This is not the most recent version of the article. View current version (27 MAY 2014)

Intervention Review

Deferasirox for managing transfusional iron overload in people with sickle cell disease

  1. Joerg J Meerpohl1,*,
  2. Gerd Antes2,
  3. Gerta Rücker2,
  4. Nigel Fleeman3,
  5. Charlotte M Niemeyer4,
  6. Dirk Bassler5

Editorial Group: Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group

Published Online: 4 AUG 2010

Assessed as up-to-date: 30 JUN 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD007477.pub2

How to Cite

Meerpohl JJ, Antes G, Rücker G, Fleeman N, Niemeyer CM, Bassler D. Deferasirox for managing transfusional iron overload in people with sickle cell disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 8. Art. No.: CD007477. DOI: 10.1002/14651858.CD007477.pub2.

Author Information

  1. 1

    Institute of Medical Biometry & Medical Informatics, University Medical Center Freiburg, German Cochrane Centre, Freiburg, Germany

  2. 2

    Institute of Medical Biometry and Medical Informatics, University Medical Center Freiburg, German Cochrane Centre, Freiburg, Germany

  3. 3

    University of Liverpool, Liverpool Reviews & Implementation Group, Liverpool, UK

  4. 4

    University Medical Center Freiburg, Pediatric Hematology & Oncology, Center for Pediatrics & Adolescent Medicine, Freiburg, Germany

  5. 5

    University Children's Hospital, Department of Neonatology, Tuebingen, Germany

*Joerg J Meerpohl, German Cochrane Centre, Institute of Medical Biometry & Medical Informatics, University Medical Center Freiburg, Berliner Allee 29, Freiburg, 79110, Germany. meerpohl@cochrane.de. joerg.meerpohl@uniklinik-freiburg.de.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 4 AUG 2010

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (27 MAY 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Sickle cell disease (SCD) is a group of genetic haemoglobin disorders. Increasingly, some people with SCD develop secondary iron overload due to occasional red blood cell transfusions or are on long-term transfusion programmes for e.g. secondary stroke prevention. Iron chelation therapy can prevent long-term complications.

Deferoxamine and deferiprone have been found to be efficacious. However, questions exist about the effectiveness and safety of the new oral chelator deferasirox.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of oral deferasirox in people with SCD and secondary iron overload.

Search methods

We searched the Cystic Fibrosis & Genetic Disorders Group's Haemoglobinopathies Trials Register (06 April 2010).

We searched MEDLINE, EMBASE, EBMR, Biosis Previews, Web of Science, Derwent Drug File, XTOXLINE and three trial registries: www.controlled-trials.com; www.clinicaltrials.gov; www.who.int./ictrp/en/. Most recent searches: 22 June 2009.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing deferasirox with no therapy or placebo or with another iron chelating treatment schedule.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed study quality and extracted data. We contacted the study author for additional information.

Main results

One study (203 people) was included comparing the efficacy and safety of deferasirox and deferoxamine after 12 months. Data were not available on mortality or end-organ damage. Using a pre-specified dosing algorithm serum ferritin reduction was similar in both groups, mean difference (MD) 375.00 µg/l in favour of deferoxamine; (95% confidence interval (CI) -106.08 to 856.08). Liver iron concentration measured by superconduction quantum interference device showed no difference for the overall group of patients adjusted for transfusion category, MD -0.20 mg Fe/g dry weight (95% CI -3.15 to 2.75).

Mild stable increases in creatine were observed more often in people treated with deferasirox, risk ratio 1.64 (95% CI 0.98 to 2.74). Abdominal pain and diarrhoea occurred significantly more often in people treated with deferasirox. Rare adverse events (less than 5% increase) were not reported; long-term adverse events could not be measured in the included study (follow-up 52 weeks). Patient satisfaction with, and convenience of treatment were significantly better with deferasirox.

Authors' conclusions

Deferasirox appears to be as effective as deferoxamine. However, only limited evidence is available assessing the efficacy regarding patient-important outcomes. The short-term safety of deferasirox seems to be acceptable, however, follow-up was too short to exclude long-term side effects and thus treatment with deferasirox cannot be judged completely safe. Future studies should assess long-term outcomes for safety and efficacy, and also evaluate rarer adverse effects.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Deferasirox for managing transfusional iron overload in people with sickle cell disease

Sickle cell disease is a genetic disorder. An increasing number of people show secondary iron overload due to repeated red blood cell transfusions. Since the human body has no means of actively getting rid of excessive iron, drug treatment (iron chelators) is needed. Several years ago, a new oral iron chelator, deferasirox, was introduced. However, it is not known whether deferasirox offers advantages compared to deferoxamine or deferiprone with regard to effectiveness and safety.

One randomised study with 203 participants comparing deferasirox to deferoxamine was identified. The study lasted for 12 months. Iron removal measured by the surrogate marker serum ferritin was similar for both drugs. Both drugs worked equally well in reducing liver iron concentration, which was measured by a biomagnetometer (SQUID). No data on patient-important outcomes such as death or end-organ damage were collected.

The safety of deferasirox was acceptable; the main side effects were increases of creatine, abdominal pain and diarrhoea. Rare side effects (less than 5%) such as eye or hearing problems were not evaluated. Patient satisfaction and compliance with therapy was significantly better with deferasirox.

Only one study could be included in this review. This study suggests that deferasirox works as well as deferoxamine and has an acceptable safety record, but there are not enough data looking at long-term safety. We should wait for the results of the ongoing trial before deciding whether deferasirox could be added as an alternative to the first-line option of deferoxamine. Currently, its use seems to be warranted as second-line therapy for people with sickle cell disease who cannot tolerate or comply with deferoxamine. Future studies need to examine the long-term effectiveness and safety of deferasirox as well as the cost-effectiveness; in addition, patient-important outcomes should be addressed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Déférasirox dans la prise en charge de la surcharge ferrique transfusionnelle chez les personnes atteintes de drépanocytose

Contexte

La drépanocytose est un groupe de maladies génétiques de l'hémoglobine. De plus en plus de personnes atteintes de drépanocytose développent une surcharge ferrique secondaire due à des transfusions sanguines occasionnelles ou suivent des programmes de transfusion à long terme, par ex. : prévention secondaire d'AVC. Un traitement chélateur du fer peut prévenir toute complication à long terme.

La déféroxamine et la défériprone se sont révélées efficaces. Toutefois, des questions subsistent quant à l'efficacité et l'innocuité du déférasirox, un nouveau chélateur oral.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du déférasirox oral chez les personnes atteintes de drépanocytose et d'une surcharge ferrique secondaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques (6 avril 2010).

Nous avons également effectué des recherches dans MEDLINE, EMBASE, EBMR, Biosis Previews, Web of Science, Derwent Drug File, XTOXLINE et trois registres d'essais : www.controlled-trials.com ; www.clinicaltrials.gov ; www.who.int./ictrp/en/. Date des recherches les plus récentes : 22 juin 2009.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant le déférasirox à l'absence de traitement ou à un placebo ou à un autre schéma posologique chélateur du fer.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des études et extrait des données. Nous avons contacté l'auteur des études afin d'obtenir des informations complémentaires.

Résultats Principaux

Une étude (203 personnes), comparant l'efficacité et l'innocuité du déférasirox et de la déféroxamine après un délai de 12 mois, a été incluse. Aucune donnée concernant la mortalité ou des lésions au niveau d'un organe cible n'était disponible. L'utilisation d'un algorithme de dosage préspécifié pour la diminution de la ferritine sérique générait un résultat similaire dans les deux groupes, différence moyenne (DM) 375,00 µg/l en faveur de la déféroxamine ; (intervalle de confiance (IC) à 95 % - 106,08 à 856,08). La concentration hépatique en fer, mesurée par un dispositif d'interférence quantique supraconductrice, ne montrait aucune différence pour le groupe de patients global ajusté pour une catégorie de transfusion, DM - 0,20 mg Fe/g de poids sec (IC à 95 % - 3,15 à 2,75).

