Intervention Review

Speech therapy for children with dysarthria acquired before three years of age

  1. Lindsay Pennington*,
  2. Nick Miller,
  3. Sheila Robson

Editorial Group: Cochrane Movement Disorders Group

Published Online: 7 OCT 2009

Assessed as up-to-date: 17 MAY 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD006937.pub2


How to Cite

Pennington L, Miller N, Robson S. Speech therapy for children with dysarthria acquired before three years of age. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 4. Art. No.: CD006937. DOI: 10.1002/14651858.CD006937.pub2.

Author Information

  1. Newcastle University, Institute of Health and Society, Newcastle upon Tyne, UK

*Lindsay Pennington, Institute of Health and Society, Newcastle University, Sir James Spence Institute - Royal Victoria Infirmary, Queen Victoria Road, Newcastle upon Tyne, NE1 4LP, UK. lindsay.pennington@ncl.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 7 OCT 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Children with motor impairments often have the motor speech disorder dysarthria, a condition which effects the tone, power and coordination of any or all of the muscles used for speech. Resulting speech difficulties can range from mild, with slightly slurred articulation and low-pitched voice, to profound, with an inability to produce any recognisable words. Children with dysarthria are often prescribed communication aids to supplement their natural forms of communication. However, there is variation in practice regarding the provision of therapy focusing on voice and speech production. Descriptive studies have suggested that therapy may improve speech, but its effectiveness has not been evaluated.

Objectives

To assess whether direct intervention aimed at improving the speech of children with dysarthria is more effective than no intervention at all.
To assess whether individual types of intervention are more effective than others in improving the speech intelligibility of children with dysarthria.

Search methods

We searched CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL , LLBA, ERIC, PsychInfo, Web of Science, Scopus, UK National Research Register and Dissertation Abstracts up to April 2009, handsearched relevant journals published between 1980 and April 2009, and searched proceedings of relevant conferences between 1996-2009.

Selection criteria

We considered randomised controlled trials and studies using quasi-experimental designs in which children were allocated to groups using non-random methods.

Data collection and analysis

L Pennington conducted searches of all databases and conference reports. L Pennington, N Miller and S Robson handsearched journals. All searches included a reliability check in which a second review author independently checked a random sample comprising 15% of all identified reports. We planned that two review authors would independently assess the quality and extract data from eligible studies.

Main results

No randomised controlled trials or group studies were identified.

Authors' conclusions

We found no firm evidence of the effectiveness of speech and language therapy to improve the speech of children with early acquired dysarthria. No change in practice is warranted at the present time. Rigorous research is needed to investigate if the positive changes in children's speech observed in small descriptive studies are shown in randomised controlled trials. Research should examine change in children's speech production and intelligibility. It should also investigate the secondary education, health and social care outcomes of intervention, including children's interaction with family, friends and teachers, their participation in social and educational activities, and their quality of life. Cost and acceptability of interventions must also be investigated.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Speech therapy for children with early acquired dysarthria

Dysarthria is a disorder which reduces the control of movements for speech. Children with dysarthria often have shallow, irregular breathing and speak on small, residual pockets of air. They have low pitched, harsh voices, nasalised speech and very poor articulation. Together, these difficulties make the children's speech difficult to understand. Dysarthria is caused by neurological impairment and can arise early in children's lives, from neurological damage sustained before, during or after birth, such as in cerebral palsy, or in early childhood through traumatic brain injury or neurological disease. Communication difficulties have a profound impact on children’s development. They reduce the quality of life of children with cerebral palsy and place children at risk of social exclusion, educational failure and later unemployment. Speech and language therapy aims to help children to control the movements for breathing and speech and so become more intelligible. Small, observational studies have suggested that for some children therapy might have been associated with positive changes in intelligibility and clarity of children's voices. This review aimed to investigate if therapy is generally effective for children with dysarthria acquired early in life, and if certain types of therapy may be better than others. We found no randomised controlled trials or controlled group studies which investigate the effects of speech and language therapy to improve the speech of children with dysarthria acquired below three years of age. Rigorous research, using randomised controlled trials, is needed to evaluate if therapy can help children to increase the intelligibility of their speech and if enhanced intelligibility increases children's participation in social and educational activities and their quality of life.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Orthophonie chez les enfants atteints de dysarthrie acquise avant l'âge de trois ans

Contexte

Les enfants présentant des déficiences motrices sont souvent atteints d'un trouble moteur de la parole connu sous le nom de dysarthrie, qui affecte le tonus, la puissance et la coordination de tout ou partie des muscles nécessaires à l'articulation du langage. Les difficultés de langage qui en résultent peuvent être légères, avec une articulation légèrement empâtée et une voix grave, ou sévères, avec une incapacité à prononcer des mots identifiables. Les enfants atteints de dysarthrie se voient souvent prescrire des aides à la communication pour compléter leurs formes naturelles de communication. Néanmoins, les traitements axés sur la voix et la production de la parole présentent des variations dans la pratique. Des études descriptives ont suggéré que le traitement pourrait améliorer la parole, mais son efficacité n'a pas été évaluée.

Objectifs

Déterminer si une intervention directe visant à améliorer la parole des enfants atteints de dysarthrie est plus efficace que l'absence d'intervention.
Évaluer si des interventions spécifiques sont plus efficaces que d'autres pour améliorer l'intelligibilité du langage chez les enfants atteints de dysarthrie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, LLBA, ERIC, PsychInfo, Web of Science, Scopus, UK National Research Register et Dissertation Abstracts jusqu'en avril 2009, effectué des recherches manuelles dans les revues médicales pertinentes publiées entre 1980 et avril 2009, et examiné les actes de congrès pertinents entre 1996 et 2009.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et les études utilisant un plan quasi-expérimental dans lesquelles les enfants étaient assignés à des groupes au moyen de méthodes non aléatoires ont été pris en compte.

Recueil et analyse des données

L Pennington a consulté toutes les bases de données et rapports de conférence. L Pennington, N Miller et S Robson ont effectué des recherches manuelles dans les publications pertinentes. Toutes les recherches se sont accompagnées d’un contrôle de fiabilité dans lequel un second auteur de revue a contrôlé de manière indépendante un échantillon aléatoire de 15 % de tous les rapports identifiés. Il était prévu que deux auteurs de revue évaluent la qualité et procèdent à l'extraction des données des études éligibles de manière indépendante.

Résultats Principaux

Aucun essai contrôlé randomisé et aucune étude de groupes n'ont été identifiés.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons identifié aucune preuve concluante de l'efficacité de l'orthophonie pour améliorer le discours des enfants atteints de dysarthrie acquise précoce. Aucun changement de pratique n'est nécessaire à l'heure actuelle. Des recherches rigoureuses sont nécessaires afin de déterminer si l'évolution positive de la parole observée dans de petites études descriptives est confirmée dans le cadre d'essais contrôlés randomisés. Les recherches devront examiner le changement de production et d'intelligibilité du discours des enfants. Elles devront également examiner les critères de jugement secondaires de l'éducation, de la santé et des services sociaux, y compris l'interaction des enfants avec la famille, les amis et les professeurs, leur participation aux activités sociales et éducatives et leur qualité de vie. Le coût et l'acceptabilité des interventions doivent également être évalués.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Orthophonie chez les enfants atteints de dysarthrie acquise avant l'âge de trois ans

Orthophonie chez les enfants atteints de dysarthrie acquise précoce

La dysarthrie est un trouble qui affecte le contrôle de l'articulation de la parole. Les enfants atteints de dysarthrie présentent souvent une respiration entrecoupée et irrégulière et émettent les sons sur de petites poches d'air résiduelles. La voix est grave et éraillée, les sons sont nasalisés et l'articulation est très difficile. Ces difficultés cumulées rendent souvent le discours de l'enfant difficile à comprendre. La dysarthrie est provoquée par une déficience neurologique et peut se déclarer dès le plus jeune âge suite à des dommages neurologiques intervenus avant, pendant ou après la naissance, comme c'est le cas dans l'infirmité motrice cérébrale, ou au cours de la petite enfance, suite à une lésion cérébrale traumatique ou une maladie neurologique. Ces difficultés de communication ont un profond impact sur le développement des enfants. Elles limitent la qualité de vie des enfants atteints d'infirmité motrice cérébrale et entraînent un risque d'exclusion sociale, d'échec scolaire et de difficultés ultérieures à trouver un emploi. L'objectif de l'orthophonie est d'aider les enfants à contrôler les mouvements nécessaires à la respiration et à la parole pour leur permettre d'être plus intelligibles. De petites études observationnelles ont suggéré que, chez certains enfants, le traitement pourrait être associé à des changements positifs en termes d'intelligibilité et de clarté de la voix. L'objectif de cette revue était de déterminer si ce traitement était généralement efficace chez les enfants atteints de dysarthrie acquise de manière précoce, et si certains types de traitements étaient plus efficaces que d'autres. Nous n'avons identifié aucun essai contrôlé randomisé ou étude de groupes contrôlée évaluant les effets de l'orthophonie pour améliorer le langage des enfants atteints de dysarthrie acquise avant l'âge de trois ans. Des recherches rigoureuses sous forme d'essais contrôlés randomisés sont nécessaires afin d'évaluer si ce traitement peut aider les enfants à acquérir un langage plus intelligible, et si l'amélioration de l'intelligibilité pourrait accroître la participation des enfants aux activités sociales et éducatives et améliorer leur qualité de vie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.