Intervention Review

You have free access to this content

Maintenance chemotherapy for ovarian cancer

  1. Ling Mei1,
  2. Hui Chen1,
  3. Dong Mei Wei1,
  4. Fang Fang1,*,
  5. Guan J Liu2,
  6. Huan Yu Xie3,
  7. Xun Wang1,
  8. Juan Zou1,
  9. Xu Han1,
  10. Dan Feng1

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 29 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 21 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007414.pub3


How to Cite

Mei L, Chen H, Wei DM, Fang F, Liu GJ, Xie HY, Wang X, Zou J, Han X, Feng D. Maintenance chemotherapy for ovarian cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD007414. DOI: 10.1002/14651858.CD007414.pub3.

Author Information

  1. 1

    West China Second University Hospital, West China Women's and Children's Hospital, Department of Obstetrics and Gynecology, Chengdu, Sichuan, China

  2. 2

    West China Hospital, Sichuan University, Chinese Cochrane Centre, Chinese Evidence-Based Medicine Centre, Chengdu, Sichuan, China

  3. 3

    People's Hospital of Deyang City, Department of Obstetrics and Gynecology, Deyang, Sichuan, China

*Fang Fang, Department of Obstetrics and Gynecology, West China Second University Hospital, West China Women's and Children's Hospital, No. 17, Section Three, Ren Min Nan Lu Avenue, Chengdu, Sichuan, 610041, China. ffmn59@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 29 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Epithelial ovarian cancer accounts for about 90% of all cases of ovarian cancer. Debulking surgery and six courses of platinum-based chemotherapy results in complete clinical remission (CCR) in up to 75% of cases. However, 75% of the responders will relapse within a median time of 18 to 28 months and only 20% to 40% of women will survive beyond five years. It has been suggested that maintenance chemotherapy could assist in prolonging remission. To date, there has not been a systematic review on the impact of maintenance chemotherapy for epithelial ovarian cancer.

Objectives

To assess the effectiveness and toxicity of maintenance chemotherapy for epithelial ovarian cancer and to evaluate the impact on quality of life (QoL).

Search methods

In the original review we searched the Cochrane Gynaecological Cancer Review Group Specialised Register, The Cochrane Central Register of Controlled Trails (CENTRAL, The Cochrane Library 2009, Issue 1), MEDLINE, EMBASE, PubMed, CBMdisc, CNKI and VIP (to May 2009). We collected information from ongoing trials, checked reference lists of published articles and consulted experts in the field. For this update, the searches were extended to October 2012.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) comparing maintenance chemotherapy with no further intervention, maintenance radiotherapy or other maintenance therapy.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trials for eligibility and quality and extracted data. We analysed overall survival (OS) and progression-free survival (PFS) rates as dichotomous variables. Toxicity and QoL data were extracted where present. All analyses were based on intention-to-treat (ITT) on the endpoint of survival. We also analysed data by subgroups of drugs.

Main results

We included eight trials (1644 women). When all chemotherapy regimens were combined, meta-analysis indicated no significant difference in three-, five- and 10-year OS or PFS. For five-year OS, the combined risk ratio (RR) was 1.03 (95% confidence interval (CI) 0.96 to 1.10) and for the five-year PFS, the combined RR was 1.06 (95% CI 0.97 to 1.17). Results were very similar when trials of different regimens were analysed. Comparing chemotherapy with radiotherapy, only the RR for 10-year PFS in pathological complete remission (PCR) was in favour of whole abdominal radiotherapy 0.51 (95% CI 0.27 to 1.00), while three- and five-year OS rates have no significant difference between the two groups.

Authors' conclusions

There is no evidence to suggest that the use of platinum agents, doxorubicin or paclitaxel used as maintenance chemotherapy is more effective than observation alone. Further investigations regarding the effect of paclitaxel used as maintenance chemotherapy are required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Maintenance chemotherapy for ovarian cancer

Of all the gynaecological cancers, ovarian cancer has the highest death rate and epithelial ovarian cancer accounts for about 90% of all cases. Surgery and six courses of platinum-based chemotherapy is the standard treatment and 75% of the women may not have any evidence of disease at the end of this treatment. However, 75% of the women who respond to initial treatment will relapse within 18 to 28 months and only 20% to 40% of all women will survive beyond five years.

Some doctors suggest giving maintenance chemotherapy for epithelial ovarian cancer. Maintenance chemotherapy refers to the chemotherapy given to women who have achieved remission after initial surgery and induction chemotherapy.The aim of maintenance chemotherapy is to prolong the duration of remission and improve the overall length of survival. Some studies indicate that maintenance chemotherapy can improve the time without cancer progression, while others do not show any effect. The aim of this review was to establish whether using maintenance chemotherapy is better than observation alone for women with epithelial ovarian cancer. We identified eight trials that used different types of chemotherapy (e.g. platinum agents, doxorubicin, topotecan or paclitaxel) but there was not sufficient evidence to prove any of the drugs were better than observation alone.

An important consideration for women with advanced disease is the balance between the benefit of treatment and the harms or adverse effects that these treatments may cause. There were insufficient data to comment on the overall impact of the maintenance chemotherapy on clinical benefit from the women's perspective.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie d'entretien pour le cancer de l'ovaire

Contexte

Le cancer épithélial de l'ovaire représente près de 90 % de tous les cas de cancer ovarien. La chirurgie de réduction tumorale et six cycles de chimiothérapie à base de platine conduisent à la rémission clinique complète (RCC) chez jusqu'à 75 % des cas. Cependant, 75 % des répondeurs rechutent après 18 à 28 mois en moyenne, et seulement 20 à 40 % des femmes survivent au-delà de cinq ans. Il a été suggéré que la chimiothérapie d'entretien peut aider à prolonger la rémission. À ce jour, il n'existe aucune revue systématique portant sur les effets de la chimiothérapie d'entretien pour le cancer épithélial de l'ovaire.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et la toxicité de la chimiothérapie d'entretien pour le cancer épithélial de l'ovaire, ainsi que les effets sur la qualité de vie.

Stratégie de recherche documentaire

Dans la revue d'origine, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du Groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 1, 2009), ainsi que dans MEDLINE, EMBASE, PubMed, CBMdisc, CNKI et VIP (jusqu'à mai 2009). Nous avons recueilli des informations provenant d'essais en cours, examiné les références bibliographiques des articles publiés et consulté les spécialistes du domaine. Pour cette mise à jour, nous avons étendu les recherches jusqu'en octobre 2012.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la chimiothérapie d'entretien sans autre intervention, la radiothérapie d'entretien ou une autre thérapie d'entretien.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont évalué la qualité et l'éligibilité des essais et extrait les données de manière indépendante. La survie globale et la survie sans progression ont été analysées en tant que variables dichotomiques. Les données relatives à la toxicité et à la qualité de vie ont été extraites lorsqu'elles étaient présentes. Toutes les analyses étaient faites sur l'intention de traiter (ITT) à partir du critère de jugement de survie. Les données ont aussi été analysées par sous-groupes de médicaments.
 

Résultats Principaux

Huit essais ont été inclus (1644 femmes). Lorsque tous les schémas chimiothérapeutiques étaient combinés, la méta-analyse n'indiquait aucune différence significative concernant la survie globale et la survie sans progression à 3, 5 et 10 ans. Pour la survie globale à 5 ans, le risque relatif (RR) combiné était de 1,03 (intervalle de confiance (IC) à 95 % entre 0,96 et 1,10) et de 1,06 pour la survie sans progression à 5 ans (IC à 95 % entre 0,97 et 1,17). Les résultats étaient très similaires quand les essais portant sur différents schémas étaient analysés. En comparant la chimiothérapie avec la radiothérapie, seul le RR de survie sans progression à 10 ans en rémission pathologique complète était favorable à la radiothérapie abdominale intégrale 0,51 (IC à 95 % entre 0,27 et 1,00), tandis que les taux de survie globale à 3 et 5 ans n'affichaient aucune différence significative entre les deux groupes.

Conclusions des auteurs

Aucune preuve n'indique que l'utilisation d'agents à base de platine, de paclitaxel ou de doxorubicine en tant que chimiothérapie d'entretien est plus efficace que l'observation seule. D'autres recherches portant sur l'effet du paclitaxel utilisé en tant que chimiothérapie d'entretien sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie d'entretien pour le cancer de l'ovaire

Chimiothérapie d'entretien pour le cancer de l'ovaire

De tous les cancers gynécologiques, le cancer de l'ovaire est celui qui présente le taux de mortalité le plus élevé. En outre, le cancer épithélial de l'ovaire représente près de 90 % de tous les cas de cancer ovarien. La chirurgie et six cycles de chimiothérapie à base de platine constituent le traitement classique. À la suite de ce traitement, 75 % des femmes peuvent ne plus avoir aucune trace de la maladie. Cependant, 75 % des femmes répondant au traitement initial rechutent dans les 18 à 28 mois, et seulement 20 à 40 % de toutes les femmes survivent au-delà de cinq ans.

Certains médecins proposent l'administration d'une chimiothérapie d'entretien pour le cancer épithélial de l'ovaire. La chimiothérapie d'entretien fait référence à la chimiothérapie administrée aux femmes en phase de rémission après la chirurgie initiale et la chimiothérapie d'induction. Le but de ce type de chimiothérapie est de prolonger la durée de rémission et d'améliorer la durée de survie globale. Certaines études indiquent que la chimiothérapie d'entretien peut accroître le laps de temps sans progression du cancer, tandis que d'autres ne signalent aucun effet. L'objectif de cette revue était de déterminer si l'utilisation d'une chimiothérapie d'entretien est préférable à l'observation seule des femmes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire. Huit essais ont été identifiés. Ils avaient recours à différents types de chimiothérapie (par exemple, des agents à base de platine, doxorubicine,  paclitaxel ou topotécane), mais l'insuffisance de preuves ne permettait pas de démontrer que l'un des médicaments l'emportait sur l'observation seule.

L'équilibre entre le bénéfice du traitement et les effets délétères ou indésirables que ces médicaments peuvent provoquer constitue une considération importante pour les femmes souffrant de la maladie à un stade avancé. Les données étaient trop peu nombreuses pour formuler des observations à l'égard des effets de la chimiothérapie d'entretien sur le bénéfice clinique, du point de vue des patientes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 27th March, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux