Intervention Review

Written emotional disclosure for asthma

  1. Priyamvada Paudyal1,
  2. Paul Hine2,
  3. Alice Theadom3,
  4. Christian J Apfelbacher4,
  5. Christina J Jones1,
  6. Janelle Yorke5,
  7. Matthew Hankins6,
  8. Helen E Smith1,*

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 19 MAY 2014

Assessed as up-to-date: 1 JAN 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD007676.pub2


How to Cite

Paudyal P, Hine P, Theadom A, Apfelbacher CJ, Jones CJ, Yorke J, Hankins M, Smith HE. Written emotional disclosure for asthma. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 5. Art. No.: CD007676. DOI: 10.1002/14651858.CD007676.pub2.

Author Information

  1. 1

    Brighton and Sussex Medical School, Division of Primary Care and Public Health, Brighton, UK

  2. 2

    North Western Deanery, Manchester, UK

  3. 3

    Auckland University of Technology, National Institute for Stroke and Applied Neuroscience / Person Centred Research Centre, Auckland, New Zealand

  4. 4

    University of Regensburg, Medical Sociology, Department of Epidemiology and Preventive Medicine, Regensburg, Germany

  5. 5

    Jean McFarlane Building, University of Manchester, School of Nursing, Midwifery & Social Work, Manchester, UK

  6. 6

    IMS Health, Real-World Evidence Solutions, London, UK

*Helen E Smith, Division of Primary Care and Public Health, Brighton and Sussex Medical School, Brighton, UK. H.E.Smith@bsms.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 19 MAY 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Psychological stress has been widely implicated in asthma exacerbation. Evidence suggests that written emotional disclosure, an intervention that involves writing about traumatic or stressful experiences, helps to reduce stress and promote physical and psychological well-being. Written emotional disclosure may have a role in the management of asthma.

Objectives

This review aims to determine the effectiveness of written emotional disclosure for people with asthma, specifically, to assess:

1. overall efficacy of emotional disclosure compared with emotionally neutral writing on self reported quality of life in people with asthma;

2. overall efficacy of emotional disclosure compared with emotionally neutral writing on objective measures of health outcome in people with asthma; and

3. comparative efficacy of different types of emotional disclosure for people with asthma.

Search methods

Trials were identified from the Cochrane Airways Group Specialised Register of trials, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED and PsycINFO. The latest search was conducted in January 2014.

Selection criteria

Randomised controlled trials published in any language comparing written emotional disclosure intervention versus a control writing (emotionally neutral) intervention in participants with asthma were included in the review.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed studies against predetermined inclusion criteria and extracted the data. Corresponding authors were contacted when necessary to provide additional information.

Main results

Four studies, involving a total of 414 participants, met the inclusion criteria. Three studies were conducted in adult participants and one in adolescents. The average age of participants ranged from 14 to 43 years. The trials lasted between two months and 12 months. The interventions were based on Pennebaker's method. The risk of bias across most domains of the studies was generally considered to be low, however three of four studies were considered at high risk of bias due to lack of assessor blinding and one study was at high risk of bias for selective reporting. The interpretation of these studies was limited by diverse outcome measurements, measurement tools, control group techniques, and number and/or times of follow-up. A pooled result from the four studies, including a total of 146 intervention and 135 control participants, indicated uncertain effect in forced expiratory volume in one second (FEV1) % predicted between the disclosure group and the control group (mean difference (MD) 3.43%, 95% confidence interval (CI) -0.61% to 7.47%; very low-quality evidence) at ≤ three months' follow-up. Similarly, evidence from two studies indicated that written emotional disclosure found uncertain effect on forced vital capacity (FVC) (standardised mean difference (SMD) -0.02, 95% CI -0.30 to 0.26; low-quality evidence) and asthma symptoms (SMD -0.22, 95% CI -0.52 to 0.09; low-quality evidence) but may result in improved asthma control at ≤ three months' follow-up (SMD 0.29, 95% CI 0.01 to 0.58; low-quality evidence). We were unable to pool the data for other outcomes. Results from individual trials did not reveal a significant benefit of written emotional disclosure for quality of life, medication use, healthcare utilisation or psychological well-being. Evidence from one trial suggests a significant reduction in beta agonist use (MD -1.62, 95% CI -2.62 to -0.62; low-quality evidence) at ≤ three months' follow-up in the disclosure group compared with controls. The review did not address any adverse effects of emotional writing.

Authors' conclusions

Evidence was insufficient to show whether written emotional disclosure compared with writing about non-emotional topics had an effect on the outcomes included in this review. Evidence is insufficient to allow any conclusions as to the role of disclosure in quality of life, psychological well-being, medication use and healthcare utilisation. The evidence presented in this review is generally of low quality. Better designed studies with standardised reporting of outcome measurement instruments are required to determine the effectiveness of written emotional disclosure in the management of asthma.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Writing about emotional topics for asthma control and well-being

Background

Stress may cause worsening of asthma. Previous studies showed that "written emotional disclosure," an activity that encourages people to write about stressful experiences, helps to reduce stress and improve well-being. Therefore written emotional disclosure may have a role in the management of asthma by reducing stress.

Review question

We reviewed the medical literature to find out whether written emotional disclosure improves lung function and asthma symptoms in asthmatic patients. We looked at studies that compared the effectiveness of completing written emotional disclosure versus writing about topics unrelated to emotion.

Study characteristics

Four studies, involving 414 participants, were included in this review. The trials lasted between two months and 12 months. One study was conducted in the UK, the other three in the USA. All studies compared emotional disclosure writing versus non-stressful writing. Three studies were conducted in adult participants and one in adolescents. The average age of participants ranged from 14 to 43 years. In all trials, most of the participants were female.

Key results

There is no evidence to support that written emotional disclosure is helpful in improving lung function or symptoms in patients with asthma. However, disclosure may be beneficial for patients' perceptions of their own asthma control. Based on evidence obtained from the studies, we are not able to draw conclusions about the role of written emotional disclosure in quality of life, psychological well-being, asthma medication use or use of healthcare facilities for asthma-related problems. Better designed studies are necessary to determine the effects of written emotional disclosure for patients with asthma.

Quality of the evidence

Our interpretation of the studies was limited by variation in study settings, topics of the non-stressful writing exercise and study duration. The evidence presented in this review is generally of low quality. This summary was current to January 2014.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La divulgation des émotions par écrit pour le traitement de l'asthme

Contexte

Le stress psychologique a été largement impliqué dans la crise d'asthme. Les preuves suggèrent que la divulgation des émotions par écrit, une intervention qui implique l'écriture sur les expériences traumatiques ou stressantes, aide à réduire le stress et à promouvoir le bien-être physique et psychologique. La divulgation des émotions par écrit peut jouer un rôle dans la prise en charge de l'asthme.

Objectifs

Cette revue vise à déterminer l'efficacité de la divulgation des émotions par écrit chez les personnes souffrant d'asthme, en particulier, à évaluer :

1. L'efficacité générale de la divulgation des émotions par rapport à l'écriture émotionnellement neutre sur la qualité de vie rapportée par les personnes souffrant d'asthme ;

2. L'efficacité générale de la divulgation des émotions par rapport à l'écriture émotionnellement neutre sur les mesures objectives du critère de santé chez les personnes souffrant d'asthme ; et

3. L'efficacité comparative des différents types de divulgation des émotions chez les personnes souffrant d'asthme.

Stratégie de recherche documentaire

Des essais ont été identifiés dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED et PsycINFO. La dernière recherche a été effectuée en janvier 2014.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés, publiés dans n'importe quelle langue, comparant les interventions de divulgation des émotions par écrit par rapport à un groupe témoin (écriture émotionnellement neutre) chez des participants souffrant d'asthme, ont été inclus dans la revue.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études par rapport aux critères d'inclusion prédéterminés et extrait les données. Les auteurs correspondants ont été contactés lorsque cela était nécessaire pour fournir des informations supplémentaires.

Résultats Principaux

Quatre études, portant sur un total de 414 participants, remplissaient les critères d'inclusion. Trois études ont été menées chez des participants adultes et une chez des adolescents. L'âge moyen des participants variait de 14 à 43 ans. Les essais ont duré entre 2 et 12 mois. Les interventions étaient basées sur la méthode de Pennebaker. Le risque de biais dans la plupart des domaines des études était généralement considéré comme faible, mais trois des quatre études étaient considérées comme présentant un risque élevé de biais dû au manque de mise en aveugle des évaluateurs et une étude était à risque élevé de biais sur la notification sélective. L'interprétation de ces études était limitée par divers outils d'évaluation, mesures de résultat, techniques des groupes témoins et nombre et / ou périodes de suivi. Un résultat combiné des quatre études, incluant un total de 146 interventions et 135 participants témoins, indiquait un effet incertain du volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS 1 ) % de la valeur prédite entre le groupe de divulgation et le groupe témoin (différence moyenne (DM) de 3,43%, 95 % de confiance (IC) de -0,61 % à 7,47 %; preuves de très faible qualité) ? à trois mois de suivi. De même, les preuves issues de deux études indiquaient que la divulgation des émotions par écrit a trouvé un effet incertain sur la capacité vitale forcée (CVF) (différence moyenne standardisée (DMS) de -0,02, IC à 95 % de -0,30 à 0,26; preuves de faible qualité) et les symptômes de l'asthme (DMS de -0,22, IC à 95 % de -0,52 à 0,09; preuves de faible qualité), mais peut entraîner une amélioration du contrôle de l'asthme ? à trois mois de suivi (DMS de 0,29, IC à 95 % de 0,01 à 0,58; preuves de faible qualité). Nous n'avons pas été en mesure de regrouper les données pour les autres critères de jugement. Les résultats des essais individuels n'ont pas mis en évidence un bénéfice significatif de la divulgation des émotions par écrit sur la qualité de vie, l'utilisation de médicaments, l'utilisation des soins de santé ou le bien-être psychologique. Les preuves issues d'un essai suggèrent une réduction significative de l'utilisation des bêta agonistes (DM de -1,62, IC à 95 % de -2,62 à -0,62; preuves de faible qualité) ? à trois mois de suivi, dans le groupe de divulgation par rapport au groupe témoin. La présente revue n'a rapporté aucun effet indésirable lié à l'écriture sur les émotions.

Conclusions des auteurs

Les preuves étaient insuffisantes pour établir si la divulgation des émotions par écrit par rapport à l'écriture sur des sujets non-émotionnels avait un effet sur les critères de jugement inclus dans cette revue. Les preuves sont insuffisantes pour apporter des conclusions concernant le rôle de la divulgation sur la qualité de vie, le bien-être psychologique, l'utilisation de médicaments et l'utilisation des soins de santé. Les preuves présentées dans cette revue sont généralement de faible qualité. Des études mieux planifiées, avec des rapports standardisés provenant d'instruments qui mesurent les résultats, sont nécessaires pour déterminer l'efficacité de la divulgation des émotions par écrit dans la prise en charge de l'asthme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La divulgation des émotions par écrit pour le traitement de l'asthme

Écrire sur des sujets émotionnels pour le contrôle de l'asthme et le bien-être

Contexte

Le stress peut entraîner une aggravation de l'asthme. De précédentes études ont montré que la « divulgation des émotions par écrit », une activité qui encourage les patients à rédiger sur leurs expériences stressantes, aide à réduire le stress et à améliorer le bien-être. Par conséquent, la divulgation des émotions par écrit peut jouer un rôle dans la prise en charge de l'asthme en réduisant le stress.

Question de la revue

Nous avons examiné la littérature médicale afin de déterminer si la divulgation des émotions par écrit améliore la fonction pulmonaire et les symptômes de l'asthme chez les patients asthmatiques. Nous avons examiné les études qui comparaient l'efficacité de compléter une divulgation des émotions par écrit par rapport à la rédaction de sujets sans lien émotionnel.

Les caractéristiques de l'étude

Quatre études, portant sur 414 participants, ont été incluses dans cette revue. Les essais ont duré entre 2 et 12 mois. Une étude a été réalisée au Royaume-Uni, les trois autres aux États-Unis. Toutes les études comparaient la divulgation des émotions par écrit par rapport à la rédaction de sujets sans lien émotionnel. Trois études ont été menées chez des participants adultes et une chez des adolescents. L'âge moyen des participants variait de 14 à 43 ans. Dans tous les essais, la plupart des participants étaient des femmes.

Résultats principaux

Il n'existe aucune preuve permettant de soutenir que la divulgation des émotions par écrit est utile pour améliorer la fonction pulmonaire ou les symptômes chez les patients souffrant d'asthme. Cependant, la divulgation peut être bénéfique pour la perception des patients à contrôler eux- mêmes leur asthme. D'après les preuves obtenues auprès des études, nous ne sommes pas en mesure d'apporter de conclusions concernant le rôle de la divulgation des émotions par écrit sur la qualité de vie, le bien-être psychologique, l'utilisation des médicaments traitant l'asthme ou l'utilisation des services de santé pour les problèmes liés à l'asthme. Des études mieux planifiées sont nécessaires pour déterminer les effets de la divulgation des émotions par écrit chez les patients atteints d'asthme.

Qualité des preuves

Notre interprétation des études était limitée par une variation des paramètres d'étude, des exercices d'écriture relatifs à des sujets non-stressants et de la durée de l'étude. Les preuves présentées dans cette revue sont généralement de faible qualité. Ce résumé a été mis à jour en janvier 2014.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th August, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé