Intramuscular versus intravenous anti-D for preventing Rhesus alloimmunization during pregnancy

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Charles I Okwundu,

    Corresponding author
    1. Faculty of Health Sciences, Stellenbosch University, Centre for Evidence-Based Health Care, Tygerberg, South Africa
    2. South African Medical Research Council, South African Cochrane Centre, Tygerberg, Western Cape, South Africa
    • Charles I Okwundu, Centre for Evidence-Based Health Care, Faculty of Health Sciences, Stellenbosch University, Tygerberg, South Africa. ciokwundu@sun.ac.za.

    Search for more papers by this author
  • Bosede B Afolabi

    1. University of Lagos, Department of Obstetrics and Gynaecology, Lagos, Nigeria
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Antibodies to the red cell Rhesus D (RhD) antigen can be produced during pregnancy in a RhD-negative mother carrying a RhD-positive fetus, in particular following feto-maternal haemorrhage at birth or following any procedure that may cause feto-maternal haemorrhage. While the first baby is usually not harmed, these antibodies may cause haemolytic disease of the fetus/newborn (HDFN) in subsequent RhD-positive babies. RhD incompatibility is a major cause of HDFN.

To reduce the risk of HDFN, anti-D is given to RhD-negative mothers at 28 or 30 weeks of pregnancy and within 72 hours of potential maternal exposure to fetal red cells. Anit-D is currently available in both intramuscular (IM) and intravenous (IV) preparations.

Objectives

To compare the efficacy and effectiveness of IM versus IV anti-D IgG in preventing RhD alloimmunization in RhD-negative pregnant women.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 September 2012).

Selection criteria

Randomized controlled trials, quasi-randomized trials and cluster-randomized trials comparing IM and IV anti-D for preventing RhD alloimmunization in RhD-negative pregnant women.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trials for inclusion and assessed trial quality. Two review authors extracted data. Data were checked for consistency by both authors.

Main results

Two studies involving 447 (with sample sizes 14 and 432) RhD negative women were included. The studies compared IM and IV administration of anti-D prophylaxis. In both studies the women received a 1500 IU (300 microgram) dose of Rhophylac during week 28 of gestation. There was no incidence of RhD alloimmunization in either of the studies, as the sample size was insufficient for meaningful comparison of this uncommon outcome. One of the studies found that the mean anti-D IgG concentrations after IV and IM administration differed up to seven days (36.1 (2.6) ng/mL IV; 19.8 (8.7) ng/mL IM on day seven). However, from two to three weeks post-administration, the concentrations were similar for both routes of administration. None of the women involved in the studies developed antibodies against the RhD antigen.

Authors' conclusions

It appears that IM and IV administration of anti-D are equally effective. The number of included studies and the number of participants are not enough to assess whether there are any differences. Anti-D can be administered by IM or IV injection. The choice of IM or IV route of administration will depend on the available preparations, the dose to be administered and also on the patients' preferences. This review found insufficient information upon which to guide practice due to the limited number of included studies, small sample sizes and methodological limitations.

Résumé scientifique

Anti-D en intramusculaire versus intraveineuse pour la prévention de l'allo-immunisation rhésus au cours de la grossesse

Contexte

Les anticorps de l'antigène Rhésus D (RhD) des globules rouges peuvent être produits au cours de la grossesse chez une mère RhD-négatif portant un fœtus RhD-positif, en particulier après une hémorragie fœtomaternelle à l'accouchement ou à la suite d'une procédure qui peut provoquer une hémorragie fœtomaternelle. Si le premier bébé n'est généralement pas affecté, ces anticorps peuvent provoquer une maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né (MHFNN) chez les bébés RhD-positif suivants. L'incompatibilité du RhD est une cause majeure de MHFNN.

Pour réduire le risque de MHFNN, l'anti-D est administré à des mères RhD-négatif à 28 ou 30 semaines de grossesse et dans les 72 heures suivant l'exposition potentielle de la mère aux globules rouges du fœtus. L'anti-D est actuellement disponible tant dans des préparations intramusculaires (IM) qu'intraveineuses (IV).

Objectifs

Comparer l'efficacité de l'IgG anti-D en IM versus en IV pour prévenir l'allo-immunisation RhD chez les femmes enceintes RhD-négatif.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 septembre 2012).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés, les essais quasi-randomisés et les essais randomisés en cluster comparant l'anti-D en IM et en IV pour prévenir l'allo-immunisation RhD chez les femmes enceintes RhD-négatif.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué les essais en vue de leur inclusion, ainsi que la qualité méthodologique de manière indépendante. Deux auteurs de la revue ont extrait des données. La cohérence des données a été vérifiée par les deux auteurs.

Résultats principaux

Deux études, portant sur 447 femmes RhD-négatif (avec des tailles d'échantillon de 14 et 432), ont été incluses. Les études comparaient l'administration en IM et en IV de la prophylaxie par anti-D. Dans les deux études, les femmes recevaient une dose de 1 500 UI (300 microgrammes) de Rhophylac au cours de la 28ème semaine de grossesse. Il n'y a eu aucune incidence de l'allo-immunisation RhD dans aucune des études, car la taille de l'échantillon était insuffisante pour pouvoir établir une comparaison significative de ce critère de jugement rare. Une des études a permis de découvrir que les concentrations moyennes en IgG anti-D après une administration en IV et en IM étaient différentes jusqu'à sept jours après l'administration (36,1 (2,6) ng/mL en IV ; 19,8 (8,7) ng/mL en IM le septième jour). Cependant, deux à trois semaines après l'administration, les concentrations étaient semblables pour les deux voies d'administration. Aucune des femmes participant aux études n'a développé d'anticorps contre l'antigène RhD.

Conclusions des auteurs

Il semble que l'administration d'anti-D par IM et par IV ait la même efficacité. Le nombre d'études incluses et le nombre de participants ne sont pas suffisants pour déterminer s'il existe des différences. L'anti-D peut être administré par injection IM ou IV. Le choix de la voie d'administration par IM ou IV dépendra des préparations disponibles, de la dose à administrer, mais également des préférences des patientes. Cette revue n'a pas découvert suffisamment d'informations pour pouvoir guider la pratique clinique en raison du nombre limité d'études incluses, des petites tailles d'échantillon et des limites méthodologiques.

Plain language summary

Intramuscular versus intravenous anti-D for preventing Rhesus alloimmunization during pregnancy

Antibodies to the red cell Rhesus D (RhD) antigen may be produced by a RhD-negative mother if she is carrying a RhD-positive baby. Antibodies form with the entry of fetal blood into the maternal circulation (feto-maternal haemorrhage) at birth or following a procedure (such as amniocentesis). Spontaneous sensitisation occurs antenatally at about 28 to 30 weeks gestation. The maternal condition that results from this is known as RhD alloimmunization or sensitization. The antibodies can cause haemolytic disease in the baby resulting in anaemia, oedema and possible death. While the first baby is usually not harmed, the antibodies (directed against antigens inherited from the father) may cause haemolytic disease in subsequent RhD-positive babies.

Anti-D (anti-D immunoglobulin G) is obtained from human plasma and contains high levels of antibody to the fetal RhD antigens. Following administration to the mother, a positive antibody screen is found as the anti-D crosses the placenta and binds to the fetal red blood cells. Since andi-D is derived from pooled donor plasma, there is a risk of transmission of blood-borne diseases.

Anti-D immunoprophylaxis is recommended for RhD-negative mothers at 28 or 30 weeks of pregnancy and within 72 hours of potential maternal exposure to fetal red cells to prevent the mother developing antibodies during the pregnancy. RhD negative mothers also receive postpartum anti-D after a RhD-positive baby to reduce the risk of sensitization during the next pregnancy. Present routes of administration for this product include intramuscular of intravenous routes. This review aimed to compare the efficacy and effectiveness of intramuscular versus intravenous anti-D in preventing rhesus alloimmunization in RhD-negative pregnant women.

We identified two completed randomized controlled studies, involving 447 RhD-negative women. The findings suggest that intramuscular and intravenous anti-D in the 28th week of pregnancy are equally effective in preventing RhD antibody formation (alloimmunization) during the pregnancy. None of the women developed antibodies against the RhD antigen. The small number of studies, low number of participants and methodological limitations mean that we do not have sufficient information to guide practice. The choice of intramuscular or intravenous route of administration will depend on available preparations, the dose to be administered and the woman's preference.

Résumé simplifié

Anti-D en intramusculaire versus intraveineuse pour la prévention de l'allo-immunisation rhésus au cours de la grossesse

Les anticorps de l'antigène Rhésus D (RhD) des globules rouges peuvent être produits par une mère RhD-négatif si elle porte un bébé RhD-positif. Les anticorps se forment lorsque du sang fœtal pénètre dans la circulation sanguine de la mère (hémorragie fœtomaternelle) à l'accouchement ou après une procédure (telle qu'une amniocentèse). Une sensibilisation spontanée intervient avant la naissance à environ 28 à 30 semaines de grossesse. L'affection maternelle qui en résulte est appelée sensibilisation ou allo-immunisation RhD. Les anticorps peuvent provoquer une maladie hémolytique chez le bébé, entraînant une anémie, un œdème et pouvant aller jusqu'au décès. Si le premier bébé n'est généralement pas affecté, les anticorps (dirigés contre les antigènes hérités du père) peuvent provoquer une maladie hémolytique chez les bébés RhD-positif suivants.

L'anti-D (immunoglobuline G anti-D) est obtenu à partir de plasma humain et contient de fortes concentrations d'anticorps des antigènes RhD fœtaux. Après administration à la mère, un test de dépistage d'anticorps positif est établi lorsque l'anti-D traverse le placenta et se lie aux globules rouges du fœtus. Du fait que l'anti-D provienne d'un plasma issu de donneurs combinés, il existe un risque de transmission de maladies véhiculées par le sang.

L'immunoprophylaxie par anti-D est recommandée pour les mères RhD-négatif à 28 ou 30 semaines de grossesses et dans les 72 heures suivant l'exposition potentielle de la mère aux globules rouges du fœtus pour prévenir le développement d'anticorps par la mère au cours de la grossesse. Les mères RhD-négatif reçoivent également l'anti-D postpartum après la naissance d'un bébé RhD-positif pour réduire le risque de sensibilisation au cours de la grossesse suivante. Les voies d'administration actuelles pour ce produit comprennent les voies intramusculaire ou intraveineuse. Cette revue avait pour objectif de comparer l'efficacité de l'anti-D en intramusculaire versus en intraveineuse pour prévenir l'allo-immunisation rhésus chez les femmes enceintes RhD-négatif.

Nous avons identifié deux études contrôlées randomisées achevées, portant sur 447 femmes RhD-négatif. Les résultats suggèrent que l'anti-D en intramusculaire et en intraveineuse au cours de la 28ème semaine de grossesse sont tout aussi efficaces pour prévenir la formation d'anticorps RhD (allo-immunisation) au cours de la grossesse. Aucune des femmes n'a développé d'anticorps contre l'antigène RhD. Le faible nombre d'études, le petit nombre de participants et les limites méthodologiques ne nous ont pas permis d'obtenir suffisamment d'informations pour guider la pratique clinique. Le choix de la voie d'administration intramusculaire ou intraveineuse dépendra des préparations disponibles, de la dose à administrer et de la préférence de la femme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th February, 2013
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais