Intervention Review

Cinnamon for diabetes mellitus

  1. Matthew J Leach1,*,
  2. Saravana Kumar2

Editorial Group: Cochrane Metabolic and Endocrine Disorders Group

Published Online: 12 SEP 2012

Assessed as up-to-date: 20 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007170.pub2


How to Cite

Leach MJ, Kumar S. Cinnamon for diabetes mellitus. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD007170. DOI: 10.1002/14651858.CD007170.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of South Australia, School of Nursing & Midwifery, Adelaide, South Australia, Australia

  2. 2

    University of South Australia, Centre for Allied Health Research, Adelaide, SA, Australia

*Matthew J Leach, School of Nursing & Midwifery, University of South Australia, North Terrace, Adelaide, South Australia, 5000, Australia. Matthew.leach@unisa.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions), comment added to review
  2. Published Online: 12 SEP 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Diabetes mellitus is a chronic metabolic disorder that is associated with an increased risk of cardiovascular disease, retinopathy, nephropathy, neuropathy, sexual dysfunction and periodontal disease. Improvements in glycaemic control may help to reduce the risk of these complications. Several animal studies show that cinnamon may be effective in improving glycaemic control. While these effects have been explored in humans also, findings from these studies have not yet been systematically reviewed.

Objectives

To evaluate the effects of cinnamon in patients with diabetes mellitus.

Search methods

Pertinent randomised controlled trials were identified through AARP Ageline, AMED, AMI, BioMed Central gateway, CAM on PubMed, CINAHL, Dissertations Abstracts International, EMBASE, Health Source Nursing/Academic edition, International Pharmaceutical Abstracts, MEDLINE, Natural medicines comprehensive database, The Cochrane Library and TRIP database. Clinical trial registers and the reference lists of included trials were searched also (all up to January 2012). Content experts and manufacturers of cinnamon extracts were also contacted.

Selection criteria

All randomised controlled trials comparing the effects of orally administered monopreparations of cinnamon (Cinnamomum spp.) to placebo, active medication or no treatment in persons with either type 1 or type 2 diabetes mellitus.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials, assessed risk of bias and trial quality, and extracted data. We contacted study authors for missing information.

Main results

Ten prospective, parallel-group design, randomised controlled trials, involving a total of 577 participants with type 1 and type 2 diabetes mellitus, were identified. Risk of bias was high or unclear in all but two trials, which were assessed as having moderate risk of bias. Risk of bias in some domains was high in 50% of trials. Oral monopreparations of cinnamon (predominantly Cinnamomum cassia) were administered at a mean dose of 2 g daily, for a period ranging from 4 to 16 weeks. The effect of cinnamon on fasting blood glucose level was inconclusive. No statistically significant difference in glycosylated haemoglobin A1c (HbA1c), serum insulin or postprandial glucose was found between cinnamon and control groups. There were insufficient data to pool results for insulin sensitivity. No trials reported health-related quality of life, morbidity, mortality or costs. Adverse reactions to oral cinnamon were infrequent and generally mild in nature.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to support the use of cinnamon for type 1 or type 2 diabetes mellitus. Further trials, which address the issues of allocation concealment and blinding, are now required. The inclusion of other important endpoints, such as health-related quality of life, diabetes complications and costs, is also needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Cinnamon for diabetes mellitus

Diabetes mellitus is a chronic metabolic disorder. People with diabetes are known to be at greater risk of cardiovascular disease (including heart attack, stroke, and peripheral vascular disease such as acute or chronic ischaemia of a leg resulting in severe pain when walking short distances). There is also an increased risk of eye disease, kidney failure, nerve damage and sexual dysfunction when compared to the general population. Improvements in the regulation of blood sugar levels may help to reduce the risk of these complications.

Cinnamon bark has been shown in a number of animal studies to improve blood sugar levels, though its effect in humans is not too clear. Hence, the review authors set out to determine the effect of oral cinnamon extract on blood sugar and other outcomes. The authors identified 10 randomised controlled trials, which involved 577 participants with diabetes mellitus. Cinnamon was administered in tablet or capsule form, at a mean dose of 2 g daily, for four to 16 weeks. Generally, studies were not well conducted and lacked in quality.

The review authors found cinnamon to be no more effective than placebo, another active medication or no treatment in reducing glucose levels and glycosylated haemoglobin A1c (HbA1c), a long-term measurement of glucose control. None of the trials looked at health-related quality of life, morbidity, death from any cause or costs. Adverse reactions to cinnamon treatment were generally mild and infrequent.

Further trials investigating long-term benefits and risks of the use of cinnamon for diabetes mellitus are required. Rigorous study design, quality reporting of study methods, and consideration of important outcomes such as health-related quality of life and diabetes complications, are key areas in need of attention.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La cannelle contre le diabète

Contexte

Le diabète est un trouble métabolique chronique qui est associé à un risque accru de maladies cardiovasculaires, de rétinopathie, de néphropathie, de neuropathie, de dysfonction sexuelle et de maladies parodontales. L'amélioration du contrôle glycémique peut contribuer à réduire le risque de ces complications. Plusieurs études animales montrent que la cannelle peut être efficace pour améliorer le contrôle glycémique. Bien que ces effets aient également été étudiés chez l'homme, les résultats de ces études n'ont pas encore fait l'objet d'une revue systématique.

Objectifs

Évaluer l'efficacité de la cannelle chez les patients atteints de diabète.

Stratégie de recherche documentaire

Des essais contrôlés randomisés pertinents ont été identifiés au moyen d'AARP Ageline, AMED, AMI, BioMed Central gateway, CAM on PubMed, CINAHL, Dissertations Abstracts International, EMBASE, Health Source Nursing/Academic edition, International Pharmaceutical Abstracts, MEDLINE, Natural Medicines Comprehensive Database, The Cochrane Library et la base de données TRIP. Nous avons aussi passé au crible des registres d'essais cliniques et les références bibliographiques des essais inclus (le tout jusqu'à janvier 2012). Nous avons également contacté des experts dans le domaine et des fabricants d'extraits de cannelle.

Critères de sélection

Tout essai contrôlé randomisé comparant les effets d'une mono-préparation de cannelle (Cinnamomum spp.) administrée par voie orale à un placebo, à un médicament actif ou à l'absence de traitement chez des personnes atteintes d'un diabète de type 1 ou de type 2.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, sélectionné les essais, évalué le risque de biais et la qualité des essais et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs d'études pour obtenir des informations manquantes.

Résultats Principaux

Nous avons identifié dix essais contrôlés randomisés prospectifs, à conception parallèle, totalisant 577 participants atteints de diabète de type 1 ou de type 2. Les risques de biais étaient élevés ou incertains dans tous les essais, à l'exception de deux qui présentaient des risques modérés de biais. Le risque de biais dans certains domaines était élevé pour 50 % des essais. Les mono-préparations orales de cannelle (principalement du Cinnamomum cassia) étaient administrées à une dose moyenne de 2 g par jour, pendant une période de 4 à 16 semaines. L'effet de la cannelle sur la glycémie à jeun n'était pas concluant. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre les groupes à cannelle et témoins au niveau de l'hémoglobine glycosylée A1c (HbA1c), de l'insuline sérique ou du glucose postprandial. Il n'y avait pas suffisamment de données pour regrouper les résultats de sensibilité à l'insuline. Aucun essai n'avait rapporté la qualité de vie liée à la santé, la morbidité, la mortalité ou les coûts. Les réactions indésirables à la cannelle orale étaient rares et généralement bénignes.

Conclusions des auteurs

Les donnés ne sont pas suffisantes pour étayer l'utilisation de la cannelle pour le diabète le type 1 ou de type 2. De nouveaux essais sont nécessaires, qui devront porter attention aux questions de l'assignation secrète et du masquage. Il conviendra également d'inclure d'autres critères de jugement importants, tels que la qualité de vie liée à la santé, les complications du diabète et des coûts.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La cannelle contre le diabète

La cannelle contre le diabète

Le diabète est un trouble métabolique chronique. Il est connu que les personnes atteintes de diabète ont un risque plus élevé de maladies cardio-vasculaires (notamment de crises cardiaques, d'AVC et de maladies vasculaires périphériques telles que l'ischémie aiguë ou chronique d'une jambe qui cause de graves douleurs lors de courtes marches). Il y a aussi un risque accru de maladie oculaire, d'insuffisance rénale, de lésions nerveuses et de dysfonction sexuelle comparativement à la population générale. L'amélioration de la régulation du taux de sucre dans le sang pourrait contribuer à réduire le risque de ces complications.

Il a été montré dans un certain nombre d'études animales que l'écorce de cannelle améliorait les taux de sucre dans le sang, mais son effet chez l'homme n'est pas très clair. C'est pourquoi les auteurs de la revue ont cherché à déterminer l'effet de l'extrait de cannelle en prise orale sur le sucre sanguin et sur d'autres critères de santé. Les auteurs ont identifié 10 essais contrôlés randomisés qui totalisaient 577 participants atteints de diabète. La cannelle avait été administrée sous forme de comprimés ou de capsules, à une dose moyenne de 2 g par jour, pendant quatre à 16 semaines. En général, les études n'avaient pas été bien menées et étaient de qualité déficiente.

Les auteurs de la revue ont constaté que la cannelle n'était pas plus efficace que le placebo, qu'un autre médicament actif ou que l'absence de traitement dans la réduction des taux de glucose et d'hémoglobine glycosylée A1c (HbA1c), une mesure du contrôle à long terme de la glycémie. Aucun des essais n'avait examiné la qualité de vie liée à la santé, la morbidité, la mortalité toutes causes ou les coûts. Les réactions indésirables au traitement de cannelle étaient généralement légers et peu fréquents.

Des essais supplémentaires sont nécessaires afin d'examiner les bénéfices et les risques à long terme de l'utilisation de la cannelle pour le diabète. Une attention particulière devra être accordée à la conception rigoureuse de l'étude, au compte-rendu de qualité des méthodes d'étude et à la prise en considération d'importants critères de jugement tels que la qualité de vie liée à la santé et les complications du diabète.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th December, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français