Intervention Review

Interventions for erythema nodosum leprosum

  1. Natasja HJ Van Veen1,*,
  2. Diana NJ Lockwood2,
  3. Wim H van Brakel3,
  4. Jose Ramirez Jr4,
  5. Jan Hendrik Richardus1

Editorial Group: Cochrane Skin Group

Published Online: 8 JUL 2009

Assessed as up-to-date: 11 MAR 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD006949.pub2


How to Cite

Van Veen NHJ, Lockwood DNJ, van Brakel WH, Ramirez Jr J, Richardus JH. Interventions for erythema nodosum leprosum. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 3. Art. No.: CD006949. DOI: 10.1002/14651858.CD006949.pub2.

Author Information

  1. 1

    Erasmus Medical Center, Department of Public Health, Rotterdam, Netherlands

  2. 2

    London School of Hygiene & Tropical Medicine, Department of Infectious Diseases, London, UK

  3. 3

    Royal Tropical Institute, Leprosy Unit, Amsterdam, Netherlands

  4. 4

    University of Nottingham, c/o Cochrane Skin Group, Nottingham, UK

*Natasja HJ Van Veen, Department of Public Health, Erasmus Medical Center, PO Box 2040, Rotterdam, 3000 CA, Netherlands. nhjvanveen@gmail.com. nhjvanveen@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 JUL 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Erythema nodosum leprosum (ENL) is a serious immunological complication of leprosy, causing inflammation of skin, nerves, other organs, and general malaise. Many different therapies exist for ENL, but it is unclear if they work or which therapy is optimal.

Objectives

To assess the effects of interventions for erythema nodosum leprosum.

Search methods

We searched the Cochrane Skin Group Specialised Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library (Issue 1, 2009), MEDLINE (from 2003), EMBASE (from 2005), LILACS and AMED (from inception), CINAHL (from 1981), and databases of ongoing trials, all in March 2009. We checked reference lists of articles and contacted the American Leprosy Missions in Brazil to locate studies.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of interventions for ENL in people with leprosy.

Data collection and analysis

Two authors performed study selection, assessed trial quality, and extracted data.

Main results

We included 13 studies with a total of 445 participants. The quality of the trials was generally poor and no results could be pooled due to the treatments being so heterogeneous. Treatment with thalidomide showed a significant remission of skin lesions compared to acetylsalicylic acid (aspirin) (RR 2.43; 95% CI 1.28 to 4.59) (1 trial, 92 participants). Clofazimine treatment was superior to prednisolone (more treatment successes; RR 3.67; 95% CI 1.36 to 9.91) (1 trial, 24 participants), and thalidomide (fewer recurrences; RR 0.08; 95% CI 0.01 to 0.56) (1 trial, 72 participants). We did not find any significant benefit for intravenous betamethasone compared to dextrose (1 trial, 10 participants), pentoxifylline compared to thalidomide (1 trial, 44 participants), indomethacin compared to prednisolone, aspirin or chloroquine treatments (2 trials, 80 participants), or levamisole compared to placebo (1 trial, 12 participants). Mild to moderate adverse events were significantly lower in participants taking 100 mg thalidomide compared to 300 mg thalidomide daily (RR 0.46; 95% CI 0.23 to 0.93). Significantly more minor adverse events were reported in participants taking clofazimine compared with prednisolone (RR 1.92; 95% CI 1.10 to 3.35). None of the studies assessed quality of life or economic outcomes.

