Intervention Review

You have free access to this content

Intraperitoneal local anaesthetic instillation versus no intraperitoneal local anaesthetic instillation for laparoscopic cholecystectomy

  1. Kurinchi Selvan Gurusamy1,*,
  2. Myura Nagendran2,
  3. Gian Piero Guerrini3,
  4. Clare D Toon4,
  5. Murat Zinnuroglu5,
  6. Brian R Davidson1

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 13 MAR 2014

Assessed as up-to-date: 14 MAR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD007337.pub3


How to Cite

Gurusamy KS, Nagendran M, Guerrini GP, Toon CD, Zinnuroglu M, Davidson BR. Intraperitoneal local anaesthetic instillation versus no intraperitoneal local anaesthetic instillation for laparoscopic cholecystectomy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 3. Art. No.: CD007337. DOI: 10.1002/14651858.CD007337.pub3.

Author Information

  1. 1

    Royal Free Campus, UCL Medical School, Department of Surgery, London, UK

  2. 2

    Department of Surgery, UCL Division of Surgery and Interventional Science, London, UK

  3. 3

    Ravenna Hospital, Department of Surgery, Ravenna, Italy

  4. 4

    West Sussex County Council, Public Health, Chichester, West Sussex, UK

  5. 5

    Physical Medicine and Rehabilitation/Algology and Clinical Neurophysiology, Gazi University Medical Faculty, Ankara, Turkey

*Kurinchi Selvan Gurusamy, Department of Surgery, Royal Free Campus, UCL Medical School, Royal Free Hospital, Rowland Hill Street, London, NW3 2PF, UK. k.gurusamy@ucl.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 13 MAR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Background

While laparoscopic cholecystectomy is generally considered less painful than open surgery, pain is one of the important reasons for delayed discharge after day surgery and overnight stay laparoscopic cholecystectomy. The safety and effectiveness of intraperitoneal local anaesthetic instillation in people undergoing laparoscopic cholecystectomy is unknown.

Objectives

To assess the benefits and harms of intraperitoneal instillation of local anaesthetic agents in people undergoing laparoscopic cholecystectomy.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, and Science Citation Index Expanded to March 2013 to identify randomised clinical trials of relevance to this review.

Selection criteria

We considered only randomised clinical trials (irrespective of language, blinding, or publication status) comparing local anaesthetic intraperitoneal instillation versus placebo, no intervention, or inactive control during laparoscopic cholecystectomy for the review with regards to benefits while we considered quasi-randomised studies and non-randomised studies for treatment-related harms.

Data collection and analysis

Two review authors collected the data independently. We analysed the data with both fixed-effect and random-effects models using Review Manager 5 analysis. For each outcome, we calculated the risk ratio (RR) or mean difference (MD) with 95% confidence intervals (CI).

Main results

We included 58 trials, of which 48 trials with 2849 participants randomised to intraperitoneal local anaesthetic instillation (1558 participants) versus control (1291 participants) contributed data to one or more of the outcomes. All the trials except one trial with 30 participants were at high risk of bias. Most trials included only low anaesthetic risk people undergoing elective laparoscopic cholecystectomy. Various intraperitoneal local anaesthetic agents were used but bupivacaine in the liquid form was the most common local anaesthetic used. There were considerable differences in the methods of local anaesthetic instillation including the location (subdiaphragmatic, gallbladder bed, or both locations) and timing (before or after the removal of gallbladder) between the trials. There was no mortality in either group in the eight trials that reported mortality (0/236 (0%) in local anaesthetic instillation versus 0/210 (0%) in control group; very low quality evidence). One participant experienced the outcome of serious morbidity (eight trials; 446 participants; 1/236 (0.4%) in local anaesthetic instillation group versus 0/210 (0%) in the control group; RR 3.00; 95% CI 0.13 to 67.06; very low quality evidence). Although the remaining trials did not report the overall morbidity, three trials (190 participants) reported that there were no intra-operative complications. Twenty trials reported that there were no serious adverse events in any of the 715 participants who received local anaesthetic instillation. None of the trials reported participant quality of life, return to normal activity, or return to work.

The effect of local anaesthetic instillation on the proportion of participants discharged as day surgery between the two groups was imprecise and compatible with benefit and no difference of intervention (three trials; 242 participants; 89/160 (adjusted proportion 61.0%) in local anaesthetic instillation group versus 40/82 (48.8%) in control group; RR 1.25; 95% CI 0.99 to 1.58; very low quality evidence). The MD in length of hospital stay was 0.04 days (95% CI -0.23 to 0.32; five trials; 335 participants; low quality evidence). The pain scores as measured by the visual analogue scale (VAS) were significantly lower in the local anaesthetic instillation group than the control group at four to eight hours (32 trials; 2020 participants; MD -0.99 cm; 95% CI -1.10 to -0.88 on a VAS scale of 0 to 10 cm; very low quality evidence) and at nine to 24 hours (29 trials; 1787 participants; MD -0.53 cm; 95% CI -0.62 to -0.44; very low quality evidence). Various subgroup analyses and meta-regressions to investigate the influence of the different local anaesthetic agents, different methods of local anaesthetic instillation, and different controls on the effectiveness of local anaesthetic intraperitoneal instillation were inconsistent.

Authors' conclusions

Serious adverse events were rare in studies evaluating local anaesthetic intraperitoneal instillation (very low quality evidence). There is very low quality evidence that it reduces pain in low anaesthetic risk people undergoing elective laparoscopic cholecystectomy. However, the clinical importance of this reduction in pain is unknown and likely to be small. Further randomised clinical trials of low risk of systematic and random errors are necessary. Such trials should include important clinical outcomes such as quality of life and time to return to work in their assessment.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Intra-abdominal local anaesthetic administration in people undergoing laparoscopic cholecystectomy

Background

About 10% to 15% of the adult western population have gallstones. Between 1% and 4% become symptomatic each year. Removal of the gallbladder (cholecystectomy) is the mainstay treatment for symptomatic gallstones. More than half a million cholecystectomies are performed per year in the US alone. Laparoscopic cholecystectomy (removal of gallbladder through a keyhole incision, also known as a port) is now the preferred method of cholecystectomy. While laparoscopic cholecystectomy is generally considered less painful than open surgery, pain is one the major reasons for delayed hospital discharge after laparoscopic cholecystectomy. Administration of local anaesthetics (drugs that numb part of the body, similar to the ones used by the dentist to prevent the people from feeling pain) into the tummy (abdomen) may be an effective way of decreasing the pain after laparoscopic cholecystectomy. However, the benefits and harms of intra-abdominal administration of local anaesthetics is unknown. We sought to answer these questions by reviewing the medical literature and obtaining information from randomised clinical trials with regards to benefits and other comparative study designs for treatment-related harms. When conducted correctly, randomised clinical studies provide the most accurate information on the best treatment. Two review authors searched the literature and obtained information from the studies thereby minimising errors.

Study characteristics

We identified 58 trials, of which 48 randomised clinical trials involving 2849 people undergoing laparoscopic cholecystectomy contributed data to one or more of the outcomes. Most participants in the trials were low anaesthetic risk people undergoing planned laparoscopic cholecystectomy. The choice of whether the participants received local anaesthetic agents (or not) was determined by a method similar to the toss of a coin so that the treatments compared were conducted in people who were as similar as possible.

Key results

There were no deaths in either group in eight trials (446 participants) that reported deaths. The studies reported very few or no serious complications in the groups. There were no local anaesthetic-related complications in nearly 1000 participants who received intra-abdominal local anaesthetic administration in the different trials that reported complications. None of the trials reported quality of life, the time taken to return to normal activity, or the time taken to return to work. The small differences in hospital stay between the two groups were imprecise. Pain scores were lower in the participants who received intra-abdominal local anaesthetic administration compared with those who received controls at four to eight hours and at nine to 24 hours as measured by the visual analogue scale (a chart that rates the amount of pain on a scale of 1 to 10).

Quality of evidence

Most of the trials were of high risk of bias, that means that there is possibility of arriving at wrong conclusions overestimating benefits or underestimating harms of one method or the other because of the way that the study was conducted. Overall, the quality of evidence was very low.

Conclusions

Serious adverse event rates were low in studies evaluating local anaesthetic intra-abdominal administration (very low quality evidence). There is very low quality evidence that local anaesthetic intra-abdominal administration reduces pain in low anaesthetic risk people undergoing planned laparoscopic cholecystectomy. However, the clinical importance of this reduction in pain is likely to be small.

Future research

Further trials are necessary. Such trials should include outcomes such as quality of life, the time taken to return to normal activity, and the time taken to return to work, which are important for the person undergoing laparoscopic cholecystectomy and the people who provide funds for the treatment.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Instillation intrapéritonéale d'anesthésique local par rapport à l'absence d'instillation intrapéritonéale d'anesthésique local pour la cholécystectomie laparoscopique

Contexte

Bien que la cholécystectomie laparoscopique soit généralement considérée comme moins douloureuse que la chirurgie ouverte, la douleur est l'un des principaux motifs d'une sortie retardée après la chirurgie ambulatoire et un séjour d'une nuit à l'hôpital suite à une cholécystectomie laparoscopique. L'innocuité et l'efficacité d'une l'instillation intrapéritonéale d'anesthésique local chez les personnes subissant une cholécystectomie laparoscopique ne sont pas connues.

Objectifs

Évaluer les bénéfices et les inconvénients de l'instillation intrapéritonéale d'agent anesthésique local chez les personnes subissant une cholécystectomie laparoscopique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et Science Citation Index Expanded jusqu'à mars 2013 pour identifier des essais cliniques randomisés pertinents pour cette revue.

Critères de sélection

Pour la revue, nous avons uniquement pris en compte les essais cliniques randomisés (indépendamment de la langue, de la mise en aveugle ou du statut de publication) comparant, en termes de bénéfices, une instillation intrapéritonéale d'anesthésique local par rapport à un placebo, à l'absence d'intervention ou à un contrôle inactif au cours de la cholécystectomie laparoscopique, alors que nous avons pris en compte les études quasi-randomisées et les études non randomisées pour les préjudices liés au traitement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont recueilli les données de façon indépendante. Nous avons analysé les données à l'aide des modèles de méta-analyses à effets fixes et à effets aléatoires en utilisant l'analyse Review Manager 5. Pour chaque critère de jugement, nous avons calculé le risque relatif (RR) ou la différence moyenne (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Nous avons inclus 58 essais, dont 48 essais avec 2 849 participants randomisés à l'instillation intrapéritonéale d'anesthésique local (1 558 participants) par rapport à un groupe témoin (1 291 participants) fournissaient des données pour un ou plusieurs des critères de jugement. Tous les essais, sauf un essai avec 30 participants, étaient à risque de biais élevé. La plupart des essais incluaient uniquement les personnes à faible risque anesthésique subissant une cholécystectomie laparoscopique élective. Divers agents anesthésiques locaux en intrapéritonéale ont été utilisés, mais la bupivacaïne sous forme liquide était l'anesthésique local le plus couramment utilisé. Il y avait des différences considérables entre les essais dans les méthodes d'instillation d'anesthésique local, y compris l'emplacement (sub-diaphragmatique, le lit vésiculaire, ou les deux sites) et le moment (avant ou après l'ablation de la vésicule biliaire). Aucune mortalité n'a été déclarée dans aucun des groupes des huit essais qui avaient rendu compte de la mortalité (0 / 236 (0 %) dans le groupe d'instillation d'anesthésique local par rapport à 0 / 210 (0 %) dans le groupe témoin; preuves de très faible qualité). Un participant a été notifié dans le critère de jugement relatif à la morbidité grave (huit essais ; 446 participants ; 1 / 236 (0,4 %) dans le groupe d'instillation d'anesthésique local par rapport à 0 / 210 (0 %) dans le groupe témoin; RR 3,00 ; IC à 95 % 0,13 à 67,06; preuves de très faible qualité). Bien que les autres essais n'aient pas rendu compte de la morbidité globale, trois essais (190 participants) ont rapporté qu'il n'y avait pas de complications peropératoires. Vingt essais indiquaient qu'il n'y avait aucun effet indésirable grave chez aucun des 715 participants ayant reçu une instillation d'anesthésique local. Aucun des essais ne rendait compte de la qualité de vie des participants, de la reprise des activités normales ou du retour au travail.

L'effet de l'instillation d'anesthésique local entre les deux groupes sur la proportion de participants ayant subi une chirurgie ambulatoire était imprécis et compatible avec un bénéfice et aucune différence sur l'intervention (trois essais ; 242 participants ; 89 / 160 (proportion ajustée 61,0 %) dans le groupe d'instillation d'anesthésique local de groupe par rapport à 40 / 82 (48,8 %) dans le groupe témoin; RR 1,25; IC à 95 % 0,99 à 1,58 ; preuves de très faible qualité). La DM de la durée du séjour hospitalier était de 0,04 jour (IC à 95 % -0,23 à 0,32; cinq essais; 335 participants; preuves de faible qualité). Les scores de la douleur mesurés par l'échelle visuelle analogue (EVA) étaient significativement plus bas dans le groupe d'instillation d'anesthésique local que dans le groupe témoin de 4 à 8 heures (32 essais ; 2 020 participant ; DM -0,99 cm; IC à 95 % -1,10 à -0,88 sur une échelle EVA de 0 à 10 cm; preuves de très faible qualité) et de 9 à 24 heures (29 essais; 1 787 participants; DM -0,53 cm; IC à 95% -0,62 à -0,44; preuves de très faible qualité). Les diverses analyses de sous-groupes et de méta-régressions étudiant l'influence des différents anesthésiques locaux, les différentes méthodes d'administration d'anesthésique local et les différents groupes témoins sur l'efficacité de l'instillation intrapéritonéale d'anesthésique local, étaient contradictoires.

Conclusions des auteurs

Les effets indésirables graves étaient rares dans les études évaluant l'instillation intrapéritonéale d'anesthésique local (preuves de très faible qualité). Des preuves de très faible qualité montrent que l'instillation réduit la douleur chez les personnes à faible risque anesthésique subissant une cholécystectomie laparoscopique élective. Cependant, l'importance clinique de cette réduction de la douleur est inconnue et susceptible d'être de petite taille. D'autres essais cliniques randomisés à faible risque d'erreurs systématiques et aléatoires sont nécessaires. De tels essais devraient inclure dans leur évaluation des résultats cliniques importants, tels que la qualité de vie et le délai de retour au travail.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

L'administration intra-abdominale d'anesthésique local chez les personnes subissant une cholécystectomie laparoscopique

Contexte

Environ 10 % à 15 % de la population adulte occidentale souffre de calculs biliaires. Entre 1 et 4 % deviennent symptomatiques chaque année. L'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est le pilier du traitement pour les calculs biliaires symptomatiques. Plus d'un demi-million de cholécystectomies sont effectuées chaque année uniquement aux États-Unis. La cholécystectomie laparoscopique (ablation de la vésicule biliaire à l'aide de grosses aiguilles, également connue sous le nom de trocarts) est aujourd'hui la méthode de cholécystectomie préférée. Tandis que la cholécystectomie laparoscopique est généralement considérée comme moins douloureuse que la chirurgie ouverte, la douleur est l'une des principales raisons expliquant une sortie d'hôpital retardée après une cholécystectomie laparoscopique. L'administration d'anesthésiques locaux (médicaments qui insensibilisent une partie du corps, similaires à ceux utilisés par le dentiste pour que les personnes ne ressentent pas la douleur) dans le ventre (abdomen) pourrait être un moyen efficace pour réduire la douleur après une cholécystectomie laparoscopique. Cependant, les bénéfices et les inconvénients de l'administration intra-abdominale d'anesthésique local ne sont pas connus. Nous avons cherché à répondre à ces questions en passant en revue la littérature médicale et en obtenant des informations issues d'essais cliniques randomisés en termes de bénéfices et d'autres plans d'étude comparative pour les douleurs liées au traitement. Lorsqu'elles sont menées correctement, les études cliniques randomisées fournissent des informations très précises sur le meilleur traitement. Deux auteurs de la revue ont consulté la littérature et obtenu des informations issues des études afin de minimiser les erreurs.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons identifié 58 essais, dont 48 essais cliniques randomisés portant sur 2 849 personnes subissant une cholécystectomie laparoscopique ont fourni des données pour un ou plusieurs des critères de jugement. Dans les essais, la plupart des participants subissant une cholécystectomie laparoscopique programmée étaient à faible risque anesthésique. Une méthode similaire à un tirage au sort déterminait si le participant recevait un agent anesthésique local (ou non), de sorte que les traitements étaient comparés parmi des patients qui étaient aussi similaires que possible.

Résultats principaux

Aucun décès n'était rapporté dans aucun des groupes de huit essais (446 participants) qui rapportaient la mortalité. Les études rapportaient très peu ou pas de complications graves dans les groupes. Dans les différents essais qui avaient rendu compte des complications, il n'y avait pas de complication liée à un anesthésique local chez près de 1 000 participants qui recevaient l'administration intra-abdominale d'anesthésique local. Aucun des essais n'a rapporté la qualité de vie, le temps nécessaire à la reprise des activités normales, ou le temps nécessaire pour le retour au travail. Les petites différences en termes de séjour à l'hôpital entre les deux groupes étaient imprécises. Les scores de la douleur étaient inférieurs chez les participants ayant reçu l'administration intra-abdominale d'anesthésique local par rapport aux groupes témoins de 4 à 8 heures et de 9 à 24 heures, tels que mesurés par l'échelle visuelle analogique (une représentation graphique qui évalue la quantité de la douleur sur une échelle de 1 à 10).

Qualité des preuves

La plupart des essais étaient à risque de biais élevé, ce qui peut conduire à des conclusions erronées en surestimant les bénéfices ou en sous-estimant les inconvénients d'une méthode par rapport à une autre en raison de la manière dont une étude a été réalisée. La qualité globale des preuves était très faible.

Conclusions

Les taux d'effets indésirables graves étaient faibles dans les études évaluant l'administration intra-abdominale d'anesthésique local (preuves de très faible qualité). Des preuves de très faible qualité montrent que l'administration intra-abdominale d'anesthésique local réduit la douleur chez les personnes à faible risque anesthésique subissant une cholécystectomie laparoscopique programmée. Cependant, l'importance clinique de cette réduction de la douleur est probablement faible.

Les recherches futures

D'autres essais sont nécessaires. De tels essais devraient inclure des critères de jugement tels que la qualité de vie, le temps nécessaire à la reprise des activités normales et le temps nécessaire pour le retour au travail, qui sont importants pour la personne subissant une cholécystectomie laparoscopique et les personnes qui fournissent des fonds pour le traitement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

比較有無進行腹膜內局部麻醉劑注射對腹腔鏡膽囊切除術術後的止痛效果

背景

儘管一般認為腹腔鏡膽囊切除術 (laparoscopic cholecystectomy) 的疼痛程度低於開腹手術,但對可於手術當日或隔日出院的患者而言,疼痛仍是使他們延遲出院時間的重要原因之一。腹膜內局部麻醉劑 (intraperitoneal local anaesthetic) 注射,對接受腹腔鏡膽囊切除術患者的安全性和療效不明。

目的

評估腹膜內局部麻醉劑注射,對接受腹腔鏡膽囊切除術患者的效益和傷害。

搜尋策略

我們搜尋截至2013年3月為止的考科藍對照試驗中央註冊 (Cochrane Central Register of Controlled Trials, CENTRAL)、MEDLINE、EMBASE 和科學引用文獻索引 (Science Citation Index Expanded),尋找適合納入本次文獻回顧的隨機臨床試驗。

選擇標準

關於腹膜內局部麻醉劑注射的效益,本次文獻回顧僅納入隨機臨床試驗 (不論語言、盲性或發表狀態),收錄針對接受腹腔鏡膽囊切除術患者,比較腹膜內局部麻醉劑注射與安慰劑注射、無介入措施或消極處理對照之療效的試驗;至於治療引致傷害的探究,則納入半隨機試驗 (quasi-randomised study) 和非隨機試驗。

資料收集與分析

由2位文獻回顧作者獨立收集資料。採Review Manager 5分析,以固定效果 (fixed-effect) 和隨機效果 (random-effect) 模式進行資料分析。計算每項結果的風險比 (RR) 或平均差 (MD),以及95%信賴區間 (CI)。

主要結果

本次文獻回顧納入58篇試驗,其中48篇試驗共計有2849名受試者接受隨機分配,進入腹膜內局部麻醉劑注射組 (1558名受試者) 和對照組 (1291名受試者),提供1項以上的結果資料。除了1篇含30名受試者的試驗外,所有試驗的偏差風險均偏高。我們所納入的試驗,大多僅收錄接受選擇性腹腔鏡膽囊切除術的低麻醉風險患者。這些試驗使用各種腹膜內局部麻醉劑,其中以液態劑型的bupivacaine最為常見。各項試驗採用的局部麻醉劑注射方式,具有相當大的差異,包括位置 (橫膈膜下方、膽囊床或兩者)和時間 (摘除膽囊之前或之後)。在8篇通報死亡率的試驗中,並無治療組出現死亡病例 (局部麻醉劑注射組為0/236 [0%],對照組為0/210 [0%],證據品質極低)。有1名受試者出現嚴重發病的結果 (8篇試驗;446名受試者;局部麻醉劑注射組為1/236 [0.4%],對照組為0/210 [0%];RR為3.00;95% CI為0.13至67.06;證據品質極低)。雖然其餘試驗並未通報整體發病率,但有3篇試驗 (190名受試者) 指出手術中並未發生併發症。有20篇試驗表示715名接受局部麻醉劑注射的受試者中,無人發生嚴重不良事件。並無試驗提及生活品質、恢復正常活動或恢復工作的時間。

至於注射局部麻醉劑對手術當日出院之患者比例的影響,2治療組的結果並不明確且療效相似,不同介入措施的結果亦無差異 (3篇試驗;242名受試者;局部麻醉劑注射組為89/160 [調整後比例為61.0%],對照組為40/82 [48.8%];RR為1.25;95% CI為0.99至1.58;證據品質極低)。住院日數MD為0.04日 (95% CI為 -0.23至0.32;5篇試驗;335名受試者;證據品質低)。於4至8小時 (32篇試驗;2020名受試者;MD為 -0.99 cm;95% CI為 -1.10至 -0.88 [採用0至10 cm 的VAS量表])和9至24小時 (29篇試驗;1787名受試者;MD為 -0.53 cm;95% CI為 -0.62至 -0.44;證據品質極低) 時,使用視覺類比量表 (visual analogue scale, VAS) 測得的疼痛分數,局部麻醉劑注射組顯著低於對照組。曾進行各項子群體分析與統合迴歸分析 (meta-regressions),探究各種局部麻醉劑、各種局部麻醉劑注射方式,以及各種對照組對腹膜內局部麻醉劑注射的療效影響,但未得到一致性的結果。

作者結論

在評估腹膜內局部麻醉劑注射的試驗中,罕見嚴重不良事件 (證據品質極低)。雖有試驗指出,腹膜內局部麻醉劑注射可降低接受選擇性腹腔鏡膽囊切除術,且麻醉風險偏低患者的疼痛程度,但證據品質極低。無論如何,此種止痛方式的疼痛降低幅度,對臨床的重要性不明而且可能只有些微效果。未來仍必須進行系統性和隨機誤差 (random error) 風險偏低的隨機臨床試驗。此類試驗應將重要的臨床結果納入評估,例如生活品質和恢復工作的時間。

 

淺顯易懂的口語結論

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

腹腔鏡膽囊切除術患者的腹腔內局部麻醉劑注射

背景

在西方國家,約有10%至15%的成人患有膽結石,每年約有1%至4%的患者出現症狀。對有症狀的膽結石患者而言,摘除膽囊 (膽囊切除術) 是唯一可以選擇的治療方法。僅僅美國一個國家,每年就要進行50萬次以上的膽囊切除術。腹腔鏡膽囊切除術 (透過鑰匙孔切口 [keyhole incision,也稱為開口 (port)] 切除膽囊),為目前較常用來切除膽囊的手術式。儘管一般認為腹腔鏡膽囊切除術的疼痛程度低於開腹手術,但疼痛仍是使接受腹腔鏡膽囊切除術患者延遲出院的主要原因之一。在施行腹腔鏡膽囊切除術後,將局部麻醉劑 (可使部分身體失去感覺的藥物,類似牙醫師用來為患者止痛的藥物) 注入患者肚子 (腹部),可能可以有效減輕疼痛。不過在腹腔內注入局部麻醉劑的療效和傷害不明。我們希望能藉由回顧醫學文獻、自隨機臨床試驗取得療效相關資訊,並自其他比較性試驗瞭解治療相關傷害的資訊,解決這些疑問。若能適當執行,隨機臨床試驗可提供關於最適當治療的正確資訊。由2位文獻回顧作者負責搜尋文獻,並取得試驗的相關資訊,以便盡量降低誤差。

試驗特色

本次文獻回顧納入58篇試驗,其中48篇試驗共計有2849名受試者接受隨機分配,進入腹膜內局部麻醉劑注射組 (1558名受試者) 和對照組 (1291名受試者),提供1項以上的結果資料。大部分試驗的受試者,皆為接受預定腹腔鏡膽囊切除術的低麻醉風險患者。研究者採用和拋銅板類似的方法,決定某位受試者是否接受局部麻醉劑注射,因此進行比較的治療組,所納入的患者,特性幾乎相同。

重要結果

有8篇試驗 (446名受試者) 提及死亡結果,所有治療組皆無患者死亡。本次文獻回顧所納入的試驗,各治療組皆極少或並未 發生嚴重併發症。在通報併發症的各項試驗中,共計約有1000名受試者接受腹腔內局部麻醉劑注射,並無受試者出現局部麻醉劑引起的併發症。並無試驗提及生活品質、恢復正常活動的時間,或恢復工作的時間。2治療組間的住院時間雖有些微差距,但並不明確。使用視覺類比量表 (在1至10 cm的量尺上評量疼痛程度的量表) 測量疼痛分數,結果顯示於4至8小時和9至24小時,腹腔內局部麻醉劑注射組患者的疼痛分數低於對照組患者。

證據品質

大部分試驗具高偏差風險,表示可能因試驗的執行方式而得到錯誤的結論、高估某種治療法的療效或低估其傷害。整體而言,證據品質極低。

結論

在腹腔內局部麻醉劑注射的評估試驗中,嚴重不良事件的發生率偏低 (證據品質極低)。關於「在腹腔內注射局部麻醉劑,可減輕接受預定腹腔鏡膽囊切除術之低麻醉風險患者的疼痛程度」此點,證據品質極低。無論如何,此種止痛方式的疼痛降低幅度,可能僅具有些微的臨床重要性。

未來的研究

必須進行進一步研究。此類試驗應包含諸如生活品質、恢復正常活動的時間,和恢復工作的時間等結果,這些結果對接受腹腔鏡膽囊切除術的患者,以及提供治療經費的人非常重要。

譯註


翻譯者:臺北醫學大學實證醫學研究中心。
本翻譯計畫由衛生福利部補助經費,臺北醫學大學實證醫學研究中心、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行。