De légères augmentations stables de la créatine étaient le plus souvent observées chez les personnes traitées par déférasirox, risque relatif 1,64 (IC à 95 % 0,98 à 2,74). Des douleurs abdominales et des diarrhées se manifestaient beaucoup plus souvent chez les personnes traitées par déférasirox. Les événements indésirables rares (augmentation inférieure à 5 %) n'étaient pas rapportés ; les événements indésirables à long terme n'ont pas pu être mesurés dans l'étude incluse (suivi de 52 semaines). La satisfaction des patients et la commodité du traitement étaient nettement meilleures avec le déférasirox.

Conclusions des auteurs

Le déférasirox semble être aussi efficace que la déféroxamine. Toutefois, seules des preuves limitées, évaluant l'efficacité des résultats importants pour les patients, sont disponibles. L'innocuité à court terme du déférasirox semble être acceptable. Toutefois, la durée du suivi était trop courte pour exclure ses effets secondaires à long terme. Par conséquent, un traitement par déférasirox ne peut être considéré comme étant entièrement sûr. D'autres études devront évaluer les résultats à long terme concernant son innocuité et son efficacité, ainsi que ses effets indésirables plus rares.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Déférasirox dans la prise en charge de la surcharge ferrique transfusionnelle chez les personnes atteintes de drépanocytose

Déférasirox dans la prise en charge de la surcharge ferrique transfusionnelle chez les personnes atteintes de drépanocytose

La drépanocytose est une maladie génétique. De plus en plus de personnes présentent une surcharge ferrique secondaire en raison de transfusions sanguines répétées. Étant donné que le corps humain ne peut pas évacuer activement le surplus de fer, un traitement médicamenteux (chélateurs ferriques) doit être administré. Quelques années auparavant, un nouveau chélateur ferrique oral, le déférasirox, faisait son apparition. Toutefois, nous ignorons si le déférasirox présente des avantages en termes d'efficacité et de tolérance par rapport à la déféroxamine ou à la défériprone.

Une étude randomisée composée de 203 participants comparant le déférasirox à la déféroxamine a été identifiée. La durée de l'étude était de 12 mois. L'élimination du fer, mesurée par la ferritine sérique, un marqueur de substitution, était similaire pour les deux médicaments. Ces derniers étaient aussi efficaces l'un que l'autre à réduire la concentration hépatique en fer mesurée à l'aide d'un biomagnétomètre (SQUID). Aucune donnée concernant les critères de jugement importants pour le patient, comme la mortalité ou des lésions au niveau d'un organe cible, n'a été collectée.

L'innocuité du déférasirox était acceptable ; ses principaux effets secondaires étaient une augmentation de la créatine, des douleurs abdominales et des diarrhées. Les effets secondaires rares (moins de 5 %), comme des problèmes oculaires ou auditifs, n'étaient pas évalués. La satisfaction des patients et l'observance du traitement étaient significativement meilleures avec le déférasirox.

Seule une étude a pu être incluse dans cette revue. Elle suggère que le déférasirox est aussi efficace que la déféroxamine et que son innocuité est acceptable, mais les données examinant son innocuité à long terme sont insuffisantes. Nous préférons attendre les résultats de l'essai en cours avant de décider si le déférasirox peut être ajouté comme traitement alternatif à l'option de première ligne consistant à administrer de la déféroxamine. À l'heure actuelle, son administration semble être garantie en tant que traitement de deuxième ligne chez les personnes atteintes de drépanocytose chez lesquelles un traitement par déféroxamine est mal toléré et son observance difficile. D'autres études devront examiner l'efficacité et l'innocuité à long terme du déférasirox, ainsi que le rapport coût/efficacité. Les résultats importants pour les patients devront également être examinés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux