Early versus Delayed Refeeding for Children with Acute Diarrhoea

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Germana V Gregorio,

    Corresponding author
    1. University of the Philippines College of Medicine, Department of Pediatrics, Manila, National Capital Region, Philippines
    • Germana V Gregorio, Department of Pediatrics, University of the Philippines College of Medicine, Philippine General Hospital, Taft Avenue, Manila, National Capital Region, 1000, Philippines. germana1@hotmail.com.

    Search for more papers by this author
  • Leonila F Dans,

    1. University of the Philippines College of Medicine, Department of Pediatrics, Manila, National Capital Region, Philippines
    Search for more papers by this author
  • Maria Asuncion Silvestre

    1. University of the Philippines College of Medicine, Department of Pediatrics, Manila, National Capital Region, Philippines
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Acute diarrhoea is one of the principal causes of morbidity and mortality among children in low-income countries.  The cornerstone of treatment is oral rehydration therapy and dietary management.  However, there is a lack of data and studies on both the timing and type of feeding that should be adopted during the course of the illness.

Objectives

To compare the efficacy and safety of early and late reintroduction of feeding in children with acute diarrhoea.

Search methods

In May 2011, we searched the Cochrane Infectious Diseases Group Specialized Register, CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Issue 1), MEDLINE, EMBASE, LILACS, and mRCT. We also contacted researchers and organizations, and searched reference lists.

Selection criteria

Randomized controlled trials of early versus late refeeding among children less than 10 years old with acute diarrhoea.  Early refeeding was defined as within 12 hours of start of rehydration and late refeeding was defined as more than 12 hours after start of rehydration. 

Data collection and analysis

Two authors independently assessed the search results and the risk of bias, and extracted data. We present risk ratios for dichotomous outcomes and mean differences for continuous outcomes. We combined the results of the trials using meta-analysis when heterogeneity was not substantial.

Main results

Twelve trials involving 1283 participants wereincluded; 1226 participants were used in the analysis (724 in the early refeeding group and 502 in the late refeeding group). Nine trials described their allocation sequence, but only two used concealed allocation. One trial reported single-blinding but did not clearly identify the person who was blinded. Early refeeding meant intake during or immediately after start of rehydration, while late refeeding meant intake only 20 hours to 48 hours after start of rehydration. Significant heterogeneity was noted in the data for the duration of diarrhoea. There was no significant difference between the two refeeding groups in the number of participants who needed unscheduled intravenous fluids (six trials with 813 participants), who experienced episodes of vomiting (five trials with 466 participants), and who developed persistent diarrhoea (four trials with 522 participants). The mean length of hospital stay was also similar (two trials with 246 participants).

Authors' conclusions

There was no evidence that early refeeding increases the risk of unscheduled intravenous fluid use, episodes of vomiting, and development of persistent diarrhoea. No conclusion could be made regarding the duration of diarrhoea.

Résumé scientifique

Reprise précoce versus tardive de l'alimentation chez les enfants atteints de diarrhée aiguë

Contexte

La diarrhée aiguë est l'une des premières causes de morbidité et de mortalité chez les enfants de pays à faibles revenus. La thérapie de réhydratation orale et la prise en charge alimentaire constituent le pilier du traitement. Néanmoins, les données et les études sont insuffisantes pour déterminer le moment de la reprise et le type d'alimentation à adopter au cours de la maladie.

Objectifs

Comparer l'efficacité et l'innocuité d'une reprise précoce versus tardive de l'alimentation chez les enfants atteints de diarrhée aiguë.

Stratégie de recherche documentaire

En mai 2011, nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2011, numéro 1), MEDLINE, EMBASE, LILACS et mRCT. Nous avons également contacté des chercheurs et des organisations, et consulté les références bibliographiques.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés portant sur une reprise précoce versus tardive de l'alimentation chez des enfants de moins de 10 ans atteints de diarrhée aiguë. La reprise précoce de l'alimentation était définie comme intervenant dans les 12 heures suivant le début de la réhydratation, et la reprise tardive comme intervenant plus de 12 heures après le début de la réhydratation.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué les résultats de la recherche et le risque de biais, et extrait les données de manière indépendante. Les risques relatifs ont été présentés pour les résultats dichotomiques, et les différences moyennes pour les résultats continus. Les résultats des essais ont été combinés en une méta-analyse lorsque l'hétérogénéité n'était pas substantielle.

Résultats principaux

Douze essais portant sur 1 283 participants ont été inclus ; 1 226 participants ont été inclus dans l'analyse (724 pour le groupe de la reprise précoce de l'alimentation et 502 pour le groupe de la reprise tardive).Neuf essais décrivaient la séquence d'assignation, mais deux essais seulement utilisaient une assignation secrète. Un essai rapportait un simple aveugle mais n'identifiait pas clairement la personne concernée. La reprise précoce de l'alimentation intervenait pendant ou immédiatement après le début de la réhydratation, tandis que la reprise tardive intervenait dans les 20 à 48 heures suivant le début de la réhydratation.Une hétérogénéité significative était observée pour les données relatives à la durée de la diarrhée. Aucune différence significative n'était observée entre les deux groupes en termes de nombre de participants exigeant le recours non planifié à des fluides intraveineux (six essais portant sur 813 participants), présentant des épisodes de vomissements (cinq essais portant sur 466 participants) et développant une diarrhée persistante (quatre essais portant sur 522 participants). La durée moyenne du séjour à l'hôpital était également similaire (deux essais portant sur 246 participants).

Conclusions des auteurs

Aucune preuve n'indiquait que la reprise précoce de l'alimentation augmentait le risque de recours non planifié à des fluides intraveineux, d'épisodes de vomissements et de développement d'une diarrhée persistante. Aucune conclusion ne peut être présentée concernant la durée de la diarrhée.

Plain language summary

Reintroducing a normal diet following acute diarrhoea

Many children in developing countries die from acute diarrhoea. Although it is usually caused by infectious viruses or bacteria, the exact organism is rarely known, as it is impractical to test for the organism. Treating the diarrhoea is thus standard therapy, with the recommended policy of using oral rehydration therapy and dietary supplements. Because the gut can be damaged by the infection, many doctors recommend a period of fasting followed by gradual reintroduction of food, although the evidence for when exactly a “normal” diet should be reintroduced is lacking. The authors here looked at children who received ‘early’ refeeding (within 12 hours of the start of rehydration) or ‘late’ refeeding (after 12 hours from the start of rehydration). The authors identified 12 trials that met their inclusion criteria, with a total of 1283 children under 5 years; of these, 1226 were used in the analysis (724 given early refeeding; 502 given late refeeding). There was no significant difference between the two refeeding groups in the number of participants who needed unscheduled intravenous fluids (813 participants, 6 trials), who experienced episodes of vomiting (466 participants, 5 trials), and who developed persistent diarrhoea i.e. greater than 14 days in duration (522 participants, 4 trials). The mean length of hospital stay was also similar (246 participants, 2 trials).There is therefore no evidence to suggest that early refeeding increases the risk of complications after acute diarrhoea such as the need for IV fluids, or increases the risk of developing persistent diarrhoea. Further studies are needed to fully examine other parameters such as duration of diarrhoea, and effect on weight gain.

Résumé simplifié

Reprise d'une alimentation normale suite à une diarrhée aiguë

De nombreux enfants de pays en voie de développement meurent de diarrhée aiguë. Bien qu'elle soit généralement causée par des virus ou bactéries infectieuses, l'organisme impliqué est rarement identifié car les tests sont compliqués à mettre en œuvre. Un traitement standard est donc utilisé conformément aux protocoles recommandant le recours à une thérapie de réhydratation orale et à des compléments alimentaires. L'intestin pouvant être endommagé par l'infection, de nombreux médecins recommandent une période de diète absolue suivie d'une réintroduction progressive de l'alimentation. Néanmoins, aucune preuve ne permet de déterminer exactement à quel moment l'alimentation normale devrait être réintroduite. Les auteurs ont examiné des enfants qui reprenaient une alimentation de manière précoce (dans les 12 heures suivant le début de la réhydratation) ou tardive (plus de 12 heures après le début de la réhydratation). Les auteurs ont identifié 12 essais qui remplissaient les critères d'inclusion, pour un total de 1 283 enfants de moins de 5 ans ; sur ces 1 283 enfants, 1 226 ont été utilisés dans l'analyse (724 reprenaient une alimentation de manière précoce ; 502 reprenaient une alimentation de manière tardive). Aucune différence significative n'était observée entre les deux groupes en termes de nombre de participants exigeant le recours non planifié à des fluides intraveineux (813 participants, 6 essais), présentant des épisodes de vomissements (466 participants, 5 essais) et développant une diarrhée persistante, c.-à-d. d'une durée de plus de 14 jours (522 participants, 4 essais). La durée moyenne du séjour à l'hôpital était également similaire (246 participants, 2 essais). Aucune preuve ne suggère donc que la reprise précoce de l'alimentation augmente le risque de complications après une diarrhée aiguë, telles que le recours à des fluides intraveineux, ou le risque de développer une diarrhée persistante. D'autres études sont nécessaires afin d'examiner d'autres paramètres tels que la durée de la diarrhée et l'effet sur la prise de poids de manière exhaustive.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.