Get access

Intrapartum antibiotics for known maternal Group B streptococcal colonization

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Arne Ohlsson,

    Corresponding author
    1. University of Toronto, Departments of Paediatrics, Obstetrics and Gynaecology and Institute of Health Policy, Management and Evaluation, Toronto, Ontario, Canada
    • Arne Ohlsson, Departments of Paediatrics, Obstetrics and Gynaecology and Institute of Health Policy, Management and Evaluation, University of Toronto, 600 University Avenue, Toronto, Ontario, M5G 1X5, Canada. aohlsson@mtsinai.on.ca.

    Search for more papers by this author
  • Vibhuti S Shah

    1. University of Toronto, Department of Paediatrics and Institute of Health Policy, Management and Evaluation, Toronto, Ontario, Canada
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Maternal colonization with group B streptococcus (GBS) during pregnancy increases the risk of neonatal infection by vertical transmission. Administration of intrapartum antibiotic prophylaxis (IAP) during labor has been associated with a reduction in early onset GBS disease (EOGBSD). However, treating all colonized women during labor exposes a large number of women and infants to possible adverse effects without benefit.

Objectives

To assess the effect of IAP for maternal GBS colonization on neonatal: 1) all cause mortality and 2) morbidity from proven and probable EOGBSD, late onset GBS disease (LOD), maternal infectious outcomes and allergic reactions to antibiotics.

Search methods

We updated the search of the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register on 10 November 2012.

Selection criteria

Randomized trials assessing the impact of maternal IAP on neonatal GBS infections were included.

Data collection and analysis

We independently assessed eligibility and quality of the studies.

Main results

We did not identify any new trials from the updated search so the results remain unchanged as follows.

Three trials (involving 852 women) evaluating the effects of IAP versus no treatment were included. The risk of bias was high. The use of IAP did not significantly reduce the incidence of all cause mortality, mortality from GBS infection or from infections caused by bacteria other than GBS. The incidence of early GBS infection was reduced with IAP compared to no treatment (risk ratio 0.17, 95% confidence interval (CI) 0.04 to 0.74, three trials, 488 infants; risk difference -0.04, 95% CI -0.07 to -0.01; number needed to treat to benefit 25, 95% CI 14 to 100, I2 0%). The incidence of LOD or sepsis from organisms other than GBS and puerperal infection was not significantly different between groups.

One trial (involving 352 women) compared intrapartum ampicillin versus penicillin and reported no significant difference in neonatal or maternal outcomes.

Authors' conclusions

Intrapartum antibiotic prophylaxis appeared to reduce EOGBSD, but this result may well be a result of bias as we found a high risk of bias for one or more key domains in the study methodology and execution. There is lack of evidence from well designed and conducted trials to recommend IAP to reduce neonatal EOGBSD.

Ideally the effectiveness of IAP to reduce neonatal GBS infections should be studied in adequately sized double-blind controlled trials. The opportunity to conduct such trials has likely been lost, as practice guidelines (albeit without good evidence) have been introduced in many jurisdictions.

Résumé

Antibiotiques intrapartum en cas de colonisation maternelle connue par streptocoque du groupe B

Contexte

La colonisation maternelle par streptocoque du groupe B (SGB) pendant la grossesse augmente le risque d'infection néonatale par transmission verticale. L'administration d'une prophylaxie antibiotique intrapartum (PAI) pendant le travail a été associée à une diminution du syndrome de Guillain-Barré d'apparition précoce. Toutefois, traiter toutes les femmes présentant une infection pendant le travail expose un grand nombre de femmes et de nouveau-nés à de possibles effets indésirables sans bénéfice.

Objectifs

Évaluer l'effet sur le nouveau-né de la PAI chez la mère infectée au SGB : 1) mortalité toutes causes confondues et 2) morbidité due à un syndrome de Guillain-Barré d'apparition précoce prouvé et probable, à un syndrome de Guillain-Barré d'apparition tardive, résultats cliniques d'infection de la mère et réactions allergiques aux antibiotiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mis à jour la recherche dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (10 novembre 2012).

Critères de sélection

Les essais randomisés évaluant l'impact de la PAI chez la mère sur les infections néonatales au SGB ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Nous avons évalué de façon indépendante l'éligibilité et la qualité des études.

Résultats Principaux

Nous n'avons pas identifé de nouveaux essais depuis la mise à jour de la recherche. Les résultats restent donc inchangés.

Trois essais (impliquant 852 femmes) évaluant les effets de la PAI comparé à aucun traitement, ont été inclus dans la revue. Le risque de biais était élevé. L'utilisation de la PAI n'a pas réduit de façon significative l'incidence de la mortalité toutes causes confondues, de la mortalité due à une infection au SGB ou à d'autres infections par des bactéries autres que le SGB. L'incidence des infections précoces au SGB a été réduite avec la PAI par rapport à l'absence de traitement (risque relatif 0,17, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,04 à 0,74 ; trois essais, 488 nouveau-nés ; différence de risque -0,04, IC à 95 % -0,07 à -0,01 ; nombre de mères à traiter pour obtenir un bénéfice 25, IC à 95 % 14 à 100, I2 0 %). L'incidence de maladie d'apparition tardive ou de sepsie due à des organismes autres que le SGB et d'infection puerpérale n'était pas significativement différente entre les groupes.

Un essai (impliquant 352 femmes) a comparé l'ampicilline intrapartum à la pénicilline intrapartum et aucune différence significative des résultats cliniques de la mère ou de l'enfant n'a été observée.

Conclusions des auteurs

La prophylaxie antibiotique intrapartum (PAI) a semblé réduire le syndrome de Guillain-Barré d'apparition précoce, mais ce résultat pourrait être dû à un biais, car le risque de biais était élevé pour un ou plusieurs domaines clés dans la méthodologie et la conduite de l'étude. Les preuves issues d'essais conçus et menés de façon adéquate sont insuffisantes pour permettre de recommander la PAI pour réduire le syndrome de Guillain-Barré d'apparition précoce chez les nouveau-nés.

Dans l'idéal, l'efficacité de la PAI pour réduire les infections néonatales au SGB devraient être étudiées dans le cadre d'essais contrôlés, en double aveugle et sur un échantillon de taille adéquate. Il n'est plus possible de mener de tels essais car des recommandations pour la pratique clinique (malgré l'absence de données probantes) ont été introduites dans de nombreuses juridictions.

Plain language summary

Intrapartum antibiotics for known maternal Group B streptococcal colonization

Women, men and children of all ages can be colonized with Group B streptococcus (GBS) bacteria without having any symptoms; bacteria are particularly found in the gastrointestinal tract, vagina and urethra. This is the situation in both developed and developing countries. About one in 2000 newborn babies have Group B streptococcus bacterial infections, usually evident as respiratory disease, general sepsis, or meningitis within the first week. The baby contracts the infection from the mother during labor. Giving the mother an antibiotic directly into a vein during labor causes bacterial counts to fall rapidly, which suggests possible benefits but pregnant women need to be screened. Many countries have guidelines on screening for GBS in pregnancy and treatment with antibiotics. Some risk factors for an affected baby are preterm and low birthweight; prolonged labor; prolonged rupture of the membranes (more than 12 hours); severe changes in fetal heart rate during the first stage of labor; and gestational diabetes. Very few of the women in labor who are GBS positive give birth to babies who are infected with GBS and antibiotics can have harmful effects such as severe maternal allergic reactions, increase in drug-resistant organisms and exposure of newborn infants to resistant bacteria, and postnatal maternal and neonatal yeast infections.

This review finds that giving antibiotics is not supported by conclusive evidence. The review identified four trials involving 852 GBS positive women. Three trials, which were around 20 years old, compared ampicillin or penicillin to no treatment and found no clear differences in newborn deaths although the occurrence of early GBS infection in the newborn was reduced with antibiotics. The antibiotics ampicillin and penicillin were no different from each other in one trial with 352 GBS positive women. All cases of perinatal GBS infections are unlikely to be prevented even if an effective vaccine is developed.

Résumé simplifié

Antibiotiques intrapartum en cas de colonisation maternelle connue par streptocoque du groupe B

Antibiotiques intrapartum en cas de colonisation maternelle connue par streptocoque du groupe B

Les femmes, les hommes et les enfants de tous âges peuvent être colonisés par les bactéries streptococcus du groupe B (SGB) sans développer de symptômes ; ces bactéries se retrouvent particulièrement dans le tractus gastro-intestinal, le vagin et l'urètre. Ces bactéries sont présentes dans les pays développés aussi bien que dans les pays en développement. Environ 1 nouveau-né sur 2 000 présente une infection bactérienne au streptocoque du groupe B, qui se manifeste généralement par une maladie respiratoire, une sepsie généralisée ou une méningite au cours de la première semaine de vie. Le bébé contracte l'infection par la mère au cours de l'accouchement. L'administration d'un antibiotique à la mère directement par voie intraveineuse au cours du travail permet de faire diminuer rapidement le nombre de bactéries, ce qui suggère des bénéfices possibles, mais les femmes enceintes doivent être dépistées. Dans de nombreux pays, il existe des recommandations pour le dépistage des SGB au cours de la grossesse et le traitement par antibiotiques. Les facteurs de risque pour la contamination du bébé sont notamment : naissance prématurée et faible poids à la naissance ; travail prolongé ; rupture prolongée des membranes (plus de 12 heures) ; modifications sévères du rythme cardiaque du fœtus pendant le premier stade du travail ; et diabète gestationnel. Parmi les femmes qui accouchent en présence d'une infection au SGB, très peu donnent naissance à un bébé également infecté au SGB, et les antibiotiques peuvent avoir des effets néfastes tels que des réactions allergiques de la mère, une augmentation des organismes pharmacorésistants et l'exposition du nouveau-né à des bactéries résistantes, ainsi que des infections aux levures maternelles post-natales et néonatales.

Cette revue a identifié que l'administration d'antibiotiques n'est pas corroborée par des données probantes. La revue a identifié quatre essais impliquant 852 femmes infectées au SGB. Trois essais, qui dataient d'une vingtaine d'années, ont comparé l'ampicilline ou la pénicilline à l'absence de traitement et aucune différence significative n'a été observée dans le nombre de décès des nouveau-nés, bien que le taux d'infection précoce au SGB chez le nouveau-né ait été réduit avec les antibiotiques. Les antibiotiques, ampicilline et pénicilline, étaient identiques l'un à l'autre dans un essai portant sur 352 femmes infectées au SGB. Il est très improbable de parvenir à une prévention de tous les cas d'infection périnatale au SGB, même si un vaccin efficace est développé.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary