Get access

Neuraxial anaesthesia for lower-limb revascularization

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Lower-limb revascularization surgery is used to reduce pain and sometimes to improve lower-limb function. This review was originally published in 2010 and was updated in 2011.

Objectives

To determine the rates of death and major complications with spinal and epidural anaesthesia compared with other types of anaesthesia for lower-limb revascularization.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Issue 2); MEDLINE (1960 to February 2011); EMBASE (1982 to February 2011); LILACS (1982 to February 2011); CINAHL (1982 to February 2011) and ISI Web of Science (1900 to February 2011). The original search was performed in June 2008.

Selection criteria

We included randomized controlled trials that evaluated the effect of anaesthetic type in adults aged 18 years or older undergoing lower-limb revascularization surgery.

Data collection and analysis

Two authors independently performed the data extraction. The primary outcomes were mortality, cerebral stroke, myocardial infarction, nerve dysfunction and postoperative lower-limb amputation rate. The secondary outcome was pneumonia. We judged the risk of bias according to randomization and allocation concealment methods, blinding of assessment and completeness of follow up. The I2 statistic was used to assess heterogeneity. We summarized dichotomous data as odds ratio (OR) with 95% confidence interval (CI) using a random-effects model.

Main results

In this updated version we found no new studies that met our inclusion criteria. We included in this review four studies that compared neuraxial anaesthesia with general anaesthesia. The total number of participants was 696, of whom 417 were allocated to neuraxial anaesthesia and 279 to general anaesthesia. Participants allocated to neuraxial anaesthesia had a mean age of 67 years and 59% were men. Participants allocated to general anaesthesia had a mean age of 67 years and 66% were men. There was no difference between participants allocated to neuraxial or general anaesthesia in: mortality rate (OR 0.89, 95% CI 0.38 to 2.07; 696 participants, four trials); myocardial infarction (OR 1.23, 95% CI 0.56 to 2.70; 696 participants, four trials); and lower-limb amputation rate (OR 0.84, 95% CI 0.38 to 1.84; 465 participants, three trials). Pneumonia was less common following neuraxial anaesthesia than general anaesthesia (OR 0.37, 95% CI 0.15 to 0.89; 201 participants, two trials).

Authors' conclusions

There was insufficient evidence available from the included trials that compared neuraxial anaesthesia with general anaesthesia to rule out clinically important differences for most clinical outcomes. Neuraxial anaesthesia may reduce pneumonia. No conclusions can be drawn with regard to mortality, myocardial infarction and rate of lower-limb amputation, or less common outcomes.

Résumé

Anesthésie neuraxiale pour la revascularisation des membres inférieurs

Contexte

La chirurgie de revascularisation des membres inférieurs est utilisée pour réduire la douleur et parfois améliorer la fonction des membres inférieurs. Cette revue a été publiée à l'origine en 2010 et a été mise à jour en 2011.

Objectifs

Déterminer les taux de mortalité et les complications majeures avec l'anesthésie spinale et épidurale par rapport aux autres types d'anesthésie pour la revascularisation des membres inférieurs.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Numéro 2); MEDLINE (de 1960 à février 2011); EMBASE (de 1982 à février 2011); LILACS (de 1982 à février 2011); CINAHL (de 1982 à février 2011) et ISI Web of Science (de 1900 à février 2011). La recherche originale a été réalisée en juin 2008.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés qui évaluaient l'effet du type d'anesthésie sur les adultes de 18 ans et plus subissant une chirurgie de revascularisation des membres inférieurs.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait les données. Les principaux critères de jugement étaient la mortalité, l'AVC, l'infarctus du myocarde, le dysfonctionnement nerveux et le taux d'amputation postopératoire des membres inférieurs. Le critère de jugement secondaire était la pneumonie. Nous avons jugé le risque de biais en fonction des méthodes de randomisation et de secret d'attribution, de la mise en aveugle de l'évaluation et de la réalisation du suivi. La statistique I2 a été utilisée pour évaluer l'hétérogénéité. Nous avons résumé les données dichotomiques en rapport des cotes (OR) avec un intervalle de confiance (IC) à 95% utilisant un modèle à effets aléatoires.

Résultats Principaux

Dans cette version mise à jour, nous n'avons trouvé aucune étude qui répondait aux critères d'inclusion. Dans cette revue, nous avons inclus quatre études qui comparaient l'anesthésie neuraxiale à l'anesthésie générale. Le nombre total de participants était de 696, dont 417 appartenaient au groupe avec anesthésie neuraxiale et 279 au groupe avec anesthésie générale Les participants assignés au groupe avec anesthésie neuraxiale avaient 67 ans en moyenne et 59 % étaient des hommes. Les participants assignés au groupe avec anesthésie générale avaient 67 ans en moyenne et 66% étaient des hommes. Aucune différence n'a été constatée entre les participants avec anesthésie neuraxiale ou anesthésie générale dans : le taux de mortalité (OR 0,89, IC à 95 % 0,38 à 2,07 ; 696 participants, quatre essais) ; l'infarctus du myocarde (OR 1,23, IC à 95 % 0,56 à 2,70 ; 696 participants, quatre essais) et le taux d'amputation des membres inférieurs (OR 0,84, IC à 95 % 0,38 à 1,84 ; 465 participants, trois essais). Le pneumonie était moins courante après une anesthésie neuraxiale qu'après une anesthésie générale (OR 0,37, IC à 95 % 0,15 à 0,89 ; 201 participants, deux essais).

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves disponibles issues des essais inclus qui comparaient l'anesthésie neuraxiale à l'anesthésie générale pour exclure des différences importantes en termes cliniques pour la plupart des critères de jugement cliniques. L'anesthésie neuraxiale peut réduire la pneumonie. Aucune conclusion ne peut être tirée en ce qui concerne la mortalité, l'infarctus du myocarde et le taux d'amputation des membres inférieurs, ou les critères de jugement moins courants.

Plain language summary

Neuraxial anaesthesia for surgical correction of arterial vascular obstruction in the lower limbs   

Bypassing arterial vascular obstruction in the legs is a surgical procedure in which the blood flow is improved in order to reduce leg pain and sometimes also to improve function. Usually the procedure is performed either with the patient unconscious under general anaesthesia or awake but with the legs numbed by giving an injection of local anaesthetic around the spinal cord in the back (spinal anaesthetic) or around the spinal cord in the area where the nerves from the legs join (epidural anaesthesia). A combination of general anaesthesia and neuraxial anaesthesia can also be used. Other types of anaesthesia that numb the lower limbs are less commonly used. This systematic review assessed the risk of important outcomes following lower-limb revascularization either under neuraxial anaesthesia or general anaesthesia. The total number of participants in the four included studies was 696, of whom 417 received neuraxial anaesthesia and 279 received general anaesthesia. There was no evidence of differences in the postoperative risks of death, myocardial infarction or leg amputation between the two types of anaesthetic. The risk of pneumonia was less after neuraxial anaesthesia in the studies which reported this outcome.

This systematic review shows that neuraxial anaesthesia may reduce the risk of pneumonia after lower-limb revascularization but there is insufficient evidence to support other benefits or harms. 

Résumé simplifié

Anesthésie neuraxiale pour la revascularisation des membres inférieurs

Anesthésie neuraxiale pour la correction chirurgicale d'une obstruction vasculaire artérielle dans les membres inférieurs

Le pontage d'une obstruction vasculaire artérielle dans les jambes est une procédure chirurgicale au cours de laquelle le flux sanguin est amélioré de manière à diminuer les douleurs dans les jambes et parfois également améliorer la fonction des membres inférieurs. Généralement, la procédure est réalisée sur un patient inconscient sous anesthésie générale ou sur un patient éveillé mais avec les jambes insensibilisées par l'injection d'un anesthésique local autour de la moelle épinière au niveau du dos (anesthésie spinale) ou autour de la moelle épinière dans la zone où les nerfs des jambes se rejoignent (anesthésie épidurale). L'association d'une anesthésie générale et neuraxiale peut également être utilisée. Les autres types d'anesthésie qui insensibilisent les membres inférieurs sont utilisés moins couramment. Cette revue systématique a évalué le risque des critères de jugement importants après une revascularisation des membres inférieurs soit sous anesthésie neuraxiale, sois sous anesthésie générale. Le nombre total de participants des quatre études incluses était de 696, dont 417 ont eu une anesthésie neuraxiale et 279 une anesthésie générale. Il n'a été constaté aucune différence dans les risques postopératoires de mortalité, d'infarctus du myocarde ou d'amputation de la jambe entre les deux types d'anesthésie. Le risque de pneumonie était moindre après une anesthésie neuraxiale dans les études qui ont mentionné ce critère de jugement.

Cette revue systématique montre que l'anesthésie neuraxiale peut réduire le risque de pneumonie après une revascularisation des membres inférieurs mais les preuves existantes sont insuffisantes pour soutenir d'autres bénéfices ou préjudices.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th January, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Get access to the full text of this article

Ancillary