hommes suivant un traitement pour une sténose urétrale. La principale conclusion de la présente revue est que le manque actuel de preuves de qualité signifie que d'autres essais sont nécessaires pour identifier l'intervention la plus efficace et la plus économique pour le traitement d'une sténose urétrale chez l'homme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