Get access

Mohs micrographic surgery versus surgical excision for periocular basal cell carcinoma

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Basal cell carcinoma (BCC) is the commonest skin cancer in the white population. It is traditionally treated by surgical excision (SE) or by Mohs micrographic surgery (MMS).  

Objectives

The objective of this review was to compare the effectiveness, cost, complications and acceptability of periocular BCCs when operated by MMS or SE.

Search methods

We searched CENTRAL (which contains the Cochrane Eyes and Vision Group Trials Register) (The Cochrane Library 2011, Issue 11), MEDLINE (January 1950 to November 2011), EMBASE (January 1980 to November 2011), the metaRegister of Controlled Trials (mRCT) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). There were no date or language restrictions in the electronic searches for trials. The electronic databases were last searched on 23 November 2011.

Selection criteria

We planned to include only randomised controlled trials (RCTs) comparing SE with MMS for treatment of periocular BCC.

Data collection and analysis

We did not find any studies that met the inclusion criteria for this review.

Main results

We did not find any studies that met the inclusion criteria for this review and hence none were included for analysis. Results of non-randomised studies describing the individual techniques are reported.

Authors' conclusions

No reliable conclusions could be reached regarding which method of treatment (SE or MMS) resulted in a lower recurrence or complication rate for periocular BCC. No studies were found comparing the cost of either method directly.   

High quality RCTs are therefore needed to improve the evidence base for the management of this condition.

Résumé

Chirurgie micrographique de Mohs et excision chirurgicale pour le traitement d'un carcinome basocellulaire de la région périoculaire

Contexte

Le carcinome basocellulaire (CBC) est le cancer cutané le plus fréquent chez la population blanche. Son traitement consiste généralement à procéder à une excision chirurgicale (EC) ou une chirurgie micrographique de Mohs (CMM).  

Objectifs

L'objectif de cette revue était de comparer l'efficacité, le coût, les complications et l'acceptabilité des CBC périoculaires opérés par la CMM ou une EC.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2011, numéro 11), MEDLINE (de janvier 1950 à novembre 2011), EMBASE (de janvier 1980 à novembre 2011), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour International Clinical Trials Registry Platform) (www.who.int/ictrp/search/en). Aucune restriction concernant la date ou la langue n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 23 novembre 2011.

Critères de sélection

Nous avions prévu d'inclure uniquement des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'EC à la CMM pour le traitement d'un CBC périoculaire.

Recueil et analyse des données

Nous n'avons trouvé aucune étude répondant aux critères d'inclusion de cette revue.

Résultats Principaux

Nous n'avons trouvé aucune étude répondant aux critères d'inclusion de cette revue et aucune n'a donc été incluse pour être analysée. Les résultats des études non randomisées décrivant des techniques individuelles sont signalés.

Conclusions des auteurs

Aucune conclusion fiable n'a pu être émise concernant la méthode de traitement (EC ou CMM) affichant des taux de récurrence et de complications minimes pour le traitement d'un CBC périoculaire. Aucune étude comparant directement le coût de chacune de ces méthodes n'a été trouvée.

Des ECR de qualité élevée devront donc être réalisés pour améliorer les bases de connaissances relatives à la gestion de cette maladie.

Plain language summary

Mohs micrographic surgery versus surgical excision for periocular basal cell carcinoma

A basal cell carcinoma (BCC) is the commonest skin cancer and the most common cancer in people of white origin. It is usually seen on the sun exposed parts of the body like the face, neck, head and ears. Untreated lesions can slowly eat away the surrounding skin and hence they are also called "rodent ulcers". The commonest treatment for BCC is surgery. This is traditionally achieved by surgical excision (SE) which involves cutting away the BCC, along with a margin of normal appearing skin around it to ensure complete removal of the cancer and to reduce the risk of recurrence. Another type of surgery is Mohs micrographic surgery (MMS). This involves the removal of the skin tumour after colour coding the edges. This is then examined under the microscope to see if all the BCC has been removed. If any residual BCC is left at the edge of the excision further skin is excised from only that localised area by using the colour coding, and examined under the microscope. This process is continued until all the BCC is removed. This ensures complete tumour removal and spares normal tissue in the other directions. The latter is considered the better alternative for treatment of certain types of BCC arising in the eyelids because it has the highest chance of curing the disease and minimises the size of the defect that needs to be repaired. Unfortunately, this modality of therapy is a limited resource and not always employed because of practical limitations in the service delivery. Surgical excision is perceived to be a cheaper option as it does not require the special training, multiple procedures, and money involved in setting up and running a MMS service. Extended follow up, greater surgical morbidity and the cost of dealing with recurrences may over time significantly increase the cost of SE. We searched for studies where people with BCC had been randomised to receive either method of treatment. The aim was to establish which treatment method is associated with lower recurrence rate. We also looked at the cost difference, complications and acceptability of the two procedures. This review could not find enough evidence to answer these questions. There is a clear need for further randomised studies to provide more reliable evidence for the management of this condition.

Résumé simplifié

Chirurgie micrographique de Mohs et excision chirurgicale pour le traitement d'un carcinome basocellulaire de la région périoculaire

Chirurgie micrographique de Mohs et excision chirurgicale pour le traitement d'un carcinome basocellulaire de la région périoculaire

Le carcinome basocellulaire (CBC) est le cancer de la peau le plus fréquent et le cancer le plus répandu chez les personnes de peau blanche. Il se déclare généralement sur les zones du corps exposées au soleil comme le visage, le cou, la tête et les oreilles. Des lésions non traitées peuvent progressivement ronger la peau environnante et portent alors le nom d'« ulcus rodens ». Une opération chirurgicale est le traitement le plus courant du CBC. Elle consiste généralement à pratiquer une excision chirurgicale (EC) en découpant le CBC avec une marge de peau normale autour de la tumeur afin de procéder à son ablation totale et de réduire les risques de récurrence. Un autre type de chirurgie est la chirurgie micrographique de Mohs (CMM). Elle consiste à pratiquer une ablation de la tumeur cutanée après en avoir coloré les contours. Elle est ensuite examinée au microscope pour déterminer si le CBC a été entièrement retiré. En cas de CBC résiduel présent en bordure de la zone excisée, on procède alors à une autre excision cutanée, mais uniquement à partir de cette zone localisée à l'aide de couleurs, puis elle est examinée au microscope. Ce processus se poursuit jusqu'à l'ablation totale du CBC. Il permet de s'assurer que l'ablation tumorale est complète et de conserver les tissus normaux dans les autres directions. Ce dernier est considéré comme étant la meilleure alternative pour le traitement de certains types de CBC apparaissant au niveau des paupières car il offre un taux de guérison plus élevé pour cette maladie et minimise la taille des défauts à réparer. Malheureusement, cette modalité de traitement est une ressource limitée et n'est pas toujours utilisée en raison de limitations pratiques appliquées à sa réalisation. L'excision chirurgicale est considérée comme étant une option moins onéreuse car elle n'exige aucune formation particulière, aucun recours à des procédures multiples et aucun investissement de capital pour la mise en place et la gestion d'un service de CMM. Un suivi prolongé, une morbidité chirurgicale accrue et le coût lié aux récurrences risquent d'augmenter significativement le coût de l'EC à long terme. Nous avons cherché des études dans lesquelles les personnes atteintes d'un CBC étaient randomisées à l'une de ces méthodes de traitement. L'objectif était d'identifier la méthode de traitement associée à un taux de récurrence minime. Nous avons également observé les différences de coûts, de complications et d'acceptabilité de ces deux procédures. Cette revue n'a pas trouvé suffisamment de preuves pour répondre à ces questions. D'autres études randomisées devront être réalisées pour fournir des preuves plus probantes pour la gestion de cette maladie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français