Intervention Review

Interventions for increasing ankle range of motion in patients with neuromuscular disease

  1. Kristy J Rose2,*,
  2. Joshua Burns2,
  3. Danielle M Wheeler3,
  4. Kathryn N North2

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Disease Group

Published Online: 17 FEB 2010

Assessed as up-to-date: 26 AUG 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD006973.pub2

How to Cite

Rose KJ, Burns J, Wheeler DM, North KN. Interventions for increasing ankle range of motion in patients with neuromuscular disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 2. Art. No.: CD006973. DOI: 10.1002/14651858.CD006973.pub2.

Author Information

  1. 2

    Discipline of Paediatrics and Child Health, Faculty of Medicine, University of Sydney, Institute of Neuroscience and Muscle Research, The Children's Hospital at Westmead, Sydney, Australia

  2. 3

    Randwick, Australia

*Kristy J Rose, Institute of Neuroscience and Muscle Research, The Children's Hospital at Westmead, Sydney, NSW, Australia. KristyR2@chw.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 17 FEB 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Reduced ankle dorsiflexion range of motion, or ankle equinus, is a common and disabling problem for patients with neuromuscular disease. Clinicians devote considerable time and resources implementing interventions to correct this problem although few of these interventions have been subject to rigorous empirical investigation.

Objectives

To assess the effect of interventions to reduce or resolve ankle equinus in people with neuromuscular disease.

Search methods

We searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Trials Specialized Register (August 2009), Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library Issue 3, 2009), MEDLINE (1966 to August 2009), EMBASE (1980 to August 2009), CINAHL 1982 to August 2009), AMED (1985 to August 2009) and The Physiotherapy Evidence Database (PEDro) (1929 to August 2009). We searched the reference lists of identified articles and also contacted known experts in the field to identify additional or unpublished data.

Selection criteria

Randomised controlled trials evaluating interventions for increasing ankle dorsiflexion range of motion in neuromuscular disease. Outcomes included ankle dorsiflexion range of motion, functional improvement, foot alignment, foot and ankle muscle strength, health-related quality of life, satisfaction with the intervention and adverse events.

Data collection and analysis

Two authors independently selected papers, assessed trial quality and extracted data.

Main results

Four studies involving 149 participants met inclusion criteria for this review. Two studies assessed the effect of night splinting in a total of 26 children and adults with Charcot-Marie-Tooth disease type 1A. There were no statistically or clinically significant differences between wearing a night splint and not wearing a night splint. One study assessed the efficacy of prednisone treatment in 103 boys with Duchenne muscular dystrophy. While a daily dose of prednisone at 0.75 mg/kg/day resulted in significant improvements in some strength and function parameters compared with placebo, there was no significant difference in ankle range of motion between groups. Increasing the prednisone dose to 1.5 mg/kg/day had no significant effect on ankle range of motion. One study evaluated early surgery in 20 young boys with Duchenne muscular dystrophy. Surgery resulted in increased ankle dorsiflexion range at 12 months but functional outcomes favoured the control group. By 24 months, many boys in the surgical group experienced a relapse of achilles tendon contractures.

Authors' conclusions

There is no evidence of significant benefit from any intervention for increasing ankle range of motion in Charcot-Marie-Tooth disease type 1A or Duchenne muscular dystrophy. Further research is required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for increasing ankle flexibility in people with neuromuscular disease

Loss of ankle flexibility is a common problem for people with neuromuscular disease. It can cause foot deformity, pain and problems walking. The purpose of this review was to assess the evidence regarding the effectiveness of interventions for improving ankle flexibility in people with neuromuscular disease. Four studies were included in the review involving a total of 149 participants. Two studies showed that wearing a night splint was no more effective than not wearing a night splint for increasing ankle flexibility in 26 people who had Charcot-Marie-Tooth disease type 1A. One study showed corticosteroids (prednisone) did not significantly improve ankle flexibility in 103 boys with Duchenne muscular dystrophy and the other study showed that while orthopaedic surgery initially increased ankle flexibility in 20 young boys with Duchenne muscular dystrophy this was not sustained in the long term. This review shows that, currently, there is limited evidence supporting any intervention for improving ankle flexibility in patients with Charcot-Marie-Tooth disease type 1A and Duchenne muscular dystrophy. More research is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions visant à accroître l'amplitude de mouvement de la cheville chez les patients atteints de maladie neuromusculaire

Contexte

La réduction de l'amplitude de dorsiflexion de la cheville, ou équinisme de la cheville, est un problème courant et incapacitant chez les patients atteints de maladie neuromusculaire. Les cliniciens consacrent beaucoup de temps et de ressources à pratiquer des interventions visant à corriger ce problème, alors qu'elles n'ont souvent pas fait l'objet de recherches empiriques rigoureuses.

Objectifs

Évaluer les effets des interventions visant à réduire ou à résoudre l'équinisme de la cheville chez les patients atteints de maladie neuromusculaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires (août 2009), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane, numéro 3, 2009), MEDLINE (1966 à août 2009), EMBASE (1980 à août 2009), CINAHL (1982 à août 2009), AMED (1985 à août 2009) et la base de données de la physiothérapie fondée sur les preuves (PEDro) (1929 à août 2009). Nous avons consulté les références bibliographiques des articles identifiés et contacté des experts reconnus dans ce domaine afin d'identifier des données supplémentaires ou non publiées.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés évaluant des interventions visant à accroître l'amplitude de dorsiflexion de la cheville dans la maladie neuromusculaire. Les critères de jugement comprenaient l'amplitude de dorsiflexion de la cheville, l'amélioration fonctionnelle, l'alignement du pied, la force musculaire du pied et de la cheville, la qualité de vie liée à la santé, la satisfaction vis-à-vis de l'intervention et les événements indésirables.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les articles, évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Quatre études portant sur 149 participants remplissaient les critères d'inclusion de cette revue. Deux études évaluaient les effets d'une attelle nocturne chez un total de 26 enfants et adultes atteints de maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A. Aucune différence statistiquement ou cliniquement significative n'était observée entre le port d'une attelle nocturne et l'absence d'attelle. Une seule étude évaluait l'efficacité de l'administration de prednisone chez 103 garçons atteints de maladie de Duchenne de Boulogne. Une dose quotidienne de 0,75 mg/kg de prednisone entraînait des améliorations significatives de certains paramètres de la force et de la fonction par rapport à un placebo, mais aucune différence significative n'était observée entre les groupes en termes d'amplitude de mouvement de la cheville. L'augmentation de la dose de prednisone à 1,5 mg/kg/jour n'avait pas d'effet significatif sur l'amplitude de mouvement de la cheville. Une étude évaluait une chirurgie précoce chez 20 jeunes garçons atteints de maladie de Duchenne de Boulogne. La chirurgie entraînait une augmentation de l'amplitude de dorsiflexion de la cheville à 12 mois, mais les résultats fonctionnels étaient favorables au groupe témoin. À 24 mois, une récidive des contractures du tendon d'Achille était observée chez de nombreux garçons du groupe de la chirurgie.

Conclusions des auteurs

Il n'existe aucune preuve de bénéfice significatif associé aux interventions visant à accroître l'amplitude de mouvement de la cheville dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A ou la maladie de Duchenne de Boulogne. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions visant à accroître l'amplitude de mouvement de la cheville chez les patients atteints de maladie neuromusculaire

Interventions visant à accroître la flexibilité de la cheville chez les patients atteints de maladie neuromusculaire

La perte de flexibilité de la cheville est un problème courant chez les patients atteints de maladie neuromusculaire. Cela peut entraîner une déformation du pied, des douleurs et des difficultés de marche. L'objectif de cette revue était d'évaluer les preuves concernant l'efficacité des interventions visant à améliorer la flexibilité de la cheville chez les patients atteints de maladie neuromusculaire. Quatre études portant sur un total de 149 participants ont été incluses dans la revue. Deux études montraient que le port d'une attelle de nuit n'était pas plus efficace que l'absence d'attelle pour accroître la flexibilité de la cheville chez 26 patients atteints de maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A. Une étude montrait que les corticostéroïdes (prednisone) n'entraînaient pas d'amélioration significative de la flexibilité de la cheville chez 103 garçons atteints de maladie de Duchenne de Boulogne, et l'autre étude indiquait que la chirurgie orthopédique améliorait initialement la flexibilité de la cheville chez 20 jeunes garçons atteints de maladie de Duchenne de Boulogne, mais que cette amélioration ne se maintenait pas à long terme. Cette revue montre que les preuves actuellement disponibles sont limitées concernant l'efficacité des interventions visant à améliorer la flexibilité de la cheville chez les patients atteints de maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A et de maladie de Duchenne de Boulogne. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.