Get access

Botulinum toxin for myofascial pain syndromes in adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Myofascial pain syndrome (MPS) is a regional muscular pain syndrome characterised by the presence of trigger points, which are painful points in one or more muscles. The pain can be felt at the site where the trigger point is located or it can be felt away from that place when the muscle is pressed (referred pain). Botulinum toxin is a protein produced by the bacterium Clostridium botulinum and is a potent neurotoxin that eventually inhibits muscle contractions. It is capable of selectively weakening painful muscles and interrupting the pain cycle.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of botulinum toxin in treating MPS, excluding MPS in neck and head muscles.

Search methods

The search strategy was composed of terms for myofascial pain and botulinum toxin. We searched the Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care (PaPaS) Review Group’s Specialised Register until December 2011, CENTRAL (Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 4), PUBMED (from 1966 to 2011), EMBASE (from 1980 to 2011) and LILACS (from 1982 to 2011). There was no language restriction.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) involving botulinum toxin for treating participants with MPS. We excluded studies with MPS of the neck and head from this review, as they have already been assessed in existing systematic reviews. We considered a diagnosis of MPS to be based on the identification of trigger points in the taut band through palpation of sensitive nodules, local twitch response and specific patterns of referred pain associated with each trigger point.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened identified studies, extracted data, assessed trial quality and analysed results using the Cochrane PaPaS Review Group criteria.

Main results

Four studies with a total of 233 participants, comparing botulinum toxin A (BTXA) with placebo, met the inclusion criteria. In one study with 145 participants, a significant improvement rate of pain intensity scores, as shown by the mean difference (MD) of -0.23 (95% confidence interval (CI) -0.26 to -0.20; P value < 0.00001) and duration of daily pain (MD -1.11; 95% CI -1.37 to -0.85; P value < 0.00001), was demonstrated when comparing BTXA with placebo. The three other studies showed that there was no statistically significant difference between BTXA and placebo in pain intensity.

Authors' conclusions

There is inconclusive evidence to support the use of botulinum toxin in the treatment of MPS based on data from four studies with a total of 233 participants, which we considered adequate to be included in this review. Meta-analyses were not possible due to the heterogeneity between studies. We suggest that in future studies the same methodology to assess pain, a standardised dose of treatment, follow-up of at least four months (to observe the maximum/minimum curve of the drug effect) and appropriate data presentation should be used. More high-quality RCTs of botulinum toxin for treating MPS need to be conducted before firm conclusions on its effectiveness and safety can be drawn.

Résumé

La toxine botulique pour le traitement du syndrome de douleur myofasciale chez l'adulte

Contexte

Le syndrome de douleur myofasciale (SDM) est un syndrome de douleur musculaire régionale caractérisé par la présence de zones gâchettes qui sont des points douloureux dans un ou plusieurs muscles. La douleur peut être ressentie autour de la zone gâchette, ou au delà de ce site quand le muscle est pressé (douleur projetée). La toxine botulique est une protéine produite par la bactérie Clostridium botulinum ; c'est une puissante neurotoxine qui a le pouvoir d'inhiber les contractions musculaires. Elle est capable d'affaiblir sélectivement les muscles douloureux et de briser le cycle de la douleur.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la toxine botulique dans le traitement du SDM, à l'exclusion du SDM dans les muscles du cou et de la tête.

Stratégie de recherche documentaire

La stratégie de recherche était composée de termes en rapport avec la douleur myofasciale et la toxine botulique. Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane de revue sur la douleur et les soins palliatifs (PaPaS) jusqu'à décembre 2011, CENTRAL (Base des revues systématiques Cochrane 2011, numéro 4), PUBMED (de 1966 à 2011), EMBASE (de 1980 à 2011) et LILACS (de 1982 à 2011). Il n'existait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels la toxine botulique était utilisée pour traiter des participants atteints de SDM. Nous avons exclu de cette revue les études avec des SDM de la nuque et de la tête, car ceux-ci ont déjà été évalués dans des revues systématiques existantes. Nous avons considéré qu'un diagnostic de SDM devait être basé sur l'identification de zones gâchettes dans la bande raide grâce à la palpation des nodules sensibles, d'une réaction de secousse musculaire localisée et de schémas spécifiques de douleur projetée associée à chaque zone gâchette.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment passé au crible les études identifiées, extrait les données, évalué la qualité des essais et analysé les résultats en utilisant les critères du groupe Cochrane de revue PaPaS.

Résultats Principaux

Quatre études, soit 233 participants au total, comparant la toxine botulique A (BTXA) à un placebo, répondaient aux critères d'inclusion. Dans une étude avec 145 participants, un taux significatif d'amélioration des scores d'intensité de la douleur a été démontrée lors de la comparaison de la BTXA à un placebo, comme le montre la différence moyenne (DM) de -0,23 (intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,26 à -0,20 ; P < 0,00001) et la durée de la douleur quotidienne (DM -1,11 ; IC à 95 % -1,37 à -0,85 ; P < 0,00001). Les trois autres études ont montré qu'il n'y avait pas de différence statistiquement significative entre la BTXA et le placebo au niveau de l'intensité des douleurs.

Conclusions des auteurs

Des résultats non-concluants étayent l'utilisation de la toxine botulique dans le traitement des SDM sur la base de données de quatre études totalisant 233 participants que nous avons considérées comme aptes à être incluses dans cette revue. Il n'a pas été possible d'effectuer de méta-analyses en raison de l'hétérogénéité des études. Nous suggérons que les études futures utilisent la même méthodologie pour évaluer la douleur, une dose standardisée de traitement, un suivi d'au moins quatre mois (pour observer la courbe maximum / minimum de l'effet du médicament) et une présentation appropriée des données. Il faudra réaliser des ECR supplémentaires et de bonne qualité sur l'utilisation de la toxine botulique dans le traitement du SDM, avant que des conclusions définitives sur son efficacité et son innocuité puissent être tirées.

Plain language summary

Botulinum toxin injectable drug for myofascial pain syndromes (a painful condition that could affect any muscle in the body) in adults

Myofascial pain syndrome (MPS) is a regional muscular pain syndrome characterised by the presence of trigger points (painful points) in one or more muscles. The pain can be at the trigger point site or it can be felt away from it when the muscle is pressed, which is called referred pain. Botulinum toxin is a potent chemical that blocks the communication between nerves and muscles and inhibits muscle contractions where the trigger points are located, which may result in pain relief in the area it is injected. The purpose of this review is to assess how effective botulinum toxin is at reducing pain in patients with MPS. We identified four studies with 233 participants, comparing botulinum toxin A with placebo (control group). There is inconclusive evidence to support the use of botulinum toxin in the treatment of MPS. More high-quality randomised controlled trials of botulinum toxin for treating MPS need to be conducted before firm conclusions on its effectiveness and safety can be drawn.

Résumé simplifié

La toxine botulique pour le traitement du syndrome de douleur myofasciale chez l'adulte

La toxine botulique injectable pour le traitement du syndrome de douleur myofasciale (une affection douloureuse pouvant affecter n'importe quel muscle du corps) chez l'adulte

Le syndrome de douleur myofasciale (SDM) est un syndrome de douleur musculaire régionale caractérisé par la présence de zones gâchettes (points douloureux) dans un ou plusieurs muscles. La douleur peut être localisée autour de la zone gâchette ou peut être ressentie au delà quand le muscle est pressé (on parle alors de douleur projetée). La toxine botulique est une substance chimique puissante qui bloque la communication entre les nerfs et les muscles et inhibe les contractions musculaires là où sont situées les zones gâchettes, ce qui peut entraîner un soulagement de la douleur dans la région où est réalisée l'injection. Le but de cette étude est d'évaluer à quel point la toxine botulique est efficace pour réduire la douleur chez les patients atteints de SDM. Nous avons identifié quatre études totalisant 233 participants, qui avaient comparé la toxine botulinique A à un placebo (groupe témoin). Des résultats non-concluants étayent l'utilisation de la toxine botulique dans le traitement du SDM. Il faudra réaliser des essais contrôlés randomisés supplémentaires et de bonne qualité sur l'utilisation de la toxine botulique dans le traitement du SDM, avant que des conclusions définitives sur son efficacité et son innocuité puissent être tirées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary