Intervention Review

You have free access to this content

Surgical versus non-surgical management of abdominal injury

  1. Angela Oyo-Ita1,*,
  2. Udey G Ugare2,
  3. Ikpeme A Ikpeme2

Editorial Group: Cochrane Injuries Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 31 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007383.pub2

How to Cite

Oyo-Ita A, Ugare UG, Ikpeme IA. Surgical versus non-surgical management of abdominal injury. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD007383. DOI: 10.1002/14651858.CD007383.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Calabar Teaching Hospital, Department of Community Health, Calabar, Nigeria

  2. 2

    University of Calabar Teaching Hospital, Department of Surgery, Calabar, Cross River State, Nigeria

*Angela Oyo-Ita, Department of Community Health, University of Calabar Teaching Hospital, PMB 1278, Calabar, Nigeria. oyo_ita@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Injury to the abdomen can be blunt or penetrating. Abdominal injury can damage internal organs such as the liver, spleen, kidneys, and intestine. There are controversies about the best approach to manage abdominal injuries.

Objectives

To assess the effects of surgical and non-surgical interventions in the management of abdominal trauma.

Search methods

We searched the Cochrane Injuries Group's Specialised Register, CENTRAL (The Cochrane Library 2012, issue 1), MEDLINE, PubMed, EMBASE, ISI Web of Science: Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED), and ISI Web of Science: Conference Proceedings Citation Index-Science (CPCI-S) all until January 2012; CINAHL until January 2009. We also searched the reference lists of all eligible studies and the trial registers www.controlled-trials.com and www.clinicaltrials.gov in January 2012.

Selection criteria

Randomised controlled trials of surgical and non surgical interventions among patients with abdominal injury who are haemodynamically stable and with no signs of peritonitis.

Data collection and analysis

Two review authors independently applied the search criteria. One study involving participants with penetrating abdominal injury met the inclusion criteria. Data were extracted by two authors using a standard data extraction form.

Main results

One study including 51 participants with moderate risk of bias was included. Participants were randomised to surgery or an observation protocol. There were no deaths among the participants. Seven participants had complications; 5 (18.5%) in the surgical group and 2 (8.3%) in the non-surgical group; the difference was not statistically significant (p = 0.42; Fischer's exact). Among the 27 who had surgery six (22.2%) surgeries were negative laparotomies, and 15 (55.6%) were non-therapeutic.

Authors' conclusions

Based on the findings of one study involving 51 participants, which was at moderate risk of bias, there is no evidence to support the use of surgery over observation for people with abdominal trauma.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Surgery versus observation for people with abdominal injury

Injury to the abdomen is common and can be blunt from road traffic crashes or falls; or penetrating from gun shots or stabbing. These injuries are usually associated with injury to the abdominal organs such as the liver, spleen, kidneys, intestine and its covering. Massive bleeding or leakage of abdominal content into the abdominal cavity can occur which may threaten a patient's life. Physical examination of patients, though the most accurate method of assessing people, is insufficient to determine the extent of damage. Surgical interventions have the propensity to increase morbidity and cost of care. There are reports that injuries can be missed even when surgery is carried out.

Letting a person naturally heal from their injury (observation) or suggesting hospital bed rest (known as selective non-operative management (SNOM)) are ways to manage abdominal trauma so long as the patient has no sign of internal bleeding or abdominal infection (peritonitis).

The authors of this review sought to identify every study where people with an abdominal injury were randomised to surgery or observation. The authors searched a variety of medical databases but only identified one study including 51 people. The study was conducted in Finland between 1992 and 1994 and involved people with penetrating abdominal injuries. None of the people in the study died, and there was no difference in the number of people with medical complications between the study groups. People who were observed were in the hospital for fewer days, and the cost of their care was less than those randomised to receive surgery. The review authors considered the study to be at moderate risk of bias since only part of the randomisation process was described and the study protocol was not available to enable full assessment of overall quality. One of the harms mentioned by the study authors was that surgery was performed on some patients who did not actually need it. Unnecessary surgery can potentially subject people to infection and medical error.

Based on the findings of one small study, there is no evidence to support the use of surgery over observation for people with abdominal trauma so long as they show no signs of bleeding or infection.

The authors recommend that future randomised controlled studies clearly report the type of injury, number of damaged organs, extent of damage of internal organs, and complications in the people included.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prise en charge chirurgicale versus non-chirurgicale des blessures abdominales

Contexte

Les blessures à l'abdomen peuvent être fermées ou pénétrantes. Les blessures abdominales peuvent endommager des organes internes tels que le foie, la rate, les reins et l'intestin. Il existe une controverse quant à la meilleure approche pour la prise en charge des blessures abdominales.

Objectifs

Évaluer les effets des interventions chirurgicales et non chirurgicales dans la prise en charge des traumatismes abdominaux.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures, ainsi que dans CENTRAL (The Cochrane Library 2012, numéro 1), MEDLINE, PubMed, EMBASE, ISI Web of Science : Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) et ISI Web of Science : Conference Proceedings Citation Index-Science (CPCI-S), tous jusqu'à janvier 2012 ; CINAHL jusqu'à janvier 2009. Nous avons également passé au crible les références bibliographiques de toutes les études éligibles et les registre d'essais www.controlled-trials.com et www.clinicaltrials.gov en janvier 2012.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés d'interventions chirurgicales et non chirurgicales chez des patients présentant une blessure abdominale qui sont hémodynamiquement stables et sans signe de péritonite.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment appliqué les critères de recherche. Une étude portant sur des participants atteints de lésions abdominales pénétrantes répondait aux critères d'inclusion. Deux auteurs ont extrait les données à l'aide d'un formulaire standard d'extraction de données.

Résultats Principaux

Une étude incluant 51 participants présentant un risque modéré de biais a été incluse. Les participants avaient été randomisés entre la chirurgie et un protocole d'observation. Il n'y avait pas eu de décès parmi les participants. Sept participants avaient souffert de complications, 5 (18,5 %) dans le groupe chirurgical et 2 (8,3 %) dans le groupe non chirurgical ; la différence n'était pas statistiquement significative (P = 0,42 ; exact de Fischer). Parmi les 27 personnes qui avaient été opérées, six (22,2 %) procédures étaient des laparotomies négatives et 15 (55,6 %) étaient non-thérapeutiques.

Conclusions des auteurs

Les résultats d'une seule petite étude, incluant 51 participants et à risque modéré de biais, n'étayent pas l'utilisation de la chirurgie en place de l'observation pour les personnes souffrant d'un traumatisme abdominal.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prise en charge chirurgicale versus non-chirurgicale des blessures abdominales

Chirurgie versus observation pour les personnes souffrant d'une blessure abdominale

Les blessures à l'abdomen sont fréquentes et peuvent être fermées si elles sont causées par des accidents de la circulation ou des chutes, ou pénétrantes si elles sont le résultat de coups de feu ou de coups de couteau. Ces blessures sont généralement associées à des lésions d'organes abdominaux tels que le foie, la rate, les reins, l'intestin et son enveloppe. Il peut se produire une puissante hémorragie ou une fuite massive du contenu abdominal dans la cavité abdominale susceptibles de menacer la vie du patient. L'examen physique des patients, qui est pourtant la méthode la plus précise pour évaluer leur état, ne permet pas de déterminer l'étendue des dégâts. Les interventions chirurgicales ont une propension à accroitre la morbidité et le coût des soins. Des cas ont été rapportés où des blessures ont été manquées alors même qu'une opération avait été réalisée.

Laisser la personne guérir naturellement de ses blessures (observation) ou lui suggérer de rester au repos à l'hôpital (prise en charge non-chirurgicale sélective) sont des modes de prise en charge des traumatismes abdominaux aussi longtemps que le patient ne présente aucun signe d'hémorragie interne ou d'infection abdominale (péritonite).

Les auteurs de cette revue ont cherché à identifier toutes les études où des personnes ayant une blessure abdominale ont été randomisées entre chirurgie et observation. Les auteurs ont cherché dans diverses bases de données médicales, mais n'ont identifié qu'une seule étude incluant 51 personnes. L'étude avait été menée en Finlande entre 1992 et 1994 et portait sur des personnes ayant des lésions abdominales pénétrantes. Aucune des personnes participant à l'étude n'était morte, et il n'y avait pas de différence entre les groupes d'étude pour ce qui est du nombre de personnes souffrant de complications médicales. Les personnes en observation étaient restées moins de jours à l'hôpital, et le coût de leur prise en charge avait été moindre que pour ceux randomisés à la chirurgie. Les auteurs de la revue ont considéré que l'étude était à risque modéré de biais parce qu'une partie seulement du processus de randomisation était décrite et que le protocole de l'étude n'était pas disponible pour permettre une évaluation complète de la qualité globale. Un des préjudices mentionnés par les auteurs de l'étude était que certains patients avaient subi une opération chirurgicale alors qu'ils ne la nécessitaient pas réellement. Les opérations inutiles sont susceptibles d'exposer les personnes à des infections et à des erreurs médicales.

Les résultats d'une seule petite étude n'étayent pas l'utilisation de la chirurgie en place de l'observation pour les personnes souffrant d'un traumatisme abdominal, aussi longtemps qu'il n'y a pas de signe d'hémorragie ou d'infection.

Les auteurs recommandent que les futures études contrôlées randomisées rendent clairement compte, pour chaque personne incluse, du type de blessure, du nombre d'organes atteints, de l'étendue des dommages aux organes internes et des complications.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