Intervention Review

Pharmacological therapies for maintenance treatments of opium dependence

  1. Afarin Rahimi-Movaghar1,*,
  2. Masoumeh Amin-Esmaeili1,
  3. Mitra Hefazi1,
  4. Reza Yousefi-Nooraie2

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 31 JAN 2013

Assessed as up-to-date: 15 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007775.pub2


How to Cite

Rahimi-Movaghar A, Amin-Esmaeili M, Hefazi M, Yousefi-Nooraie R. Pharmacological therapies for maintenance treatments of opium dependence. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD007775. DOI: 10.1002/14651858.CD007775.pub2.

Author Information

  1. 1

    Iranian Research Center for HIV/AIDS (IRCHA), Tehran University of Medical Sciences, Department for Mental Health and Substance Use, Tehran, Tehran, Iran

  2. 2

    McMaster University, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

*Afarin Rahimi-Movaghar, Department for Mental Health and Substance Use, Iranian Research Center for HIV/AIDS (IRCHA), Tehran University of Medical Sciences, Imam Khomeini Hospital, Keshavarz Blv., Tehran, Tehran, 1419733141, Iran. rahimia@tums.ac.ir.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 JAN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Pharmacologic therapies for maintenance treatment of heroin dependence have been used and studied widely. Systematic reviews have demonstrated the effectiveness of such therapies. Opium dependence is associated with less problems and impairments and is less likely to be used by injecting, with consequent reductions in risk of overdose and blood-borne diseases. Although it is a common substance use disorder in many countries, a systematic review of the literature is lacking on the maintenance treatment for opium dependence.

Objectives

To evaluate the effectiveness and safety of various pharmacological therapies on maintenance of opium dependence (alone or in combination with psychosocial interventions) compared to no intervention, detoxification, different doses of the same intervention, other pharmacologic interventions and any psychosocial interventions.

Search methods

We searched the following sources up to February 2012: Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, regional databases (IMEMR and ASCI), national databases (Iranmedex and Iranpsych), main electronic sources of ongoing trials and reference lists of all relevant papers. Also, we contacted known investigators from some Asian countries to obtain details about unpublished trials.

Selection criteria

Randomised controlled clinical trials (RCTs) comparing any maintenance pharmacologic intervention versus no intervention, other pharmacologic or non-pharmacologic intervention for opium dependence.

Data collection and analysis

Two reviewers assessed the risks of biases and extracted data, independently.

Main results

Three RCTs recruiting 870 opium dependents were included. The studies made different comparisons so it was not possible to pool data. Only retention rate was assessed by the studies. Two studies compared different doses of buprenorphine: in one study, 4 mg/day of buprenorphine was compared with doses of 2 mg/day and 1 mg/day and in another study, 8 mg/day of buprenorphine was compared with doses of 3 mg/day and 1 mg/day. Comparisons showed a statistically significant difference between groups; higher doses of buprenorphine increased the probability of retention in treatment. The studies had high risks of biases. In the third study, after a process of detoxification, baclofen (60 mg/day) was compared with placebo for maintenance treatment. The difference in retention rate between groups was high, but it was not statistically significant.

Authors' conclusions

It is not possible to conclude about the use of any kind of pharmacologic therapies for maintenance treatment of opium dependence.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Pharmacological therapies for maintenance treatments of opium dependence

Opium is obtained from the unripe seed capsules of the poppy plant. Opium is usually used by smoking or by swallowing to create a feeling of euphoria, to provide pleasure or as an analgesic or hypnotic. Cultural attitudes affect the patterns of opioid use among different countries. In the Middle East and south east Asia, opium is used in many cases in social settings and the users do not suffer from considerable social dysfunction. It is used occasionally and mainly in male gatherings but regular use can cause dependence. Opium users have a more stable life style than heroin users and, of those who come for treatment, a higher proportion are married and live with their family.

Stopping opium use gives rise to a mild intensity opiate withdrawal syndrome. The physical signs of withdrawal syndrome usually stop after 14 days; but a protracted syndrome that includes reduced well-being, malaise and periodic strong cravings can continue for months. Completion of withdrawal and remaining abstinent is difficult and opium dependents often relapse if treatment does not continue after completion of withdrawal.

When the type of opioid used is less harmful than heroin, as with opium, there is a question as to what type of treatment or maintenance is most effective; detoxification from opium is short-lasting and better tolerated than detoxification from methadone.

Three randomised controlled trials involving 870 opium dependents were included in the review. In two of the trials different doses of the semi-synthetic opioid buprenorphine were compared. The higher doses of buprenorphine (4 mg/day and 8 mg/day, respectively) increased the probability of retention in treatment. The studies had a high risk of bias. In the third trial baclofen (an agonist of GABA-B receptors) was compared with placebo for maintenance treatment after a process of detoxification. Only 27 of the 40 participants were opium dependent and there was a trend for increased retention in treatment. Important outcomes such as drug use and drug side effects were not assessed.

Overall, the results from three trials are not sufficient to form a view on the effectiveness of any pharmacological intervention for opium dependence. Buprenorphine has partial agonist opioid activity and appears to be well-tolerated with minor side effects. However, buprenorphine abuse has emerged and been recognised as a problem in many Asian countries in the last two decades. Its use by injection is also quite common.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Thérapies pharmacologiques en tant que traitements d'entretien contre la dépendance à l'opium

Contexte

Les thérapies pharmacologiques pour le traitement d'entretien contre la dépendance à l'héroïne ont été largement utilisées et étudiées. Des revues systématiques ont démontré l'efficacité de ces thérapies. La dépendance à l'opium est associée à moins de problèmes et de déficiences et l'opium est moins susceptible d'être utilisé par injection, ce qui réduit le risque de surdose et de maladies transmises par le sang. Bien qu'il s'agisse d'un trouble de la consommation de drogues courant dans de nombreux pays, il n'existe pas de revue systématique sur le traitement d'entretien dans la dépendance à l'opium.

Objectifs

Evaluer l'efficacité et la sécurité de différentes thérapies pharmacologiques sur l'entretien de la dépendance à l'opium (seules ou combinées à des interventions psychosociales) comparé à l'absence d'intervention, une désintoxication, différentes doses de la même intervention, d'autres interventions pharmacologiques et toute intervention psychosociale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'à février 2012 : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, des bases de données régionales (IMEMR et ASCI), des bases de données nationales (Iranmedex et Iranpsych), les principales sources électroniques d'essais en cours et les listes bibliographiques de tous les articles pertinents. De plus, nous avons contacté des chercheurs connus de certains pays asiatiques pour obtenir des détails concernant des essais non publiés.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant toute intervention d'entretien pharmacologique versus l'absence d'intervention, une autre intervention pharmacologique ou non pharmacologique dans la dépendance à l'opium.

Recueil et analyse des données

Deux évaluateurs ont évalué les risques de biais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Trois ECR, portant sur 870 personnes ayant une dépendance à l'opium, ont été inclus. Les études établissaient des comparaisons différentes, il n'a donc pas été possible de combiner les données. Seul le taux de maintien du traitement a été évalué par les études. Deux études comparaient des doses différentes de buprénorphine : dans une étude, une dose de 4 mg/jour de buprénorphine était comparée à des doses de 2 mg/jour et 1 mg/jour et dans une autre étude, une dose de 8 mg/jour de buprénorphine était comparée à des doses de 3 mg/jour et 1 mg/jour. Les comparaisons ont montré une différence statistiquement significative entre les groupes ; les doses plus fortes de buprénorphine ont augmenté la probabilité de maintien du traitement. Les études présentaient des risques de biais élevés. Dans la troisième étude, après un processus de désintoxication, du baclofène (60 mg/jour) a été comparé à un placebo en tant que traitement d'entretien. La différence de taux de maintien du traitement entre les groupes a été élevée, mais n'a pas été statistiquement significative.

Conclusions des auteurs

Il n'est pas possible d'établir de conclusions quant à l'usage d'une quelconque thérapie pharmacologique en tant que traitement d'entretien dans la dépendance à l'opium.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Thérapies pharmacologiques en tant que traitements d'entretien contre la dépendance à l'opium

Thérapies pharmacologiques en tant que traitements d'entretien contre la dépendance à l'opium

L'opium est obtenu à partir des capsules de graines immatures du pavot. L'opium est généralement fumé ou avalé pour créer un sentiment d'euphorie, pour procurer du plaisir ou pour servir d'analgésique ou d'hypnotique. Les attitudes culturelles affectent les schémas de consommation d'opium dans différents pays. Au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est, l'opium est souvent utilisé dans des contextes sociaux et les consommateurs ne présentent pas un dysfonctionnement social important. Il est utilisé de manière occasionnelle et principalement au cours de réunions entre hommes, mais son usage régulier peut entraîner une dépendance. Les consommateurs d'opium ont un mode de vie plus stable que les consommateurs d'héroïne et une plus grande partie de ceux qui viennent se faire soigner sont mariés et vivent avec leur famille.

L'arrêt de la consommation d'opium crée un syndrome de sevrage des opiacés d'intensité légère. Les signes physiques du syndrome de sevrage cessent généralement après 14 jours, mais un syndrome prolongé comprenant un bien-être réduit, un malaise et de fortes envies régulières peut perdurer pendant des mois. L'achèvement du sevrage et le maintien de l'abstinence sont difficiles et les personnes ayant une dépendance à l'opium rechutent souvent si le traitement ne se poursuit pas après l'achèvement du sevrage.

Lorsque le type d'opiacé utilisé est moins nocif que l'héroïne, comme c'est le cas de l'opium, on ne sait pas avec certitude quel type de traitement ou d'entretien est le plus efficace ; la désintoxication de l'opium est de courte durée et est mieux tolérée que la désintoxication de la méthadone.

Trois essais contrôlés randomisés portant sur 870 personnes ayant une dépendance à l'opium ont été inclus dans la revue. Dans deux des essais, différentes doses de buprénorphine, un opiacé semi-synthétique, ont été comparées. Les doses plus importantes de buprénorphine (4 mg/jour et 8 mg/jour, respectivement) ont augmenté la probabilité de maintien du traitement. Les études présentaient des risques de biais élevés. Dans le troisième essai, le baclofène (un agoniste des récepteurs GABA-B) a été comparé à un placebo en tant que traitement d'entretien après un processus de désintoxication. Seulement 27 des 40 participants avaient une dépendance à l'opium et on a observé une tendance à l'augmentation du maintien du traitement. Des critères d'évaluation importants, tels que la consommation de médicaments et les effets secondaires des médicaments, n'ont pas été évalués.

Globalement, les résultats de trois essais ne sont pas suffisants pour se faire une opinion quant à l'efficacité d'une intervention pharmacologique contre la dépendance à l'opium. La buprénorphine a une activité opiacée d'agoniste partiel et semble être bien tolérée et présenter des effets secondaires mineurs. Cependant, une consommation excessive de buprénorphine est apparue et a été reconnue comme un problème dans de nombreux pays asiatiques au cours des vingt dernières années. Son usage par injection est également assez courant.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th February, 2013
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais