Get access

Enteral feeding methods for nutritional management in patients with head and neck cancers being treated with radiotherapy and/or chemotherapy

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Brenda Nugent,

    Corresponding author
    1. Belfast Health and Social Care Trust, Northern Ireland Cancer Centre, Department of Nutrition and Dietetics, Belfast, Northern Ireland, UK
    • Brenda Nugent, Department of Nutrition and Dietetics, Belfast Health and Social Care Trust, Northern Ireland Cancer Centre, Belfast City Hospital, Lisburn Road, Belfast, Northern Ireland, BT9 7AB, UK. Brenda.nugent@belfasttrust.hscni.net.

    Search for more papers by this author
  • Sian Lewis,

    1. Velindre Cancer Centre, Department of Nutrition and Dietetics, Cardiff, UK
    Search for more papers by this author
  • Joe M O'Sullivan

    1. Queen's University of Belfast and the Northern Ireland Cancer Centre, Centre for Cancer Research and Cell Biology, Belfast, Northern Ireland, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

This is an update of a Cochrane review first published in The Cochrane Library in Issue 3, 2010.

For many patients with head and neck cancer, oral nutrition will not provide adequate nourishment during treatment with radiotherapy or chemoradiotherapy due to the acute toxicity of treatment, obstruction caused by the tumour, or both. The optimal method of enteral feeding for this patient group has yet to be established.

Objectives

To compare the effectiveness of different enteral feeding methods used in the nutritional management of patients with head and neck cancer receiving radiotherapy or chemoradiotherapy using the clinical outcomes, nutritional status, quality of life and rates of complications.  

Search methods

Our extensive search included the Cochrane ENT Group Trials Register, CENTRAL, PubMed, EMBASE, CINAHL, AMED and ISI Web of Science. The date of the most recent search was 13 February 2012.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing one method of enteral feeding with another, e.g. nasogastric (NG) or percutaneous endoscopic gastrostomy (PEG) feeding, for adult patients with a diagnosis of head and neck cancer receiving radiotherapy and/or chemoradiotherapy.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trial quality and extracted data using standardised forms. We contacted study authors for additional information.

Main results

One randomised controlled trial met the criteria for inclusion in this review. No further studies were identified when we updated the searches in 2012.

Patients diagnosed with head and neck cancer, being treated with chemoradiotherapy, were randomised to PEG or NG feeding. In total only 33 patients were eligible for analysis as the trial was terminated early due to poor accrual. A high degree of bias was identified in the study.

Weight loss was greater for the NG group at six weeks post-treatment than for the PEG group (P = 0.001). At six months post-treatment, however, there was no significant difference in weight loss between the two groups. Anthropometric measurements recorded six weeks post-treatment demonstrated lower triceps skin fold thickness for the NG group compared to the PEG group (P = 0.03). No statistically significant difference was found between the two different enteral feeding techniques in relation to complication rates or patient satisfaction. The duration of PEG feeding was significantly longer than for the NG group (P = 0.0006). In addition, the study calculated the cost of PEG feeding to be 10 times greater than that of NG, though this was not found to be significant. There was no difference in the treatment received by the two groups. However, four PEG fed patients and two NG fed patients required unscheduled treatment breaks of a median of two and six days respectively.

We identified no studies of enteral feeding involving any form of radiologically inserted gastrostomy (RIG) feeding or comparing prophylactic PEG versus PEG for inclusion in the review.

Authors' conclusions

There is not sufficient evidence to determine the optimal method of enteral feeding for patients with head and neck cancer receiving radiotherapy and/or chemoradiotherapy. Further trials of the two methods of enteral feeding, incorporating larger sample sizes, are required.

Résumé scientifique

Méthodes d'alimentation par voie entérale pour la prise en charge nutritionnelle des patients atteints d'un cancer de la tête et du cou traités par radiothérapie et/ou chimiothérapie

Contexte

Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée initialement dans The Cochrane Library numéro 3, 2010.

Pour de nombreux patients atteints d'un cancer de la tête et du cou, la nutrition orale n'apportera pas une alimentation adéquate au cours du traitement par radiothérapie ou chimiothérapie en raison de la toxicité aiguë du traitement, de l'obstruction causée par la tumeur ou des deux. La méthode optimale d'alimentation entérale pour ce groupe de patients reste à établir.

Objectifs

Comparer l'efficacité de différentes méthodes d'alimentation entérale utilisées dans la prise en charge nutritionnelle de patients atteints d'un cancer de la tête et du cou recevant une radiothérapie ou une chimiothérapie au moyen des critères de jugement cliniques, de l'état nutritionnel, de la qualité de vie et des taux de complications.  

Stratégie de recherche documentaire

Nos recherches approfondies ont inclus le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, CENTRAL, PubMed, EMBASE, CINAHL, AMED et ISI Web of Science. La recherche la plus récente a été réalisée le 13 février 2012.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant une méthode d'alimentation entérale à une autre, par ex. l'alimentation naso-gastrique (NG) ou par gastrostomie percutanée endoscopique (GPE), pour des patients adultes ayant reçu un diagnostic de atteints d'un cancer de la tête et du cou et soumis à une radiothérapie et/ou une chimiothérapie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données au moyen de formulaires standardisés de manière indépendante. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires.

Résultats principaux

Un essai contrôlé randomisé a répondu aux critères d'inclusion dans cette revue. Aucune autre étude n'a été identifiée lorsque nous avons mis à jour les recherches en 2012.

Les patients ayant reçu un diagnostic de cancer de la tête et du cou et traités par chimiothérapie ont été randomisés pour recevoir une alimentation par GPE ou une alimentation NG. Au total, seuls 33 patients ont pu être analysés, car l'essai a été arrêté de façon anticipée en raison d'un mauvais recrutement. Un important degré de biais a été identifié dans l'étude.

La perte de poids a été plus élevée pour le groupe sous-alimentation NG à six semaines après le traitement que pour le groupe sous-alimentation par GPE (P = 0,001). A six mois après le traitement, cependant, on n'a observé aucune différence significative en termes de perte de poids entre les deux groupes. Les mesures anthropométriques enregistrées six semaines après le traitement ont démontré une épaisseur de pli cutané du triceps inférieure pour le groupe sous-alimentation NG comparé au groupe sous-alimentation par GPE (P = 0,03). Aucune différence statistiquement significative n'a été découverte entre les deux techniques différentes d'alimentation entérale concernant les taux de complications ou la satisfaction des patients. La durée de l'alimentation par GPE a été significativement plus longue que pour le groupe sous-alimentation NG (P = 0,0006). De plus, l'étude a calculé que le coût de l'alimentation par GPE était 10 fois supérieur à celui de l'alimentation NG, bien que cela ne se soit pas révélé significatif. Il n'y avait aucune différence concernant le traitement reçu par les deux groupes. Cependant, quatre patients alimentés par GPE et deux patients alimentés par sonde NG ont nécessité des suspensions de traitement non prévues d'une durée médiane de deux et six jours, respectivement.

Nous n'avons identifié aucune étude de l'alimentation entérale impliquant une quelconque forme de gastrostomie par voie percutanée radiologique (GPR) ou comparant une GPE prophylactique versus une GPE pouvant être incluse dans la revue.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves pour déterminer la méthode optimale d'alimentation entérale pour les patients atteints d'un cancer de la tête et du cou recevant une radiothérapie et/ou une chimiothérapie. Des essais supplémentaires portant sur les deux méthodes d'alimentation entérale et intégrant des tailles d'échantillon plus importantes sont nécessaires.

摘要

接受放射線治療或腸道灌食化學治療的頭頸部癌病患之營養管理

背景

更新第一次發表在2010年第3期The Cochrane Library的Cochrane review。

對於許多罹患頭部和頸部癌的患者而言,在化學治療或是化放射線治療期間,經口進食的食物不能提供適當的營養,因為其急性毒性治療、腫瘤本身造成的阻塞或囊括以上二種原因。而腸道灌食的選擇方式,對這類患者的建議方式尚未建立。

目的

以營養狀況、生活品質和併發症發生率來評估正在接受化學治療或化學放射線的頭頸癌患者,並比較不同腸道營養管理的灌食方式。

搜尋策略

我們廣泛搜索包括Cochrane ENT Group Trials Register, CENTRAL, PubMed, EMBASE, CINAHL, AMED 和 ISI 科學的網站,其中最近的搜尋日期是2012年2月13日。

選擇標準

隨機對照試驗比較一種腸道管灌方式與其它腸道管灌方式,例如:鼻胃管(N-G tube)或經皮內鏡下胃造瘻術(percutaneous endoscopic gastrostomy)灌食方式,主要針對診斷出頭部和頸部癌症的成年病患族群,而其正在接受放射線治療和/或化學治療。

資料收集與分析

兩位作者獨立採用標準化表格評估試驗品質與萃取數據,我們也聯繫其研究作者以獲取更多資訊。

主要結果

在此回顧中,一個隨機對照試驗符合收案條件,截至2012年的搜尋結果為止,無發現更進一步的研究。

正在接受化放療的頭部和頸部癌患者,被隨機分配到經皮內鏡下胃造瘻術或鼻胃管的其中一組,總共只有33例患者因自然累積較差而提前終止試驗。在此研究中已確立高程度偏差。

經過六週治療後,鼻胃管組相較於經皮內鏡下胃造瘻術組的患者體重減輕較多(P = 0.001),但在六個月的治療期間,兩組體重無顯著差異。經過六週治療後,人體測量顯示相較於於經皮內鏡下胃造瘻術組,鼻胃管管灌飲食的肱三頭肌皮褶厚度比較低(P = 0.03)。在併發症發生率或患者滿意度上,兩組無統計學之顯著差異。經皮內鏡下胃造瘻術的管灌時間較長於鼻胃管組(P = 0.0006)。此外,試驗計劃計算經皮內鏡下胃造瘻術管灌的成本高出鼻胃管管灌10倍,雖然這不特別重要且兩組所接受的治療幾近相同,然而,4位經皮內鏡下胃造瘻術管灌和2位鼻胃管管灌的病患各自有2天和6天計劃外的中斷治療。

在此系統回顧中,我們確定沒有任何形式的放射學置入胃造瘻術(radiologically inserted gastrostomy)腸內管灌研究涵括或比較預防性經皮內鏡下胃造瘻術與經皮內鏡下胃造瘻術。

作者結論

對於正在接受放療和/或放化療的頭部和頸部癌症病患,沒有足夠的證據確定哪種腸內管灌是最佳方法,未來兩種管灌的試驗,必須有更大量的樣本數。

譯註

翻譯者:臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)

本翻譯計畫由臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行
聯絡E-mail:cochranetaiwan@tmu.edu.tw

Plain language summary

Artificial tube feeding methods for use with patients with head and neck cancer who are receiving treatment with radiotherapy, chemotherapy or both

Patients with cancer of the head and neck are at risk of malnutrition during radiotherapy treatment due to the side effects of this treatment and they may need tube feeding to meet their nutritional needs.

Tube feeding can either be delivered via a nasogastric feeding tube, which is a fine tube inserted through the nose into the stomach, or a gastrostomy tube which is inserted through the skin of the abdomen directly into the stomach. Both of these methods allow the delivery of nutrients directly into the stomach.

Tube feeding is essential to meet the nutritional needs of head and neck cancer patients as malnutrition can lead to a poorer prognosis for this patient group. There is debate over which method of tube feeding provides the most benefit to the patient for outcomes such as nutritional benefit and quality of life, as well as avoiding delays in radiotherapy treatment.

Following our analysis of the available literature, only one clinical trial was eligible to be included in this review. The authors of this review found no evidence to support the use of any one method of tube feeding over another.

Résumé simplifié

Méthodes d'alimentation artificielle par sonde utilisées chez les patients atteints d'un cancer de la tête et du cou qui reçoivent un traitement de radiothérapie, de chimiothérapie ou les deux

Les patients atteints d'un cancer de la tête et du cou présentent un risque de malnutrition au cours du traitement de radiothérapie en raison des effets secondaires de ce traitement et peuvent nécessiter une alimentation entérale pour satisfaire leurs besoins nutritionnels.

L'alimentation entérale peut être apportée soit par une sonde d'alimentation naso-gastrique, qui est un tuyau fin inséré dans l'estomac en passant par le nez, soit par une sonde de gastrostomie qui est insérée à travers la peau de l'abdomen, directement dans l'estomac. Ces deux méthodes permettent l'apport de nutriments directement dans l'estomac.

L'alimentation entérale est essentielle pour répondre aux besoins nutritionnels des patients atteints d'un cancer de la tête et du cou, car une malnutrition peut conduire à un moins bon pronostic pour ce groupe de patients. Actuellement, un débat est en cours concernant la méthode d'alimentation entérale qui apporte le plus grand bénéfice au patient en termes de critères d'évaluation, tels que le bénéfice nutritionnel et la qualité de vie, ainsi que l'évitement de retards dans le traitement par radiothérapie.

A la suite de notre analyse de la littérature disponible, seul un essai clinique a pu être inclus dans cette revue. Les auteurs de cette revue n'ont trouvé aucune preuve corroborant l'usage d'une quelconque méthode d'alimentation entérale plutôt qu'une autre.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th February, 2013
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais

淺顯易懂的口語結論

正在接受化學治療、放射線治療或是兩種治療的頭頸癌患者之人造管灌方式

頭頸癌的病患在放射線治療期間,由於此治療的副作用會導致高風險營養不良的情況,因此需要透過管灌進食方式滿足病患的營養需求。

管灌進食除了可以透過鼻胃管(一個經由鼻子放置進入胃的管腔),亦可直接置入一條管子通過腹部皮膚直通胃部,此兩種方法皆能將食物直接傳遞到胃部。

管灌可以滿足頭頸部癌症患者的基本營養需求,而營養不良的族群之預後較差。對於能提供頭頸癌病患營養需求、生活品質或避免延誤放射線治療的最佳管灌方式,我們至今仍抱持存疑態度。

根據現有文獻,我們分析出只有一個臨床試驗符合此次的系統回顧,回顧作者也發現沒有證據顯示何種管灌方式較佳。

譯註

翻譯者:臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)

本翻譯計畫由臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行
聯絡E-mail:cochranetaiwan@tmu.edu.tw

Get access to the full text of this article