Intervention Review

Interventions for HIV-associated nephropathy

  1. Ismail Yahaya1,2,*,
  2. Olalekan A Uthman3,
  3. Muhammed Mubashir B Uthman4

Editorial Group: Cochrane Renal Group

Published Online: 31 JAN 2013

Assessed as up-to-date: 12 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007183.pub3


How to Cite

Yahaya I, Uthman OA, Uthman MMB. Interventions for HIV-associated nephropathy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD007183. DOI: 10.1002/14651858.CD007183.pub3.

Author Information

  1. 1

    Save The Youth Initiative, Kaduna, Nigeria

  2. 2

    Mid-Sweden University, Department of Public Health Sciences, Institution for Health Sciences, Sundsvall, Sweden

  3. 3

    Faculty of Health Sciences, Stellenbosch University, Centre for Evidence-Based Health Care, Tygerberg, Cape Town, South Africa

  4. 4

    University of Ilorin Teaching Hospital, Epidemiology and Community Health Department, Ilorin, Nigeria

*Ismail Yahaya, illyahaya@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 JAN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Human immunodeficiency virus-associated nephropathy (HIVAN) is the most common cause of end stage kidney disease (ESKD) in human immunodeficiency virus-1 (HIV-1) serotype patients and it mostly affects patients of African descent. It rapidly progresses to ESKD if untreated. The goal of treatment is directed toward reducing HIV-1 replication and/or slowing the progression of chronic kidney disease. The following pharmacological agents have been used for the treatment of HIVAN: antiretroviral therapy, angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEi), steroids and recently cyclosporin. Despite this, the effect of each intervention is yet to be evaluated.

Objectives

To evaluate the benefits and harms of adjunctive therapies in the management of HIVAN and its effects on symptom severity and all-cause mortality.

Search methods

In January 2012 we searched the Cochrane Renal Group's Specialised Register, AIDS Education Global Information System (AEGIS database), ClinicalTrial.gov, the WHO International Clinical Trials Registry Portal, and reference lists of retrieved articles without language restrictions. In our original review we searched CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, and AIDSearch, in addition to contacting individual researchers, research organisations and pharmaceutical companies.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs of any therapy used in the treatment of HIVAN.

Data collection and analysis

We independently screened the search outputs for relevant studies and to retrieve full articles when necessary. For dichotomous outcomes results were to be expressed as risk ratios with 95% confidence intervals, and for continuous scales of measurement the mean difference was to be used.

Main results

We identified four relevant ongoing studies: one is still ongoing; two have completed recruitment but are yet to be published; and the fourth study was suspended for unspecified reasons. No completed RCTs or quasi-RCTs were identified. We summarised and tabulated the data from the observational studies, however no formal analyses were performed.

Authors' conclusions

There is currently no RCT-based evidence upon which to base guidelines for the treatment of HIVAN, however three ongoing studies have been identified. Data from observational studies suggest steroids and angiotensin-converting enzyme inhibitors appear to improve kidney function in patients with HIVAN, however no formal analyses were performed in this review. This review highlights the need for good quality RCTs to address the effects of interventions for treating this group.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for treating HIV-associated nephropathy

HIV-associated nephropathy (HIVAN) is a kidney disease common among HIV positive patients, especially patients of African origin. The condition rapidly deteriorates if left untreated. Various treatment options exist, but the benefit of each is unknown. These include: antiretroviral therapy, steroids, angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEi) and cyclosporin. The aim of this review was to determine the benefits and harms of each treatment option. No completed randomised control trials (RCT) of any interventions for HIVAN were found and so the effects of the treatment options could not be evaluated. However, the results of observational studies identified showed that steroids and ACEI were beneficial in improving the kidney functions of patients. We await the results of three ongoing studies, however more RCTs are needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la néphropathie liée au VIH

Contexte

La néphropathie associée au VIH est la cause la plus courante dinsuffisance rénale terminale (IRT) chez les patients souffrant du VIH-1. Elle affecte principalement les patients d'origine africaine. Elle évolue rapidement en IRT si elle n'est pas traitée. L'objectif du traitement est de réduire la multiplication virale du VIH-1 et/ou de ralentir la progression de la maladie rénale chronique. Les agents pharmacologiques suivants ont été utilisés pour le traitement de la NLVIH : Un traitement antirétroviral, inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine (IECA), les stéroïdes et plus récemment, la cyclosporine. Malgré cela, l'effet de chaque intervention n'a pas encore être évalué.

Objectifs

Évaluer les bénéfices et inconvénients des thérapies complémentaires pour la prise en charge de la NLVIH et ses effets sur la gravité des symptômes et la mortalité toutes causes confondues.

Stratégie de recherche documentaire

En janvier 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du Cochrane Renal Group, AIDS Education Global Information System (AEGIS base de données), ClinicalTrials.gov, WHO International Clinical Trials Registry Portal, et les références bibliographiques des articles extraits, sans restriction de langue. Dans notre revue initiale nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, et AIDSearch, en plus de prise de contact avec des chercheurs individuels, la recherche des organisations et des sociétés pharmaceutiques.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR de toute thérapie utilisés dans le traitement de la NLVIH.

Recueil et analyse des données

Nous avons cherché dans les bases de données les études pertinentes et retrouvé le texte intégral, si besoin. Pour les résultats dichotomiques, les résultats étaient exprimés sous la forme de risques relatifs avec des intervalles de confiance à 95 % et, pour des échelles de mesure continues, la différence moyenne était de à être utilisés.

Résultats Principaux

Nous avons identifié quatre études pertinentes en cours : Une est toujours en cours ; deux études ont terminé le recrutement, mais ne sont pas encore publiées ; et la quatrième étude a été suspendue pour des raisons non spécifiées. Aucun ECR (ou quasi ECR) terminé na été identifiés. Nous avons résumé et compilés les données des études observationnelles, mais aucune qualification des analyses ont été réalisées.

Conclusions des auteurs

Il ny a actuellement aucune preuve fondée sur des ECR pour guider les recommandations concernant le traitement de la NLVIH, mais trois études en cours ont été identifiées. Les données issues d'études observationnelles suggèrent que les stéroïdes et les inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine semblent améliorer la fonction rénale chez les patients atteints de la NLVIH, mais ces analyses nont pas été effectuées dans cette revue. Cette revue souligne le besoin d'ECR de bonne qualité pour examiner les effets des interventions pour traiter ce groupe.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la néphropathie liée au VIH

Interventions pour le traitement de la néphropathie liée au VIH

La néphropathie liée au VIH (NLVIH) est une maladie rénale fréquente chez les patients séropositifs pour le VIH, en particulier chez les patients d'origine africaine. L'état de santé se détériore rapidement si elle n'est pas traitée. Plusieurs options thérapeutiques existent, mais le bénéfice de chaque est inconnue. Ces options sont : Un traitement antirétroviral, les stéroïdes, les inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine (IECA) et la cyclosporine. L'objectif de cette revue était de déterminer les bénéfices et inconvénients de chaque option de traitement. Aucun essai contrôlé randomisé terminé (ECR) portant sur des interventions pour la NLVIH n'a été identifié et les effets des options de traitement n'ont pas pu être évalués. Cependant, les résultats des études observationnelles identifiées ont montré que les stéroïdes et IECA étaient bénéfiques pour améliorer la fonction rénale des patients. Nous attendons les résultats de trois études en cours, cependant, des ECR supplémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux