Get access

Different strategies for diagnosing gestational diabetes to improve maternal and infant health

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Gestational diabetes mellitus (GDM) is carbohydrate intolerance resulting in hyperglycaemia with onset or first recognition during pregnancy. If untreated, perinatal morbidity and mortality may be increased. Accurate diagnosis allows appropriate treatment.

Objectives

To evaluate and compare alternative tests for diagnosis of GDM, in terms of maternal and infant health and use of health service resources.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group’s Trials Register (31 May 2011).

Selection criteria

We included randomised trials if they evaluated tests carried out to diagnose GDM. We excluded studies that used a quasi-random model.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trials for inclusion, trial quality and extracted data.

Main results

We identified five small trials, including 578 women. One trial compared three different methods of delivering glucose: a candy bar (39 women), a 50 g glucose polymer drink (40 women) and a 50 g glucose monomer drink (43 women). We have reported results for this trial as two separate comparisons.

75 g oral glucose tolerance test (OGTT) versus a 100 g OGTT (one trial, 248 women): women given the 75 g OGTT had a higher relative risk of being diagnosed with GDM (risk ratio (RR) 2.55, 95% confidence interval (CI) 0.96 to 6.75).This difference was borderline for statistical significance. No other measures of maternal morbidity, or outcome for the baby were reported.

Candy bar versus 50 g glucose monomer drink (one trial, 82 women): women receiving the candy bar, rather than glucose monomer, reported fewer side effects (RR 0.50, 95% CI 0.26 to 0.97) and preferred the taste (RR 0.62, 95% CI 0.44 to 0.87). No outcomes were reported for the baby.

50 g glucose polymer versus 50 g glucose monomer (three trials, 259 women): mean difference (MD) in gestation at birth was -0.80 weeks (one trial, 100 women; 95% CI -1.69 to 0.09). Side effects were less common with the glucose polymer (one trial 82 women; RR 0.20 95% CI 0.07 to 0.54), with no clear difference in taste acceptability (one trial 83 women; RR 0.96; 95% CI 0.78 to 1.18). Significantly fewer women reported nausea following the 50 g glucose polymer drink compared to the 50 g glucose monomer drink (one trial 66 women; RR 0.29; 95% CI 0.11 to 0.78) and bloatedness (two trials 149 women; RR 0.22; 95% CI 0.08 to 0.60). No other measures of maternal morbidity or outcome for the baby were reported.

50 g glucose in food versus 50 g glucose drink (one trial, 30 women): women receiving glucose in their food, rather than as a drink, reported fewer side effects (RR 0.08, 95% CI 0.01 to 0.56). There was no clear difference in number of women requiring further testing (RR 0.14, 95% CI 0.01 to 2.55). No other measures of maternal morbidity or outcome for the baby were reported.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to assess which is the best strategy for diagnosing GDM.

アブストラクト

母体および児の健康改善を目的とした、様々な妊娠糖尿病診断法

背景

妊娠糖尿病(GDM)は、耐糖能異常の結果、妊娠中に発症した、または最初に気付かれた高血糖をさす。治療しなければ、周産期罹病率および死亡率が上昇する可能性がある。正確に診断することにより適切な治療を行うことができる。

目的

母体および児の健康、ならびに保健サービス資源の活用という点から、GDM診断検査の選択について検討、比較すること。

検索戦略

Cochrane Pregnancy and Childbirth Group’s Trials Register(2011年5月31日)を検索した。

選択基準

GDMを診断するため実施した検査について検討しているランダム化試験を選択した。準ランダムモデルを用いた研究を除外した。

データ収集と分析

2名のレビューアが選択基準に合う試験、試験の質および抽出データを別々に評価した。

主な結果

578例の女性を対象とした5件の小規模試験を同定した。1件の試験は、糖の投与について3つの異なる方法(キャンディーバー39例、50gの多糖体飲料40例、50gの単糖体飲料43例)を比較していた。この試験の結果を、2つの方法を別個に比較して報告する。 75g経口糖負荷試験(OGTT)と100g OGTTとの比較(1件の試験、248例):75g OGTTを受けた女性の方がGDMと診断される相対リスクが高かった[リスク比(RR)2.55、95%信頼区間(CI)0.96~6.75]。この差は統計学的有意差について明確な差ではなかった。母体罹病率の他の指標、および児のアウトカムについての報告はなかった。 キャンディバーと50g単糖体飲料との比較(1件の試験、82例):キャンディバー投与の女性の方が単糖体群より副作用の報告が少なく(RR 0.50、95%CI 0.26~0.97)、味を好ましいと感じていた(RR 0.62、95%CI 0.44~0.87)。児のアウトカムの報告はなかった。 50g多糖体と50g単糖体との比較(3件の試験、259例):出生週数の平均差(MD)-0.80週(1件の試験、100例、95%CI -1.69~0.09)。副作用は多糖体の方が少なく(1件の試験82例、RR 0.20、95%CI 0.07~0.54)、味の受容性について明らかな差はみられなかった(1件の試験83例、RR 0.96、95%CI 0.78~1.18)。50g単糖体飲料に比べて50g多糖体飲料の方が摂取後の吐き気(1件の試験66例、RR 0.29、95%CI 0.11~0.78)および膨満感(2件の試験149例、RR 0.22、95%CI 0.08~0.60)の報告が有意に少なかった。母体罹病率の他の指標、および児のアウトカムについての報告はなかった。 食物中の50g糖と50g糖飲料との比較(1件の試験、30例):飲料よりも食物中で糖の投与を受けた女性の方が、副作用の報告が少なかった(RR 0.08、95%CI 0.01~0.56)。さらなる検査を必要とした女性の数に明らかな差はなかった(RR 0.14、95%CI 0.01~2.55)。母体罹病率の他の指標、および児のアウトカムについての報告はなかった。

著者の結論

GDMの診断についてどれが最良の方法か評価するには不十分なエビデンスしかみられなかった。

訳注

監  訳: 江藤 宏美,2012.2.7

実施組織: 厚生労働省委託事業によりMindsが実施した。

ご注意 : この日本語訳は、臨床医、疫学研究者などによる翻訳のチェックを受けて公開していますが、訳語の間違いなどお気づきの点がございましたら、Minds事務局までご連絡ください。Mindsでは最新版の日本語訳を掲載するよう努めておりますが、編集作業に伴うタイム・ラグが生じている場合もあります。ご利用に際しては、最新版(英語版)の内容をご確認ください。

Résumé scientifique

Différentes stratégies de diagnostic du diabète gestationnel pour améliorer la santé de la mère et de l'enfant

Contexte

Le diabète sucré gestationnel (DSG) est une intolérance aux glucides se traduisant par une hyperglycémie, dont l'apparition ou la première manifestation s'est produite pendant la grossesse. Si elle n'est pas traitée, elle augmente les risques de morbidité et de mortalité périnatale. Un diagnostic précis permet un traitement approprié

Objectifs

Évaluer et comparer différents tests pour le diagnostic du DSG, en termes de santé de la mère et de l'enfant et d'utilisation des ressources des services de santé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (31.05.11).

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais randomisés ayant évalué les tests utilisés pour diagnostiquer le DSG. Nous avons exclu les études quasi-randomisées.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante les essais à inclure et leur qualité et ont extrait les données.

Résultats principaux

Nous avons identifié cinq petits essais, totalisant 578 femmes. Un essai comparait trois méthodes différentes d'administration de glucose : une barre chocolatée (39 femmes), une boisson aux polymères du glucose de 50 g (40 femmes) et une boisson aux monomères de glucose de 50 g (43 femmes). Nous avons rendu compte des résultats de cet essai sous la forme de deux comparaisons séparées.

Test de tolérance au glucose oral (TTGO) de 75g par rapport au TTGO de 100 g (un essai, 248 femmes) : les femmes ayant reçu le TTGO de 75 g avaient un risque relatif accru de se voir diagnostiquer un DSG (risque relatif (RR) 2,55, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,96 à 6,75). Cette différence était à la limite de la significativité statistique. Aucune autre mesure de la morbidité maternelle, ou des conséquences pour le bébé n'a été signalée.

Barre chocolatée par rapport à boisson aux monomères de glucose de 50 g (un essai, 82 femmes) : les femmes ayant reçu la barre chocolatée, plutôt que les monomères de glucose, ont signalé moins d'effets secondaires (RR 0,50, IC 95% 0,26 à 0,97) et ont préféré le goût (RR 0,62, IC 95% 0,44 à 0,87). Aucun résultat n'a été signalé concernant le bébé.

Polymères de glucose de 50 g par rapport aux monomères de glucose de 50 g (trois essais, 259 femmes) : la différence moyenne (DM) sur le terme de la grossesse était -0,80 semaines (un essai, 100 femmes ; IC 95% -1,69 à 0,09). Les effets secondaires étaient moins fréquents avec le glucose polymère (un essai 82 femmes ; RR 0,20 IC 95% 0,07 à 0,54), sans différence claire au niveau de l'acceptabilité du goût (un essai 83 femmes ; RR 0,96, IC 95% 0,78 à 1,18). Beaucoup moins de femmes ont signalé des nausées après la boisson aux polymères de glucose de 50 g par rapport à la boisson aux monomères de glucose de 50 g (un essai, 66 femmes; RR = 0,29, IC 95% 0,11 à 0,78) ou un ballonnement (deux essais, 149 femmes ; RR 0,22, IC 95% 0,08 à 0.60). Aucune autre mesure de la morbidité maternelle ou des conséquences pour le bébé n'a été signalée.

50 g de glucose dans les aliments par rapport à 50 g de glucose en boisson (un essai, 30 femmes) : les femmes ayant reçu du glucose dans leur alimentation, plutôt que sous forme de boisson, ont signalé moins d'effets secondaires (RR 0,08 , IC 95% 0,01 à 0,56). Il n'y avait pas de nette différence sur le nombre de femmes nécessitant des tests supplémentaires (RR 0,14, IC 95% 0,01 à 2,55). Aucune autre mesure de la morbidité maternelle ou des conséquences pour le bébé n'a été signalée.

Conclusions des auteurs

On ne dispose pas de suffisamment d'éléments probants pour conclure quant à la meilleure stratégie de diagnostic du DSG.

Plain language summary

Different ways of Identifying women with gestational diabetes

There is not enough evidence to judge which is the best way to identify women who have gestational diabetes.

Insulin is a hormone produced in the pancreas that enables cells to absorb glucose in order to turn it into energy. During pregnancy maternal resistance to the action of insulin develops so that glucose can be more easily transported across the placenta to the growing fetus. Resistance to insulin becomes apparent in the second trimester and declines progressively to term. Insulin resistance returns to normal after pregnancy, usually within six weeks of the birth. For about seven in every 100 pregnant women, resistance to insulin is excessive and the woman’s blood sugar becomes too high. This is known as gestational diabetes.

If gestational diabetes develops and the resistance to maternal insulin becomes too pronounced, fetal hyperinsulinaemia can cause accelerated growth with fetal adiposity, increased birthweight and perinatal complications. The woman and her baby can be harmed by the high blood sugar levels if untreated, and there may be adverse effects after pregnancy. Evidence is increasing that the offspring are at increased risk of obesity and high blood pressure in later life.

