Intervention Review

Chemotherapy and supportive care versus supportive care alone for advanced non-small cell lung cancer

  1. Non-Small Cell Lung Cancer Collaborative Group

Editorial Group: Cochrane Lung Cancer Group

Published Online: 12 MAY 2010

Assessed as up-to-date: 8 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007309.pub2


How to Cite

Non-Small Cell Lung Cancer Collaborative Group. Chemotherapy and supportive care versus supportive care alone for advanced non-small cell lung cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 5. Art. No.: CD007309. DOI: 10.1002/14651858.CD007309.pub2.

Author Information

  1. London, UK

*Sarah Burdett, Meta-analysis Group, MRC Clinical Trials Unit, Aviation House, 125 Kingsway, London, WC2B 6NH, UK. sb@ctu.mrc.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 12 MAY 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Since our individual patient data (IPD) meta-analysis of supportive care and chemotherapy for non-small cell lung cancer (NSCLC), published in 1995, many trials have been completed. We have carried out an updated IPD meta-analysis to assess newer regimens and determine conclusively the effect of chemotherapy. The review was updated in 2012.

Objectives

To assess the effect on survival of supportive care and chemotherapy versus supportive care alone in advanced NSCLC.

Search methods

All randomised controlled trials (RCTs), published or unpublished. We searched bibliographic databases, trials registers, conference proceedings and reference lists of relevant trials. Searches were completed to August 2012.

Selection criteria

Trials had to have commenced accrual on or after 1 January 1965 and should have included patients with NSCLC who had received either chemotherapy and supportive care or supportive care alone. Patients should have not received any previous chemotherapy or had any prior malignancy. 

Data collection and analysis

For trials included in 1995 we sought updated follow-up. For new trials we sought survival and baseline characteristics for all patients. We combined results from RCTs to calculate individual and pooled hazard ratios (HRs).

Main results

We obtained data on 2714 patients from 16 RCTs. No new RCTs were identified in 2012. There were 1293 deaths among 1399 patients assigned supportive care and chemotherapy and 1240 among 1315 assigned supportive care alone. Results showed a significant benefit of chemotherapy (HR = 0.77; 95% CI 0.71 to 0.83, P < 0.0001), equivalent to a relative increase in survival of 23%, an absolute improvement in survival of 9% at 12 months, increasing survival from 20% to 29% or an absolute increase in median survival of 1.5 months (from 4.5 months to six months). There was no clear evidence that this effect was influenced by the drugs used (P = 0.63) or whether they were used as single agents or in combination (P = 0.40). Despite changes in patient demographics, the effect of chemotherapy in recent trials did not differ from those included previously (P = 0.77). There was no clear evidence of a difference in the relative effect of chemotherapy across patient subgroups. Quality of life could not be formally assessed.

Authors' conclusions

All trials were of good methodological quality with no risk of bias. This meta-analysis of chemotherapy in the supportive care setting demonstrates that chemotherapy improves overall survival in all patients with advanced NSCLC. Patients who are fit enough and wish to receive it should be offered chemotherapy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chemotherapy and supportive care versus supportive care alone for advanced non-small cell lung cancer

Non-small cell lung cancer (NSCLC) is the most common type of lung cancer. If the tumour has spread from the lung to other parts of the body (advanced) it cannot usually be cured. Doctors use different treatments to prevent or relieve symptoms and keep patients well for longer. This sort of treatment is sometimes called best supportive care.

In 1995, we did a systematic review and meta-analysis of individual patient data looking at adding chemotherapy (drug treatment) to best supportive care. It gathered together information from all patients who took part in similar trials. These trials compared what happened to people with NSCLC who were given chemotherapy and best supportive care with those who only had best supportive care. We found that giving chemotherapy helped patients with advanced NSCLC to live longer.

Since this study was published, many new trials have been done. Therefore, we did a new systematic review and meta-analysis of individual patient data that included all trials, old and new. This study aimed to find out how much better chemotherapy as well as best supportive care was at helping patients to live longer. It also looked to see if new drugs were better or worse than older drugs, and if chemotherapy helps all types of patients.

We found that people with advanced NSCLC that had chemotherapy and best supportive care lived longer than those who had best supportive care. After 12 months, 29 out of every 100 who were given chemotherapy and best supportive care were alive compared to 20 out of every 100 who just had best supportive care.

Some patients and doctors may be concerned that the side effects of chemotherapy outweigh the benefits of receiving it. In this project we were unable to look at this in detail. However, three of the trials included in this project reported that for those patients who received chemotherapy, quality of life was either the same or better than those that did not receive chemotherapy.

This study showed that chemotherapy in addition to supportive care helped some patients to live longer, even the elderly and less fit.

The review was updated in 2012.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie et soins palliatifs versus soins palliatifs seuls pour le cancer bronchique non à petites cellules avancé

Contexte

Depuis notre méta-analyse de données individuelles de patients (DIP) sur les soins palliatifs et la chimiothérapie pour le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), publiée en 1995, de nombreux essais ont été réalisés.Nous avons réalisé une nouvelle méta-analyse des DIP pour étudier de nouveaux régimes et déterminer définitivement l'effet de la chimiothérapie. Cette revue a été mise à jour en 2012

Objectifs

Évaluer l'effet sur la survie des soins palliatifs et de la chimiothérapie versus les soins palliatifs seuls en cas de CBNPC  avancé.

Stratégie de recherche documentaire

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) publiés ou non publiés.Nous avons consulté des bases de données bibliographiques, des registres d'essais, des compte-rendus de conférences et des listes de références d'essais pertinents. Les recherches ont été terminées en août 2012.

Critères de sélection

Les essais devaient avoir commencé le 1er janvier 1965 ou après et devaient inclure des patients atteints de CBNPC ayant reçu soit de la chimiothérapie et des soins palliatifs, soit seulement des soins palliatifs. Les patients ne devaient pas avoir reçu de chimiothérapie ou avoir eu de tumeur maligne précédemment.

Recueil et analyse des données

Pour les essais inclus en 1995, nous avons cherché des suivis mis à jour. Pour les nouveaux essais, nous avons cherché les caractéristiques de survie et de conditions à l'inclusion pour tous les patients.Nous avons combiné les résultats des ECR pour calculer les hazard ratios (HR) individuels et combinés.

Résultats Principaux

Nous avons obtenu des données sur 2 714 patients, dans 16 ECR. Aucun nouvel essai n'a été identifié en 2012. Il y a eu 1 293 décès parmi les 1 399 patients assignés aux soins palliatifs et à la chimiothérapie et 1 240 parmi les 1 315 assignés aux soins palliatifs seuls.Les résultats ont montré un bénéfice significatif de la chimiothérapie (HR = 0,77 ; IC à 95% entre 0,71 et 0,83, P < 0,0001), ce qui équivaut à une augmentation relative de la survie de 23%, à une amélioration absolue de la survie de 9% à 12 mois, à une augmentation de la survie de 20% à 29% ou à une augmentation absolue de la survie médiane de 1,5 mois (de 4,5 mois à six mois). Ils n'a pas été clairement démontré que cet effet ait été influencé par les médicaments employés (P = 0,63) ni par le fait qu'ils aient été utilisés en monothérapie ou en polythérapie (P = 0,40). Malgré les modifications des données démographiques des patients, l'effet de la chimiothérapie dans les essais récents n'a pas été différent de celui des essais inclus précédemment (P = 0,77). Il n'y a pas eu de preuve évidente d'une différence de l'effet relatif de la chimiothérapie parmi les sous-groupes de patients. La qualité de vie n'a pas pu être formellement évaluée.

Conclusions des auteurs

Tous les essais présentaient une bonne qualité méthodologique, sans risque de biais. Cette méta-analyse de la chimiothérapie dans un cadre de soins palliatifs démontre que la chimiothérapie améliore la survie générale chez tous les patients atteints de CBNPC avancé. La chimiothérapie devrait être proposée aux patients dont l'était de santé est suffisamment bon et qui souhaitent s'y soumettre.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie et soins palliatifs versus soins palliatifs seuls pour le cancer bronchique non à petites cellules avancé

Chimiothérapie et soins palliatifs versus soins palliatifs seuls pour le cancer bronchique non à petites cellules avancé

Le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) est le type de cancer du poumon le plus courant. Si la tumeur s'est propagée du poumon à d'autres parties du corps (avancé), elle ne peut en général pas être soignée. Les médecins utilisent différents traitements pour prévenir ou soulager les symptômes et maintenir les patients en bonne santé plus longtemps. Cette sorte de traitement est parfois appelée meilleurs soins palliatifs.

En 1995, nous avons réalisé une revue systématique et une méta-analyse de données individuelles de patients concernant l'ajout de chimiothérapie (traitement médicamenteux) aux meilleurs soins palliatifs. Cette analyse rassemblait les informations issues de tous les patients ayant participé à des essais similaires. Ces essais comparaient l'effet chez des personnes atteintes de CBNPC se soumettant à de la chimiothérapie et recevant les meilleurs soins palliatifs et celles qui ne recevaient que les meilleurs soins palliatifs.Nous avons découvert que la chimiothérapie permettait aux patients atteints de CBNPC avancé de vivre plus longtemps.

Depuis que cette étude a été publiée, de nombreux nouveaux essais ont été réalisés. Nous avons donc effectué une nouvelle revue systématique et méta-analyse de données individuelles de patients incluant tous les essais, les anciens et les nouveaux. Cette étude visait à déterminer dans quelle mesure  la chimiothérapie et les meilleurs soins palliatifs aidaient les patients à vivre plus longtemps. Elle a également cherché à savoir si de nouveaux médicaments étaient plus ou moins bénéfiques que les anciens et si la chimiothérapie était favorable à tous les patients.

Nous avons découvert que les personnes atteintes de CBNPC avancé ayant reçu de la chimiothérapie et les meilleurs soins palliatifs vivaient plus longtemps que celles qui n'avaient reçu que les meilleurs soins palliatifs. À 12 mois, 29 patients sur 100 ayant reçu de la chimiothérapie et les meilleurs palliatifs étaient en vie, contre 20 patients sur 100 n'ayant reçu que les meilleurs soins palliatifs.

Certains patients et médecins peuvent être préoccupés par le fait que les effets secondaires de la chimiothérapie sont plus importants que les bénéfices de ce traitement. Dans ce projet, nous n'avons pas pu évaluer cette question en détail. Cependant, trois des essais inclus dans ce projet ont rapporté que pour les patients ayant reçu de la chimiothérapie, la qualité de vie était la même ou meilleure que pour les patients n'ayant pas reçu de chimiothérapie.

Cette étude a montré que la chimiothérapie associée à des soins palliatifs a permis à certains patients de vivre plus longtemps, même lorsqu'ils avaient un âge avancé et que leur état de santé était moins bon.

Cette revue a été mise à jour en 2012. 

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français