Interventions for non-metastatic squamous cell carcinoma of the skin

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Squamous cell carcinoma (SCC) is the second most common skin cancer, and is becoming increasingly common around the world. Left untreated, it may spread to other parts of the body, and, although the risk is low, it may ultimately lead to death. Surgical excision is the first line of treatment for most skin SCCs, although other forms of treatment are also used depending upon the nature and site of the tumour and individual participant factors. A multi-professional approach is therefore required for the management of people with this condition.

Objectives

To assess the effects of treatments for primary non-metastatic squamous cell carcinoma of the skin.

Search methods

In February 2010 we searched for relevant trials in The Cochrane Skin Group Specialised Register, The Cochrane Library (Issue 1, 2010), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, AMED, LILACS, and the ongoing trials registries.

Selection criteria

We only included randomised controlled trials (RCTs) of interventions for primary SCC of the skin. Inclusion criteria were: adults with one or more histologically proven primary SCCs of the skin which had not metastasised. The primary outcome measures were time to recurrence one to five years after treatment, and quality of life. Secondary outcomes included early treatment failure within six months, number of adverse events by the end of treatment, aesthetic appearance as assessed by the participant and clinician, discomfort to the participant during and after treatment, and death.

Data collection and analysis

Two authors (LL, FB-H) independently carried out study selection and assessment of methodological quality and data extraction.

Main results

One trial involving 65 people was included. This compared the time to recurrence in participants with aggressive skin SCC who were randomised to receive either adjuvant 13-cis-retinoic acid and interferon alpha after surgery with or without radiation treatment, or no adjuvant therapy after their initial treatment. There was no significant difference in time to recurrence of tumour between the two groups (hazard ratio 1.08, 95% confidence intervals 0.43 to 2.72).

Most studies identified from the searches were excluded as they were either uncontrolled case series, did not include participants with invasive primary SCC, or included only participants with recurrent or metastatic disease.

Authors' conclusions

Little evidence from RCTs comparing the efficacy of different interventions for primary cutaneous SCCs exists. There is a clear need for well-designed randomised studies in order to improve the evidence base for the management of this condition.

Résumé scientifique

Interventions contre le carcinome spino-cellulaire non métastasique de la peau

Contexte

Le carcinome spino-cellulaire (CSC) de la peau est le deuxième cancer de la peau le plus courant et est de plus en plus fréquent dans le monde entier. S'il n'est pas pris en charge, il peut se propager sur d'autres parties du corps et, bien que ce risque soit faible, il peut finalement entraîner le décès de la personne. L'excision chirurgicale est le traitement de première intention pour la plupart des CSC de la peau, bien que d'autres traitements soient également utilisés selon la nature et le site de la tumeur et les facteurs des participants. Une approche multi-professionnelle est donc nécessaire pour la prise en charge des personnes atteintes de cette maladie.

Objectifs

Évaluer les effets de traitements du carcinome spino-cellulaire non métastasique de la peau primaire.

Stratégie de recherche documentaire

En février 2010 nous avons recherché des essais pertinents dans le registre Cochrane spécialisé du groupe sur les troubles cutanés, la librairie Cochrane (numéro 1, 2010), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, AMED, LILACS et les registres d'essais en cours.

Critères de sélection

Nous avons inclus exclusivement les essais contrôlés randomisés (ECR) d'interventions pour le CSC de la peau primaire. Les critères d'inclusion étaient les suivants : adultes atteints d'un ou plusieurs CSC de la peau primaire avéré histologiquement et n'ayant pas fait de métastase. Les critères de jugement principaux étaient la durée avant la récurrence un à cinq ans après le traitement et la qualité de vie. Les critères de jugement secondaire incluaient l'échec du traitement après six mois, le nombre d'événements indésirables à la fin du traitement, l'apparence esthétique évaluée par le participant et le médecin, la gène du participant pendant et après le traitement et les décès.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs (LL, FB-H) ont réalisé indépendamment la sélection des études, l'évaluation de la qualité méthodologique et l'extraction des données.

Résultats principaux

Un essai portant sur 65 personnes a été inclus. Il comparait la durée avant la récurrence chez des participants atteints de CSC de la peau agressif qui étaient randomisés pour recevoir de l'acide 13-cis-rétinoïque et de l'interféron-alpha après l'opération avec ou sans traitement par rayonnement, ou aucun traitement adjuvant après le traitement initial. Aucune différence significative n'a été rapportée en termes de durée avant la récurrence de la tumeur entre les deux groupes (hazard ratio 1,08, intervalles de confiance de 95% entre 0,43 et 2,72).

La majorité des études identifiées lors des recherches ont été exclues puisqu'il s'agissait de séries de cas non contrôlées, qu'elles n'incluaient pas de participants atteints de CSC primaire invasif ou qu'elles n'incluaient que des participants atteints de la maladie récurrente ou métastasique.

Conclusions des auteurs

Il existe peu de preuves issues d'ECR comparant l'efficacité de différentes interventions pour le CSC cutané primaire. Il est clairement nécessaire de réaliser des études randomisées bien planifiées afin de nourrir la base de preuves pour la prise en charge de cette maladie.

アブストラクト

非転移性皮膚扁平上皮癌に対する治療

背景

扁平上皮癌(SCC)は二番目に多い皮膚癌であり、世界中で有病率がますます高まっている。治療しないでいると、体の他の部分に転移し、リスクは低いが最終的には死亡することがある。外科的切除が多くの皮膚SCCに対するファーストライン治療であるが、腫瘍の性質や部位、および、ひとりひとりの患者因子により他の治療形式も用いられる。それゆえ、皮膚SCCがある人の管理には多職種連携アプローチが求められる。

目的

原発性非転移性皮膚扁平上皮癌に対する治療の効果を評価する。

検索戦略

2010年2月、Cochrane Skin Group Specialised Register、コクラン・ライブラリ(2010年第1号)、MEDLINE、EMBASE、PsycINFO、AMED、LILACS、および進行中試験登録を関連性のある試験を同定するため検索した。

選択基準

原発性皮膚SCCに対する介入のランダム化比較試験(RCT)のみを選択した。選択基準は、1個以上の組織学的に立証された原発性皮膚SCCがあり、転移していない成人とした。主要アウトカム指標は治療1~5年後における再発までの期間とQOLであった。副次的アウトカムは6カ月以内の早期治療の失敗、治療終了時までの有害事象の発現数、参加者と臨床医により評価された審美的外見、治療中と治療後の患者の不快感および死亡であった。

データ収集と分析

2人のレビューア(LL、FB-H)が独自に研究選択と方法論的質の評価とデータ抽出を行った。

主な結果

1件の試験(65例)を選択した。この試験では、放射線療法併用下または非併用下で13-シス-レチノイン酸+インターフェロンα術後補助療法を受けるか、初期治療後術後補助療法を受けない2群にランダム化された高悪性度皮膚SCCがある参加者における再発までの期間を比較した。腫瘍再発までの期間に2つの治療群の間で有意差はなかった(ハザード比1.08、95%信頼区間0.43~2.72)。検索から同定された研究の多くを除外した。それは、これらの研究が、非比較症例集積であったか、浸潤性原発性SCCがある参加者を包含していなかったか、再発性か転移性のSCCがある参加者のみを選択していたためであった。

著者の結論

原発性皮膚SCCに対する様々な治療の有効性を比較したRCTからのエビデンスはほとんど存在しない。本疾患の治療に関して基本となるエビデンスを改善するためには適切にデザインされたランダム化研究が明らかに必要である。

訳注

監  訳: 吉田 雅博,2010.11.18

実施組織: 厚生労働省委託事業によりMindsが実施した。

ご注意 : この日本語訳は、臨床医、疫学研究者などによる翻訳のチェックを受けて公開していますが、訳語の間違いなどお気づきの点がございましたら、Minds事務局までご連絡ください。Mindsでは最新版の日本語訳を掲載するよう努めておりますが、編集作業に伴うタイム・ラグが生じている場合もあります。ご利用に際しては、最新版(英語版)の内容をご確認ください。

Plain language summary

Treatments for non-metastatic squamous cell carcinoma of the skin

Squamous cell carcinoma (SCC) of the skin is the second most common skin cancer in people of white origin, most frequently occurring on sun-exposed areas of the body. People with fair skin and those with certain genetic conditions or an impaired immune system are at greater risk of developing SCC of the skin. Clinically, SCC often appears as a persistent red, scaly patch which may bleed if traumatised although lesions may also look like warts or non-healing sores. Occasionally SCC of the skin returns, even after apparently successful treatment and may spread to other parts of the body. However, it rarely causes death. Most skin SCCs are treated surgically, either by cutting out the cancer with a margin of normal-looking skin, or occasionally by Mohs micrographic surgery in which visible tumour is removed and examined under the microscope, with further stages of excision and microscopic examination until all the tumour has gone. If surgery is not possible, radiotherapy may be used as a treatment. Other treatments sometimes used include curettage and cautery (where tumour is scraped off and the wound sealed with a small electrical current to stop bleeding and destroy remaining cancer cells), and cryotherapy, in which cancer cells are destroyed by freezing. Sometimes combinations of treatment are used for more aggressive skin SCC that has a high risk of recurring and spreading. Other more novel treatments have also been used but are not generally recommended.

