This is not the most recent version of the article. View current version (29 APR 2014)

Intervention Review

Aldosterone antagonists for preventing the progression of chronic kidney disease

  1. Sankar D Navaneethan1,*,
  2. Sagar U Nigwekar2,
  3. Ashwini R Sehgal3,
  4. Giovanni FM Strippoli4

Editorial Group: Cochrane Renal Group

Published Online: 8 JUL 2009

Assessed as up-to-date: 15 AUG 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD007004.pub2

How to Cite

Navaneethan SD, Nigwekar SU, Sehgal AR, Strippoli GFM. Aldosterone antagonists for preventing the progression of chronic kidney disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 3. Art. No.: CD007004. DOI: 10.1002/14651858.CD007004.pub2.

Author Information

  1. 1

    Glickman Urological and Kidney institute, Cleveland Clinic, Department of Nephrology and Hypertension, Cleveland, OH, USA

  2. 2

    University of Rochester School of Medicine and Dentistry, Rochester General Hospital, Rochester, NY, USA

  3. 3

    MetroHealth Medical Center, Division of Nephrology, Cleveland, OH, USA

  4. 4

    The Children's Hospital at Westmead, Centre for Kidney Research, Westmead, NSW, Australia

*Sankar D Navaneethan, Department of Nephrology and Hypertension, Glickman Urological and Kidney institute, Cleveland Clinic, Cleveland, OH, 44195, USA. navanes@ccf.org. sankardass@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 8 JUL 2009

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (29 APR 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Treatment with angiotensin converting enzyme inhibitors (ACEi) and angiotensin receptor blockers (ARB) is increasingly used to reduce proteinuria and retard the progression of chronic kidney disease (CKD). But some patients do not attain complete resolution of proteinuria and might have higher aldosterone levels within few months of treatment. The addition of aldosterone antagonists may be beneficial to these patients for reduction of progression of renal damage.

Objectives

We evaluated the benefits and harms of adding aldosterone antagonists in patients with CKD currently treated with ACEi and/or ARB.

Search methods

We searched MEDLINE, EMBASE, CENTRAL, and hand-searched reference lists of textbooks, articles and scientific proceedings for relevant articles.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs comparing aldosterone antagonists in addition to ACEi and/or ARB versus ACEi and/or ARB alone were included.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed study quality and extracted data. Statistical analyses were performed using a random effects model and heterogeneity was tested formally using the Cochran Q and I² statistic. Results were expressed as mean difference (MD) for continuous outcomes and risk ratio (RR) for dichotomous outcomes with 95% confidence intervals (CI).

Main results

Ten studies (845 patients) were included. Compared to ACEi and/or ARB plus placebo, non-selective aldosterone antagonists along with ACEi and/or ARB significantly reduced 24 hour proteinuria (7 studies, 372 patients; MD -0.80 g, 95% CI -1.23 to -0.38). There was a significant reduction in both systolic and diastolic blood pressure at the end of treatment with the addition of non-selective aldosterone antagonists to ACEi and/or ARB. This did not translate into an improvement in glomerular filtration rate (5 studies, 306 patients; MD -0.70 mL/min/1.73 m², 95% CI -4.73 to 3.34). There was a significant increase in the risk of hyperkalaemia with the addition of non-selective aldosterone antagonists to ACEi and/or ARB (8 studies, 436 patients; RR 3.06, 95% CI 1.26 to 7.41). In two studies, the addition of selective aldosterone antagonists to ACEi resulted in an additional reduction in 24 hour proteinuria but without any impact on BP and renal function. Data on cardiovascular outcomes, long-term renal outcomes and mortality were not available.

Authors' conclusions

Aldosterone antagonists contribute to reduction of proteinuria in patients with CKD who are already on ACEi and ARB but increase the risk of hyperkalaemia. Available studies are small and have short follow-up. Long-term effects on renal outcomes, mortality and safety are unknown.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Aldosterone antagonists for preventing the progression of chronic kidney disease

Treatment of proteinuric patients with renin-angiotensin system (RAS) blockers such as angiotensin converting enzyme inhibitors (ACEi) and/or angiotensin receptor blockers (ARB) result in lowering of aldosterone levels during earlier stages of the treatment period. Aldosterone levels will thereafter increases within a few months of therapy with ACEi or ARB, a fact that is known as aldosterone escape phenomenon. This may limit the anti-proteinuric and reno-protective effects of RAS inhibitors. This review of randomised controlled trials showed that addition of aldosterone antagonists results in additional reduction in proteinuria over and above that of inhibition of the RAS but without any impact on kidney function. A higher incidence of hyperkalaemia was noted in these patients. Aldosterone antagonists may be used in small doses in proteinuric patients who are already receiving ACEi or ARB with close monitoring for hyperkalaemia during the treatment period.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antagonistes de l'aldostérone pour prévenir l'évolution de la maladie rénale chronique

Contexte

Le traitement avec les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) et les bloqueurs du récepteur de l'angiotensine (BRA) est de plus en plus fréquent pour réduire la protéinurie et retarder l'évolution de la maladie rénale chronique (MRC). Cependant, certains patients n'atteignent pas une résolution complète de la protéinurie et peuvent présenter des niveaux d'aldostérone plus élevés après quelques mois de traitement. L'ajout des antagonistes de l'aldostérone peut être bénéfique chez ces patients pour limiter l'évolution du dysfonctionnement rénal.

Objectifs

Nous avons évalué les bénéfices et inconvénients de l'ajout d'antagonistes de l'aldostérone chez des patients atteints d'une MRC en cours de traitement avec des IECA et/ou des BRA.

Stratégie de recherche documentaire

Les registres MEDLINE, EMBASE, CENTRAL et les listes de référence d'ouvrages, articles et les procédures scientifiques ont été examinés pour trouver des articles pertinents.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et les quasi-ECR qui comparent les antagonistes de l'aldostérone en plus des IECA et/ou BRA par rapport aux IECA et/ou BRA tous seuls ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué indépendamment la qualité de l'étude et les données extraites. Les analyses statistiques ont été réalisées en utilisant un modèle à effets aléatoires et l'hétérogénéité a été formellement testée à l'aide des méthodes I² et Q de Cochran. Les résultats étaient exprimés sous la forme de différence moyenne (DM) pour les résultats continus et de risque relatif (RR) pour les résultats dichotomiques avec des intervalles de confiance à 95%.

Résultats Principaux

Dix études (845 patients) ont été incluses. Par rapport aux IECA et/ou BRA plus le placebo, les antagonistes de l'aldostérone non sélectifs, conjointement avec les IECA et/ou BRA, ont significativement réduit la protéinurie de 24 heures (7 études, 372 patients ; DM -0,80 g, IC à 95% entre -1,23 et 0,38). Une réduction significative de la pression artérielle systolique et diastolique a été notée à la fin du traitement avec l'ajout d'antagonistes de l'aldostérone non sélectifs aux IECA et/ou BRA. Elle ne s'est cependant pas traduite par une amélioration du taux de filtration glomérulaire (5 études, 306 patients ; DM de -0,70 mL/min/1,73 m², IC à 95% de -4,73 à 3,34). Une augmentation significative du risque d'hyperkaliémie a été observée avec l'ajout d'antagonistes de l'aldostérone non sélectifs aux IECA et/ou aux BRA (8 études, 436 patients ; RR 3,06, IC à 95% entre 1,26 et 7,41). Dans deux études, l'ajout d'antagonistes de l'aldostérone sélectifs aux IECA a causé une réduction additionnelle dans la protéinurie de 24 heures mais sans avoir d'incidence sur la PA et la fonction rénale.Les données sur les résultats cardio-vasculaires, les résultats rénaux à long terme et la mortalité n'étaient pas disponibles.

Conclusions des auteurs

Les antagonistes de l'aldostérone contribuent à réduire la protéinurie chez les patients atteints de la MRC qui reçoivent déjà des IECA et BRA mais ils augmentent le risque d'hyperkaliémie. Les études disponibles sont de petite envergure et leur suivi est court.Les effets à long-terme sur l'évolution rénale, la mortalité et la sécurité demeurent inconnus.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antagonistes de l'aldostérone pour prévenir l'évolution de la maladie rénale chronique

Antagonistes de l'aldostérone pour prévenir l'évolution de la maladie rénale chronique

Le traitement des patients protéinuriques avec des bloqueurs du système rénine-angiotensine (SRA) tels que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) et/ou des bloqueurs du récepteur de l'angiotensine (BRA) a réduit les niveaux d'aldostérone pendant les stades initiaux de la période de traitement. Les niveaux d'aldostérone augmenteront par la suite au cours des premiers mois de thérapie avec les IECA ou les BRA ; c'est un fait connu comme phénomène d'échappement de l'aldostérone. Cela peut limiter les effets anti-protéinuriques et réno-protecteurs des inhibiteurs SAR. La revue des essais contrôlés randomisés a découvert que l'ajout d'antagonistes de l'aldostérone entraîne une réduction additionnelle de la protéinurie au-dessus et en dessous de l'inhibition du SAR mais sans incidence sur la fonction rénale. Une incidence plus élevée de l'hyperkaliémie a été remarquée chez ces patients. Les antagonistes de l'aldostérone peuvent être utilisés en petites doses chez les patients protéinuriques qui reçoivent déjà des IECA ou BRA avec une stricte supervision de la manifestation de l'hyperkaliémie pendant la période de traitement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

使用醛固酮拮抗劑預防慢性腎疾病的惡化

為了減少蛋白尿和延緩慢性腎臟病的進展,越來越多地使用血管加壓素轉換酉每抑制劑(ACEi)和血管緊張素受體阻滯劑(ARB)的治療。但有些病患的蛋白尿並沒有完全緩解,而且治療數月後可能會有較高的醛固酮濃度。合併使用醛固酮拮抗劑可能有利於減少病患腎損害的進展。

目標

我們主要評估對於慢性腎疾病患者,使用ACEi和ARB加上醛固酮拮抗的冶療,可能帶來的好處與壞處。

搜尋策略

我們搜尋資料包括MEDLINE, EMBASE, CENTRAL,並且以人工的方式搜尋教科書、文章以及科學性手冊的參考文獻清單。

選擇標準

主要包含各項關於比較使用ACEi和ARB加上醛固酮拮抗的冶療或單一使用ACEi和/或 ARB隨機對照試驗 (RCTs) 及準隨機對照試驗 (quasiRCTs) 。

資料收集與分析

分別讓兩位作者各自分析所收集到之文獻,評估其試驗設計是否合乎標準。統計是以隨機效果模式和Cochran Q and I2異質性模式來進行。持續性的效果以平均差(MD)加上95% 信賴區間 (CI) 來表現,對立性的結果以相對風險 (RR) 表現。

主要結論

主要包括了10個研究(845病例)。ACEi和/或ARB加上安慰劑,非選擇性醛固酮拮抗劑合併ACEi和/或ARB的治療, 可以明顯減少 24小時尿蛋白(7項研究,372案例; 平均差 −0.80克,95%CI為 −1.23 到 −0.38)。此項治療可以有效地降低收縮壓和舒張壓。但這並不表示可以改善腎小球過濾率(5項研究,306病例; 平均值 −0.70 mL/min/1.73平方米,95%CI為 −4.73到3.34)。非選擇性醛固酮拮抗劑合併ACEi和/或ARB 的治療會增加高鉀血症的風險(8研究,436例; 相對風險3.06,95%CI為 1.26至7.41)。在兩個研究中,使用選擇性醛固酮拮抗劑加上ACEi的冶療,可以減少 24小時尿蛋白,但對血壓和腎功能沒有任何影響。關於心血管的預後,長期腎病變和死亡率,並沒有數據可尋。

作者結論

對慢性腎病變的患者,合併使用醛固酮拮抗劑與ACEi 和/ARB有助於減少蛋白尿,但會增加高鉀血症的風險。目前的研究規模小,追蹤期限短。針對長期腎疾病的預後,死亡率和安全性,尚未知曉。

翻譯人

本摘要由馬偕醫院張立美翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院 (National Health Research Institutes, Taiwan) 統籌。

總結

在蛋白尿患者,早期使用 腎素血管緊張素系統(RAS)阻滯劑、如ACEi和/或ARB的冶療,可以降低醛固酮的濃度。但冶療數月後,醛固酮的濃度會增加,此現象被稱為醛固酮逃逸現象。這可能會減少 RAS 阻滯劑對抗蛋白尿和腎保護的功能。本次隨機對照試驗顯示,合併使用醛固酮拮抗劑,除了抑制 RAS 外,可以更減少蛋白尿,但對腎功能沒有任何影響。這些病患發生高鉀血症的機率較高。在蛋白尿患者,使用低劑量醛固酮拮抗劑與ACEi和/ARB 時,在洽療過程中應密切監測高鉀血症。