Lowering blood sugar levels can reduce the harmful effects, but women will only receive treatment if they are correctly identified early enough in pregnancy. Several tests are used to find out if a woman has gestational diabetes. Most involve giving the woman a very sugary drink or food, and taking a series of blood sugar tests over one to three hours; this is known as the oral glucose tolerance test (OGTT). Limitations of the OGTT are that it requires women to fast from the night before, drink a glucose solution and wait for two or three hours before having the final blood test. Therefore, other tests have also been proposed that do not require this level of involvement by the pregnant women or healthcare staff. These include taking just one blood test after an overnight fast or taking just one test with no fasting. This review aimed to determine what was the best way of identifying women with gestational diabetes. We identified five small randomised trials (involving 578 women) of unclear quality, comparing different ways of giving a glucose load. None evaluated the important question of when the best time is during pregnancy to test women for gestational diabetes or compared the 75 g or 100 g oral glucose tolerance test with other strategies. Large well-designed trials are needed to provide information about the best way of identifying women who have gestational diabetes.

Résumé simplifié

Différentes façons de repérer les femmes atteintes de diabète gestationnel

On ne dispose pas de suffisamment d'éléments probants pour juger la meilleure façon de repérer les femmes atteintes d'un diabète gestationnel.

L'insuline est une hormone produite par le pancréas qui permet aux cellules d'absorber le glucose afin de le transformer en énergie. Pendant la grossesse, la résistance maternelle à l'action de l'insuline se développe de manière à ce que le glucose puisse être plus facilement transporté à travers le placenta vers le fœtus en croissance. La résistance à l'insuline devient apparente au deuxième trimestre et décline progressivement jusqu'au terme. La résistance à l'insuline revient à la normale après la grossesse, généralement dans les six semaines suivant l'accouchement. Chez environ sept femmes enceintes sur 100, la résistance à l'insuline est excessive et le niveau de sucre dans le sang devient trop élevé. Cela s'appelle le diabète gestationnel.

Si le diabète gestationnel se développe et que la résistance à l'insuline maternelle devient trop prononcée, une hyper-insulinémie fœtale peut provoquer une croissance accélérée de l'adiposité fœtale, une augmentation du poids de naissance et des complications périnatales. Si le taux de sucre sanguin élevé n'est pas traité, cela peut être préjudiciable à la femme et à son bébé et entrainer des effets néfastes après la grossesse. Il y a de plus en plus de preuves que la progéniture aura alors un risque accru d'obésité et d'hypertension artérielle dans sa vie ultérieure.

Abaisser le taux de sucre sanguin peut réduire les effets nocifs, mais les femmes ne pourront être traitées que si elles sont diagnostiquées suffisamment tôt dans la grossesse. Plusieurs tests sont utilisés pour savoir si une femme souffre de diabète gestationnel. La plupart impliquent de donner à la femme une boisson ou un aliment très sucré et d'effectuer une série de tests de glycémie sur une à trois heures ; c'est ce qui est appelé le test de tolérance au glucose oral (TTGO). Les limitations du TTGO tiennent au fait qu'il demande à la femme de jeûner depuis la veille au soir, de boire une solution de glucose et d'attendre deux ou trois heures avant que ne soit effectuée la dernière prise de sang. C'est pourquoi d'autres tests ont également été proposés qui ne nécessitent pas un tel niveau de participation de la femme enceinte ou du personnel de santé. Il s'agit notamment de n'effectuer qu'une prise de sang à jeun le matin ou d'effectuer une seule prise de sang sans avoir à jeûner. Cette revue visait à déterminer la meilleure façon de repérer les femmes atteintes de diabète gestationnel. Nous avons identifié cinq petits essais randomisés (portant sur 578 femmes) de qualité incertaine, comparant différentes façons d'ingérer une charge de glucose. Aucune n'a abordé l'importante question de savoir quel est le meilleur moment pendant la grossesse pour diagnostiquer le diabète gestationnel ou pour comparer les doses de 75 g ou 100 g pour la tolérance au glucose oral avec d'autres stratégies. Des essais bien conçus et de grande dimension seront nécessaires pour fournir des informations sur la meilleure façon de repérer les femmes souffrant de diabète gestationnel.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article