This is not the most recent version of the article. View current version (13 JUL 2013)

Intervention Review

High dose versus low dose oxytocin for augmentation of delayed labour

  1. Rintaro Mori1,*,
  2. Hironobu Tokumasu2,
  3. Debbie Pledge3,
  4. Sara Kenyon4

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 5 OCT 2011

Assessed as up-to-date: 23 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD007201.pub2

How to Cite

Mori R, Tokumasu H, Pledge D, Kenyon S. High dose versus low dose oxytocin for augmentation of delayed labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 10. Art. No.: CD007201. DOI: 10.1002/14651858.CD007201.pub2.

Author Information

  1. 1

    Collaboration for Research in Global Women's and Children's Health, Tokyo, Tokyo, Japan

  2. 2

    Kagoshima City Hospital, Neonatology, Kagoshima, Kagoshima, Japan

  3. 3

    National Collaborating Centre for Women's and Children's Health, London, UK

  4. 4

    University of Birmingham, School of Health and Population Sciences, Edgbaston, UK

*Rintaro Mori, Collaboration for Research in Global Women's and Children's Health, 1-13-10 Matsunoki, Suginami-ku, Tokyo, Tokyo, 166-0014, Japan. rintaromori@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 OCT 2011

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (13 JUL 2013)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

A major cause of failure to achieve spontaneous vaginal birth is delay in labour caused by presumed inefficient uterine action. High dose may potentially increase the number of spontaneous vaginal births, but as oxytocin can cause hyperstimulation of the uterus, there is a possibility of increased adverse events.

Objectives

To compare starting dose and increment of amount of oxytocin for augmentation for women delayed in labour to determine whether augmentation by high dose of oxytocin improves labour outcomes and the effect on both maternal/neonatal outcomes and women's birth experiences.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (28 February 2011) and reference lists of retrieved studies.

Selection criteria

We included all randomised and quasi-randomised controlled trials for women in delayed in labour requiring augmentation by oxytocin comparing high starting and increment dose (defined as starting dose and increment of equal to or more than 4 mU per minute) with low dose (defined as starting dose and an increment of less than 4 mU per minute. Increase interval: between 15 and 40 minutes. The separation of low and high doses is based on an arbitrary decision.

Data collection and analysis

Three review authors undertook assessment of trial eligibility, risk of bias, and data extraction independently.

Main results

We included four studies involving 660 pregnant women. Three studies were randomised controlled trials and one trial was a quasi-randomised study. A higher dose of oxytocin was associated with a significant reduction in length of labour reported from one trial (mean difference (MD) -3.50 hours; 95% confidence interval (CI) -6.38 to -0.62; one trial, 40 women). There was a decrease in rate of caesarean section (risk ratio (RR) 0.53; 95% CI 0.38 to 0.75, four trials, 650 women) and an increase in the rate of spontaneous vaginal birth (RR 1.37; 95% CI 1.15 to 1.64, two trials, 350 women). There were no significant differences for neonatal mortality, hyperstimulation, chorioamnionitis, epidural analgesia; or neonatal outcomes of Apgar scores, umbilical cord pH or admission to special care baby unit. The following outcomes were not evaluated in the included studies: perinatal mortality, women's satisfaction, instrumental vaginal birth, uterine rupture, postpartum haemorrhage, abnormal cardiotocography, women's pyrexia, dystocia and neonatal neurological morbidity.

Authors' conclusions

Higher dose of oxytocin starting and increment dose (4 mU per minute or more) was associated with a reduction in the length of labour and in caesarean section, and an increase in spontaneous vaginal birth. However, there is insufficient evidence. The number of studies and the quality of the available evidence is of concern. Additionally, there is insufficient evidence for other maternal and neonatal outcomes, and how women feel about the higher doses of oxytocin. Therefore, no firm recommendation can be made. Further research should evaluate the effect of high dose oxytocin for women delayed in labour and should include these outcomes.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Oxytocin in high versus low doses for augmentation of delayed labour

Women have different lengths of labour, with first labours lasting on average eight hours (and unlikely to last more than 18 hours) and second and subsequent labours lasting an average of five hours and unlikely to last more than 12 hours. Progress in labour takes into account not just cervical dilatation, but also descent and rotation of the fetal head and the strength, duration and frequency of contractions. Some evidence suggests that up to one-third of women in their first labour experience delay. They are often given a synthetic version of the hormone oxytocin  to increase uterine contractions and shorten labour. Surprisingly for such a routine treatment, the ideal dose at which it should be given is not known, although some comparisons suggest that higher doses of oxytocin could shorten labour and reduce the chance of caesarean section with an increase in the numbers of women having a spontaneous vaginal birth compared with a lower dose. However, there are potentially harmful side effects if oxytocin causes the uterus to contract too quickly, and the baby becomes distressed. Clinicians therefore routinely adjust the dose of oxytocin to reduce the chances of the baby being distressed in labour.

From the four randomised controlled trials involving 660 pregnant women that we included in this review, results indicate that a higher dose of oxytocin (4-7 mU per minute, compared with 1-2 mU per minute) reduced the length of labour and the rate of caesarean sections with increased spontaneous vaginal births, but the studies did not provide enough evidence on possible differences between the high and low doses in adverse events including hyperstimulation of the uterus and outcomes for the newborn infant. No trial reported on how the women experienced the births. The overall quality of the included trials was not good, but this might reflect how the clinical trials were reported.  

While the evidence we have showed that the high doses reduced the length of labour and the rate of caesarean sections, the number and quality of the studies is of concern and not enough is known about the effect on the baby or women's birth experiences for the higher dose oxytocin to be recommended as treatment for women delayed in labour. We recommend that more research is carried out. 

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

High dose versus low dose oxytocin for augmentation of delayed labour

Contexte

Lorsqu'on ne parvient pas à obtenir un accouchement par voie basse spontané, la raison en est souvent un travail trop lent causé par l'action présumée inefficace de l'utérus. À dose élevée l'ocytocine a la capacité d'augmenter le nombre d'accouchements par voie basse spontanés, mais comme cette substance peut provoquer une hyperstimulation de l'utérus, il y a risque accru d'événements indésirables.

Objectifs

Comparer la dose initiale et l'incrément de la quantité d'ocytocine destinée à accélérer un travail trop lent, dans le but de déterminer si l'utilisation d'une forte dose d'ocytocine améliore le résultat du travail et quel en est l'effet au niveau de la santé de la mère et du bébé ainsi que du vécu de l'accouchement par la femme.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (28 février 2011) et dans la liste bibliographique des études analysées.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés et quasi-randomisés portant sur des femmes en situation de travail trop lent nécessitant une stimulation par l'ocytocine, et comparant un dosage élevé (défini comme dose initiale et incréments d'au moins 4 mU par minute) avec un dosage faible (défini comme dose initiale et incréments inférieurs à 4 mU par minute). Intervalle d'augmentation : entre 15 et 40 minutes. La définition des doses faibles et doses élevées repose sur une décision arbitraire.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de la revue se sont chargés de façon indépendante d'évaluer l'admissibilité des essais et les risques de biais, ainsi que d'extraire les données.

Résultats Principaux

Nous avons inclus quatre études portant au total sur 660 femmes enceintes. Trois études étaient des essais cliniques randomisés et une étude était un essai quasi-randomisé. Une dose plus élevée d'ocytocine était associée à une réduction significative de la durée du travail dans un essai (différence moyenne (DM) -3,50 heures ; intervalle de confiance (IC) à 95% -6,38 à -0,62 ; un essai, 40 femmes). Il y a eu diminution du taux de césariennes (risque relatif (RR) 0,53 ; IC 95% 0,38 à 0,75, quatre essais, 650 femmes) et une augmentation du taux d'accouchements par voie basse spontanés (RR 1,37 ; IC 95% 1,15 à 1,64, deux essais, 350 femmes). Il n'y avait aucune différence significative pour ce qui concerne la mortalité néonatale, l'hyperstimulation, la chorioamniotite, l'analgésie péridurale ; ni pour les scores d'Apgar néonataux, le pH du cordon ombilical ou l'admission en unité de soins intensifs néonataux. Les éléments suivants n'avaient pas été évalués dans les études incluses : la mortalité périnatale, la satisfaction des femmes, l'accouchement par voie basse instrumental, la rupture utérine, l'hémorragie post-partum, la cardiotocographie pathologique, la fièvre de la femme, la dystocie et la morbidité neurologique néonatale.

Conclusions des auteurs

Une dose initiale et des doses incrémentales plus élevées d'ocytocine (4 mU ou plus par minute) étaient associées à une réduction de la durée du travail et du taux de césariennes, ainsi qu'à une augmentation du taux d'accouchements par voie basse spontanés. Le niveau de preuve n’est toutefois pas suffisant. Le nombre d'études et la qualité des preuves disponibles posent problème. En outre, les preuves sont insuffisantes pour d'autres résultats au niveau de la mère et du bébé et pour ce qui concerne le ressenti des femmes face à des doses plus élevées d'ocytocine. Par conséquent, aucune recommandation ferme ne peut être faite. D'autres recherches devront évaluer l'effet de l'ocytocine à forte dose chez les femmes en situation de travail trop lent, en incluant ces éléments.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

High dose versus low dose oxytocin for augmentation of delayed labour

L'ocytocine à doses élevées ou faibles pour l'accélération du travail trop lent

Les femmes ont des accouchements de durée variable, le premier accouchement prenant en moyenne huit heures (et généralement pas plus de 18 heures), alors que le second et les suivants durent en moyenne cinq heures et ne dépassent généralement pas les 12 heures. La progression du travail prend en compte non seulement la dilatation de l'utérus, mais aussi la descente et la rotation de la tête du fœtus ainsi que la force, la durée et la fréquence des contractions. Certaines données suggèrent que chez jusqu'à un tiers des femmes, lors du premier accouchement, le travail est trop lent. Elles se voient souvent administrer de l'hormone ocytocine synthétique pour accélérer les contractions utérines et raccourcir la durée du travail. Étonnamment pour un tel traitement de routine, la dose idéale à administrer n'est pas connue. Certaines comparaisons suggèrent toutefois que des doses plus élevées d'ocytocine devraient permettre de raccourcir le travail, de réduire le risque de césarienne et d'augmenter le nombre de femmes ayant un accouchement par voie basse spontané. Il y a cependant des effets secondaires potentiellement dangereux, si l'ocytocine entraine des contractions utérines trop rapides et induit une détresse du fœtus. Les cliniciens ajustent donc régulièrement la dose d'ocytocine afin de réduire les risques pour le bébé d'être en détresse durant le travail.

Sur la base des quatre essais cliniques randomisés, portant sur 660 femmes enceintes, que nous avons inclus dans cette revue, il apparait qu'une dose plus élevée d'ocytocine (4-7 mU par minute, contre 1-2 mU par minute) réduit la durée du travail et le taux de césariennes, avec une augmentation des accouchements par voie basse spontanés. Les études n'ont toutefois pas fourni suffisamment d'éléments sur les différences possibles entre doses élevées et faibles au niveau des événements indésirables, comme l'hyperstimulation de l'utérus et ses conséquences pour le nouveau-né. Aucun essai n'a rendu compte de la façon dont les femmes ont vécu les accouchements. Dans l'ensemble, la qualité des essais cliniques inclus n'était pas bonne, mais cela pourrait refléter la manière dont ont été rapportés ces essais. 

Bien que les éléments dont nous disposons aient montré que les doses élevées réduisent la durée du travail et le taux de césariennes, le nombre et la qualité des études posent problème et l'on ne sait pas assez de choses sur les conséquences pour le bébé et sur le vécu de la femme pour pouvoir recommander une dose élevée d'ocytocine comme traitement en cas de travail trop lent. Nous recommandons que des recherches supplémentaires soient réalisées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français