This is not the most recent version of the article. View current version (11 APR 2014)

Intervention Review

Sulpiride versus placebo for schizophrenia

  1. Ichiro M Omori1,*,
  2. Jijun Wang2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 15 APR 2009

Assessed as up-to-date: 12 JAN 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD007811

How to Cite

Omori IM, Wang J. Sulpiride versus placebo for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 2. Art. No.: CD007811. DOI: 10.1002/14651858.CD007811.

Author Information

  1. 1

    Toyokawa City Hospital, Department of Psychiatry, Aichi, Japan

  2. 2

    Shanghai Mental Health Center, Shanghai Jiao Tong University School of Medicine, Department of EEG Source Imaging, Shanghai, Shanghai, China

*Ichiro M Omori, Department of Psychiatry, Toyokawa City Hospital, Koumei 1-19, Toyokawa, Aichi, 442-8561, Japan. ichiro.m.omori@gmail.com. mmds@sannet.ne.jp.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 15 APR 2009

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (11 APR 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 概要

Background

Sulpiride is a relatively old antipsychotic drug reputed to have low incidence of adverse effects and an effect on the negative symptoms of schizophrenia. This relatively inexpensive antipsychotic drug has a similar neuropharmacological profile to several novel atypical drugs.

Objectives

To evaluate the effects of sulpiride for schizophrenia and other similar serious mental illnesses in comparison with placebo.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (September 2008) and references of all identified studies for further trial citations. We contacted pharmaceutical companies and authors of trials for additional information.

We updated this search 16 May 2012 and added the results to the awaiting classification section of the review.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials (RCTs) comparing sulpiride with placebo for people with schizophrenia and other types of schizophrenia-like psychoses. The primary outcome of interest was clinically significant response in global state.

Data collection and analysis

We independently inspected citations and abstracts, ordered papers, re-inspected and quality assessed these. IMO and JW extracted data. We analysed dichotomous data using random-effects relative risk (RR) and estimated the 95% confidence interval (CI) around this. Where continuous data were included, we analysed this data using random-effects weighted mean difference (WMD) with a 95% confidence interval.

Main results

Two trials of short duration compare sulpiride with placebo (total n=113). As regards mental state, there were no clear differences between groups for either positive or negative symptoms (n=18, 1 RCT, WMD Manchester scale negative subscore -0.30 CI -1.66 to 1.06; n=18, 1 RCT, WMD SANS 2.90 CI -0.14 to 5.94). Few people left these studies by three months (n=113, 2 RCTs, RR 1.00 CI 0.25 to 4.00). One subscore finding found sulpiride improved social behavior (n=18, 1 RCT, WMD -2.90 CI -5.60 to -0.20). There were no data for many important outcomes such as general functioning, service use or adverse effects.

Update search 2012: the 8 new citations in the awaiting classification section of the review may alter the results and conclusions of the review once assessed.

Authors' conclusions

Sulpiride may be an effective antipsychotic drug but evidence of its superiority over placebo from randomised trials is very limited. Practice will have to use evidence from sources other than trials until better evidence is generated.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 概要

Sulpiride versus placebo for schizophrenia

Schizophrenia is a severe mental illness characterised by a mixture of symptoms such as hallucinations, delusions, disorganisation and social withdrawal. For some it can be a life-long condition and people with this diagnosis are usually treated with antipsychotic drugs. There can be quite a large difference in cost between recently developed antipsychotics (second generation) and the older ones (first generation), but the older drugs can have considerably more movement side effects and many people find them difficult to tolerate. In developing countries cost of medication can be a major factor in prescribing, so the first generation drugs are used the most.

Sulpiride is a first generation antipsychotic which is said to cause fewer adverse effects. In addition, people whose main symptoms are aspects of social withdrawal may respond better to sulpiride than some of the other older antipsychotics. This review reports trials comparing sulpiride with placebo for people with schizophrenia or similar psychotic illnesses. The two studies contained a total of 113 people with chronic (long term) schizophrenia, were both 12 weeks long and set in hospital. Most of the data from these trials were not reported in a way that would give meaningful statistics. However, in one trial sulpiride was not significantly better than placebo in improving negative symptoms (when measuring all such symptoms). However, the single negative symptom of the social behaviour of the participant, showed a significant improvement in the sulpiride group. The potential side effects of the medication were not measured, but the number of people leaving the trial early was not significantly different between the two groups. Sulpiride is an inexpensive antipsychotic drug that is used all over the world, therefore a well planned, conducted and reported randomised control trial would contribute to our knowledge about this drug.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 概要

Sulpiride versus placebo pour traiter la schizophrénie

Contexte

Le sulpiride est un médicament antipsychotique relativement ancien connu pour sa faible incidence d'effets indésirables et son effet sur les symptômes de la schizophrénie. Cet antipsychotique relativement bon marché présente un profil neuropharmacologique similaire à plusieurs médicaments atypiques de nouvelle génération.