Authors' conclusions

There is some evidence of benefit for thalidomide and clofazimine, but generally we did not find clear evidence of benefit for interventions in the management of ENL. However, this does not mean they do not work, because the studies were small and poorly reported. Larger studies using clearly defined participants, outcome measures, and internationally recognised scales are urgently required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions to treat erythema nodosum leprosum, a complication of leprosy

Leprosy remains a public health issue in poorer parts of the world. In 2007 there were approximately 255,000 new cases reported worldwide. Leprosy (or Hansen's disease) is a chronic infectious disease. The skin and peripheral nerves of people with leprosy contain leprosy bacteria. Leprosy can be cured with a combination of antibiotics. The immune system plays an important role in leprosy and determines if and how the disease will develop. The response of the immune system to the antigens of the leprosy bacteria may cause periods of inflammation in the skin and nerves, called reactions. Reactions are the main cause of acute nerve damage and disability in leprosy and occur in about one third of people with leprosy. One type of reaction is erythema nodosum leprosum (ENL), a serious and often chronic complication of leprosy caused by the immune system. People with ENL have red, painful swellings in the skin and often feel ill due to fever and general malaise. There are several treatments for ENL, including the oral drugs prednisolone, thalidomide, and clofazimine. We undertook a systematic review on this topic as it was not clear which treatments were most beneficial.

Our review included 13 randomised controlled trials involving 445 participants. These trials assessed: betamethasone (1 trial), thalidomide (5 trials), pentoxifylline (1 trial), clofazimine (3 trials), indomethacin (2 trials), and levamisole (1 trial). Generally, the quality of the studies was poor and many were too small to identify important clinical differences even if they existed. Three small trials showed benefit for thalidomide and clofazimine treatment in terms of fewer further reactions, more treatment successes, and less relapses of ENL.

Adverse events were reported in most of the trials, but it was often not possible to compare the occurrence of any adverse events between the experimental group and control group. Most adverse events reported were not too serious, and only a few participants could not complete treatment due to serious adverse events or for other reasons.

Whether the interventions improved the quality of life of participants, was not evaluated in any of the trials.

Although we did not find clear benefits in these series of small, poorly-performed studies, this does not mean that these drugs do not work in the treatment of ENL, only that scientific evidence is insufficient. Future studies should be better designed and use clear definitions and outcomes, including long-term outcomes and quality of life measures.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions contre l'érythème noueux lépreux

Contexte

L'érythème noueux lépreux (ENL), une complication immunologique grave de la lèpre entraînant une inflammation de la peau, des nerfs et d'autres organes et un état de malaise général. De nombreux traitements différents existent contre l'ENL, mais il n'a pas été clairement déterminé s'ils sont efficaces ou quel traitement est optimum.

Objectifs

Évaluer les effets d'interventions contre l'érythème noueux lépreux.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre Cochrane spécialisé du groupe sur les troubles cutanés , le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL) dans la librairie Cochrane (numéro 1, 2009), MEDLINE (à partir de 2003), EMBASE (à partir de 2005), LILACS et AMED (à partir du début), CINAHL (à partir de 1981) ainsi que des bases de données d'essais en cours, en mars 2009. Nous avons vérifié les listes de références des articles et pris contact avec les missions américaines contre la lèpre au Brésil pour identifier des études.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) d'interventions contre l'ENL chez des personnes atteintes de lèpre.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont réalisé une sélection des études, évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 13 études avec un total de 445 participants. La qualité des essais était en générale faible et les résultats n'ont pas pu être combinés attendu que les traitements étaient très hétérogènes. Le traitement par thalidomide a donné lieu à une rémission significative des lésions cutanées par rapport à l'acide acétylsalicylique (aspirine) (RR 2,43 ; IC à 95% entre 1,28 et 4,59) (1 essai, 92 participants). Le traitement par clofazimine s'est avéré plus efficace que le prednisolone (plus de succès de traitement ; RR 3,67 ; IC à 95% entre 1,36 et 9,91) (1 essai, 24 participants) et que le thalidomide (moins de récurrences ; RR 0,08 ; IC à 95% entre 0,01 et 0,56) (1 essai, 72 participants). Nous n'avons pas trouvé de bénéfice significatif pour le bétaméthasone intraveineux par rapport au dextrose (1 essai, 10 participants), le pentoxifylline par rapport au thalidomide (1 essai, 44 participants), l'indométacine par rapport au prednisolone, l'aspirine ou les traitements par chloroquine (2 essais, 80 participants) ou le levamisole par rapport au placebo (1 essai, 12 participants). Les événements légers à modérés étaient significativement moins important chez les participants prenant 100 mg de thalidomide que chez les participants prenant 300 mg de thalidomide par jour (RR 0,46 ; IC à 95 %, entre 0,23 et 0,93). Significativement moins d'événements indésirables mineurs ont été rapportés chez les participants prenant de la clofazimine par rapport au prednisolone (RR 1,92 ; IC à 95 %, entre 1,10 et 3,35). Aucune des études n'a évalué la qualité de vie ou les résultats économiques.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves du bénéfice de la thalidomide et de la clofazimine, mais en général, nous n'avons pas trouvé de preuves évidentes du bénéfice des interventions pour la prise en charge de l'ENL. Cependant, cela ne signifie pas que ces interventions ne sont pas efficaces car les études étaient de petite taille et présentaient une qualité faible de consignation. Il est urgent que des études plus grandes utilisant des participants clairement définis, ainsi que des mesures de résultats et des échelles homologuées internationalement soient réalisées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions contre l'érythème noueux lépreux

Interventions pour traiter l'érythème noueux lépreux, une complication de la lèpre

La lèpre reste une question de santé publique dans les régions les plus pauvres du monde. En 2007 on a recensé environ 255 000 nouveaux cas dans le monde entier. La lèpre (ou maladie de Hansen) est une maladie infectieuse chronique. La peau et les nerfs périphériques des personnes qui en sont atteintes contiennent la bactérie de la lèpre. La lèpre peut être soignée par une association d'antibiotiques. Le système immunitaire joue un rôle important dans cette maladie et détermine si et comment la maladie va se développer. La réponse du système immunitaire aux antigènes de la bactérie de la lèpre peut entraîner des périodes d'inflammation de la peau et des nerfs que l'on appelle réactions. Les réactions sont les principales causes des dommages nerveux aigus et de l'incapacité chez les malades et ont lieu chez environ un tiers d'entre eux. Un type de réaction est l'érythème noueux lépreux (ENL), une complication grave et souvent chronique de la lèpre occasionnée par le système immunitaire. Les personnes atteintes d'ENL souffrent de tuméfactions douloureuses et rouges de la peau et se sentent souvent malades en raison de la fièvre et d'un état de malaise général. Il existe différents traitements pour l'ENL, y compris les médicaments oraux prednisolone, thalidomide et clofazimine. Nous avons entrepris une revue systématique sur ce sujet puisque les traitements les plus efficaces n'avaient pas été déterminés clairement.

Notre revue incluait 13 essais contrôlés randomisés portant sur 445 participants. Ces essais évaluaient : le bétaméthasone (1 essai), le thalidomide (5 essais), le pentoxifylline (1 essai), le clofazimine (3 essais), l'indométacine (2 essais) et le levamisole (1 essai). En général, la qualité des études était faible et nombre d'entre elles étaient trop petites pour identifier des différences cliniques importantes même si elles existaient. Trois essais de petite taille ont montré un bénéfice pour les traitements à base de thalidomide et de clofazimine en termes de réduction du nombre d'autres réactions, de succès de traitement et réduction des rechutes de l'ENL.

Des événements indésirables ont été rapportés dans la plupart des essais, mais bien souvent il n'a pas été possible de comparer l'occurrence de ces événements indésirables entre le groupe expérimental et le groupe témoin. La majorité des événements indésirables rapportés n'étaient pas très graves et seuls quelques participants n'ont pas terminé le traitement en raison d'événements indésirables graves ou pour d'autres raisons.

Aucun des essais n'a évalué le fait de savoir si les interventions amélioraient la qualité de vie des participants.

Bien que nous n'ayons pas trouvé des bénéfices claires dans ces séries d'études de petite taille et de faible qualité, cela de signifie pas que ces médicaments ne sont pas efficaces pour le traitement de l'ENL, mais que les preuves scientifiques sont insuffisantes. Les études futures devraient suivre un plan d'étude de meilleure qualité et utiliser des définitions et des résultats (y compris les résultats à long terme) clairs ainsi que des mesures de la qualité de vie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français