Intervention Review

Spiritual and religious interventions for well-being of adults in the terminal phase of disease

  1. Bridget Candy1,*,
  2. Louise Jones1,
  3. Mira Varagunam1,
  4. Peter Speck2,
  5. Adrian Tookman1,
  6. Michael King3

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 4 APR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007544.pub2


How to Cite

Candy B, Jones L, Varagunam M, Speck P, Tookman A, King M. Spiritual and religious interventions for well-being of adults in the terminal phase of disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD007544. DOI: 10.1002/14651858.CD007544.pub2.

Author Information

  1. 1

    University College Medical School, Marie Curie Palliative Care Research Unit, UCL Mental Health Sciences Unit, London, UK

  2. 2

    King's College London, Cicely Saunders Institute, London, UK

  3. 3

    University College Medical School, UCL Mental Health Sciences, London, UK

*Bridget Candy, Marie Curie Palliative Care Research Unit, UCL Mental Health Sciences Unit, University College Medical School, Charles Bell House, 67 - 73 Riding House Street, London, W1W 7EJ, UK. b.candy@ucl.ac.uk. bridget@metaclarity.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

As terminal disease progresses, health deteriorates and the end of life approaches, people may ask "Why this illness? Why me? Why now?" Such questions may invoke, rekindle or intensify spiritual or religious concerns. Although the processes by which these associations occur are poorly understood, there is some research evidence for associations that are mainly positive between spiritual and religious awareness and wellness, such as emotional health.

Objectives

This review aimed to describe spiritual and religious interventions for adults in the terminal phase of a disease and to evaluate their effectiveness on well-being.

Search methods

We searched 14 databases to November 2011, including the Cochrane Central Register of Controlled Trials and MEDLINE.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTS) if they involved adults in the terminal phase of a disease and if they evaluated outcomes for an intervention that had a spiritual or religious component. Primary outcomes were well-being, coping with the disease and quality of life.

Data collection and analysis

In accordance with the inclusion criteria, two review authors independently screened citations. One review author extracted data which was then checked by another review author. We considered meta-analysis for studies with comparable characteristics.

Main results

Five RCTs (1130 participants) were included. Two studies evaluated meditation, the others evaluated multi-disciplinary palliative care interventions that involved a chaplain or spiritual counsellor as a member of the intervention team. The studies evaluating meditation found no overall significant difference between those receiving meditation or usual care on quality of life or well-being. However, when meditation was combined with massage in the medium term it buffered against a reduction in quality of life. In the palliative care intervention studies there was no significant difference in quality of life or well-being between the trial arms. Coping with the disease was not evaluated in the studies. The quality of the studies was limited by under-reporting of design features.

Authors' conclusions

We found inconclusive evidence that interventions with spiritual or religious components for adults in the terminal phase of a disease may or may not enhance well-being. Such interventions are under-evaluated. All five studies identified were undertaken in the same country, and in the multi-disciplinary palliative care interventions it is unclear if all participants received support from a chaplain or a spiritual counsellor. Moreover, it is unclear in all the studies whether the participants in the comparative groups received spiritual or religious support, or both, as part of routine care or from elsewhere. The paucity of quality research indicates a need for more rigorous studies.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Spiritual and religious interventions for adults in the latter stage of a disease

Being ill and near to the end of life can raise questions such as "Why me? Why now?". The experience may start or increase thoughts of a spiritual or religious nature. Some research has found that having spiritual or religious awareness, or both, may help a person cope with disease and dying. We conducted our review through searches for studies that were randomised controlled trials. We only included such studies if they evaluated an intervention that involved a spiritual or religious aspect, such as prayer and meditation, and aimed to support adults in the terminal phase of a disease. We found five studies. In total, the studies involved 1130 participants. Two studies evaluated meditation. Three evaluated the work of a palliative care team that involved physicians, nurses and chaplains. Studies compared those who received the intervention with those who did not. Studies evaluated the interventions in various ways including whether it helped in any way a person's quality of life.

There was inconclusive evidence that meditation and palliative care teams that involve a chaplain or spiritual counsellor help patients feel emotionally supported. The findings of the review are limited. This is because none of the studies measured whether the intervention helped the person cope with the disease process, and also it is unclear whether all participants receiving the palliative care team interventions were offered support from a chaplain. All the studies were undertaken in one country, making it difficult to draw conclusions as to whether the intervention would work elsewhere.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions d'ordre spirituel et religieux pour le bien-être des adultes en phase terminale d'une maladie

Contexte

Au fur et à mesure que la maladie terminale évolue, la santé se détériore et la fin de vie se rapproche, les gens peuvent se demander « Pourquoi cette maladie ? Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? » De telles questions peuvent invoquer, raviver ou intensifier des préoccupations spirituelles ou religieuses. Bien que les processus par lesquels ces associations se produisent soient mal compris, il existe quelques données de recherche pour les associations qui sont principalement positives entre la conscience spirituelle et religieuse et le sentiment de bien-être, comme la stabilité émotive.

Objectifs

Cette revue visait à décrire des interventions d'ordre spirituel et religieux pour les adultes en phase terminale d'une maladie et à évaluer leur efficacité sur le bien-être.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans 14 bases de données jusqu'au mois de novembre 2011, y compris le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et MEDLINE.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) s'ils concernaient des adultes en phase terminale d'une maladie et s'ils avaient évalué des critères de jugement pour une intervention qui avait une composante spirituelle ou religieuse. Les principaux critères de jugement étaient le bien-être, la capacité à faire face à la maladie et la qualité de vie.

Recueil et analyse des données

Conformément aux critères d'inclusion, deux auteurs ont, indépendamment, passé au crible des références. Un auteur de la revue a extrait des données qui ont ensuite été vérifiées par un autre auteur de la revue. Nous avons considéré la méta-analyse pour les études ayant des caractéristiques comparables.

Résultats Principaux

Cinq ECR (soit 1 130 participants) ont été inclus. Deux études avaient évalué la méditation, les autres avaient évalué les interventions de soins palliatifs multidisciplinaires qui comprenaient un aumônier ou un conseiller spirituel comme membre de l'équipe de l'intervention. Les études évaluant la méditation n'avaient trouvé aucune différence significative globale entre ceux bénéficiant de la méditation ou de soins habituels quant à la qualité de vie ou au bien-être. Cependant, quand la méditation était combinée à un massage à moyen terme, cela permettait d'amortir une diminution de la qualité de vie. Dans les études d'interventions de soins palliatifs, aucune différence significative n'avait été observée quant à la qualité de vie ou au bien-être entre les bras des essais. La capacité à faire face à la maladie n'avait pas été évaluée dans les études. La qualité des études était limitée par la sous-évaluation des caractéristiques du plan.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons pas trouvé de preuve concluante indiquant que les interventions ayant des composantes spirituelles ou religieuses pour les adultes en phase terminale d'une maladie sont susceptibles ou pas d'améliorer le bien-être. De telles interventions sont sous-évaluées. Les cinq études identifiées ont toutes été menées dans le même pays, et dans les interventions de soins palliatifs multidisciplinaires, on ne sait pas si un soutien d'un aumônier ou d'un conseiller spirituel avait été proposé à tous les participants. De plus, pour toutes les études, on ne sait pas si les participants dans les groupes comparatifs avaient bénéficié d'un soutien d'ordre spirituel ou religieux, ou des deux, dans le cadre des soins de routine ou dans un autre cadre. La rareté des recherches de qualité indique un besoin de réaliser des études plus rigoureuses.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions d'ordre spirituel et religieux pour le bien-être des adultes en phase terminale d'une maladie

Interventions d'ordre spirituel et religieux pour les adultes en phase terminale d'une maladie

Être malade et se rapprocher de la fin de vie peut soulever des questions telles que « Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? ». L'expérience peut susciter ou renforcer des idées de nature spirituelle ou religieuse. Certaines recherches ont constaté que le fait d'avoir une conscience spirituelle ou religieuse, ou les deux, peut aider une personne à faire face à la maladie et à la mort. Nous avons réalisé notre revue en effectuant des recherches d'études qui étaient des essais contrôlés randomisés. Nous n'avons inclus de telles études que si elles avaient évalué une intervention qui concernait un aspect spirituel ou religieux, tel que la prière et la méditation, et visait à apporter un soutien à des adultes en phase terminale d'une maladie. Nous avons trouvé cinq études. Au total, les études portaient sur 1 130 participants. Deux études avaient évalué la méditation. Trois avaient évalué le travail d'une équipe de soins palliatifs comprenant des médecins, des infirmières et des aumôniers. Les études avaient comparé ceux qui bénéficiaient de l'intervention à ceux qui n'en bénéficiaient pas. Les études avaient évalué les interventions de différentes manières y compris selon qu'elles aidaient d'une manière ou d'une autre à améliorer la qualité de vie d'une personne.

Il n'y avait pas de preuve concluante indiquant que la méditation et les équipes de soins palliatifs qui comprennent un aumônier ou un conseiller spirituel aident les patients à se sentir soutenus sur le plan émotionnel. Les résultats de la revue sont limités. Cela tient au fait qu'aucune des études n'avait évalué si l'intervention aidait la personne à faire face au processus pathologique, de même qu'on ne sait pas si un soutien d'un aumônier avait été proposé à tous les participants bénéficiant des interventions d'équipes de soins palliatifs. Toutes les études ont été menées dans un seul pays, il est donc difficile de tirer des conclusions quant à la réussite ou non de l'intervention ailleurs.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français