Objectifs

Évaluer les effets du sulpiride pour la schizophrénie et d'autres maladies mentales graves similaires par rapport à un placebo.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre d'essais du groupe Cochrane de Schizophrénie (septembre 2008) et les références bibliographiques de toutes les études identifiées pour obtenir d'autres citations d'essais. Nous avons contacté des sociétés pharmaceutiques et les auteurs des essais afin d'obtenir des informations supplémentaires.

Nous avons mis à jour cette recherche le 16 mai 2012 et ajouté les résultats à la section en attente de classification de la revue.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant le sulpiride et un placebo pour les personnes souffrant de schizophrénie et d'autres psychoses similaires à la schizophrénie. Le critère de jugement principal était la réponse cliniquement significative de l'état général.

Recueil et analyse des données

Nous avons examiné les références bibliographiques et les résumés de manière indépendante et obtenu les articles, que nous avons réexaminés et dont nous avons évalué la qualité. IMO et JW ont extrait les données. Nous avons analysé les données dichotomiques en utilisant le risque relatif (RR) à effets aléatoires et estimé les intervalles de confiance (IC) à 95 %. Lorsque des données continues étaient inclues, nous les avons analysées en utilisant les différences moyennes pondérées (DMP) à effets aléatoires avec un intervalle de confiance de 95 %.

Résultats Principaux

Deux essais de courte durée comparaient le sulpiride et un placebo (total n=113). Concernant l'état mental, aucune différence évidente n'a été observée entre les groupes pour les symptômes positifs ou négatifs (n=18, 1 ECR, DMP sous-score négatif de l'échelle Manchester -0,30 IC entre -1,66 et 1,06). n=18, 1 ECR, DMP SANS 2,90 IC entre -0,14 et 5,94). Peu de personnes avaient abandonné ces études au bout de trois mois (n=113, 2 ECR, RR 1,00 IC entre 0,25 et 4,00). Un résultat de sous-score a montré que le sulpiride améliorait le comportement social (n=18, 1 ECR, DMP -2,90 IC entre -5,60 et -0,20). Aucune donnée n'était fournie pour de nombreux critères de jugement importants tels que l'état fonctionnel général, l'utilisation de service de santé ou les effets indésirables.

Recherche mise à jour en 2012 : les 8 nouvelles références bibliographiques dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les résultats et les conclusions une fois évaluées.

Conclusions des auteurs

Le sulpiride pourrait être un antipsychotique efficace mais les preuves de sa supériorité par rapport au placebo issues d'essais randomisés sont très limitées. La pratique devra se fonder sur des preuves provenant d'autres sources jusqu'à ce que de meilleures preuves soient générées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 概要

Sulpiride versus placebo pour traiter la schizophrénie

Sulpiride versus placebo pour traiter la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale grave qui se caractérise par un ensemble de symptômes tels que des hallucinations, des délires, une désorganisation et un retrait social. Il peut parfois s'agir d'une maladie à vie et les personnes recevant ce diagnostic sont généralement traitées par des médicaments antipsychotiques. Il peut y avoir une différence assez considérable en termes de coût entre les antipsychotiques récemment développés (de deuxième génération) et les plus anciens (de première génération), mais les médicaments plus anciens peuvent provoquer considérablement plus d'effets secondaires de mouvement et de nombreuses personnes ne les tolèrent pas. Dans les pays en développement, le coût des médicaments peut être un facteur majeur lors de la prescription ; les médicaments de première génération sont donc plus souvent employés.

Le sulpiride est un antipsychotique de première génération qui est réputé pour entraîner moins d'effets indésirables. De plus, les personnes dont les symptômes principaux sont des aspects de retrait social pourraient mieux répondre au sulpiride qu'à certains autres antipsychotiques anciens. Cette revue examine des essais comparant le sulpiride et un placebo chez les personnes souffrant de schizophrénie ou de maladies psychotiques similaires. Les deux études contenaient un total de 113 personnes souffrant de schizophrénie chronique (longue durée), duraient toutes deux 12 semaines et étaient menées dans des hôpitaux. La majorité des données issues de ces essais n'étaient pas rapportés de sorte à produire des statistiques significatives. Cependant, dans un essai le sulpiride n'améliorait pas significativement plus les symptômes négatifs que le placebo (lorsque tous ces symptômes étaient mesurés). Pourtant, le symptôme négatif du comportement social du participant pris seul montrait une amélioration significative dans le groupe du sulpiride. Les effets secondaires potentiels du médicament n'étaient pas mesurés, mais le nombre de personnes abandonnant l'essai précocement n'était pas significativement différent entre les deux groupes. Le sulpiride est un antipsychotique bon marché qui est utilisé dans le monde entier. Un essai contrôlé randomisé bien planifié, mené et rapporté nous permettrait donc de mieux connaître ce médicament.

(Le résumé simplifié a été préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, Royaume-Uni www.rethink.org).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 概要

舒必利与安慰剂对精神分裂症疗效的比较

研究背景

Sulpiride(舒必利)是一种相对古老的抗精神病药,它副作用小、对精神分裂症的负性症状有效,且价格相对较低,其神经药理学机理与一些新型非典型药物相类似。

研究目的

通过与安慰剂比较,评价舒必利对精神分裂症及其它类似的严重精神疾病的疗效。

检索方法

我们检索了Cochrane Schizophrenia Group Trials Register 中截止至2008 年9月的所有相关试验,追溯纳入研究的参考文献以获得更多的试验研究,并与制药公司和原作者联系以获取额外资料。

纳入标准

我们纳入所有比较舒必利与安慰剂治疗精神分裂症或类似精神分裂症的精神疾病的随机对照试验。主要结局指标为有临床意义的总体疗效。

数据收集与分析

评价者独立地检索和阅读相关文献及摘要,并对文献进行质量评价。其中IMO与JW负责提取数据。采用随机效应模型RR(相对危险度 )及其95% CI(可信区间)来描述二分类变量,随机效应WMD(加权均数差)及其95%CI描述连续性变量。

主要结果

共纳入两个比较舒必利与安慰剂疗效的短期试验(n=113)。正性和负性精神症状在组间均无显著差异(n=18, 1RCT,Manchester量表负性症状领域得分的WMD=−0.30,95%CI: −1.66~1.06; n=18, 1 RCT, SANS评分的WMD= 2.90,95%CI: −0.14~5.94)。在为期三个月的试验中,退出者很少(n=113, 2 RCTs, RR= 1.00 ,95%CI: 0.25 ~4.00) 。一个子领域的评分显示舒必利能改善社会行为(n=18, 1 RCT, WMD= −2.90,95%CI: −5.60~−0.20)。本研究未能发现关于基本功能改变、医疗服务使用情况及不良反应等重要结局指标数据。

作者结论

舒必利可能是一种有效的抗精神病药物,但随机试验能提供的证据有限。在获得更好的证据之前,临床实践只能使用来自研究试验之外的其它证据。

 

概要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 概要

舒必利与安慰剂对精神分裂症疗效的比较

舒必利与安慰剂对精神分裂症疗效的比较

精神分裂症是一种以幻觉、妄想、思维障碍和社交能力降低等为特点的重度精神病。对于一些终身患者,需要长期使用抗精神病药物。新型抗精神病药(第二代)的价格明显高于传统抗精神病药(第一代),但第一代药物的副作用却让人难以忍受。在发展中国家,医药费是决定处方选择的重要因素,因此第一代药物仍被广泛使用。

舒必利是第一代抗精神病药物中副作用较小的药物。此外,以社交能力降低为主要症状的患者使用舒必利的疗效要优于其它第一代药物。本文通过系统评价相关试验,对照安慰剂组来评价舒必利对精神分裂症及其他类似重度精神疾病的疗效。纳入了两项为期12 周的临床试验研究,共有113名慢性精神分裂症患者。但这些试验报告的大部分数据不能进行统计学分析处理。其中一项试验发现,舒必利与安慰剂在改善负性精神症状(测量所有此类症状)方面没有显著差异。但只观察社会行为这一个负性症状时,舒必利的疗效则显著优于安慰剂组。纳入研究未评价不良反应,但前期退出率在组间无显著差异。舒必利因其价格低廉而在全世界范围内广泛使用,因此很有必要开展设计、实施和报告均高质量的随机对照试验来进一步加深对它的认识。

翻译注解

本摘要由重庆医科大学中国循证卫生保健协作网(China Effective Health Care Network)翻译。

翻译注解":本摘要由重庆医科大学中国循证卫生保健协作网(China Effective Health Care Network)翻译。: China Effective Health Care Network