Get access

Internal versus external tocodynamometry during induced or augmented labour

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Uterine contractions can be registered by external tocodynamometry (ET) or, after rupture of the membranes, by internal tocodynamometry (IT). Monitoring of the frequency of contractions is important especially when intravenous oxytocin is used as excessive uterine activity (hyperstimulation or tachysystole) can cause fetal distress. During induction of labour as well as during augmentation with intravenous oxytocin, some clinicians choose to monitor frequency and strength of contractions with IT rather than with ET as an intrauterine pressure catheter measures intrauterine activity more accurately than an extra-abdominal tocodynamometry device. However, insertion of an intrauterine catheter has higher costs and also potential risks for mother and child.

Objectives

To assess the effectiveness of IT compared with using ET when intravenous oxytocin is used for induction or augmentation of labour.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (11 April 2012) and PubMed (1966 to 7 March 2012).

Selection criteria

We included all published randomised controlled trials with data from women in whom IT was compared with ET in induced or augmented labour with oxytocin. We excluded trials that employed quasi-randomised methods of treatment allocation. We found no unpublished or ongoing studies on this subject.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial eligibility and risk of bias, and independently extracted data. Data were checked for accuracy. Where necessary, we contacted study authors for additional information.

Main results

Three studies involving a total of 1945 women were included. Overall, risk of bias across the three trials was mixed. No serious complications were reported in the trials and no neonatal or maternal deaths occurred. The neonatal outcome was not statistically different between groups: Apgar score less than seven at five minutes (RR 1.78, 95% CI 0.83 to 3.83; three studies, n = 1945); umbilical artery pH less than 7.15 (RR 1.31, 95% CI 0.95 to 1.79; one study, n = 1456); umbilical artery pH less than 7.16 (RR 1.23, 95% CI 0.39 to 3.92; one study, n = 239); admission to the neonatal intensive care unit (RR 0.34, 95% CI 0.07 to 1.67; two studies, n = 489); and more than 48 hours hospitalisation (RR 0.92, 95% CI 0.71 to 1.20; one study, n = 1456). The pooled risk for instrumental delivery (including caesarean section, ventouse and forceps extraction) was not statistically significantly different (RR 1.05, 95% CI 0.91 to 1.21; three studies, n = 1945). Hyperstimulation was reported in two studies (n = 489), but there was no statistically significant difference between groups (RR 1.21, 95% CI 0.78 to 1.88).

Authors' conclusions

This review found no differences between the two types of monitoring (internal or external tocodynamometry) for any of the maternal or neonatal outcomes. Given that this review is based on three studies (N = 1945 women) of moderate quality, there is insufficient evidence to recommend the use of one form of tocodynamometry over another for women where intravenous oxytocin was administered for induction or augmentation of labour.

Résumé

Tocodynamométrie interne versus externe lors du déclenchement ou de l'accélération du travail

Contexte

Les contractions utérines peuvent être enregistrées à l'aide d'une tocodynamométrie externe (TE) ou après une rupture des membranes à l'aide d'une tocodynamométrie interne (TI). La surveillance de la fréquence des contractions est importante, surtout lors de l'administration d'ocytocine par voie intraveineuse, car une activité utérine excessive (hyperstimulation ou tachysystolie) peut provoquer une détresse fœtale. Lors du déclenchement du travail, ainsi que lors de son accélération en administrant de l'ocytocine par voie intraveineuse, certains cliniciens préfèrent surveiller la fréquence et l'intensité des contractions à l'aide d'une TI plutôt que d'une TE, car un cathéter de pression intra-utérine mesure l'activité intra-utérine de façon plus précise qu'un dispositif extra-abdominal de tocodynamométrie. Toutefois, l'insertion d'un cathéter intra-utérin présente des coûts plus élevés, mais aussi des risques éventuels pour la mère et son enfant.

Objectifs

Évaluer l'efficacité de la TI par rapport à l'utilisation de la TE lors de l'administration d'ocytocine par voie intraveineuse pour le déclenchement ou l'accélération du travail.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (11 avril 2012) et dans PubMed (de 1966 au 7 mars 2012).

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés publiés contenant des données de femmes chez lesquelles une TI était comparée à une TE pour le déclenchement ou l'accélération du travail par ocytocine. Nous avons exclu les essais utilisant des méthodes quasi randomisées pour l'assignation du traitement. Nous n'avons trouvé aucune étude non publiée ou en cours à ce sujet.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et les risques de biais des essais, mais ont aussi extrait des données. L'exactitude des données a été vérifiée. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires, chaque fois que cela était nécessaire.

Résultats Principaux

Trois essais, totalisant 1 945 femmes, ont été inclus. Dans l'ensemble, les risques de biais dans ces trois essais étaient mixtes. Aucune complication sérieuse n'a été rapportée dans les essais et aucun décès néonatal ou maternel ne s'est produit. Les résultats néonataux n'étaient pas statistiquement différents entre les groupes : score Apgar inférieur à sept à cinq minutes (RR 1,78, IC à 95 % 0,83 à 3,83 ; trois études, n = 1 945) ; pH de l'artère ombilicale inférieur à 7,15 (RR 1,31, IC à 95 % 0,95 à 1,79 ; une étude, n = 1 456) ; pH de l'artère ombilicale inférieur à 7,16 (RR 1,23, IC à 95 % 0,39 à 3,92 ; une étude, n = 239) ; admission en unité de soins intensifs néonataux (RR 0,34, IC à 95 % 0,07 à 1,67 ; deux études, n = 489) et une hospitalisation de plus de 48 heures (RR 0,92, IC à 95 % 0,71 à 1,20 ; une étude, n = 1 456). Les risques combinés d'un accouchement instrumental (notamment une césarienne, une extraction par ventouse et forceps) n'étaient pas significativement différents d'un point de vue statistique (RR 1,05, IC à 95 % 0,91 à 1,21 ; trois études, n = 1 945). L'hyperstimulation était rapportée dans deux études (n = 489), mais il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre les groupes (RR 1,21, IC à 95 % 0,78 à 1,88).

Conclusions des auteurs

Cette revue n'a trouvé aucune différence entre les deux types de surveillance (tocodynamométrie interne ou externe) pour aucun des résultats maternels ou néonataux. Étant donné que cette revue se base sur trois études (N = 1 945 femmes) de qualité moyenne, il existe des preuves insuffisantes pour recommander l'utilisation d'une forme de tocodynamométrie par rapport à une autre aux femmes dont le déclenchement ou l'accélération du travail s'effectue en administrant de l'ocytocine par voie intraveineuse.

Plain language summary

Internal versus external registration of contractions during induced or augmented labour

Induction and augmentation of labour are common procedures within obstetric practice with various indications for mother and child. When contractions are stimulated by intravenous oxytocin, registration of the frequency of contractions is important for determination of the right dosage of medication. Uterine contractions can be monitored through the abdominal wall of the mother by using a small device that is placed on the skin using a belt to hold it in position, where the device measures changes in the shape of the uterus (external tocodynamometry (ET)), or by positioning an intrauterine pressure catheter inside the uterus next to the baby (internal tocodynamometry (IT)). Use of IT is only possible after rupture of the membranes and is an easy, painless procedure done during vaginal examination by the midwife or doctor in charge. During induction or augmentation of labour with intravenous oxytocin, some clinicians choose to monitor contractions with an IT rather than with ET. An intrauterine pressure catheter measures the contractions more accurately and could result in a better dosage of the oxytocin. This could, therefore, reduce the risk of hyperstimulation, for example too frequent contractions, and subsequently reduce the risk for fetal distress. Moreover with the modern central monitoring systems and the accurate registration with the use of IT there is no need for the caregivers to be physical present in the labour room to assess the frequency of contractions. However, besides higher costs of IT, insertion of an intrauterine catheter in the uterus of the mother has rare but potentially hazardous risks for both mother and child, like placental and fetal vessel damage.

The aim of this review was to compare the effectiveness of IT compared with ET. We included three randomised controlled studies (1945 women). The methodological quality of the studies was considered to be moderate. When comparing internal registration of contractions with external registration of contractions during induced or augmented labour, there were no differences in any of the outcomes for mother or child: adverse neonatal outcomes, instrumental deliveries, caesarean section, use of analgesia or time to delivery. No increased risk for infection was reported when an intrauterine catheter was used in these studies.

There is insufficient evidence to recommend the use of one form of tocodynamometry over another for women where intravenous oxytocin is administered for induction or augmentation of labour.

Résumé simplifié

Tocodynamométrie interne versus externe lors du déclenchement ou de l'accélération du travail

Enregistrement interne versus externe des contractions lors du déclenchement ou de l'accélération du travail

Le déclenchement et l'accélération du travail sont des procédures courantes dans la pratique obstétrique avec diverses indications pour la mère et l'enfant. Lors de la stimulation des contractions en administrant de l'ocytocine par voie intraveineuse, l'enregistrement de la fréquence des contractions est important pour déterminer la posologie adéquate. Les contractions utérines peuvent être surveillées via la paroi abdominale de la mère à l'aide d'un petit dispositif placé sur la peau et fixé à l'aide d'une ceinture, afin de mesurer toute modification de la forme de l'utérus (tocodynamométrie externe (TE)), ou d'un cathéter de pression intra-utérine placé à l'intérieur de l'utérus, à côté du bébé (tocodynamométrie interne (TI)). L'utilisation de la TI est uniquement possible après la rupture des membranes. Il s'agit d'une procédure simple et indolore réalisée par la sage-femme ou le médecin traitant au moment de l'examen vaginal. Lors du déclenchement ou de l'accélération du travail avec l'administration d'ocytocine par voie intraveineuse, certains cliniciens préfèrent surveiller les contractions à l'aide d'une TI au lieu d'une TE. Un cathéter de pression intra-utérine mesure les contractions de façon plus précise et permet un meilleur dosage de l'ocytocine. Les risques d'hyperstimulation, comme une fréquence trop élevée des contractions, sont donc réduits, ainsi que les risques de détresse fœtale. De plus, grâce aux systèmes modernes de surveillance centrale et à des enregistrements précis à l'aide de la TI, les soignants n'ont pas besoin d'être physiquement présents dans la salle de travail pour évaluer la fréquence des contractions. Toutefois, outre les coûts élevés de la TI, l'insertion d'un cathéter intra-utérin dans l'utérus de la mère présente rarement des risques, mais qui peuvent être potentiellement dangereux pour la mère et son bébé, comme des lésions placentaires et des vaisseaux fœtaux.

L'objectif de la présente revue était de comparer l'efficacité de la TI à la TE. Nous avons inclus trois études contrôlées randomisées (1 945 femmes). La qualité méthodologique des études était jugée moyenne. Lors de la comparaison de l'enregistrement interne des contractions à leur enregistrement externe lors du déclenchement ou de l'accélération du travail, il n'y avait aucune différence au niveau des résultats de la mère ou de l'enfant : résultats néonataux indésirables, accouchements instrumentaux, césarienne, administration d'un analgésique ou durée de l'accouchement. Aucun risque accru d'infection n'a été rapporté lors de l'utilisation d'un cathéter intra-utérin dans ces études.

Il existe des preuves insuffisantes pour recommander l'utilisation d'une forme de tocodynamométrie par rapport à une autre aux femmes dont le déclenchement ou l'accélération du travail s'effectue en administrant de l'ocytocine par voie intraveineuse.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