We searched for studies where people with primary non-metastatic SCC had been randomised to receive one or another treatment for their disease. Our primary aim was to ask which treatment method is associated with the lowest levels of recurrence of disease and the best quality of life. We also aimed to compare treatments in terms of discomfort to the individual and appearance of the area treated. Only one study was found which compared the recurrence of cancer in people with aggressive skin SCC (exhibiting characteristics making it at high risk of recurrence or spread) who were treated with either added chemotherapy after initial surgical treatment, or who did not receive any added chemotherapy. The evidence from this trial suggested that adding chemotherapy had no significant effect on time to recurrence. As no further randomised studies were found comparing the different interventions, we could not find enough evidence to answer these questions in this review. This highlights the need for more well-designed randomised studies in this field in order to provide more reliable evidence for the management of people with this condition.

Résumé simplifié

Traitements contre le carcinome spino-cellulaire non métastasique de la peau

Le carcinome spino-cellulaire (CSC) de la peau est le deuxième cancer de la peau le plus courant chez les personnes de race blanche et survient généralement sur les zones du corps exposées au soleil. Les personnes ayant une peau claire et celles qui présentent certaines conditions génétiques ou un système immunitaire déficient ont un risque plus élevé de développer un CSC de la peau. Cliniquement, le CSC apparaît souvent sous la forme d'une plaque squameuse, rouge et persistante qui peut saigner en cas de traumatisme, bien que les lésions puissent également ressembler à des verrues ou à des plaies ne guérissant pas. Parfois, le CSC de la peau réapparaît, même après un traitement apparemment réussi et peut se propager à d'autres parties du corps. Cependant, il est rarement à l'origine de décès. La plupart des CSC de la peau sont traités chirurgicalement, soit en extrayant le cancer avec une marge de peau d'apparence normale, soit occasionnellement par chirurgie micrographique de Mohs par laquelle la tumeur visible est éliminée et examinée au microscope, avec des étapes ultérieures d'excision et d'examen microscopique jusqu'à ce que toute la tumeur ait été éliminée. Si la chirurgie n'est pas possible, un traitement radiographique peut être envisagé. D'autres traitements sont parfois utilisés comme le curetage et la cautérisation (consistant à gratter la tumeur et à sceller la blessure par un petit courant électrique pour arrêter l'hémorragie et détruire les cellules cancéreuses restantes) et la cryothérapie où les cellules cancéreuses sont détruites par congélation. Parfois, différents traitements sont associés pour les CSC de la peau plus agressifs présentant un risque de récurrence et de propagation élevé. D'autres traitements plus récents sont également employés mais en général ne sont pas recommandés.

Nous avons recherché des études où des personnes atteintes de CSC non métastasique primaire avaient été randomisées pour recevoir un de ces traitements contre la maladie. Notre principal objectif était de déterminer quelle méthode de traitement était associée aux niveaux les plus faibles de récurrence de la maladie et à la meilleure qualité de vie. Nous avons également visé à comparer les traitements en termes de gène pour l'individu et d'apparence de la zone traitée. Nous n'avons trouvé qu'une seule étude comparant la récurrence du cancer chez des personnes atteintes de CSC de la peau agressif (présentant des caractéristiques le rendant à haut risque de récurrence ou de propagation) qui étaient traitées soit par traitement chirurgical initial puis chimiothérapie, ou sans chimiothérapie après le traitement chirurgical. Les preuves issues de cet essai suggèrent que l'ajout de chimiothérapie n'a aucun effet significatif sur la durée avant la récurrence. Attendu que nous n'avons pas trouvé d'autres études randomisées comparant les différentes interventions, nous ne disposons pas de preuves suffisantes pour répondre à ces questions dans cette revue. Cela indique qu'il est nécessaire de réaliser davantage d'études randomisées bien planifiées dans ce domaine pour apporter des preuves fiables sur la prise en charge des personnes atteintes de cette maladie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary