Get access

Telehealthcare for chronic obstructive pulmonary disease

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Susannah McLean,

    Corresponding author
    1. University of Edinburgh, Allergy & Respiratory Research Group, Centre for Population Health Sciences, Edinburgh, Scotland, UK
    • Susannah McLean, Allergy & Respiratory Research Group, Centre for Population Health Sciences, University of Edinburgh, Doorway 1, Teviot Place, Edinburgh, Scotland, EH8 9AG, UK. Susannah.McLean@ed.ac.uk.

    Search for more papers by this author
  • Ulugbek Nurmatov,

    1. Centre for Population Health Sciences: GP Section, The University of Edinburgh, Allergy & Respiratory Research Group, Edinburgh, UK
    Search for more papers by this author
  • Joseph LY Liu,

    1. Scottish Dental Clinical Effectiveness Programme, NHS Education for Scotland, The University of Dundee, Dental Health Services & Research Unit, Dundee, UK
    Search for more papers by this author
  • Claudia Pagliari,

    1. University of Edinburgh, Centre for Population Health Sciences, Edinburgh, UK
    Search for more papers by this author
  • Josip Car,

    1. Imperial College London, Global eHealth Unit, Department of Primary Care and Public Health, School of Public Health, London, UK
    2. University of Ljubljana, Department of Family Medicine, Faculty of Medicine, Ljubljana, Slovenia
    Search for more papers by this author
  • Aziz Sheikh

    1. The University of Edinburgh, Centre for Population Health Sciences, Edinburgh, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Chronic obstructive pulmonary disease (COPD) is a disease of irreversible airways obstruction in which patients often suffer exacerbations. Sometimes these exacerbations need hospital care: telehealthcare has the potential to reduce admission to hospital when used to administer care to the pateint from within their own home.

Objectives

To review the effectiveness of telehealthcare for COPD compared with usual face-to-face care.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group Specialised Register, which is derived from systematic searches of the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED, and PsycINFO; last searched January 2010.

Selection criteria

We selected randomised controlled trials which assessed telehealthcare, defined as follows: healthcare at a distance, involving the communication of data from the patient to the health carer, usually a doctor or nurse, who then processes the information and responds with feedback regarding the management of the illness. The primary outcomes considered were: number of exacerbations, quality of life as recorded by the St George's Respiratory Questionnaire, hospitalisations, emergency department visits and deaths.

Data collection and analysis

Two authors independently selected trials for inclusion and extracted data. We combined data into forest plots using fixed-effects modelling as heterogeneity was low (I2 < 40%).

Main results

Ten trials met the inclusion criteria. Telehealthcare was assessed as part of a complex intervention, including nurse case management and other interventions. Telehealthcare was associated with a clinically significant increase in quality of life in two trials with 253 participants (mean difference -6.57 (95% confidence interval (CI) -13.62 to 0.48); minimum clinically significant difference is a change of -4.0), but the confidence interval was wide. Telehealthcare showed a significant reduction in the number of patients with one or more emergency department attendances over 12 months; odds ratio (OR) 0.27 (95% CI 0.11 to 0.66) in three trials with 449 participants, and the OR of having one or more admissions to hospital over 12 months was 0.46 (95% CI 0.33 to 0.65) in six trials with 604 participants. There was no significant difference in the OR for deaths over 12 months for the telehealthcare group as compared to the usual care group in three trials with 503 participants; OR 1.05 (95% CI 0.63 to 1.75).

Authors' conclusions

Telehealthcare in COPD appears to have a possible impact on the quality of life of patients and the number of times patients attend the emergency department and the hospital. However, further research is needed to clarify precisely its role since the trials included telehealthcare as part of more complex packages.

Résumé scientifique

Télésanté dans le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique

Contexte

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une maladie obstructive des voies aériennes irréversible, dans laquelle les patients souffrent souvent de crises. Parfois ces crises nécessitent des soins hospitaliers: la télésanté peut potentiellement réduire les hospitalisations lorsqu'elle est utilisée pour administrer des soins aux patients depuis leurs domiciles.

Objectifs

Pour évaluer l'efficacité de la télésanté pour la MPOC comparé aux soins habituels en face à face.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons examiné le Registre Cochrane spécialisé dans les voies aériennes, qui est dérivé des recherches systématiques du registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED, et PsycINFO ; dernière recherche datée de janvier 2010,

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés qui ont évalué la télésanté définie comme suit: santé à distance, impliquant la communication de données depuis le patient au soignant, normalement un médecin ou une infirmière, qui analyse alors l'information et y répond avec une réponse concernant la gestion de la maladie. Les critères de jugement principaux étaient: le nombre de crises, la qualité de vie telle quelle est décrite dans le questionnaire respiratoire de St George, les hospitalisations, les visites dans les centres d'urgences, et les décès.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné indépendamment des essais à inclure et ont extrait les données. Nous avons combiné des données en graphiques dits "forest plots" en utilisant des modèles à effets fixes, car l'hétérogénéité était basse (I2 < 40%).

Résultats principaux

Dix essais ont répondu aux critères d'inclusion. La télésanté a été évaluée dans le cadre d'une intervention complexe, comprenant la gestion des cas infirmiers et d'autres interventions. La télésanté a été associée à une augmentation de la qualité de vie dans deux essais comptant 253 participants (différence moyenne -6,57 (intervalle de confiance (IC) à 95% entre -13,62 et 0,48) ; la différence clinique significative minimum est un changement de -4,0), mais l'intervalle de confiance était large. La télésanté montre une réduction significative dans le nombre de patients se présentant dans des services d'urgences au moins une fois sur 12 mois ; rapport des cotes (RC) 0,27 (IC à 95% entre 0,11 et 0,66) dans trois essais avec 449 participants, et le RC d'au moins une hospitalisation dans les 12 mois était de 0,46 (IC à 95% entre 0,33 et 0,65) dans six essais avec 604 participants. Aucune différence significative dans le RC pour les décès sur les 12 mois pour le groupe de télésanté n'a été rapportée par rapport au groupe habituel dans les trois essais avec 503 participants. RC 1,05 (IC à 95% entre 0,63 et 1,75).

Conclusions des auteurs

La télésanté dans la MPOC semble avoir un impact possible sur la qualité de vie des patients et sur le nombre de présentations des patients auprès des services d'urgences et dans les hôpitaux. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour clarifier précisément son rôle puisque les essais incluaient la télésanté dans le cadre de packages plus complexes.

Plain language summary

Telehealthcare for COPD - bronchitis and emphysema

The smoking related diseases of bronchitis and emphysema are now considered under the umbrella term of chronic obstructive pulmonary disease, COPD. This is because they are diseases which leave people breathless and often with a cough and increased phlegm. Such people often have times when their COPD worsens and they cannot "get their breath" and have to go into hospital for treatment. It is very expensive to look after people this way and often they do not want to spend time in hospital but there are few alternatives. Telehealthcare involves using technology such as telephones, video cameras and the Internet to allow people to stay at home and communicate with a nurse or doctor when they have a period of increased breathlessness. The professional can obtain information from the patient to allow them to prescribe treatments and monitor the patient closely without them having to go into hospital or to the emergency department. This study shows that people treated this way do manage to stay out of hospital longer than people treated by conventional systems of care. There are also some data showing that although these systems are expensive to start off with, if they are successful at keeping people out of hospital, then the cost saving from this means that they are cheaper in the long run.

Résumé simplifié

Télésanté dans le traitement de la MPOC - bronchite et emphysème

La bronchite et l'emphysème liés au tabac sont aujourd'hui considérés comme faisant partie des maladies pulmonaires obstructives chroniques, MPOC. Parce que ce sont des maladies qui essoufflent les patients souvent avec une toux et une augmentation des mucosités. Ces patients connaissent des phases d’aggravation des symptômes pendant lesquelles ils sont "à bout de souffle" et ils doivent aller à l'hôpital pour être traités. Soigner ces personnes de cette façon est très coûteux et bien souvent ils ne souhaitent pas séjourner à l'hôpital mais les alternatives sont peu nombreuses. La télésanté implique l'utilisation de technologie comme le téléphone, les caméras vidéo et l'Internet pour permettre aux gens de rester à la maison et de communiquer avec une infirmière ou un médecin lorsqu'elles se trouvent dans une période d'aggravation de l’essoufflement. Les professionnels peuvent obtenir des informations du patient pour leur permettre de proposer des traitements et de surveiller le patient de près sans avoir à aller à l'hôpital ou dans les services d'urgences. Cette étude montre que les personnes traitées de cette façon réussissent à rester hors de l'hôpital plus longtemps que les personnes traitées par des systèmes de soin plus conventionnels. Certaines données montrent que bien que ces systèmes soient chers au départ, s’ils parviennent à maintenir les patients hors des hôpitaux, les économies générées les rendent moins coûteux sur le long terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary