Get access

Mobile phone messaging for facilitating self-management of long-term illnesses

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Long-term illnesses affect a significant proportion of the population in developed and developing countries. Mobile phone messaging applications, such as Short Message Service (SMS) and Multimedia Message Service (MMS), may present convenient, cost-effective ways of supporting self-management and improving patients' self-efficacy skills through, for instance, medication reminders, therapy adjustments or supportive messages.

Objectives

To assess the effects of mobile phone messaging applications designed to facilitate self-management of long-term illnesses, in terms of impact on health outcomes and patients' capacity to self-manage their condition. Secondary objectives include assessment of: user evaluation of the intervention; health service utilisation and costs; and possible risks and harms associated with the intervention.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL,The Cochrane Library 2009, Issue 2), MEDLINE (OvidSP) (January 1993 to June 2009), EMBASE (OvidSP) (January 1993 to June 2009), PsycINFO (OvidSP) (January 1993 to June 2009), CINAHL (EbscoHOST) (January 1993 to June 2009), LILACS (January 1993 to June 2009) and African Health Anthology (January 1993 to June 2009).

We also reviewed grey literature (including trial registers) and reference lists of articles.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs), quasi-randomised controlled trials (QRCTs), controlled before-after (CBA) studies, or interrupted time series (ITS) studies with at least three time points before and after the intervention. We selected only studies where it was possible to assess the effects of mobile phone messaging independent of other technologies or interventions.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed all studies against the inclusion criteria, with any disagreements resolved by a third review author. Study design features, characteristics of target populations, interventions and controls, and results data were extracted by two review authors and confirmed by a third. Primary outcomes of interest were health outcomes as a result of the intervention and capacity to self-manage long-term conditions. We also considered patients' and providers' evaluation of the intervention, perceptions of safety, health service utilisation and costs, and potential harms or adverse effects. The included studies were heterogeneous in type of condition addressed, intervention characteristics and outcome measures. Therefore, a meta-analysis to derive an overall effect size for the main outcome categories was not considered justified and findings are presented narratively.

Main results

We included four randomised controlled trials involving 182 participants.

For the primary outcome of health outcomes, including physiological measures, there is moderate quality evidence from two studies involving people with diabetes showing no statistical difference from text messaging interventions compared with usual care or email reminders for glycaemic control (HbA1c), the frequency of diabetic complications, or body weight. There is moderate quality evidence from one study of hypertensive patients that the mean blood pressure and the proportion of patients who achieved blood pressure control were not significantly different in the intervention and control groups, and that there was no statistically significant difference in mean body weight between the groups. There is moderate quality evidence from one study that asthma patients receiving a text messaging intervention experienced greater improvements on peak expiratory flow variability (mean difference (MD) -11.12, 95% confidence interval (CI) -19.56 to -2.68) and the pooled symptom score comprising four items (cough, night symptoms, sleep quality, and maximum tolerated activity) (MD -0.36, 95% CI -0.56 to -0.17) compared with the control group. However, the study found no significant differences between the groups in impact on forced vital capacity or forced expiratory flow in 1 second.

For the primary outcome of capacity to self-manage the condition, there is moderate quality evidence from one study that diabetes patients receiving the text messaging intervention demonstrated improved scores on measures of self-management capacity (Self-Efficacy for Diabetes score (MD 6.10, 95% CI 0.45 to 11.75), Diabetes Social Support Interview pooled score (MD 4.39, 95% CI 2.85 to 5.92)), but did not show improved knowledge of diabetes. There is moderate quality evidence from three studies of the effects on treatment compliance. One study showed an increase in hypertensive patients' rates of medication compliance in the intervention group (MD 8.90, 95% CI 0.18 to 17.62) compared with the control group, but in another study there was no statistically significant effect on rates of compliance with peak expiratory flow measurement in asthma patients. Text message prompts for diabetic patients initially also resulted in a higher number of blood glucose results sent back (46.0) than email prompts did (23.5).

For the secondary outcome of participants' evaluation of the intervention, there is very low quality evidence from two studies that patients receiving mobile phone messaging support reported perceived improvement in diabetes self-management, wanted to continue receiving messages, and preferred mobile phone messaging to email as a method to access a computerised reminder system.

For the secondary outcome of health service utilisation, there is very low quality evidence from two studies. Diabetes patients receiving text messaging support made a comparable number of clinic visits and calls to an emergency hotline as patients without the support. For asthma patients the total number of office visits was higher in the text messaging group, whereas the number of hospital admissions was higher for the control group.

Because of the small number of trials included, and the low overall number of participants, for any of the reviewed outcomes the quality of the evidence can at best be considered moderate.

Authors' conclusions

We found some, albeit very limited, indications that in certain cases mobile phone messaging interventions may provide benefit in supporting the self-management of long-term illnesses. However, there are significant information gaps regarding the long-term effects, acceptability, costs, and risks of such interventions. Given the enthusiasm with which so-called mHealth interventions are currently being implemented, further research into these issues is needed. 

Résumé scientifique

Envoie de messages par téléphone portable pour faciliter l'auto-prise en charge de maladies à long terme

Contexte

Les maladies à long terme touchent une proportion significative de la population dans les pays développés et en développement. Les applications de messagerie par téléphone portable, comme les SMS (Short Message Service) et les MMS (Multimedia Message Service), peuvent fournir des méthodes pratiques et économiques pour améliorer l'auto-prise en charge et les compétences d'auto-efficacité des patients, par exemple : des rappels concernant leur traitement médicamenteux, des ajustements de traitement ou des messages de soutien.

Objectifs

Évaluer les effets des applications de messagerie pour téléphone portable conçues pour faciliter l'auto-prise en charge de maladies à long terme, en termes d'impact sur les résultats sur la santé et de capacité des patients à auto-prendre en charge leur affection. Les objectifs secondaires incluent : l'évaluation de l'intervention, de l'utilisation et des coûts des services de santé par l'utilisateur, ainsi que les risques et les dangers éventuels liés à l'intervention.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library 2009, numéro 2), MEDLINE (OvidSP) (de janvier 1993 à juin 2009), EMBASE (OvidSP) (de janvier 1993 à juin 2009), PsycINFO (OvidSP) (de janvier 1993 à juin 2009), CINAHL (EBSCOhost) (de janvier 1993 à juin 2009), LILACS (de janvier 1993 à juin 2009) et African Health Anthology (de janvier 1993 à juin 2009).

Nous avons également consulté la littérature grise (y compris les registres d'essais) et les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR), des essais contrôlés quasi randomisés (ECQR), des études contrôlées avant-après (CAA) et des études de séries temporelles interrompues (STI) disposant d'au moins trois points temporels avant et après l'intervention. Nous avons uniquement sélectionné les études dans lesquelles il était possible d'évaluer les effets de la messagerie par téléphone portable indépendamment d'autres technologies ou interventions.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'ensemble des études par rapport à des critères d'inclusion, tout désaccord étant résolu par un troisième auteur. Les caractéristiques de conception des études, les caractéristiques des populations cibles, des interventions et des contrôles, ainsi que les données de résultat, ont été extraites par deux auteurs de la revue et confirmées par un troisième. Les critères de jugement principaux étaient les résultats sur la santé suite à l'intervention et la capacité d'auto-prise en charge d'affections à long terme. Nous avons également pris en compte l'évaluation de l'intervention par les patients et les prestataires de santé, leur perception en termes de sécurité, de coûts et de préjudices potentiels ou d'effets indésirables liés à l'utilisation de ces services de santé. Les études incluses étaient hétérogènes au niveau du type d'affection ciblé, des caractéristiques d'intervention et des critères de jugement. Par conséquent, une méta-analyse permettant de déduire l'ampleur globale des effets des principales catégories de résultats n'a pas été jugée nécessaire et les résultats sont présentés de façon narrative.

Résultats principaux

Nous avons inclus quatre essais contrôlés randomisés impliquant 182 participants.

Pour le critère de jugement principal correspondant aux résultats sur la santé, y compris les mesures physiologiques, il existe des preuves de qualité moyenne issues de deux études réalisées chez des personnes diabétiques montrant l'absence de différence statistique entre des interventions consistant à envoyer des messages textes par rapport aux soins habituels ou à l'envoi de rappels par courrier électronique pour réaliser un contrôle de la glycémie (HbA1c), à la fréquence des complications diabétiques ou à la masse pondérale. Il existe des preuves de qualité moyenne issues d'une étude réalisée chez des patients hypertendus selon lesquelles la pression artérielle moyenne et la proportion de patients soumis à un contrôle de la pression artérielle n'étaient pas significativement différentes dans le groupe expérimental et témoin, et qu'il n'y avait aucune différence statistiquement significative au niveau de la masse pondérale moyenne entre les groupes. Il existe des preuves de qualité moyenne issues d'une étude selon lesquelles une nette amélioration de la variabilité du débit expiratoire de pointe (différence moyenne (DM) - 11,12, intervalle de confiance (IC) à 95 % - 19.56 à - 2,68) et du score de symptômes groupés composés de quatre éléments (toux, symptômes nocturnes, qualité du sommeil et activité maximale tolérée) (DM - 0,36, IC à 95 % - 0,56 à - 0,17) a été constatée chez les patients asthmatiques bénéficiant d'une intervention consistant à envoyer des messages textes par rapport au groupe témoin. Toutefois, cette étude n'a trouvé aucune différence significative entre les groupes au niveau de l'impact sur la capacité vitale forcée ou le débit expiratoire forcé en 1 seconde.

Pour le critère de jugement principal correspondant à la capacité à auto-prendre en charge une affection, il existe des preuves de qualité moyenne issues d'une étude selon lesquelles une amélioration des scores des mesures de la capacité d'auto-prise en charge (score SED (Self-Efficacy for Diabetes) (DM 6,10, IC à 95 % 0,45 à 11,75) et du score groupé DSSI (Diabetes Social Support Interview) (DM 4,39, IC à 95 % 2,85 à 5,92)) a été constatée chez les patients diabétiques bénéficiant d'une intervention consistant à envoyer des messages textes, sans toutefois approfondir les connaissances sur le diabète. Il existe des preuves de qualité moyenne issues de trois études concernant les effets sur l'observance d'un traitement. Une étude montrait une augmentation des taux d'observance d'un traitement chez les patients hypertendus appartenant au groupe d'intervention (DM 8,90, IC à 95 % 0,18 à 17,62) par rapport au groupe témoin. Mais dans une autre étude, il n'y avait aucun effet statistiquement significatif sur les taux d'observance concernant la mesure du débit expiratoire de pointe chez les patients asthmatiques. De même, les messages textes envoyés aux patients diabétiques ont initialement augmenté le nombre de résultats renvoyés concernant la glycémie (46,0) par rapport aux courriers électroniques (23,5).

Pour le critère de jugement secondaire correspondant à l'évaluation de l'intervention par les participants, il existe des preuves de qualité très médiocre issues de deux études selon lesquelles les patients recevant un soutien par l'envoi de messages sur leur téléphone portable constataient une amélioration de l'auto-prise en charge du diabète, souhaitaient continuer à recevoir ces messages et préféraient la messagerie par téléphone portable à la messagerie électronique comme méthode d'accès à un système de rappel informatisé.

Pour le critère de jugement secondaire correspondant à l'utilisation de ce service de santé, il existe des preuves de qualité très médiocre issues de deux études. Les patients diabétiques recevant un soutien par l'envoi de messages textes totalisaient un nombre comparable de visites en clinique et d'appels à une assistance téléphonique d'urgence par rapport aux patients ne recevant aucun soutien. Pour les patients asthmatiques, le nombre total de consultations était supérieur dans le groupe recevant des messages textes, alors que le nombre d'admissions à l'hôpital était supérieur pour le groupe témoin.

Étant donné le nombre réduit d'essais inclus et le nombre limité global de participants, quel que soit le résultat examiné, la qualité des preuves peut être considérée, au mieux, comme étant moyenne.

Conclusions des auteurs

Nous avons trouvé quelques indications, bien que très limitées, selon lesquelles, dans certains cas, les interventions consistant à envoyer des messages par téléphone portable peuvent se révéler efficaces dans l'auto-prise en charge de maladies à long terme. Toutefois, il existe des écarts d'informations significatifs concernant leurs effets à long terme, leur acceptabilité, leurs coûts et les risques liés à ce type d'intervention. Étant donné l'enthousiasme avec lequel ces interventions dites de « santé mobile » sont actuellement implémentées, d'autres recherches dans ce domaine sont nécessaires.

Plain language summary

Mobile phone messaging for facilitating self-management of long-term illnesses

Many people suffer from long-term conditions such as asthma or diabetes. To make living with the long-term illnesses as easy as possible, people have to regularly monitor the symptoms of their conditions and adapt their lifestyles. This review studied whether mobile phone applications such as Short Message Service (SMS) (also known as text messaging) and Multimedia Message Service (MMS) can support people to better manage their long-term illnesses by sending medication reminders or supportive messages, or by offering a way for people to communicate important information to their healthcare providers and receive feedback.

We found moderate quality evidence that under some conditions these types of applications may indeed have some positive impacts on the health status of patients with diabetes, hypertension and asthma, and on their ability to manage their own condition, although for some outcomes no significant effect was observed. In two studies, there was very low quality evidence that participants evaluated the mobile phone messaging support positively. Also, in two studies, there was very low quality evidence that: there was no difference in health service utilisation by diabetes patients receiving text messaging support and those who did not (one study); and that asthma patients receiving text messages visited the doctor more often but were admitted to hospital less often than those not receiving the messages (one study).

Because of the small number of patients involved in these studies the evidence is not very strong. Furthermore, the usefulness and potential negative consequences of mobile phone messaging over extended periods of use for self-managing long-term conditions are not yet known.

Résumé simplifié

Envoi de messages par téléphone portable pour faciliter l'auto-prise en charge de maladies à long terme

Un grand nombre de personnes souffrent d'affections à long terme, comme l'asthme ou le diabète. Pour faciliter au maximum le quotidien avec des maladies à long terme, les personnes doivent régulièrement surveiller les symptômes de leurs affections et adapter leurs styles de vie. La présente revue a étudié si les applications pour téléphone portable comme les SMS (Short Message Service) (aussi appelés « messages textes ») et les MMS (Multimedia Message Service) peuvent prendre en charge des personnes afin de les aider à mieux gérer leurs maladies à long terme en leur envoyant des rappels concernant leur traitement médicamenteux ou des messages de soutien ou en leur permettant de communiquer des informations importantes à leurs prestataires de soins de santé et de recevoir leurs avis en retour.

Nous avons trouvé des preuves de qualité moyenne selon lesquelles, sous certaines conditions, ces types d'applications peuvent effectivement avoir des effets positifs sur l'état de santé de patients diabétiques, hypertendus et asthmatiques, ainsi que sur leur capacité à gérer leur propre affection, bien qu'aucun effet significatif n'ait été observé pour certains résultats. Dans deux études, il y avait des preuves de qualité très médiocre selon lesquelles les participants étaient satisfaits de la prise en charge de l'envoi de messages par le téléphone portable. Aussi, dans deux études, il y avait des preuves de qualité très médiocre selon lesquelles : il n'y avait aucune différence au niveau de l'utilisation des services de santé par les patients diabétiques recevant une prise en charge par messages textes et ceux qui n'en recevaient pas (une étude) ; et les patients asthmatiques recevant des messages textes rendaient plus souvent visite à leur médecin, mais étaient moins souvent hospitalisés que ceux qui n'en recevaient pas (une étude).

Étant donné le nombre réduit de patients impliqués dans ces études, les preuves ne sont pas très probantes. De plus, nous ignorons toujours l'utilité et les éventuelles conséquences négatives de la messagerie par téléphone portable sur des périodes d'utilisation prolongées pour l'auto-prise en charge d'affections à long terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�

எளியமொழிச் சுருக்கம்

நீண்ட -கால உடல்நல குறைவுகளுக்கான சுய-மேலாண்மையை எளிதாக்க கைத் தொலைப்பேசி தகவல் அனுப்புதல்

ஆஸ்துமா அல்லது நீரிழிவு நோய் போன்ற நீண்ட-கால நிலைமைகளால் அநேக மக்கள் அவதிப்படுகின்றனர். நீண்ட-கால உடல்நல குறைவுகளோடு வாழ்வதை முடிந்த மட்டும் எளிதாக்குவதற்கு, மக்கள் அவர்களின் நிலைமைகளின் அறிகுறிகளை சீராக கண்காணிக்க வேண்டும் மற்றும் அவர்களின் வாழ்க்கை முறைகளை பொருத்தமாக்கி கொள்ள வேண்டும். குறுந் தகவல் சேவை (ஷார்ட் மெசேஜ் சர்வீஸ், எஸ்எம்எஸ்) மற்றும் பல்லூடக தகவல் சேவை (மல்டி மீடியா மெசேஜ் சர்வீஸ், எம்எம்எஸ்) போன்ற கைத் தொலைப்பேசி பயன்பாடுகள், மக்கள் அவர்களின் நீண்ட-கால உடல்நல குறைவுகளை சமாளிப்பதற்கு, மருந்துகள் நினைவூட்டல்கள் அல்லது ஆதரவளிக்கும் தகவல்களை அனுப்புவதற்கு அல்லது அவர்களின் ஆரோக்கிய பராமரிப்பு வழங்குபவர்களோடு முக்கியமான தகவலை பரிமாறிக் கொள்வதற்கு மற்றும் பின்னூட்டலை பெறுவதற்கான ஒரு வழியாக ஆதரவு அளிக்குமா என்பதை இந்த திறனாய்வு ஆராய்ந்தது.

சில விளைவுகளுக்கு குறிப்பிடத்தக்க தாக்கத்தை காண முடியாமல் போனாலும், இந்த வகையான பயன்பாடுகள், சில நிபந்தனைகளின் கீழ், நீரிழிவு நோய், இரத்த அழுத்தம் மற்றும் ஆஸ்துமா கொண்ட நோயாளிகளின் ஆரோக்கிய நிலை மற்றும் அவர்களின் சொந்த மருத்துவ நிலைமையை அவர்களே நிர்வகித்துக் கொள்ளும் அவர்களின் திறனின் மீது ஒரு நேர்மறையான தாக்கங்களை கொண்டிருக்கக் கூடும் என்பதற்கு மிதமான ஆதாரத்தை நாங்கள் கண்டோம். இரண்டு ஆய்வுகளில், பங்கேற்பாளர்கள் கைத் தொலைப்பேசி தகவல் ஆதரவை நேர்மறையாக மதிப்பிட்டனர் என்பதற்கு மிக குறைந்த தர ஆதாரம் இருந்தது. மேலும், இரண்டு ஆய்வுகளில்: ஆரோக்கிய சேவைகளை பயன்படுத்தி கொள்வதில், கைத் தொலைப்பேசி தகவல் ஆதரவை பெற்ற நீரிழிவு நோயாளிகள் மற்றும் ஆதரவை பெறாதவர்கள் இடையே எந்த வித்தியாசமும் இல்லை (ஒரு ஆய்வு); மற்றும் தகவல்கள் பெறாதவர்களை விட, குறுந்தகவல்களை பெற்ற ஆஸ்துமா நோயாளிகள் மருத்துவரை அநேகந் தரம் சந்தித்தனர், ஆனால் மருத்துவமனையில் குறைந்த தடவைகள் அனுமதிக்கப்பட்டனர் (ஒரு ஆய்வு) என்பதற்கு மிக குறைந்த தர ஆதாரம் இருந்தது.

இந்த ஆய்வுகளில் சிறிய எண்ணிக்கையிலான ஆய்வு மக்கள் உள்ளடங்கிய காரணத்தினால், ஆதாரம் மிக உறுதியாக இல்லை. மேலும், நீண்ட-கால நிலைமைகளின் சுய-மேலாண்மைக்கு, கைத் தொலைப்பேசி தகவல் அனுப்புவதை நீடிக்கப்பட்ட கால அளவுகளுக்கு பயன்படுத்துவதின் பயன் மற்றும் சாத்தியமான எதிர்மறை பின் விளைவுகள் பற்றி இன்னும் தெரியவில்லை.

மொழிபெயர்ப்பு குறிப்புகள்

மொழிபெயர்ப்பாளர்கள்: சிந்தியா ஸ்வர்ணலதா ஸ்ரீகேசவன், ப்ளசிங்டா விஜய், தங்கமணி ராமலிங்கம், ஸ்ரீகேசவன் சபாபதி.

Get access to the full text of this article