Intervention Review

You have free access to this content

Vitamin A supplementation for the prevention of morbidity and mortality in infants six months of age or less

  1. Siddhartha Gogia1,*,
  2. Harshpal S Sachdev2

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 5 OCT 2011

Assessed as up-to-date: 29 NOV 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD007480.pub2


How to Cite

Gogia S, Sachdev HS. Vitamin A supplementation for the prevention of morbidity and mortality in infants six months of age or less. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 10. Art. No.: CD007480. DOI: 10.1002/14651858.CD007480.pub2.

Author Information

  1. 1

    Max Hospital, Pediatrics, Gurgaon, Haryana, India

  2. 2

    Sitaram Bhartia Institute of Science and Research, Pediatrics and Clinical Epidemiology, New Delhi, India

*Siddhartha Gogia, Pediatrics, Max Hospital, Gurgaon, Haryana, India. gogiasiddhartha@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 OCT 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Vitamin A deficiency is a significant public health problem in low and middle income countries. Vitamin A supplementation (VAS) provided to lactating postpartum mothers or to infants less than six months of age are two possible strategies to improve the nutrition of infants at high risk of vitamin A deficiency and thus potentially reduce their mortality and morbidity.

Objectives

To evaluate the effect of:

1. VAS in postpartum breast feeding mothers in low and middle income countries, irrespective of antenatal VAS status, on mortality, morbidity and adverse effects in their infants up until the age of one year.

2. VAS initiated in the first half of infancy (< 6 months of age) in low and middle income countries, irrespective of maternal antenatal or postnatal VAS status, on mortality, morbidity and adverse effects up until the age of one year.

Search methods

The Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library), EMBASE, MEDLINE, clinical trials websites, conference proceedings, donor agencies, 'experts' and researchers (up to October 15, 2010).

Selection criteria

Randomized or quasi-randomised, individually or cluster randomised, placebo controlled trials involving synthetic VAS provided to the postpartum mothers or their infants up to the age of six months were eligible.

Data collection and analysis

Two review authors assessed the studies for their risk of bias and collected data on outcomes.

Main results

Of the 18 included studies, eight provided information on maternal VAS and 15 on infant VAS.

For maternal VAS, there was no evidence of a reduced risk of mortality of their babies during infancy (96,203 participants, seven studies, high quality evidence; random-effects model RR 1.00, 95% CI 0.94 to 1.06, P = 0.9; test of heterogeneity I2 = 0%, P = 0.9) or in the neonatal period (moderate quality evidence); nor of morbidities (very low quality evidence).  

For infant VAS, there was no evidence of a reduced risk of mortality during infancy (59,402 participants, nine studies, moderate quality evidence; random-effects model RR 0.97, 0.83 to 1.12, P = 0.65; test of heterogeneity I2 = 49%, P = 0.05) or in the neonatal period, nor morbidities (low quality evidence), but an increased risk of bulging fontanelle (32,978 participants, 10 studies, low quality evidence; random-effects model RR 1.55, 1.05 to 2.28, P = 0.03; test of heterogeneity I2 = 68%, P = 0.0009).

Authors' conclusions

There is no convincing evidence that either maternal postpartum or infant vitamin A supplementation results in a reduction in infant mortality or morbidity in low and middle income countries.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Vitamin A supplementation given to mothers of newborn children or infants below six months of age for preventing death and illnesses in the first year of life

Vitamin A deficiency is a significant public health problem in low and middle income countries. Vitamin A supplementation (VAS) given to children between the age of six months and five years has been shown to reduce deaths in these settings. Infants below one year of age are at higher risk of developing vitamin A deficiency. There are two possible ways to enhance the vitamin A status of these infants. Firstly, VAS can be given to lactating mothers to increase the vitamin A content of their breast milk, and secondly, VAS can be given direct to young infants below six months of life. Researchers have examined the potential role of these two strategies in preventing death and illness in the first year of life.

The review authors searched the medical literature for these two strategies to identify relevant studies that had compared the effect of VAS and placebo on death, illnesses and side effects in randomly selected infants.

The results of the studies provided no convincing evidence that maternal VAS reduced the risk of death within the first year of life (96,203 infants, seven studies) or within the first month of life; nor illnesses. There was also no convincing evidence that VAS of infants below six months of age reduced the risk of death within the first year of life (59,402 infants, nine studies) or within the first month of life; nor did it reduce illnesses. However, this intervention may increase the possibility of developing the side effect of bulging fontanelle, which results from increased pressure of the fluid that bathes the brain (32,978 infants, 10 studies). The quality of evidence for the risk of death within the first year of life was moderate to high, but it was poor for illnesses and side effects.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Contexte

La carence en vitamine A constitue un important problème de santé publique dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. La supplémentation en vitamine A (SVA) administrée aux mères en période d'allaitement ou aux nourrissons de moins de six mois sont deux stratégies possibles pour améliorer la nutrition des nourrissons à haut risque de carence en vitamine A et donc pour réduire potentiellement leur mortalité et leur morbidité.

Objectifs

Évaluer l'effet de la :

1. SVA chez les mères en période d'allaitement dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, indépendamment de leur situation prénatale en matière de SVA, sur la mortalité, la morbidité et les effets néfastes chez les bébés jusqu'à l'âge d'un an.

2. SVA initiée dans la première moitié de la petite enfance (< 6 mois d'âge) dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, indépendamment de la situation anténatale ou postnatale de la mère en matière de SVA, sur la mortalité, la morbidité et les effets néfastes jusqu'à l'âge d'un an.

Stratégie de recherche documentaire

Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), EMBASE, MEDLINE, sites internet d'essais cliniques, actes de conférence, organismes donateurs, ’experts’ et chercheurs (jusqu'au 15 octobre 2010).

Critères de sélection

Étaient admissibles les essais randomisés ou quasi-randomisés, qu'ils soient randomisés individuellement ou en groupe, contrôlés par placebo et portant sur des SVA synthétiques administrées aux mères après l'accouchement ou à leurs nourrissons jusqu'à l'âge de six mois.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué les risques de biais des études et recueilli les données résultantes.

Résultats Principaux

Sur les 18 études incluses, huit ont fourni des informations sur la SVA maternelle et 15 sur la SVA du nourrisson.

Pour la SVA maternelle, il n'y avait aucun signe d'une réduction du risque de mortalité pour les bébés durant la petite enfance (96 203 participants, sept études, données de grande qualité; modèle à effets aléatoires RR 1,00 ; IC 95% 0,94 à 1,06, p = 0,9 ; test d'hétérogénéité I2 = 0%, P = 0.9) ou dans la période néonatale (données de qualité moyenne) ; ni de morbidité (données de très faible qualité). 

Pour la SVA du nourrisson, il n'y avait aucun signe d'une réduction du risque de mortalité durant la petite enfance (59 402 participants, neuf études, données de qualité moyenne ; modèle à effets aléatoires RR 0,97 , 0,83 à 1,12 , P = 0,65 ; test d'hétérogénéité I2 = 49%, P = 0.05) ou dans la période néonatale, ni de morbidité (données de faible qualité), mais une augmentation du risque de bombement de la fontanelle (32 978 participants, 10 études, données de faible qualité ; modèle à effets aléatoires RR 1,55, 1,05 à 2,28 , P = 0,03 ; test d'hétérogénéité I2 = 68%, P = 0.0009).

Conclusions des auteurs

Il n'existe aucune preuve convaincante que la supplémentation en vitamine A de la mère en post-partum ou du nourrisson entraine une réduction de la mortalité ou de la morbidité infantile dans les pays à revenus faibles et intermédiaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La supplémentation en vitamine A administrée aux mères de nouveau-nés ou aux nourrissons de moins de six mois pour prévenir la mort et les maladies dans la première année de la vie

La carence en vitamine A constitue un important problème de santé publique dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. Il a été montré que la supplémentation en vitamine A (SVA), administrée aux enfants âgés de six mois à cinq ans, réduit les décès. Les nourrissons de moins d'un an ont un risque plus élevé de développer une carence en vitamine A. Il y a deux façons possibles d'améliorer le niveau de vitamine A de ces nourrissons. Premièrement, la SVA peut être donnée aux mères qui allaitent afin d'élever la teneur en vitamine A du lait maternel et, deuxièmement, la SVA peut être administrée directement aux nourrissons de moins de six mois. Les chercheurs ont examiné le rôle potentiel de ces deux stratégies dans la prévention de la mort et des maladies dans la première année de la vie.

Les auteurs ont effectué une recherche dans la littérature médicale à propos de ces deux stratégies afin d'identifier les études pertinentes ayant comparé l'effet de la SVA et d'un placebo sur la mortalité, sur les maladies et sur les effets secondaires chez des nourrissons choisis au hasard.

Ces études n'ont fourni aucune preuve convaincante que la SVA maternelle réduise la mortalité dans la première année de vie (96 203 nourrissons, sept études) ou dans le premier mois de vie ; ni les maladies. Il n'y avait également aucune preuve convaincante que la SVA des nourrissons de moins de six mois réduise le risque de décès dans la première année de vie (59 402 nourrissons, neuf études) ou dans le premier mois de vie ; ni ne diminue les maladies. Toutefois, cette intervention pourrait augmenter la possibilité de développer l'effet secondaire de bombement de la fontanelle, qui résulte d'une pression accrue du fluide dans lequel baigne le cerveau (32 978 nourrissons, 10 études). La qualité des données pour évaluer le risque de décès dans la première année de vie était modérée à élevée, mais elle était faible pour les maladies et les effets secondaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français