Intervention Review

Neoadjuvant chemotherapy plus surgery versus surgery for cervical cancer

  1. Larysa Rydzewska1,*,
  2. Jayne Tierney1,
  3. Claire L Vale2,
  4. Paul R Symonds3

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 22 OCT 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007406.pub3


How to Cite

Rydzewska L, Tierney J, Vale CL, Symonds PR. Neoadjuvant chemotherapy plus surgery versus surgery for cervical cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD007406. DOI: 10.1002/14651858.CD007406.pub3.

Author Information

  1. 1

    MRC Clinical Trials Unit at UCL, Meta-analysis Group, London, UK

  2. 2

    MRC Clinical Trials Unit, Meta-analysis Group, London, UK

  3. 3

    Leicester Royal Infirmary, Department of Oncology, Leicester, UK

*Larysa Rydzewska, Meta-analysis Group, MRC Clinical Trials Unit at UCL, Aviation House, 125 Kingsway, London, WC2B 6NH, UK. l.rydzewska@ucl.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 12 DEC 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

A previous systematic review found that giving neoadjuvant chemotherapy before surgery improved survival compared with radiotherapy. However, the role of neoadjuvant chemotherapy followed by surgery versus surgery alone is still unclear.

Objectives

To assess the role of neoadjuvant chemotherapy in women with early or locally-advanced cervical cancer.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library) (to Issue 8, 2012), MEDLINE (OVID) (to Aug 2012), LILACS (to Aug 2012), Physician's Data Query (PDQ) (to Aug 2012). We sought both published and unpublished trials and undertook systematic searches of a number of trial sources with no restrictions.

Selection criteria

Randomised trials comparing neoadjuvant chemotherapy with surgery in women with early or locally-advanced cervical cancer who had not undergone any prior treatment likely to interfere with the treatment comparison. Trials giving radical radiotherapy for inoperable tumours and/or post-operative radiotherapy were also eligible. The primary outcome was overall survival (OS). Secondary outcomes were progression-free survival (PFS), local and distant recurrence, rates of resection and surgical morbidity.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted and checked data from trial reports, Depending on the type of outcome, trial hazard ratios (HRs) and odds ratios (ORs) were obtained or estimated from trial reports, or sought from trial investigators.

Main results

Six trials (1078 women) were identified for inclusion in this updated review. All six trials provided data on OS (1071 women) and PFS (1027 women). Data on resection rates and pathological response were only available for five trials (908 to 940 women) and data on recurrence were only available for four trials (737 women). Both OS (HR 0.77, 95% confidence interval (CI) 0.62 to 0.96, P = 0.02) and PFS (HR 0.75, 95% CI 0.61 to 0.93, P = 0.008) were significantly improved with neoadjuvant chemotherapy. The estimate for local recurrence was in favour of neoadjuvant chemotherapy (OR 0.67, 95% CI 0.45 to 0.99, P = 0.04), although heterogeneity was observed. The result was no longer significant when the random-effects model was used (OR 0.60, 95% CI 0.32 to 1.12, P = 0.11). Whilst not significant, estimates for distant recurrence (OR 0.72, 95% CI 0.45 to 1.14, P = 0.16) and rates of resection (OR 1.55, 95% CI 0.96 to 2.50, P = 0.07) tended to favour neoadjuvant chemotherapy, although heterogeneity was observed. Exploratory analyses of pathological response showed a significant decrease in adverse pathological findings with neoadjuvant chemotherapy (OR 0.54, 95% CI 0.40 to 0.73, P = < 0.0001 for lymph node status; OR 0.58, 95% CI 0.41 to 0.82, P = 0.002 for parametrial infiltration) which, despite substantial heterogeneity, was still significant when the random-effects model was used. There were also no differences in the effect of neoadjuvant chemotherapy on survival according to total cisplatin dose, chemotherapy cycle length or by cervical cancer stage.

Authors' conclusions

Both OS and PFS were improved with neoadjuvant chemotherapy. Although the effects were less clear on all other pre-specified outcomes, they all tended to be in favour of neoadjuvant chemotherapy. Whilst these results appear to indicate that neoadjuvant chemotherapy may offer a benefit over surgery alone for women with early-stage or locally-advanced cervical cancer, the evidence is based on only a small number of trials, and further research may be warranted.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chemotherapy given before surgery, compared with surgery alone for women with cervical cancer

Around the world, cervical cancer is the second most common cancer in women. In some countries, screening (with smear tests) has reduced the number of women with cervical cancer, but large numbers of women still die from the disease every year.

Where the cancer has not spread outside the cervix (early-stage disease) women may have an operation to remove it by taking out the cervix, womb, the fallopian tubes, and maybe other nearby tissues (radical surgery). Or they might have treatment with x-rays (radical radiotherapy). Both of these treatments have been shown to be as good as each other. If the tumour is bigger, or has spread to tissues around the cervix (locally-advanced disease) women may also receive chemotherapy (drug treatment) at the same time as radiotherapy (chemoradiation).

Giving chemotherapy before radical surgery (neoadjuvant chemotherapy) might shrink the tumour. This may make surgery easier and help to remove any tiny tumours that cannot be easily seen. A previous review found that women getting chemotherapy before radical surgery lived longer than women who got radical radiotherapy. However, we do not know whether giving chemotherapy before radical surgery is better than radical surgery on its own.

This review found six trials that included 1078 women. Using information from the trials, we found that giving chemotherapy before surgery helped women to live longer and also to live longer without cancer. It was not clear whether chemotherapy made radical surgery easier or helped to stop the cancer from coming back. The type of drugs used, and how they were given, did not affect the results. Also, results were similar in women with both early stage and more advanced stages of disease.

In one trial, all of the women also had radiotherapy after surgery (post-operative radiotherapy). In the other trials, up to two thirds of women got this post-operative radiotherapy. We are not sure how this extra treatment affects the results. It may also give women more side-effects.

Although neoadjuvant chemotherapy seems to help women with cervical cancer live for longer and also to live for longer without disease, the results are based on only a small number of trials. If new drugs or new combinations of drugs show promising results, it may be worth doing more trials with these new treatments of neoadjuvant chemotherapy before surgery.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie néoadjuvante avec chirurgie versus chirurgie dans le cancer du col de l'utérus

Contexte

Une précédente revue systématique a déterminé que l'administration d'une chimiothérapie néoadjuvante avant la chirurgie améliorait la survie par rapport à une radiothérapie. Toutefois, le rôle d'une chimiothérapie néoadjuvante suivie d'une chirurgie comparée à une chirurgie seule reste indéterminé.

Objectifs

Évaluer le rôle d'une chimiothérapie néoadjuvante chez les femmes atteintes d'un cancer précoce ou localement avancé du col de l'utérus.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library) (jusqu'au numéro 8, 2012), MEDLINE (OVID) (jusqu'en août 2012), LILACS (jusqu'en août 2012), Physician's Data Query (PDQ) (jusqu'en août 2012). Nous avons recherché des essais publiés et non publiés et effectué des recherches systématiques de plusieurs sources d'essais, sans aucune restriction.

Critères de sélection

Des essais randomisés comparant une chimiothérapie néoadjuvante à une chirurgie chez des femmes atteintes d'un cancer précoce ou localement avancé du col de l'utérus et qui n'avaient suivi aucun traitement préalable susceptible d'interférer avec la comparaison de ces traitements. Les essais administrant une radiothérapie radicale et/ou une radiothérapie postopératoire dans les cas de tumeurs inopérables étaient aussi éligibles. Le critère de jugement principal était la survie globale (SG). Les critères de jugement secondaires étaient la survie sans progression (SSP), la récidive locale et distante, les taux de résection et la morbidité chirurgicale.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait et vérifié les données issues des rapports d'essais. Selon le type de critère de jugement, les hazard ratios (HR) et les odds ratios (OR) des essais ont été obtenus ou estimés à partir des rapports d'essais ou demandés aux investigateurs des essais.

Résultats Principaux

Six essais (1 078 femmes) ont été identifiés en vue de leur inclusion dans cette revue mise à jour. L'ensemble de ces six essais fournissaient des données sur la SG (1 071 femmes) et la SSP (1 027 femmes). Les données concernant les taux de résection et la réponse pathologique étaient uniquement disponibles pour cinq essais (908 à 940 femmes) et les données concernant la récidive étaient uniquement disponibles pour quatre essais (737 femmes). La SG (HR 0,77, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,62 à 0,96, P = 0,02) et la SSP (HR 0,75, IC à 95 % 0,61 à 0,93, P = 0,008) s'étaient significativement améliorées grâce à la chimiothérapie néoadjuvante. L'estimation d'une récidive locale favorisait la chimiothérapie néoadjuvante (OR 0,67, IC à 95 % 0,45 à 0,99, P = 0,04), malgré la présence d'une certaine hétérogénéité. Ce résultat n'était plus significatif lors de l'utilisation d'un modèle à effets aléatoires (OR 0,60, IC à 95 % 0,32 à 1,12, P = 0,11). Bien qu'elles ne soient pas significatives, les estimations d'une récidive distante (OR 0,72, IC à 95 % 0,45 à 1,14, P = 0,16) et les taux de résection (OR 1,55, IC à 95 % 0,96 à 2,50, P = 0,07) semblaient favoriser la chimiothérapie néoadjuvante, malgré la présence d'une certaine hétérogénéité. Des analyses exploratoires de la réponse pathologique montraient une baisse significative des résultats pathologiques indésirables avec la chimiothérapie néoadjuvante (OR 0,54, IC à 95 % 0,40 à 0,73, P = < 0,0001 pour l'état des ganglions lymphatiques ; OR 0,58, IC à 95 % 0,41 à 0,82, P = 0,002 pour une infiltration paramétriale) qui, malgré une hétérogénéité substantielle, était toujours significative lors de l'utilisation d'un modèle à effets aléatoires. Il n'y avait également aucune différence concernant les effets de la chimiothérapie néoadjuvante sur la survie en fonction de la dose totale de cisplatine, de la durée du cycle de la chimiothérapie ou du stade du cancer du col de l'utérus.

Conclusions des auteurs

La SG et la SSP étaient améliorées grâce à la chimiothérapie néoadjuvante. Bien que les effets soient moins clairs sur l'ensemble des autres résultats pré-spécifiés, tous semblaient favoriser la chimiothérapie néoadjuvante. Alors que ces résultats semblent indiquer que la chimiothérapie néoadjuvante peut être bénéfique par rapport à la chirurgie seule chez les femmes atteintes d'un cancer précoce ou localement avancé du col de l'utérus, les preuves se basent uniquement sur un nombre limité d'essais et d'autres recherches peuvent être nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie néoadjuvante avec chirurgie versus chirurgie dans le cancer du col de l'utérus

Comparaison d'une chimiothérapie administrée avant une chirurgie à une chirurgie seule chez les femmes atteintes du cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes. Dans certains pays, le dépistage (par frottis) a diminué le nombre de cas de cancer du col de l'utérus, mais beaucoup de femmes décèdent de cette maladie chaque année.

Dans les cas où le cancer ne s'est pas étendu au de-là du col de l'utérus (stade précoce de la maladie), les femmes peuvent subir une intervention chirurgicale visant à le retirer en procédant à l'ablation du col de l'utérus, de l'utérus, des trompes de Fallope, voire d'autres tissus avoisinants (chirurgie radicale). Sinon, elles ont la possibilité de suivre un traitement par radiographie (radiothérapie radicale). Ces deux traitements se sont révélés être aussi efficaces l'un que l'autre. Si la taille de la tumeur est plus importante ou qu'elle s'est étendue aux tissus entourant le col de l'utérus (maladie localement avancée), les femmes peuvent aussi suivre une chimiothérapie (traitement médicamenteux) en même temps que la radiothérapie (radiochimiothérapie).

Le fait de suivre une chimiothérapie avant une chirurgie radicale (chimiothérapie néoadjuvante) peut permettre de réduire la tumeur. Ceci peut favoriser le bon déroulement de la chirurgie et le retrait d'une tumeur de petite taille difficilement visible. Une revue précédente a déterminé que les femmes suivant une chimiothérapie avant une chirurgie radicale vivaient plus longtemps que celles traitées par radiothérapie radicale. Toutefois, nous ignorons si un traitement par chimiothérapie avant une chirurgie radicale est plus efficace qu'une chirurgie radicale seule.

La présente revue a identifié six essais incluant 1 078 femmes. À l'aide des informations issues des essais, nous avons trouvé que l'administration d'une chimiothérapie avant une chirurgie permettait aux femmes de vivre plus longtemps, mais aussi de vivre plus longtemps sans cancer. Nous ignorons si la chimiothérapie facilitait le déroulement d'une chirurgie radicale ou contribuait à stopper toute récidive du cancer. Les types de médicaments administrés et leurs méthodes d'administration n'influaient pas sur les résultats. Aussi, les résultats étaient identiques chez les femmes à des stades précoces et plus avancés de la maladie.

Dans un essai, toutes les femmes suivaient une radiothérapie après la chirurgie (radiothérapie postopératoire). Dans les autres essais, jusqu'à deux tiers des femmes bénéficiaient de cette radiothérapie postopératoire. Nous ignorons dans quelle mesure ce traitement supplémentaire influe sur les résultats. Il peut contenir davantage d'effets secondaires pour les femmes.

Bien qu'une chimiothérapie néoadjuvante semble prolonger la durée de vie des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus, mais aussi prolonger leur durée de vie sans la maladie, les résultats se basent uniquement sur un petit nombre d'essais. Si de nouveaux médicaments ou de nouvelles associations de médicaments montrent des résultats prometteurs, il peut être utile de réaliser d'autres essais avec ces nouveaux traitements de chimiothérapie néoadjuvante avant la chirurgie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 27th March, 2014
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