Intervention Review

You have free access to this content

Corticosteroids as adjuvant therapy for ocular toxoplasmosis

  1. Smitha Jasper1,
  2. Satyanarayana S Vedula2,
  3. Sheeja S John1,
  4. Saban Horo1,
  5. Yasir J Sepah3,
  6. Quan Dong Nguyen3,*

Editorial Group: Cochrane Eyes and Vision Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 11 OCT 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007417.pub2


How to Cite

Jasper S, Vedula SS, John SS, Horo S, Sepah YJ, Nguyen QD. Corticosteroids as adjuvant therapy for ocular toxoplasmosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD007417. DOI: 10.1002/14651858.CD007417.pub2.

Author Information

  1. 1

    Christian Medical College, Department of Ophthalmology, Vellore, Tamil Nadu, India

  2. 2

    Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland, USA

  3. 3

    University of Nebraska Medical Center, Stanley M. Truhlsen Eye Institute, Omaha, Nebraska, USA

*Quan Dong Nguyen, Stanley M. Truhlsen Eye Institute, University of Nebraska Medical Center, Omaha, Nebraska, USA. quan.nguyen@unmc.edu.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Ocular infestation with Toxoplasma gondii, a parasite, may result in inflammation in the retina, choroid, and uvea and consequently lead to complications such as glaucoma, cataract, and posterior synechiae.

Objectives

The objective of this systematic review was to assess the effects of adjunctive use of corticosteroids for ocular toxoplasmosis.

Search methods

We searched CENTRAL (which contains the Cochrane Eyes and Vision Group Trials Register) (The Cochrane Library 2012, Issue 9), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE, (January 1950 to October 2012), EMBASE (January 1980 to October 2012), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (January 1982 to October 2012), the metaRegister of Controlled Trials (mRCT) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). We searched the reference lists of included studies for any additional studies not identified by the electronic searches. We did not use any date or language restrictions in the electronic searches for trials. We last searched the electronic databases on 11 October 2012.

Selection criteria

We planned to include randomized and quasi-randomized controlled trials. Eligible trials would have enrolled participants of any age who were immunocompetent and were diagnosed with active ocular toxoplasmosis. Included trials would have compared anti-parasitic therapy plus corticosteroids versus anti-parasitic therapy alone, or different doses or times of initiation of corticosteroids.

Data collection and analysis

Two authors independently screened titles and abstracts retrieved from the electronic searches. We retrieved full-text articles of studies categorized as 'unsure' or 'include' after review of the abstracts. Two authors independently reviewed each full-text article. Discrepancies were resolved through discussion.

Main results

The electronic searches retrieved 368 titles and abstracts. We reviewed 20 full-text articles. We identified no trials eligible for inclusion in this systematic review.

Authors' conclusions

Although research has identified wide variation in practices regarding use of corticosteroids, our systematic review did not identify evidence from randomized controlled trials for the role of corticosteroids in the management of ocular toxoplasmosis. Several questions remain unanswered by well-conducted randomized trials in this context, including whether use of corticosteroids is more effective than use of anti-parasitic therapy alone, when corticosteroids should be initiated in the treatment regimen (early versus late course of treatment), and which dosage and duration of steroid use is best. These questions are easily amenable to research using a randomized controlled design and they are ethical due to the absence of evidence to support or discourage use of corticosteroids for this condition. The question of foremost importance, however, is whether they should be used as adjunct therapy (that is, additional) to anti-parasitic agents.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Corticosteroids for toxoplasma infestation in the eye

Infestation with Toxoplasma gondii, a parasite, occurs in different body tissues including the eye. It occurs in people throughout the world. The main animal that hosts the organism is the cat, but its principal source is unknown. The parasite is transmitted through ingestion of under-cooked meat and food or drinking water contaminated with cat feces. The disease in the eye has a wide spectrum of presentation, ranging from no symptoms to severe visual impairment. The usual mode of treatment involves administration of anti-parasitic agents. Sometimes corticosteroids are used to supplement anti-parasitic agents with the goal of decreasing the intensity of tissue damage. In this review, we examined evidence on whether using corticosteroids in addition to anti-parasitic agents is more effective than anti-parasitic agents alone.

We searched multiple electronic databases for trials evaluating the use of corticosteroids in the management of toxoplasma infestation of the eye. We found no randomized controlled trials to support the use of corticosteroids in addition to anti-parasitic agents for toxoplasma infestation of the eye. Further research is needed and should focus on generating evidence to support regular use of corticosteroids in the management of patients with ocular toxoplasmosis, the dosage, duration of use and time of initiation during the course of anti-parasitic treatment. Outcomes relevant to patients, such as time to recovery from signs and symptoms of visual impairment, should be assessed in future trials addressing this question.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Utilisation de corticostéroïdes comme traitement adjuvant de la toxoplasmose oculaire

Contexte

L'infestation oculaire par Toxoplasma gondii, un parasite, peut provoquer une inflammation de la rétine, de la choroïde, de l'uvée et peut par conséquent entraîner des complications telles que le glaucome, la cataracte, et les synéchies postérieures.

Objectifs

L'objectif de cette revue systématique était d'évaluer les effets de l'adjonction de corticostéroïdes dans le traitement de la toxoplasmose oculaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'ophtalmologie, La Bibliothèque Cochrane 2012, numéro 9), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1950 à octobre 2012), EMBASE (de janvier 1980 à octobre 2012), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à octobre 2012), Meta Register of Controlled Trials (mRCT,www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov(www.clinicaltrials.gov) et dans le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP,www.who.int/ictrp/search/en). Nous avons effectué des recherches dans les références bibliographiques des études retenues pour trouver d'éventuelles études supplémentaires non identifiées par les recherches électroniques. Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date dans nos recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 11 octobre 2012.

Critères de sélection

Nous avions prévu d'inclure les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés. Les essais retenus devaient avoir recruté des participants de tout âge, immunocompétents et chez lesquels une toxoplasmose oculaire active avait été diagnostiquée. Les essais retenus devaient avoir comparé un traitement antiparasitaire associé à des corticostéroïdes à un traitement antiparasitaire en monothérapie, ou différentes doses de corticostéroïdes ou différents moments de début d'adjonction des corticostéroïdes.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont travaillé indépendamment pour passer au crible les titres et résumés identifiés par les recherches électroniques. Après avoir analysé les résumés, des textes intégraux d'articles pour des études classées comme « incertaine » ou « à inclure » ont été extraits. Deux auteurs ont analysé de façon indépendante les articles extraits. Les différents d'opinions ont été résolues par discussion.

Résultats Principaux

Les recherches électroniques ont permi d'extraire 368 titres et résumés, parmi lesquels 20 manuscrits complets ont été examinés. Nous n'avons retenu aucun essai dans cette revue systématique.

Conclusions des auteurs

Bien que la recherche ait révélé des variations considérables dans les pratiques d'utilisation des corticostéroïdes, cette revue systématique n'a pas mis en évidence de preuves issues d'essais contrôlés randomisés sur le rôle des corticostéroïdes dans la prise en charge de la toxoplasmose oculaire. Plusieurs questions demeurent sans réponse par manque d'essais randomisés bien menés sur le sujet ; on ignore notamment si l'utilisation de corticostéroïdes est plus efficace que le traitement antiparasitaire en monothérapie, à quel moment les corticostéroïdes doivent commencer à être utilisés dans le schéma thérapeutique (utilisation précoce ou tardive) et quelles dose et durée d'utilisation des stéroïdes sont les plus indiquées. Ces questions se prêtent facilement à des recherches en organisant des essais contrôlés randomisés et ils est déontologiquement acceptable de mener ces essais en raison de l'absence de preuves pour recommander ou déconseiller l'utilisation de corticostéroïdes pour cette affection. La question primordiale, toutefois, est de savoir si les corticostéroïdes doivent être utilisés comme traitement d'appoint (c'est-à-dire additionnel) à des médicaments antiparasitaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Utilisation de corticostéroïdes comme traitement adjuvant de la toxoplasmose oculaire

Utilisation de corticostéroïdes dans le traitement de la toxoplasmose de l'œil

L'infestation par Toxoplasma gondii, un parasite, se produit dans différents tissus du corps, y compris dans l'œil. Toutes les régions du monde peuvent être touchées. Le principal animal hôte du parasite est le chat, mais on ignore toujours quel est le principal réservoir de T.gondii. Le parasite se transmet lors de l'ingestion de viande trop peu cuite et d'aliments ou d'eau potable contaminés par des excréments de chats. La maladie oculaire peut se présenter sous des formes multiples allant de l'absence de symptômes à une déficience visuelle grave. Le mode de traitement habituel comprend l'administration de médicaments antiparasitaires. Les corticostéroïdes sont parfois utilisés pour compléter ce traitement, dans le but de réduire l'intensité des lésions tissulaires. Dans cette revue, nous avons examiné les preuves permettant de déterminer si l'utilisation de corticostéroïdes en complément des antiparasitaires est plus efficace que l'utilisation d'antiparasitaires en monothérapie.

Nous avons effectué des recherches dans plusieurs bases de données électroniques pour trouver des essais évaluant l'utilisation de corticostéroïdes dans la prise en charge de l'infestation toxoplasmique de l'œil. Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisé pour promouvoir l'utilisation de corticostéroïdes en complément des antiparasitaires pour le traitement de la toxoplasmose de l'œil. D'autres recherches sont nécessaires et devraient avoir pour objectif de réunir des preuves favorables à l'utilisation systématique de corticostéroïdes dans la prise en charge des patients atteints de toxoplasmose oculaire et de déterminer la dose, la durée d'utilisation et le moment du démarrage optimaux au cours du traitement antiparasitaire. Des critères de jugement pertinents pour les patients, tels que le délai d'amélioration des signes et symptômes de déficience visuelle, devront être évalués dans les futurs essais qui aborderont cette question.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.