Intervention Review

Inhaled corticosteroids versus long-acting beta2-agonists for chronic obstructive pulmonary disease

  1. Sally Spencer1,*,
  2. Charlotta Karner2,
  3. Christopher J Cates3,
  4. David J Evans4

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 7 DEC 2011

Assessed as up-to-date: 3 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD007033.pub3


How to Cite

Spencer S, Karner C, Cates CJ, Evans DJ. Inhaled corticosteroids versus long-acting beta2-agonists for chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 12. Art. No.: CD007033. DOI: 10.1002/14651858.CD007033.pub3.

Author Information

  1. 1

    Lancaster University, Faculty of Health and Medicine, Lancaster, Lancashire, UK

  2. 2

    BMJ Group, BMJ Evidence Centre, London, UK

  3. 3

    St George's University of London, Population Health Sciences and Education, London, UK

  4. 4

    Hemel Hempstead Hospital, Thoracic Medicine, Hemel Hempstead, Herts, UK

*Sally Spencer, Faculty of Health and Medicine, Lancaster University, Bailrigg, Lancaster, Lancashire, LA1 4YD, UK. s.spencer1@lancaster.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 7 DEC 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Long-acting beta2-agonists and inhaled corticosteroids can be used as maintenance therapy by patients with moderate to severe chronic obstructive pulmonary disease. These interventions are often taken together in a combination inhaler. However, the relative added value of the two individual components is unclear.

Objectives

To determine the relative effects of inhaled corticosteroids (ICS) compared to long-acting beta2-agonists (LABA) on clinical outcomes in patients with stable chronic obstructive pulmonary disease.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group Specialised Register of trials (latest search August 2011) and reference lists of articles.

Selection criteria

We included randomised controlled trials comparing inhaled corticosteroids and long-acting beta2-agonists in the treatment of patients with stable chronic obstructive pulmonary disease.

Data collection and analysis

Three authors independently assessed trials for inclusion and then extracted data on trial quality, study outcomes and adverse events. We also contacted study authors for additional information.

Main results

We identified seven randomised trials (5997 participants) of good quality with a duration of six months to three years. All of the trials compared ICS/LABA combination inhalers with LABA and ICS as individual components. Four of these trials included fluticasone and salmeterol monocomponents and the remaining three included budesonide and formoterol monocomponents. There was no statistically significant difference in our primary outcome, the number of patients experiencing exacerbations (odds ratio (OR) 1.22; 95% CI 0.89 to 1.67), or the rate of exacerbations per patient year (rate ratio (RR) 0.96; 95% CI 0.89 to 1.02) between inhaled corticosteroids and long-acting beta2-agonists. The incidence of pneumonia, our co-primary outcome, was significantly higher among patients on inhaled corticosteroids than on long-acting beta2-agonists whether classified as an adverse event (OR 1.38; 95% CI 1.10 to 1.73) or serious adverse event (Peto OR 1.48; 95% CI 1.13 to 1.93). Results of the secondary outcomes analysis were as follows. Mortality was higher in patients on inhaled corticosteroids compared to patients on long-acting beta2-agonists (Peto OR 1.17; 95% CI 0.97 to 1.42), although the difference was not statistically significant. Patients treated with beta2-agonists showed greater improvements in pre-bronchodilator FEV1 compared to those treated with inhaled corticosteroids (mean difference (MD) 18.99 mL; 95% CI 0.52 to 37.46), whilst greater improvements in health-related quality of life were observed in patients receiving inhaled corticosteroids compared to those receiving long-acting beta2-agonists (St George's Respiratory Questionnaire (SGRQ) MD -0.74; 95% CI -1.42 to -0.06). In both cases the differences were statistically significant but rather small in magnitude. There were no statistically significant differences between ICS and LABA in the number of hospitalisations due to exacerbations, number of mild exacerbations, peak expiratory flow, dyspnoea, symptoms scores, use of rescue medication, adverse events, all cause hospitalisations, or withdrawals from studies.

Authors' conclusions

Placebo-controlled trials have established the benefits of both long-acting beta-agonist and inhaled corticosteroid therapy for COPD patients as individual therapies. This review, which included trials allowing comparisons between LABA and ICS, has shown that the two therapies confer similar benefits across the majority of outcomes, including the frequency of exacerbations and mortality. Use of long-acting beta-agonists appears to confer a small additional benefit in terms of improvements in lung function compared to inhaled corticosteroids. On the other hand, inhaled corticosteroid therapy shows a small advantage over long-acting beta-agonist therapy in terms of health-related quality of life, but inhaled corticosteroids also increase the risk of pneumonia. This review supports current guidelines advocating long-acting beta-agonists as frontline therapy for COPD, with regular inhaled corticosteroid therapy as an adjunct in patients experiencing frequent exacerbations.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Comparing inhaled corticosteroids with long-acting beta2-agonists in treating chronic obstructive pulmonary disease (COPD)

Inhalers containing corticosteroids, long-acting beta2-agonists or both can be used to treat severe chronic obstructive pulmonary disease (COPD). However, the benefits and harms of the two individual treatments are unclear when comparing one treatment with the other.

We looked at clinical trials that compared the two kinds of inhalers to find the effects of each on health and well-being in patients with COPD. We found seven studies (involving 5997 participants) comparing the long-term benefits and side effects of inhaled corticosteroids and long-acting beta2-agonists for treating COPD. Overall, we found no significant difference between the two drugs in the number of people having an exacerbation (worsening of COPD symptoms). More people taking inhaled corticosteroids suffered episodes of pneumonia compared to people using long-acting beta2-agonists, although  pneumonia was extremely rare in both groups. Inhaled corticosteroids do not improve lung function as much as long-acting beta2-agonists but did improve patients' quality of life more than long-acting beta2-agonists. The differences in lung function and quality of life were rather small.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes inhalés versus bêta2-agonistes à action prolongée dans la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Contexte

Bêta2-agonistes à action prolongée et corticoïdes inhalés peuvent être utilisés comme traitement d'entretien par les patients souffrant de bronchopneumopathie chronique obstructive modérée à sévère. Ces interventions sont souvent prises ensemble par un inhalateur combiné. Cependant, la valeur ajoutée relative de deux composants individuels n'est pas claire.

Objectifs

Déterminer les effets relatifs des corticostéroïdes inhalés (CSI) par rapport aux bêta2-agonistes à action prolongée (BAAP) sur les résultats cliniques chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive stable.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé dessai du groupe Cochrane Airways (dernière recherche août 2011) et les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant des corticoïdes inhalés et des bêta2-agonistes à action prolongée dans le traitement des patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive stable.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont indépendamment évalué les essais à inclure et ont ensuite extrait les données sur la qualité des essais, les résultats des études et les événements indésirables. Nous avons également contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats Principaux

Nous avons identifié sept essais randomisés (5997 participants) de bonne qualité, avec une durée de six mois à trois ans. Tous les essais comparaient les inhalateurs combinant avec la combinaison BAAP + CSI avec BAAP ou CSI individuellement. Quatre de ces essais utilisaient fluticasone et salmétérol, les trois autres utilisaient budésonide et formotérol. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans notre critère de jugement principal, le nombre de patients présentant des exacerbations (rapport des cotes (RC) 1,22 ; IC à 95 % 0,89 à 1,67), ou le taux d'exacerbations par patient par an (rapport des taux (RR) 0,96 ; IC à 95 % 0,89 à 1,02) entre les corticoïdes inhalés et bêta2-agonistes à action prolongée. L'incidence de la pneumonie, notre co-analyse principale, était significativement plus élevée chez les patients sous corticoïdes inhalés que sous bêta2-agonistes à action prolongée quelles soient classés comme événements indésirables (RC 1,38 ; IC à 95 % 1,10 à 1,73) ou événements indésirable grave (Peto RC 1,48 ; IC à 95 % 1,13 à 1,93). Les résultats de l'analyse secondaire ont été comme suit. La mortalité était plus élevée chez les patients sous corticoïdes inhalés que chez les patients sous bêta2-agonistes à action prolongée (Peto RC 1,17 ; IC à 95 % 0,97 à 1,42), mais la différence n'était pas statistiquement significative. Les patients traités par bêta2-agonistes a montré une amélioration du volume expiratoire forcé avant bronchodilatateur VES1 par rapport à ceux traités avec des corticoïdes inhalés (différence moyenne (DM) 18.99 ml ; IC à 95 % 0,52 à 37.46). En revanche, on a noté une meilleure amélioration de la qualité de vie chez les patients recevant des corticostéroïdes inhalés par rapport à ceux recevant des bêta2-agonistes à action prolongée (Questionnaire respiratoire St George (SGRQ) DM -0,74 ; IC à 95 % -1,42 à -0,06). Dans les deux cas, les différences étaient statistiquement significatives, mais plutôt de petite ampleur. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre CSI et BAAP pour le nombre d'hospitalisations pour cause d'exacerbations, le nombre d'exacerbations légères, le débit expiratoire de pointe, la dyspnée, les scores des symptômes, l'utilisation d'un médicament de secours, les événements indésirables, les hospitalisations toutes causes ou les retraits des études.

Conclusions des auteurs

Des essais contrôlés contre placebos ont démontré les bénéfices des bêta-agonistes à action prolongée et des corticostéroïdes inhalés pour les patients atteints de BPCO en tant que traitements individuels. Cette revue, incluait des essais permettant de comparaisons entre la combinaison BAAP + CSI, a montré que les deux thérapies produisent des bénéfices similaires au niveau de la majorité des résultats, y compris la fréquence des exacerbations et la mortalité. L'utilisation de bêta2-agonistes à action prolongée semble conférer un petit bénéfice supplémentaire en termes d'amélioration de la fonction pulmonaire par rapport aux corticostéroïdes inhalés. D'autre part, la corticothérapie inhalée montre un léger avantage sur les bêta-agonistes à action prolongée en termes de qualité de vie, mais les corticostéroïdes inhalés augmentent également le risque de pneumonie. Cette revue va dans le sens des recommandations actuelles préconisant l'utilisation de bêta-agonistes à action prolongée en tant que traitement de première ligne pour la BPCO, avec un traitement aux corticostéroïdes inhalés en tant que traitement complémentaire chez les patients souffrant de fréquentes exacerbations.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes inhalés versus bêta2-agonistes à action prolongée dans la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Comparer les corticoïdes inhalés avec bêta2-agonistes à action prolongée dans le traitement de la broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Les inhalateurs contenant des corticostéroïdes, des bêta2-agonistes à action prolongée ou les deux peuvent être utilisés pour traiter une grave broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cependant, les bénéfices et inconvénients de chacun des deux traitements nont pas été bien définis en comparant un traitement avec lautre.

Nous avons examiné les essais cliniques ayant comparé les deux types d'inhalateurs afin de trouver les effets de chaque sur la santé et le bien-être chez les patients atteints de BPCO. Nous n'avons trouvé sept études (impliquant 5997 participants) comparant les bénéfices à long terme et les effets secondaires des corticostéroïdes inhalés et des bêta2-agonistes à action prolongée pour le traitement de la BPCO. Au total, nous n'avons trouvé aucune différence significative entre les deux médicaments pour le nombre de personnes présentant une exacerbation (aggravation des symptômes de la BPCO). Davantage de personnes prenant des corticostéroïdes inhalés ont souffert d'épisodes de pneumonie par rapport aux personnes traitées par bêta2-agonistes à action prolongée, bien que la pneumonie fut extrêmement rare dans les deux groupes. Les corticostéroïdes inhalés n'améliorent pas la fonction pulmonaire autant que les bêta2-agonistes à action prolongée mais améliorent la qualité de vie des patients plus que les bêta2-agonistes à action prolongée. Les différences dans la fonction pulmonaire et la qualité de vie étaient assez petites.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français