Intervention Review

Regimens of fetal surveillance for impaired fetal growth

  1. Rosalie M Grivell1,*,
  2. Lufee Wong2,
  3. Vineesh Bhatia3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 13 JUN 2012

Assessed as up-to-date: 12 MAR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007113.pub3

How to Cite

Grivell RM, Wong L, Bhatia V. Regimens of fetal surveillance for impaired fetal growth. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 6. Art. No.: CD007113. DOI: 10.1002/14651858.CD007113.pub3.

Author Information

  1. 1

    The University of Adelaide, Women's and Children's Hospital, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, Australia

  2. 2

    Women's and Children's Hospital, Department of Perinatal Medicine, Adelaide, SA, Australia

  3. 3

    Women's and Children's Hospital, Department of Neonatal Medicine, Adelaide, SA, Australia

*Rosalie M Grivell, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, The University of Adelaide, Women's and Children's Hospital, 72 King William Road, Adelaide, SA 5006, Australia. rosalie.grivell@adelaide.edu.au. rmgrivell@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 13 JUN 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Policies and protocols for fetal surveillance in the pregnancy where impaired fetal growth is suspected vary widely, with numerous combinations of different surveillance methods.

Objectives

To assess the effects of antenatal fetal surveillance regimens on important perinatal and maternal outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (29 February 2012).

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials comparing the effects of described antenatal fetal surveillance regimens.

Data collection and analysis

Review authors R Grivell and L Wong independently assessed trial eligibility and quality and extracted data.

Main results

We included one trial of 167 women and their babies. This trial was a pilot study recruiting alongside another study, therefore, a separate sample size was not calculated. The trial compared a twice-weekly surveillance regimen (biophysical profile, nonstress tests, umbilical artery and middle cerebral artery Doppler and uterine artery Doppler) with the same regimen applied fortnightly (both groups had growth assessed fortnightly). There were insufficient data to assess this review's primary infant outcome of composite perinatal mortality and serious morbidity (although there were no perinatal deaths) and no difference was seen in the primary maternal outcome of emergency caesarean section for fetal distress (risk ratio (RR) 0.96; 95% confidence interval (CI) 0.35 to 2.63). In keeping with the more frequent monitoring, mean gestational age at birth was four days less for the twice-weekly surveillance group compared with the fortnightly surveillance group (mean difference (MD) -4.00; 95% CI -7.79 to -0.21). Women in the twice-weekly surveillance group were 25% more likely to have induction of labour than those in the fortnightly surveillance group (RR 1.25; 95% CI 1.04 to 1.50).

Authors' conclusions

There is limited evidence from randomised controlled trials to inform best practice for fetal surveillance regimens when caring for women with pregnancies affected by impaired fetal growth. More studies are needed to evaluate the effects of currently used fetal surveillance regimens in impaired fetal growth.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Testing in pregnancy when there is poor growth of the baby

A baby may not grow at the predicted rate during pregnancy and be born with a low birthweight. This can result in problems for both mother and baby. When poor growth of the baby is suspected during pregnancy, antenatal care includes a combination of tests that are carried out at regular intervals to assess the health of the developing baby. Based on knowledge of the progressive changes any deterioration in the baby’s condition can be detected, which allows optimal timing of the birth so that the baby is in the best condition possible. The specified frequency and combinations of tests varies with local and personal policies. Tests may include fetal movement monitoring, fetal heart rate, growth scans, Doppler ultrasound to measure blood flow, and changes in fetal heart rate with movement to check for possible stillbirth.

The review authors identified only one controlled trial, from New Zealand. This trial randomised 167 women who were between 24 and 36 weeks' pregnant where ultrasound showed a small-for-gestational-age baby. They received a set combination of tests either twice-weekly or fortnightly. With more frequent testing, women were 25% more likely to have induced labour. Overall their babies were born four days earlier than in the fortnightly surveillance group where spontaneous onset of labour was more likely to occur. The mean gestational age at birth was just under 38 weeks in the twice-weekly group and just over 38 weeks in the fortnightly group, which was unlikely to have an impact on the health of the newborn. The number of caesarean sections, either for fetal distress or because of failure of induction, was no different. No information was available on length of antenatal hospital admission or operative vaginal births and infants were not followed up to determine neurodevelopment and cerebral palsy. This study excluded pregnancies with abnormal Doppler studies and disorders of the amniotic fluid. More studies are needed and the women’s views on the testing are also important.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Schémas de surveillance fœtale pour retard de croissance fœtale

Contexte

Les politiques et les protocoles de surveillance du fœtus durant la grossesse en cas de soupçon de retard de croissance fœtale varient considérablement, avec de nombreuses combinaisons de différentes méthodes de surveillance.

Objectifs

Évaluer les effets des régimes de surveillance fœtale prénatale sur les critères de résultat périnataux et maternels importants.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (29 février 2012).

Critères de sélection

Des essais randomisés et quasi-randomisés comparant les effets de régimes décrits de surveillance fœtale.

Recueil et analyse des données

Les auteurs de la revue R Grivell et L Wong ont, indépendamment, évalué l'éligibilité et la qualité des essais cliniques et extrait les données.

Résultats Principaux

Nous avons inclus un essai portant sur 167 femmes et leurs bébés. Cet essai était une étude pilote recrutant en parallèle avec une autre étude, c'est pourquoi il n'a pas été calculé de taille d'échantillon séparée. L'essai comparait un régime de surveillance bi-hebdomadaire (profil biophysique, examen de réactivité fœtale, Doppler de l'artère ombilicale et de l'artère cérébrale moyenne et Doppler de l'artère utérine) avec le même régime appliqué toutes les deux semaines (dans les deux groupes la croissance était évaluée toutes les deux semaines). Il n'y avait pas suffisamment de données pour évaluer le principal critère de jugement fixé par cette revue pour le nourrisson qui était une combinaison de mortalité périnatale et de morbidité grave (bien qu'il y ait eu aucun décès périnatal) et aucune différence n'avait été observée dans le principal critère de jugement pour la mère qu'était la césarienne en urgence pour souffrance fœtale (risque relatif (RR) 0,96 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,35 à 2,63). L'âge gestationnel moyen à la naissance dans le groupe de surveillance bi-hebdomadaire était inférieur de quatre jours à celui du groupe de surveillance bimensuelle (différence moyenne (DM) -4,00 ; IC à 95 % -7,79 à -0,21). Les femmes du groupe de surveillance bi-hebdomadaire étaient 25 % plus susceptibles d'avoir un accouchement provoqué que celles du groupe de surveillance bi-mensuelle (RR 1,25 ; IC à 95 % 1,04 à 1,50).

Conclusions des auteurs

Il n'y a que des données limitées issues d'essais contrôlés randomisés pour guider de meilleures pratiques au niveau des régimes de surveillance fœtale pour les femmes dont la grossesse est affectée par un retard de croissance fœtale. D'autres études seront nécessaires pour évaluer les effets des régimes de surveillance fœtale actuellement utilisés en cas de retard de croissance fœtale.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Schémas de surveillance fœtale pour retard de croissance fœtale

Examens pendant la grossesse en cas de mauvaise croissance du bébé

Le bébé est susceptible de ne pas croître au rythme prévu pendant la grossesse et de naître avec un poids inférieur à la normale. Cela peut entraîner des problèmes tant pour la mère que pour le bébé. Lorsqu'une mauvaise croissance du bébé est soupçonnée pendant la grossesse, un ensemble d'examens est effectué à intervalles réguliers, dans le cadre des soins prénataux, pour évaluer la santé du bébé en formation. La connaissance des changements progressifs permet de détecter toute détérioration de l'état du bébé et de programmer la naissance au moment optimal pour que le bébé soit dans le meilleur état possible. La combinaison d'examens et leur fréquence dépend des politiques locales et personnelles. Les examens peuvent inclure la surveillance des mouvements fœtaux, le rythme cardiaque fœtal, l'analyse de croissance, l'échographie Doppler pour mesurer le débit sanguin et les changements du rythme cardiaque fœtal avec le mouvement pour vérifier le risque de mortinaissance.

Les auteurs de la revue n'ont identifié qu'un seul essai contrôlé, réalisé en Nouvelle-Zélande. Cet essai avait randomisé 167 femmes qui étaient entre 24 et 36 semaines de grossesse et chez qui l'échographie montrait que le bébé était petit pour l'âge gestationnel. Elles avaient bénéficié d'une certaine combinaison d'examens, soit deux fois par semaine soit tous les 15 jours. Lorsque les contrôles étaient plus fréquents, les femmes étaient 25 % plus susceptibles d'avoir un accouchement provoqué. Dans l'ensemble, leurs bébés étaient nés quatre jours plus tôt que dans le groupe de surveillance bimensuelle dans lequel l'accouchement était plus susceptible de se produire spontanément. L'âge gestationnel moyen à la naissance était légèrement inférieur à 38 semaines dans le groupe bi-hebdomadaire et légèrement supérieur à 38 semaines dans le groupe bi-mensuel, ce qui était peu susceptible d'avoir un impact sur ​​la santé du nouveau-né. Le nombre de césariennes, pour cause de détresse fœtale ou d'échec de l'induction, ne différait pas. Aucune information n'était disponible sur la durée d'hospitalisation prénatale ou sur les accouchements vaginaux opératoires, et les nourrissons n'étaient pas suivis du point de vue du développement neurologique et de la paralysie cérébrale. Cette étude avait exclu les grossesses ayant des résultats Doppler anormaux ou des troubles du liquide amniotique. Des études supplémentaires sont nécessaires et il est également important de recueillir l'opinion des femmes sur les examens.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 25th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français