Intervention Review

Retroperitoneal drainage versus no drainage after pelvic lymphadenectomy for the prevention of lymphocyst formation in patients with gynaecological malignancies

  1. Kittipat Charoenkwan*,
  2. Chumnan Kietpeerakool

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 20 JAN 2010

Assessed as up-to-date: 12 JUN 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD007387.pub2

How to Cite

Charoenkwan K, Kietpeerakool C. Retroperitoneal drainage versus no drainage after pelvic lymphadenectomy for the prevention of lymphocyst formation in patients with gynaecological malignancies. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No.: CD007387. DOI: 10.1002/14651858.CD007387.pub2.

Author Information

  1. Faculty of Medicine, Chiang Mai University, Department of Obstetrics and Gynecology, Chiang Mai, Thailand

*Kittipat Charoenkwan, Department of Obstetrics and Gynecology, Faculty of Medicine, Chiang Mai University, 110 Intawaroros Road, Chiang Mai, 50200, Thailand. kittipat.c@cmu.ac.th.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 20 JAN 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Pelvic lymphadenectomy is associated with significant complications including lymphocyst formation and related morbidities. Retroperitoneal drainage using suction drains has been recommended as a method to prevent such complications. However, this policy has been challenged by the findings from recent studies.

Objectives

To assess the effects of retroperitoneal drainage versus no drainage after pelvic lymphadenectomy on lymphocyst formation and related morbidities in gynaecological cancer patients.

Search methods

We searched the Cochrane Gynaecological Cancer Specialised Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, Issue 2, 2009) in The Cochrane Library, electronic databases (MEDLINE, EMBASE), and the citation lists of relevant publications. The latest searches were performed on 14 May 2009.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) that compared the effect of retroperitoneal drainage versus no drainage after pelvic lymphadenectomy in gynaecological cancer patients. Retroperitoneal drainage was defined as placement of passive or active suction drains in pelvic retroperitoneal spaces. No drainage was defined as no placement of passive or active suction drains in pelvic retroperitoneal spaces.

Data collection and analysis

We assessed studies using methodological quality criteria. For dichotomous data, we calculated risk ratios (RRs) and 95% confidence intervals (CIs). We examined continuous data using weighted mean difference (WMD) and 95% CI.

Main results

Considering the short-term outcomes (within four weeks after surgery), retroperitoneal drainage was associated with a comparable rate of overall lymphocyst formation when all methods of pelvic peritoneum management were considered together (two studies, 204 patients; RR 0.76, 95% CI 0.04 to 13.35). When the pelvic peritoneum was left open, the rates of overall lymphocyst formation (one study, 110 patients; RR 2.29, 95% CI 1.38 to 3.79), and symptomatic lymphocyst formation (one study, 137 patients; RR 3.25, 95% CI 1.26 to 8.37) were higher in the drained group. At 12 months after surgery, the rates of overall lymphocyst formation were comparable between the groups (one study, 232 patients; RR 1.48, 95% CI 0.89 to 2.45). However, there was a trend toward increased risk of symptomatic lymphocyst formation in the group with drains (one study, 232 patients; RR 7.12, 95% CI 0.89 to 56.97).

Authors' conclusions

Placement of retroperitoneal tube drains has no benefit in prevention of lymphocyst formation after pelvic lymphadenectomy in patients with gynaecological malignancies. When the pelvic peritoneum is left open, the tube drain placement is associated with a higher risk of short and long-term symptomatic lymphocyst formation.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Drains versus no drains after pelvic lymphadenectomy to prevent lymphocyst formation in patients with gynaecological cancer

Pelvic lymphadenectomy, the procedure to remove lymph nodes surrounding major blood vessels in the pelvis, is an important component of the surgical management of gynaecological cancers. However, it can lead to complications, especially lymphocyst formation (collection of lymphatic fluid in the pelvis) and its related consequences such as leg swelling, blockage of the ureter, pelvic pain, clot formation in the leg and pelvic vein, bowel motility disorder, and infection. Without clear evidence, placement of suction drains to remove lymphatic fluid that accumulates in the operative area between the peritoneum and the posterior abdominal wall has been traditionally recommended to prevent such complications. The aim of this review is to compare the effects of drains versus no drain in preventing lymphocyst formation following pelvic lymphadenectomy. The review includes four good quality clinical trials in its final analysis. The participants were primarily those who had cancer of the cervix and endometrium, with only one study also including patients with cancer of the ovary. The findings have demonstrated that placement of suction drains is not effective in preventing lymphocysts, especially when the peritoneum (pelvic lining) is left open. In fact, such practice increases the risk of short and long-term lymphocyst formation with related symptoms.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Drainage rétropéritonéal contre absence de drainage après une lymphadénectomie pelvienne pour prévenir la formation de lymphocèles chez les patientes atteintes d'un cancer gynécologique

Contexte

La lymphadénectomie pelvienne est associée à des complications significatives qui comprennent la formation de lymphocèles et des morbidités connexes. Le drainage rétropéritonéal au moyen de drains d'aspiration a été recommandé afin de prévenir de telles complications. Cependant, les résultats de récentes études appellent à remettre en question cette pratique.

Objectifs

Évaluer les effets du drainage rétropéritonéal par rapport à l'absence de drainage, après une lymphadénectomie pelvienne, sur la formation de lymphocèles et les morbidités connexes chez les patientes atteintes d'un cancer gynécologique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du Groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, numéro 2, 2009), des bases de données électroniques (MEDLINE et EMBASE) et les bibliographies de publications pertinentes. Les dernières recherches ont été effectuées le 14 mai 2009.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant les effets du drainage rétropéritonéal par rapport à l'absence de drainage après une lymphadénectomie pelvienne chez des patientes atteintes d'un cancer gynécologique. Le drainage rétropéritonéal était défini comme la mise en place de drains d'aspiration passifs ou actifs dans les espaces rétropéritonéaux pelviens. L'absence de drainage était définie comme la non mise en place de drains d'aspiration passifs ou actifs dans les espaces rétropéritonéaux pelviens.

Recueil et analyse des données

Les études ont été évaluées à l'aide de critères de qualité méthodologique. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 %. Les données continues ont été examinées en utilisant la différence moyenne pondérée (DMP) et les IC à 95 %.

Résultats Principaux

En ce qui concerne les résultats à court terme (au cours des quatre semaines suivant la chirurgie), le drainage rétropéritonéal était associé à un taux comparable de formation de lymphocèles globale lorsque toutes les méthodes de prise en charge du péritoine pelvien étaient analysées ensemble (deux études, 204 patientes ; RR 0,76, IC à 95% entre 0,04 et 13,35). Lorsque le péritoine pelvien était laissé ouvert, le taux de formation de lymphocèles globale (une étude, 110 patientes ; RR 2,29, IC à 95 % entre 1,38 et 3,79), et le taux de formation de lymphocèles symptomatiques (une étude, 137 patientes ; RR 3,25, IC à 95 % entre 1,26 et 8,37) étaient supérieurs dans le groupe de drainage. Douze mois après l'intervention chirurgicale, les taux de formation de lymphocèles globale étaient comparables entre les groupes (une étude, 232 patientes ; RR 1,48, IC à 95% entre 0,89 et 2,45). Cependant, une tendance à la hausse du risque de formation de lymphocèles symptomatiques était observée dans le groupe de drainage (une étude, 232 patientes ; RR 7,12, IC à 95% entre 0,89 et 56,97).

Conclusions des auteurs

La mise en place d'un drainage rétropéritonéal par tube ne procure aucun avantage dans la prévention de la formation de lymphocèles après une lymphadénectomie pelvienne chez les patientes atteintes d'un cancer gynécologique. Lorsque le péritoine pelvien est laissé ouvert, la mise en place d'un drainage par tube est associée à un risque accru de formation de lymphocèles symptomatiques à court et long terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Drainage rétropéritonéal contre absence de drainage après une lymphadénectomie pelvienne pour prévenir la formation de lymphocèles chez les patientes atteintes d'un cancer gynécologique

Drains contre absence de drains après une lymphadénectomie pelvienne pour prévenir la formation de lymphocèles chez les patientes souffrant d'un cancer gynécologique

La lymphadénectomie pelvienne, intervention qui consiste à retrancher les ganglions lymphatiques entourant les principaux vaisseaux sanguins dans le bassin, est un élément important de la prise en charge chirurgicale des cancers gynécologiques. Elle peut cependant conduire à des complications. Il s'agit en particulier de la formation de lymphocèles (poches de liquide lymphatique dans le bassin) et de ses conséquences connexes telles que le gonflement des jambes, l'obstruction de l'uretère, des douleurs pelviennes, la formation de caillots dans une jambe ou une veine pelvienne, des troubles de la motilité intestinale et une infection. Afin de prévenir ces complications, on recommande traditionnellement, sans que cela ne repose sur des éléments probants, la mise en place de drains d'aspiration pour évacuer le liquide lymphatique qui s'accumule dans la zone d'intervention entre le péritoine et la paroi abdominale postérieure. Le but de cette revue est de comparer les effets du drainage par rapport à l'absence de drainage pour prévenir la formation de lymphocèles à la suite d'une lymphadénectomie pelvienne. Dans son analyse finale, la revue comprend quatre essais cliniques de bonne qualité. Les participantes étaient principalement des patientes atteintes d'un cancer du col de l'utérus et de l'endomètre. Seule une étude incluait également des patientes souffrant d'un cancer de l'ovaire. Les résultats ont démontré que la mise en place de drains d'aspiration n'est pas efficace pour prévenir les lymphocèles, particulièrement lorsque le péritoine (membrane pelvienne) est laissé ouvert. En réalité, cette pratique accroît le risque de formation de lymphocèles à court et long terme, ainsi que de symptômes connexes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 27th March, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux